Notez des films
Mon AlloCiné
    La Fille du Far-West (Met - Pathé Live)
    note moyenne
    3,5
    3 notes dont 1 critique
    répartition des 1 critique par note
    0 critique
    1 critique
    0 critique
    0 critique
    0 critique
    0 critique
    Votre avis sur La Fille du Far-West (Met - Pathé Live) ?

    1 critique spectateur

    ninilechat
    ninilechat

    Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 564 critiques

    4,0
    Publiée le 28 octobre 2018
    Eh bien, pour une fois je n'ai rien à redire à l'esthétique MET: décors étouffants, architectures hyper-réalistes, prolifération des figurants..... tout cela tombant dans la hideur tapageuse dès qu'il s'agit d'Antiquité: Aïda, Samson et Dalila.... Avec La Fanciulla del West, on ne peut nier qu'on y est, dans l'hyper-réalisme: l'intérieur du saloon; celui de la petite maison de Minnie, sur laquelle la neige tombe en abondance, et derrière, toutes les Rockies (pour ne pas dire l'Himalaya); enfin, le village de chercheurs d'or avec sa rue boueuse et ses baraques en planche. Oui mais..... on est au cinéma! et ça change tout. On est dans un western! On est dans un western de cinéma, et l'illusion est sans doute encore plus forte pour nous qui ne sommes pas dans la grande salle du Met, mais bien au cinoche. La bande de mauvaises têtes (mais bon coeurs) sort tout droit de chez John Ford. Quant à l'excellent Zeljko Lucic, il mimique à la James Cagney ou Ernest Borgnine. En 1910, que pouvait connaitre Giacomo Puccini des premiers westerns muets? Rien, sans doute. C'est donc lui qui a inventé le genre! Comment a t-il pu décrire avec tant de justesses ces scènes de saloon ou d'exécution sommaire qui ne seront popularisées que plus de dix ans plus tard? C'est une vraie question! Jusqu'à présent, cet opéra ne m'avait jamais intéressée. De la production de Paris avec Nina Stemme? Aucun souvenir, sinon vaguement d'un truc transposé, bête et moche. Maintenant il m'enchante! C'est vrai que je suis une fana du western.... Giancarlo Del Monaco a dirigé ses chanteurs comme de vrais acteurs; avec la baston dans le saloon, les figurants servent à quelque chose! J'aime beaucoup Zeljko Lucic, spécialiste au Met du rôle de méchant puccinien (Scarpia....) mais qui a aussi beaucoup chanté de méchants verdiens à l'opéra de Francfort. La critique est souvent assez cruelle avec lui, il n'a sûrement pas la plus belle voix du monde, mais beaucoup d'incarnation. Eva-Maria Westbroek m'a épatée. La dernière fois que je l'avais entendue, dans un Wagner je crois, j'avais eu l'impression qu'elle déclinait. Ici, bien qu'elle soit physiquement assez loin de la prude vierge (mec dans sa vie publique et professionnelle, mais oie blanche pour ce qui est du privé...) qu'est Minnie, elle empoigne son personnage avec une conviction et une vitalité impressionnantes! Quant à Jonas Kaufman, il n'a qu'à entrer en scène.... et la moitié de la salle tombe dans les pommes. On a toujours l'impression, maintenant, qu'au début il se ménage, qu'il n'est plus complètement sûr de ses moyens -mais à partir du second acte, qu'est ce que c'est beau! Enfin, tous les intervenants, (et dieu sait qu'il y en a des petits rôles qui diront juste quelques phrases, parmi les mineurs!) sont très bien, et tout particulièrement le Sonora de Michael Todd Simpson, l'Ashby de Matthew Rose et le Nick de Carlo Bosi- le seul italien de la bande... On est quand même fasciné par le don de Puccini à recréer des univers si variés: de Paris à Rome, et du Japon contemporain ou ancien aux Etats Unis, si loin de la scène culturelle à cette époque là... La réalisation d'un dvd serait sûrement bien accueillie!
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top