Mon compte
    The Perfect Candidate
    Note moyenne
    2,9
    1251 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur The Perfect Candidate ?

    72 critiques spectateurs

    5
    11 critiques
    4
    25 critiques
    3
    24 critiques
    2
    12 critiques
    1
    0 critique
    0
    0 critique
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    Acidus
    Acidus

    589 abonnés 3 625 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 9 septembre 2022
    Après "Wadjda" la réalisatrice Haifaa Al Mansour se questionne une nouvelle fois sur la place et l'image de la femme dans la société saoudienne. Ce coup-ci, on suit la jeune Maryam, candidate aux élections municipales de sa ville. Autant dire que le parcours sera long et difficile.


    La cinéaste saoudienne traite ici son sujet avec justesse et tendresse mais de manière un peu trop classique à mon goût. Classique dans sa mise en scène et classique dans l'écriture de son scénario. L'ensemble est plaisant mais un peu trop attendu. Je regrette aussi qu'elle ne soit pas allée plus loin dans la satire. Le propos du film est bien engagé mais pas assez mordant.


    Un bon long métrage tout de même, qui mérite le coup d'oeil à la fois pour son message égalitariste et son contexte géographique.
    Y Leca
    Y Leca

    15 abonnés 880 critiques Suivre son activité

    2,0
    Publiée le 4 février 2022
    Film nunuche et pas subversif pour un sou qui ne fait qu'illustrer platement la triste condition de la femme en Arabie Saoudite. Scénario, montage et acteurs sont tous très amateurs et on est loin de la qualité du cinéma iranien par exemple. Le côté musical gâche tout. On peut juste espérer qu'il s'agit de l'aube du cinéma arabe.
    Jean-luc G
    Jean-luc G

    40 abonnés 713 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 1 février 2022
    il s'agit d'un documentaire et d'un témoignage plus que d'un véritable film. On sent un geste millimétré pour exister entre les gouttes de la censure, et le poids de la religion, mais.... le résultat existe et il faut le saluer dans un pays rétrograde où l'on a pas envie de vivre mais qui frémit sous les coups de boutoir de femmes courageuses. Moins léger que le précédent Wadja, mais tout aussi nécessaire. DVD vo - janvier 2022
    VOSTTL
    VOSTTL

    61 abonnés 1 728 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 29 décembre 2022
    Je suis embarrassé, je l’avoue. Le film lui-même est une agréable surprise. Je ne pensais pas être touché par un film de facture saoudienne ! « The Perfect candidate » est réalisé par Haifaa Al-Mansour dont j’avais apprécié son « Mary Shelley » avec Elle Fanning. En soi, c’est le premier film saoudien que je vois. Je n’ai pas eu l’occasion de voir son tout premier, « Wadjda », et vais épier sa diffusion pour me mettre à jour.
    Selon Haifaa Al-Mansour, première femme réalisatrice saoudienne, son pays progresse. Pour son premier, « Wadjda », il n’y avait aucune salle de cinéma dans le Royaume, les femmes ne conduisaient pas ; la réalisatrice devait rester dans son van pour ne pas se mêler aux hommes sur le plateau. Apparemment pour ce film, elle a joui d’une certaine liberté. A l’entendre tout va trop vite. Et c’est tant mieux.
    Le film commence par une femme qui conduit. D’emblée, la réalisatrice nous informe que son pays évolue dans le bon sens. Pour information, l’Arabie Saoudite aurait été le dernier pays au monde à interdire les femmes de conduire. A vérifier.
    J’ai été aussi étonné de voir que Maryam, docteur, puisse se présenter à des élections locales. La réalisatrice nous donne à voir une femme émancipée malgré les nombreux carcans qui l’enserrent, autorisation de sortie, meeting en distanciel car interdit de s’exprimer devant un public d’hommes. Mais Maryam a du caractère et sera obligée d’enfreindre la loi pour se faire entendre. Comme j’ai été étonné de voir sa soeur photographe, cinéaste pour des mariages.
    A l’extérieur de leur sphère familiale, les femmes se dévoilent en communauté, maquillées, habillées de robes dessinant leur silhouette ; elles peuvent même être sexy. Pendant ces mariages, il leur suffit d’appliquer un léger voile dès que l’homme se présente. Pas bien méchant tout ça. A cela s’ajoute, un père ouvert, musicien de surcroît. Il part en tournée avec sa petite troupe musicale.
    A ce propos, durant cette tournée, la réalisatrice nous informe que cette troupe musicale peut être menacée par des fanatiques. Ce qui sous-entend que l’Arabie Saoudite doit combattre, sur son territoire, des mouvements islamistes ; et ce qui sous-entend aussi que le Royaume respire un air de liberté d’expression artistique en autorisant cette troupe musicale de s’exprimer.
    Bref, ce film est instructif.
    A la fin du générique, je suis comme agréablement surpris de cette société saoudienne en mouvement vers une liberté qui se construit pas à pas. Le film se termine par une note encourageante : spoiler: le patient qui refusait systématiquement d’être observé par Maryam, finit par rendre hommage à ses compétences et ne semble plus buté à l’idée d’être soigné par une femme.
    Merveilleux.
    Le mâle peut aussi évoluer.
    Et pourtant, comme je l’ai écrit plus haut, je suis embarrassé. Je m’interroge sur les intentions véritables de la réalisatrice. L’Arabie Saoudite demeure une dictature religieuse. Sa constitution repose toujours sur le Coran. L’Arabie Saoudite est un des pays encore qui bafoue les Droits de l’Homme. L’homosexualité, les pratiques sexuelles dites contre natures, l’adultère sont passibles de la peine de mort. Comme l’athéisme, le fait de renier sa foi, manifester pour une autre religion, critiquer le Royaume et la famille Saoud.
    Quid des conditions de vie des ouvriers émigrés ? Quid des centres de détention ? Quid de la torture ? Quid de la traite des femmes et ce qui en découle : l’esclavage ?
    Je sais bien que tout doit se faire progressivement, la liberté n’est pas un robinet d’eau que l’on peut ouvrir aisément. Et aux yeux des saoudiens, ce qui semble peu voire nettement insuffisant pour moi ou un occidental, peut s’interpréter comme déjà conséquent.
    Après le succès international (?) de « Wadjda », après une commande réussie « Mary Shelley », le Royaume ne profiterait-il pas de la vitrine Haifaa Al-Mansour dans sa course à la liberté (toute relative) ? Et la réalisatrice ne tomberait-elle pas dans une certaine « propagande » maladroite ? Un échange de bons précédés dont profiterait le régime ? J’espère me tromper. Après tout, je note un progrès entre le film et la réalité : la femme n’a plus besoin de tuteur pour voyager, ce qui n’était pas le cas du personnage Maryam.
    La femme peut désormais signer son contrat de mariage, obtenir l’autorité parentale et se présenter à des élections comme le personnage Maryam.
    Les lignes bougent quoiqu’il arrive et c’est tant mieux. Je crois qu’il est impossible de demander plus dans la mesure où ce pays repose sur le Coran, un texte religieux, lequel est par essence antinomique au mot libertés au pluriel !
    Une oeuvre d’art n’a pas pour ambition de changer le monde, mais elle peut contribuer à amorcer une évolution des mentalités. Quand on regarde bien le film, Haifaa Al-Mansour ne dénonce pas grand-chose, elle reste sagement sur les clous. Cela dit son film est instructif et dépaysant.
    A défaut de parler de courage, Haifaa Al-Mansour ne me semble pas inquiétée par les autorités de son pays, elle a peut être contribué à pousser son pays à lâcher un peu de leste.
    Je préfère conclure sur une note positive plutôt que d’être suspicieux.
    A voir en V.O pour la langue et le jeu de Mila Alzahrani, très convaincante.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 11 avril 2021
    Ca ressemble à un mauvais film mais c est un très bon film sur l Arabie Saoudite moderne sans tomber dans la facilité et le défaitisme avec une note de positive .A voir absolument.
    Hotinhere
    Hotinhere

    380 abonnés 4 674 critiques Suivre son activité

    2,0
    Publiée le 19 mars 2021
    Signée par la réalisatrice de l’excellent Wadjda, une comédie dramatique audacieuse et attachante qui dénonce, de manière beaucoup trop sage, la condition des femmes et les lois patriarcales en Arabie Saoudite.
    Gérard Delteil
    Gérard Delteil

    161 abonnés 1 842 critiques Suivre son activité

    2,0
    Publiée le 23 février 2021
    On comprend qu'il ne doit pas être facile de tourner un film féministe en Arabie saoudite. Le problème, c'est que celui-ci, bien loin de dénoncer la situation qui règne dans ce pays, en donne une image gentillette. C'est le féminisme de sa majesté. Or l'Arabie saoudite, c'est bien autre chose que ces lois rétrogrades qui obligent les femmes à avoir l'autorisation d'un tuteur pour voyager. C'est tout de même une des plus féroces dictatures de la planète, qui espionne méthodiquement la population et jette en prison quiconque émet une critique, torture, assassine, décapite à tour de bras. Ce sont les travailleurs migrants traités comme des esclaves. Une jeunesse déboussolée qui passe son temps sur ses smartphones à visionner des clips occidentaux ou se tourne vers les islamistes par réaction à l'hypocrisie de la caste dominante. Or ce film, au delà de sa forme médiocre, laisse l'impression qu'il sert la communication officielle davantage que la cause des femmes.
    fandedvd
    fandedvd

    2 abonnés 50 critiques Suivre son activité

    2,0
    Publiée le 21 février 2021
    Un film malheureusement plat et fade. Les dialogues sont peu travaillés, surtout lors de la campagne de l'actrice qui va répéter sans cesse la même chose. Trop de longueurs, de chants, de musiques qui ne servent pas le fond. Et un doublage français insupportable qui ne rend pas justice à la détermination et au dynamisme de l'héroïne. Pourquoi lui avoir donné cette petite voix aiguë et molle alors que quand on écoute la BA en version originale, là il y a de la force et de la conviction. Passez votre chemin, l'idée était prometteuse, mais c'est resté une idée. .. triste.
    Adelme d'Otrante
    Adelme d'Otrante

    134 abonnés 990 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 17 février 2021
    Quand on voit débarquer un film d'Arabie Saoudite sur une femme qui s'émancipe (dans les limites permises) qui plus est mis en image par une réalisatrice, on sait qu'on est devant quelque chose de rare comme un jour de pluie sur la péninsule arabique et on a envie de l'aimer. Le charme opère parce que le chemin emprunté n'est pas celui d'un drame, même si l'environnement général et la condition des femmes dans ce pays s'y prête, mais plutôt celui d'une comédie douce-amère comme un thé à la menthe qu'on aurait laissé trop infuser. Malheureusement le film est beaucoup trop didactique et trop attendu dans son déroulement pour qu'on puisse y adhérer totalement.
    selenie
    selenie

    5 191 abonnés 5 974 critiques Suivre son activité

    2,0
    Publiée le 3 février 2021
    Comme l'indique la cinéaste son pays connaît des changements historiques même si vu d'Occident cela reste très frileux. Ainsi, si on s'attend à un "Votez McKay" (1972) ou "Les Marches du Pouvoir" (2011) à la mode wahhabite et/ou sous d'un islam rigoriste, en fait la société est telle que la pauvre Maryam n'a ni le temps ni les moyens de se faire entendre ni même d'agir. Sa campagne se tient en deux scènes, mais en fait le scénario ne s'intéresse pas à la campagne de Maryam qui ne compose qu'un tiers du film. Résultat, la partie musicale est trop présente sans pour autant être réellement traitée, l'élection est survolée alors même qu'il s'agit à priori de la thématique centrale. On frôle le hors sujet ! La cinéaste se contente de quelques passages obligés avec des symboles pour marteler le message (les artistes sont mal aimés et/ou incompris, les femmes sont bonnes à marier et à cuisiner et à se faire belle... etc...) mais sans oser aller plus loin. Effectivement, il reste du chemin...
    Site : Selenie
    elriad
    elriad

    368 abonnés 1 763 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 15 janvier 2021
    Dans un pays totalement hermétique au droit des femmes, où l'on ne peut voyager que si l'on est chaperonné, une jeune femme brillante, médecin, se heurte aux préjugés jusque dans son métier, où les hommes ne veulent pas être soignés par les femmes. Maryam décide donc de se présenter aux élections municipales dans l'espoir de faire bouger les lignes, et en premier lieu, de faire goudronner la route qui mène à l’hôpital où elle travaille.
    Film saoudien, aux bonnes intentions, réalisé par une femme, il offre l'espoir d'un côté et l'immense chemin à faire pour que les choses bougent. Réalisé par une femme, le constat que l'on connait déjà est bien triste et il y a fort à parier que l'immobilisme rétrograde des autorités n'est pas prêt à évoluer...
    DaeHanMinGuk
    DaeHanMinGuk

    132 abonnés 2 178 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 3 mai 2021
    La condition de vie change (lentement) pour les femmes en Arabie Saoudite et ce film montre tout le chemin qui reste à parcourir pour elles : les féministes ont encore à se faire entendre pour ce pays et ce film est un premier pas pour faire progresser la société. En effet, « The Perfect Candidate » nous fait découvrir certaines mentalités qui ont du mal à évoluer en Arabie Saoudite aussi bien pour les arts, très mal considérés, voire pire soumis à actes terroristes, que pour la condition de la femme mais aussi certaines lois spoiler: – on ne se mélange pas entre hommes et femmes, une femme ne peut voyager qu’avec l’accord de son tuteur masculin -
    et coutumes spoiler: – le vote d’une épouse est encore souvent soumis à approbation de son mari –
    . Le casting est parfait, le scénario bien construit et les frustrations de l’héroïne sont très bien retranscrites. Ce film germano-saoudien est davantage un constat et un point d’étape qu’un film subversif sur le régime en place. Il mérite néanmoins d’être vu pour attester à certains qui pourraient en douter que l’herbe est moins verte ailleurs, au sens propre avec les paysages désertiques traversés par le père de l’héroïne, et surtout au sens figuré. A ce propos, je pensais, avant de voir ce film, que l’Arabie Saoudite était un pays beaucoup plus riche qu’il ne semble l’être à l’écran : les voitures et surtout les imprimantes des administrations – encore à aiguilles – sont d’un autre temps.
    Nadia T
    Nadia T

    2 abonnés 393 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 10 janvier 2021
    Film intéressant car on se mêle à la culture saoudienne si peu connue. On voit comment vivent ces femmes sous leur vêtements noir. Après il n'a pas grand chose de spécial. Mais c'est intéressant culturellement parlant !
    TopofthePOP
    TopofthePOP

    5 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 28 octobre 2020
    A ne pas manquer pour les curieux. Les quelques longueurs ou maladresses ne suffisent pas à enlever l'intérêt.
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    1 119 abonnés 3 950 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 7 octobre 2020
    “The perfect candidate” se déroule dans une petite ville d’Arabie saoudite. Maryam est une femme médecin qui se bat pour améliorer l’accessibilité de l’hôpital. Alors que personne ne semble l’écouter, elle décide de se présenter aux élections municipales. Mais les femmes ont peu de pouvoir dans le pays et doit même avoir l’autorisation de son père pour prendre l’avion. Même si cette femme exerce son métier avec passion, certains patients refusent ses soins à cause de son sexe. “The perfect candidate” expose son combat, non sans humour, et en évitant les clichés du mieux possible. Sept ans après “Wadja”, Haifaa Al Mansour revient avec un film courageux et audacieux en abordant le statut des femmes avec énergie.
    D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top