Notez des films
Mon AlloCiné
    Mademoiselle de Joncquières
    note moyenne
    3,9
    2367 notes dont 290 critiques
    répartition des 290 critiques par note
    54 critiques
    148 critiques
    55 critiques
    25 critiques
    7 critiques
    1 critique
    Votre avis sur Mademoiselle de Joncquières ?

    290 critiques spectateurs

    Ti Nou
    Ti Nou

    Suivre son activité 209 abonnés Lire ses 2 769 critiques

    4,0
    Publiée le 30 mars 2019
    Le neuvième long-métrage d’Emmanuel Mouret repose beaucoup sur la qualité de l’interprétation de Cécile de France et d’Édouard Baer qui se sortent avec brio de ce film en costume aux rôles complexes, aux dialogues très littéraires et peu naturels (mais très jolis) mais aux thèmes modernes. Le sur-jeu aurait plombé le film, le sous-jeu l’aurait rendu ennuyeux. Parfaitement équilibré, il nous implique dans cette quête féministe de vengeance.
    vidalger
    vidalger

    Suivre son activité 150 abonnés Lire ses 1 052 critiques

    4,0
    Publiée le 4 octobre 2018
    Le film de libertinage a acquis ses lettres de noblesse dans les années 80 avec notamment Milos Forman et Stephen Frears pour "Les liaisons dangereuses" ou "Valmont". L'aimable marivaudage que nous propose Emmanuel Mouret n'atteint pas ces sommets mais on passe un bon moment avec deux acteurs - Cécile de France et Édouard Baer - en verve, des dialogues étincelants et un scénario sympathique et tellement peu avare de rebondissements que l'on frôle le pastiche. Un petit marquis barbu aurait sans doute étonné Louis XIV et l'on se prend à regretter que la scène de la rencontre n'ait pas été intégrée au film !
    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 113 abonnés Lire ses 2 925 critiques

    4,0
    Publiée le 11 février 2021
    Sous fond de vengeance féminine, un marivaudage délicieux du XVIIIe siècle bercé par les bons mots et incarné à la perfection par le couple Edouard Bear et Cécile de France. Jouissif !
    Gentilbordelais
    Gentilbordelais

    Suivre son activité 94 abonnés Lire ses 1 911 critiques

    2,0
    Publiée le 20 janvier 2019
    une plongée dans le XVIII ème siècle de Diderot, bavarde et théâtrale, qui a bien du mal à exister via le format cinéma. une histoire de vengeance douce amère et sage, où l'adage de l'arroseur arrosé est ici bien représenté!
    andika
    andika

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 320 critiques

    5,0
    Publiée le 23 septembre 2018
    Mademoiselle de Joncquières est un film d'époque, costumé, mais terriblement moderne et actuel. Emmanuel Mouret utilise les ingrédients habituels de son cinéma, à savoir l'humour, le rythme, le dialogue et il nous offre une proposition absolument fantastique. Il ne se contente pas de nous montrer de beaux décors qui fleurent bon la France du 18ème siècle. Il propose également de vrais partis pris de mise en scène. En filmant par exemple Cécile de France en contrejour, de sorte à ce qu'on ne la voit pas, qu'elle soit sombre lorsqu'elle fomente sa vengeance. Lorsqu'il filme également des ombres un soir lorsque les personnages complotent. Ce thème du libertinage dans la France de l'Ancien régime a déjà été traité de nombreuses fois, que ce soit dans la littérature ou au cinéma. Il existe les incontournables Liaisons dangereuses. Ici, il s'agit d'une adaptation de Diderot. Mme de La Pommeraye interprétée par Cécile De France cède au marquis des Arcis, campé par un excellent Edouard Baer. Sorte e Valmont, il la délaisse immanquablement après avoir obtenu ce qu'il désirait. Là où les choses diffèrent des liaisons dangereuses, c'est qu'il y a beaucoup plus de légèreté, d'humour. Les enjeux sont tout aussi important mais les motivations des personnages sont plus limpides. La vengeance évidemment mais aussi avec un côté didactique. Encore ce but de faire l'éducation des hommes, de les corriger afin d'améliorer la société. Démarche qui ne peut que rappeler un certain Rousseau. Ainsi, le film devient très actuel et très moderne de par le message féministe véhiculé par le personnage de Cécile De France (véritablement sublime). Mais jusqu'où va la leçon, où commence la vengeance ? Et la punition est-elle vraiment une punition ? Le film pose toutes ces questions et y répond. Ainsi, on est étonné de voir au fur et à mesure toute l'humanité qui jaillit chez cet horrible libertin interprété par Edouard Baer. Qui est le méchant finalement ? Qui est le bourreau ? Qui est la victime ? Qui gagne, qui perd ? Un peu personne et un peu tout le monde. Le tour de force de ce film est de ne pas être manichéen et de pouvoir laisser passer plusieurs points de vue différent. Et ce, avec légèreté et humour dans des dialogues jubilatoires. Un excellent film qui fait passer un bon moment et ne cesse d'interroger sur les affres de l'amour.
    orlandolove
    orlandolove

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 1 696 critiques

    3,0
    Publiée le 11 octobre 2018
    Les dialogues sont réjouissants, et les acteurs s'amusent visiblement beaucoup. Les spectateurs aussi.
    shindu77
    shindu77

    Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 1 388 critiques

    3,5
    Publiée le 5 novembre 2019
    Film sympathique mais si au premier abord, il peut sembler assez pompeux. L'interprétation des différentes actrices et de l'acteur est de qualité. La mise en scène est efficace. Des petites touches d'humour en plus qui sont les bienvenues.
    jaja77
    jaja77

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 1 326 critiques

    4,0
    Publiée le 20 décembre 2018
    un bon drame historique de la vie d'autrefois de "mademoiselle de jonquières' qui est bien retranscrits, les décors, les costumes, les paysages, et l'intonation etc... un très bon quator d'acteurs avec un plus pour "cécile de France" qui joue magnifiquement bien la femme du marquis en grande vengeresse car délaissée de son mari volage en préparant un plan machiavélique et " édouard baer" aussi est exceptionnel en homme devenu libertin car il est perdu dans ses sentiments amoureux. donc, un bon petit moment cinématographique sans ennuie. le seul petit point positif c'est de comprendre le vocabulaire ancien un peu trop soutenu pour ma part.
    SansCrierArt
    SansCrierArt

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 352 critiques

    3,5
    Publiée le 18 août 2019
    Madame de Pommeraye, jeune veuve, tombe sous le charme du marquis des Arcis, libertin, qui semble sincèrement épris d'elle. Lorsque le marquis avoue à Madame de Pommeraye ne plus ressentir de sentiment pour elle, cette dernière décide de se venger. Le sentiment amoureux est le sujet de prédilection d'Emmanuel Mouret. Il l'a traité sous toutes ses formes dans des récits contemporains. Il le transpose ici au XVIIIe siècle, en s'inspirant d'un texte de Diderot, et en abandonnant le ton burlesque de ses précédents films. Mouret déroule son histoire en une série de plans séquence aux dialogues élégants. Ce choix de réalisation lui permet d'esquiver le piège de l'immobilité que génèrent souvent les scènes très dialoguees. Aussi la simplicité des décors et des costumes, qui interpelle tout dabord, s'avère des plus efficaces. Cette discrétion laisse toute la place au texte que les comédiens interprètent sans affectation inutile. Cécile de France et Edouard Baer n'ont sans doute jamais joué la mélancolie et le désespoir avec autant de vérité. sanscrierart.com
    joelle g
    joelle g

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 687 critiques

    3,5
    Publiée le 11 octobre 2018
    Diderot n’a pas pris une ride ...et ses textes sont criants de réalisme et tellement d’actualité....Cécile de France est inattendue dans son rôle en costume..en femme trompée...Édouard Baer.....un peu moins convaincant en homme amoureux transi.... malgré tout on aime cette histoire ...au final très morale....
    chas
    chas

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 144 critiques

    3,5
    Publiée le 4 octobre 2018
    Les réalisateurs sont de préférence déterminants dans mes choix de film plutôt que les acteurs, pourtant ici les sourires de Cécile de France et les regards d’Edouard Baer sont épatants. Elégance et mélancolie. Ils sont vraiment faits pour être Madame de La Pommeraye et le Marquis des Arcis. Mouret reprenant un récit de Diderot après les « Dames du bois de Boulogne » de Robert Bresson est parfaitement bien dans ce XVIII° siècle, tellement stylisé qu’il en est très moderne. Même si à la sortie de la séance en croisant des lycéens qui inévitablement « s’en battaient les couilles », j’ai su que j’étais revenu en 2018, après ce bain revigorant dans une langue ciselée qui va chercher au plus profond des esprits et de cœurs. « Le bonheur, c’est une bonne heure » La marquise arrange des bouquets magnifiques. Dans leurs robes qui les mettent tellement bien en valeur, le combat pour la dignité de la femme est mené de main de maîtresse, même si le chemin est long et prend des tours inattendus. Les valets apportent des fauteuils au bord du plan d’eau parfaitement fauché. Dans les jardins à la française se jouent libertinage, marivaudage, badinages, passion, dissimulation, amour, vengeance, et vérité. Avec délicatesse.
    Charlotte28
    Charlotte28

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 907 critiques

    2,5
    Publiée le 29 juin 2019
    Une virevoltante Cécile de France déclame avec subtilité la délicieuse langue foisonnante du XVIIIème siècle au sein de superbes décors. Malheureusement l'ennui pointe son terrible museau assez rapidement tant l'intrigue est prévisible. En outre, la personnalité des autres personnages est peu fouillée, rendant toute empathie impossible tandis que l'ombre des Liaisons dangereuses plane, implacable. Un ersatz bien inférieur.
    Claude DL
    Claude DL

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 1 174 critiques

    4,5
    Publiée le 24 septembre 2019
    Ah quel plaisir que ce film ! Et quel réalisateur, dont j'ai, jusqu'à présent, adoré toutes les réalisations. Ce descendant direct de Marivaux, ce Eric Rohmer du 21ème siècle nous régale et pourvu que ça dure ! Tout n'est que délicatesse dans l'exposé de cette histoire de vengeance féminine bien méchante, avec des acteurs et actrices absolument parfaits. J'ai tout aimé dans ce film : la construction de l'histoire au cordeau, la photo somptueuse, le rendu d'époque, ainsi que sa conclusion : la vengeance et la méchanceté ne font pas le bonheur, et la vraie classe n'appartient pas à celle qu'on aurait pu supposer au départ. Du bel ouvrage !
    Starwealther
    Starwealther

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 721 critiques

    4,5
    Publiée le 9 avril 2021
    Emmanuel Mouret change radicalement de genre et s'essaye au film d'époque avec costumes. Le résultat est très bon, les décors et costumes sont superbes. Le film est teinté par la très belle omniprésence de la couleur verte sous ses différents tons et nuances (forêt, étang, intérieur de château). Comme toujours chez Mouret, il est question de relations amoureuses et sentimentales. Une comtesse éperduemment amoureuse (Madame de La Pommeraye) cherchera à se venger d'un marquis qui l'a trompée, rejetée, blessée. Les dialogues d'un registre soutenu et ampoulé propre à la noblesse de l'époque, sont remarquables. De plus, Emmanuel Mouret réussit encore à nous faire rire à de nombreux passages du film. LE réalisateur est ici au sommet de son art.
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 337 abonnés Lire ses 1 448 critiques

    3,5
    Publiée le 12 mars 2021
    Les premiers échanges verbaux qui parcourent "Mademoiselle de Joncquières" sont impressionnants par leur extrême sophistication qui nous donne l'impression d'être projetés en plein XVIIIe siècle, mais ils laissent aussi craindre une possible asphyxie du spectateur devant ce flux verbal complexe. Emmanuel Mouret parvient à déjouer ce piège en élaborant dans la première partie du film une mise en scène très picturale, qui propose quelques plans silencieux remarquablement composés, lesquels complètent la construction des relations entre les personnages. Le film met ainsi au point un rapport tout à fait harmonieux entre le caractère implicite des dialogues et un aspect plus contemplatif, plus distancié, dans des scènes d'extérieur où la position des corps dans le cadre est étudiée. Parfois éblouissant, "Mademoiselle de Joncquières" change de cap à mi-parcours en se focalisant davantage sur la manipulation exercée par Madame de la Pommeraye sur le Marquis ; le film vaut alors davantage pour son écriture que pour sa mise en scène, choix que l'on regrette quelque peu malgré un scénario virtuose et assez jubilatoire. Le jeu qui s'instaure prend une dimension morale intéressante de par son ambivalence : Mouret ne juge jamais ses personnages, mais rend bien compte de leur complexité en ne s'arrêtant pas à la surface. C'est bien ce goût pour la précision – qui permet de dévoiler la véritable nature des protagonistes – qui donne au film une profondeur que l'on ne soupçonne pas forcément dans ses premiers instants. Porté par une galerie d'acteurs impeccables, "Mademoiselle de Joncquières" aborde ainsi le libertinage sous un angle original et réjouissant.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top