Mon compte
    The Institute
    Note moyenne
    2,7
    4 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur The Institute ?

    2 critiques spectateurs

    5
    0 critique
    4
    0 critique
    3
    0 critique
    2
    1 critique
    1
    1 critique
    0
    0 critique
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    FaRem
    FaRem

    7 919 abonnés 9 103 critiques Suivre son activité

    2,0
    Publiée le 8 mars 2017
    James Franco est toujours là où on ne l'attend pas que ça soit devant ou derrière la caméra comme ici avec "The Institute" un petit DTV très différent de ses précédentes réalisations et de son dernier film "In Dubious Battle" sorti récemment. Les films sur ce genre d'institut sont rarement originaux et ce film ne déroge pas à la règle. Basé sur des faits réels et sur le Rosewood Institute qui a réellement existé, le film raconte l'histoire d'une femme qui se fait "interner" dans cet endroit vendu comme un SPA haut de gamme pour femmes riches, mais qui va se retrouver aux mains d'un docteur qui va la manipuler pour lui faire changer de personnalité dans un but bien précis. L'histoire est une sorte de fourre-tout comme si plusieurs films avaient été mélangés, c'est n'importe quoi avec un processus de guérison qui est poussif et dure des plombes avant une dernière partie un peu plus rythmée, mais pas forcément mieux ni originale. Pourtant, l'histoire de fond en rapport avec des expériences réellement réalisées à l'époque est pas mal seulement le scénario n'est pas à la hauteur tout comme la réalisation très moyenne d'ailleurs qui n'amène rien de plus. Bref, un film plat et souvent ennuyeux qui se prend trop au sérieux pour être considéré comme au moins une sympathique série B.
    RedArrow
    RedArrow

    1 590 abonnés 1 506 critiques Suivre son activité

    1,5
    Publiée le 3 mars 2018
    James Franco est un grand dingo et sa filmographie très éclectique -pour ne pas dire qui part dans tous les sens- le reflète bien. Si l'année 2017 restera comme celle de l'un de ses plus gros succès en tant que réalisateur avec "The Disaster Artist" pour lequel il a lui-même reçu le Golden Globe du meilleur acteur, il y avait pourtant, la même année, un autre long-métrage co-dirigé, produit et interprété par le comédien, "The Institute", que tout le monde semble plus ou moins avoir volontairement oublié.
    "Co-dirigé" car "The Institute" a été réalisé à quatre mains par Franco avec Pamela Romanowsky (dont il avait déjà produit le pas très bon premier film "The Adderall Diaries")... Enfin, on sera bien tenté de dire "à quatre pieds" tant le film se révèle d'une indigence visuelle qui l'envoie instantanément dans la case DTV sans la moindre ambition. Réfléchir au fait qu'il y ait fallu deux personnes pour une telle pauvreté de mise en scène et une direction artistique proche du néant engendre déjà une très forte envie d'internement volontaire chez le spectateur. Ça tombe bien d'ailleurs car c'est justement le sujet au coeur de cet "Institute".
    Et un sujet très riche en plus ! Inspiré d'un véritable fait divers sordide s'étant déroulé dans l'institut Rosewood de Baltimore, "The Institute" nous envoie en 1893 au côté d'Isabel Porter, une jeune femme bouleversée par la mort de ses parents et admise dans ce fameux institut plus proche en apparence d'un spa pour la gente féminine de la haute société. Bien entendu, il se trame quelque chose de très louche dans les expérimentations aux finalités sinistres (et réelles en partie) menées par le corps médical de l'établissement. Il est difficile de ne pas parler du film sans en dévoiler la teneur (ou les véritables faits) mais sachez juste que l'histoire brasse tout de même bon nombre de thématiques assez passionnantes, notamment la place des femmes dans la haute société de l'époque dominée totalement par les hommes où toute velléité d'indépendance et de fort caractère semble être considérée comme une maladie à éradiquer par tous les moyens. Mais, en en appelant directement à Edgar Allan Poe pour s'inscrire dans la droite lignée de la force des récits sur la folie humaine de l'écrivain, "The Institute" se ridiculise presque tout seul, incapable de retrouver ne serait-ce qu'un instant un soupçon de son intelligence d'écriture (non, ajouter un serviteur bossu et retardé à toute cette affaire n'est pas la solution pour ça !). Poussif et ennuyeux comme une journée de pluie d'un mois de novembre de 1893, le film n'a quasiment pas de rythme et se perd en cours de route entre des facilités déconcertantes (toutes les portes de l'institut semblent restées mystérieusement ouvertes la nuit pour que l'héroïne -aussi naïve qu'un verger de poiriers- voit les choses les plus bizarres possibles, histoire de faire avancer le schmilblick) et une enquête extérieure pas forcément indispensable. La deuxième partie sera un peu plus captivante de par ses révélations mais s'embarrassera de fioritures inutiles (le fantasme autour de l'occultisme de cette période, le fait divers était bien suffisamment glauque en soi pour nous épargner ça) et s'achèvera sur un twist final d'une bêtise dévastatrice pour toute personne ayant encore une ou deux neurones en fonction.
    Enfin, soulignons le casting ne délivrant aucune prestation mémorable mais tellement incroyable par son hétérogénéité qu'il ressemble à un cabinet de curiosités de l'époque. Imaginez un peu : une héroïne interprétée par une inconnue qui le restera sans doute (Allie Gallerani) accompagnée de James Franco, Josh Duhamel, Tim Blake Nelson, Topher Grace, Eric Roberts et même... Pamela Anderson.

    Passant complètement à côté d'un sujet en or, "The Institute" se regarde plutôt comme un ratage assez fascinant dont on se demande comment tous ses participants ont pu tenir la barre jusqu'au bout sans se rendre compte que le film ne fonctionnait que très rarement.
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top