Mon compte
    O.J.: Made in America
    note moyenne
    4,4
    52 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur O.J.: Made in America ?

    5 critiques spectateurs

    5
    3 critiques
    4
    2 critiques
    3
    0 critique
    2
    0 critique
    1
    0 critique
    0
    0 critique
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    Suivre son activité 302 abonnés Lire sa critique

    4,5
    Publiée le 10 juillet 2017
    Cette série documentaire de près de 8h (découpée en 5 parties) va bien au delà du destin hors norme de la superstar de foot US O.J. Simpson, c'est une véritable radiographie de l'Amérique et de ses divisions raciales, offrant des digressions extrêmement précieuses pour comprendre tout l'enjeu de ce "procès du siècle". Où comment un macabre fait divers s'est transformé en un gigantesque cirque médiatico-judiciaire scindant les opinions, principalement par simple fraternité ethnique, et ce qui m'a intéressé c'est de constater cette profonde hypocrisie quasi schizophrénique de son peuple, d'un milieu comme de l'autre, d'ailleurs le doc l'illustre admirablement avec des témoignages parfois horrifiants et sans concession.
    Le cas O.J. Simpson est avant tout le symbole de cette Amérique irréconciliable pleine de ressentiments et d'injustices, des émeutes de 1965 au tabassage à mort de Rodney King jusqu'à l'assassinat de Nicole et Ron Goldman il n'y a qu'un pas, ou plutôt un pont, canalisant tous les stigmates de l'histoire des États-Unis.Et à vrai dire le personnage de O.J. est lui-même blindé de contradictions, souvent malgré lui, modèle d'intégration dans la "société blanche" puis illustre représentant des "parias noirs", comme si cet acte (sa culpabilité ne fait guère de doute) illustrait une revanche pour l'identité afro-américaine, c'est ce qui a été en tout cas ressenti par une majeure partie de cette communauté, en faire un exemple, tout en mettant de côté le caractère humain et les répercutions sur les familles des victimes, et ça le doc le montre avec une partialité exemplaire et factuelle.
    Et autant je connaissais les grandes lignes de cet événement (notamment grâce à série de Ryan Murphy) que la richesse de la documentation me l'a fait redécouvrir avec passion et fascination, d'ailleurs la dernière partie m'a cloué sur place, nous démontrant que le système fini toujours par triompher, ce qui m'a un peu rappelé Making a Murderer, extraordinaire et cruel. Au final qu'on l'adore ou qu'on le déteste O.J. ne peut laisser indifférent, entre le mythe populaire et le monstre froid, à ne manquer sous aucun prétexte !
    ConFucAmuS
    ConFucAmuS

    Suivre son activité 294 abonnés Lire ses 758 critiques

    4,5
    Publiée le 28 janvier 2020
    Les plus grandes œuvres sont généralement celles qui touchent le collectif par le prisme de l'individuel. Ezra Edelman fait sienne cette maxime en signant l'un des documentaires les plus imposants sur l'Amérique. Oui, l'Amérique avant O.J Simpson.
    De prime aborde, on suit O.J : Made in America comme ce qu'il est. Un concentré hautement détaillé du célèbre joueur de football américain puis acteur. De sa mise en orbite jusqu'à son crash spectaculaire en 1994 avec le double meurtre atroce de son ex-femme Nicole Brown et de Ronald Goldman. Le travelling avant sur un destin qui s'est écrit dans la ferveur et le sang. Mais qui en dit encore plus long quand on dézoome et regarde la vue d'ensemble. Car derrière l'histoire d'une superstar déchue, il y a l'Histoire de son pays obsédé par la réussite et déchiré par le racisme.
    Aux grands moments de la vie d'Orenthal James Simpson, Edelman juxtapose les images de violences sociales et policières sur plusieurs décennies. La Cité des Anges pour la télé et les blancs, surtout l'Antre de l'Enfer pour les populations noires, victimes des ségrégations et de l'injustice. Une prison à ciel ouvert dont les prisonniers se sont efforcés d'abattre les clôtures (émeutes de Watts en 1965, Los Angeles en 1992, ...).
    Et c'est bien là que se niche le vrai sujet, dans cette dissymétrie entre O.J Simpson et la cause noire. Le documentaire trace rapidement la ligne de démarcation entre l'homme et ses camarades, dont il s'est éloigné pour la gloire, l'argent et le pouvoir. Bref, pour vivre le rêve américain. Ce qui se traduit par une assimilation à la bourgeoisie (acception du dogme capitalisme, rejet des revendications sociales), à contrario d'une intégration réelle dans une société alors en mal d'égalité. Les cinq parties du film sont autant de témoignages de la dégénérescence du rapport aux autres sitôt que l'argent rentre dans la partie. Une cruauté ordinaire qui prend - à partir du procès d' O.J Simpson - des proportions insoupçonnées. L'affaire judiciaire, baptisée "Le procès du siècle", poussa le cynisme jusqu'à faire de la question raciale le seul axe de défense en faveur de l'accusé Simpson.
    Ezra Edelman donne la parole aux deux côtés, mais force est de constater que la finalité est aussi limpide et tragique aujourd'hui qu'elle ne l'était hier. Pour ceux qui veulent en savoir plus à ce sujet, je vous recommande vivement la première saison d'American Crime Story : The People V. O.J Simpson, l'un des plus grands morceaux de télé de ces dernières années.
    Il y aurait encore beaucoup à dire sur le documentaire O.J. : Made in America mais je pense avoir synthétisé les grands axes et donné un aperçu de sa grande puissance. Un concentré de l'Amérique dans tout ce qu'elle peut représenter d'effrayant, derrière l'image pleine de merveilles qu'elle bâtit.
    CH1218
    CH1218

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 26 août 2017
    Diffusé cet 2017 sur Arte, ce documentaire de près de 8 heures produit et réalisé par Ezra Edelman retrace le parcours atypique d’O.J. (Orenthal James) Simpson. De la star qu’il est devenu sur les terrains de football américain jusqu’à sa condamnation à 33 ans de prison en 2007, toute sa vie est passée au crible pour une analyse en profondeur, richement documentée et pertinente lorsqu’elle est mise en comparaison avec des faits d’actualité brûlants. Pièce maitresse de cette mini-série en 5 parties, son procès surmédiatisé pour le double meurtre de son ex-épouse Nicole et de son ami d’alors Ronald Goldman, pour lequel il sera déclaré contre toute attente non coupable, est longuement abordé. Un travail énorme, minutieux, récompensé à juste titre par un Oscar. Passionnant.
    Doloresdu92
    Doloresdu92

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 29 critiques

    5,0
    Publiée le 1 mars 2017
    Un film documentaire en 6 partie d'une qualité impressionnante. Il mérite son oscar dans sa catégorie et élève le niveau dans le genre. On comprend mieux la complexité de l'affaire O.J Simpson : Murder Case. Merci au réalisateur pour ce chef-d'oeuvre.
    Clément A.
    Clément A.

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 5 critiques

    5,0
    Publiée le 24 juillet 2017
    Incroyable reportage sur the juice ainsi que sur les Etats Unis des années 60 à 90. Un chef d'oeuvre pour forger sa propre opinion du personnage. Beaucoup de documents d'archives, un gros
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top