Mon compte
    Tout ce que le ciel permet
    note moyenne
    4,2
    311 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Tout ce que le ciel permet ?

    48 critiques spectateurs

    5
    14 critiques
    4
    22 critiques
    3
    9 critiques
    2
    3 critiques
    1
    0 critique
    0
    0 critique
    CH1218
    CH1218

    Suivre son activité 90 abonnés Lire ses 2 350 critiques

    3,5
    Publiée le 14 août 2021
    Un mélodrame réalisé avec élégance par l’un des plus grands artisans du genre. Une histoire que j’ai suivi avec plaisir même si l’ensemble est un peu trop appuyé à mon goût.
    CinéPhil
    CinéPhil

    Suivre son activité Lire ses 44 critiques

    4,0
    Publiée le 22 avril 2021
    Très bon film de Douglas Sirk que j'ai regardé après le remake réalisé par fassbinder "Tous les autres s'appellent Ali.
    Le film de Sirk est un modèle de mélodrame. Jane Wyman qui joue le rôle de l'héroïne exprime à merveille ses sentiments. Rock Hudson est superbe, sans doute l'un de de ses meilleurs films. Les bourgeoises sont plus détestables que jamais. Quant aux enfants ils sont plus reacs que ma grand mère. Le film a un peu vieilli, mais comme c'est beau cet amour qui s'installe là ou personne ne l'attend...
    JoeyTai
    JoeyTai

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 388 critiques

    4,5
    Publiée le 15 novembre 2020
    Très bon film qui s'attaque avec tact et finesse aux dégâts causés par le conformisme et la norme sociale. Une veuve aisée entre deux âges et le fils de son jardinier sont irrésistiblement attirés l'un par l'autre. Cela semble choquer tout le monde : famille, amis, connaissances... Douglas Sirk filme habilement l'âpre combat entre ceux qui veulent vivre comme ils l'entendent et ceux qui exigent que chacun se plie à un certain nombre de règles sociales quoi qu'il en coûte, même celui de leur bonheur. Les gens qui s’affranchissent de ces règles ne doivent rien attendre des conformistes, prêts à leur faire payer leur audace et leur liberté par jalousie. Les acteurs principaux sont convaincants, notamment Rock Hudson tout en retenue, en mode "force tranquille".
    M-Hopsin
    M-Hopsin

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 24 critiques

    3,5
    Publiée le 6 janvier 2020
    exercice de style, mais gros travail dans les couleurs, dans les lumières, les mouvements de caméra...
    Très chorégraphié, film avec beaucoup de mouvements et d'informations à part dans les piliers de l'histoire (sapin où elle revoit Ron,...)
    bobmorane63
    bobmorane63

    Suivre son activité 114 abonnés Lire ses 1 679 critiques

    5,0
    Publiée le 8 juillet 2019
    Un chef d'oeuvre du mélodrame datant de 1955 signé Douglas Sirk !! Troisième long métrage que je visionne de ce cinéaste talentueux et "Tout ce que le ciel permet" est tout ce que j'aime a voir souvent au cinéma, des plans somptueux qui vont des décors superbes de cette petite ville qui donne envie d'y vivre d'Automne en Hiver (surtout la maison de Rock Hudson), des lumières qui jouent en couleurs de l'époque magnifiques et une histoire d'amour entre une veuve qui a deux enfants et un jardinier paysagiste plus jeune qu'elle mais moins riche ce qui posera un problème pour la famille, pour l'héritage de la maison familiale et des enfants qui y voient un inconvénient pour la relation de leur mère et leurs avenirs, il faut faire un choix, pas facile ? Je me suis régalé devant ce film qui donne envie de le voir plusieurs fois et découvrir le reste de la filmographie de Douglas Sirk. Les deux interprètes principaux Rock Hudson et Jane Wyman sont superbes. Magnifique.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 837 abonnés Lire ses 2 615 critiques

    3,0
    Publiée le 4 juin 2019
    Carey Scott (Jane Wyman) est une jeune veuve que l'héritage confortable de son mari tient à l'abri du besoin. Ses deux enfants ont quitté la maison familiale pour poursuivre leurs études à New York : Ned fait du droit, Kay des sciences humaines.
    La petite ville cossue de Nouvelle-Angleterre où Carey habite est volontiers portée aux ragots. Elle pousse Carey à se remarier avec un veuf qui lui ressemble. Mais le cœur de Carey va s'enflammer pour Ron Kirby, son jardinier, qui vit dans la campagne sans se mêler des affaires des hommes. Leur couple se heurte vite à la réprobation générale.

    Ce film tourné en 1955 met en scène une héroïne très moderne. Cette cougar avant l'heure défie les conventions de la société pour l'amour d'un homme plus jeune qu'elle, issu d'une autre classe sociale. Il y a quelque chose de "L'Amant de Lady Chatterley", l'érotisme en moins, dans "Tout ce que le ciel permet".
    L'effet en est un peu édulcoré par le choix de Rock Hudson pour interpréter le rôle du séduisant jardinier. Séduisant, Rock Hudson l'est assurément. Mais il est trop vieux pour le rôle - ou Jane Wyman trop jeune pour le sien. Et le spectateur aujourd'hui connaît son orientation sexuelle qui rend les baisers échangés moins crédibles.

    "Tout ce que le ciel permet" est un des films les plus connus de Douglas Sirk, le réalisateur de "Écrit sur du vent" et "Le Temps d'aimer et le Temps de mourir". On y retrouve les principales caractéristiques de ses grands mélodrames : la dénonciation du conformisme et de la bienpensance, un romantisme assumé - qui lui font parfois dangereusement tangenter le roman-photo - des couleurs chaudes, saturées, la symbolique des décors (escaliers, fenêtres)...

    À sa sortie, "Tout ce que le ciel permet" avait fait un flop. Puis Douglas Sirk a été redécouvert. Aujourd'hui, ses films produisent un effet ambigu : ils sont si démodés qu'ils en deviennent intemporels.
    Criticman17
    Criticman17

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 155 critiques

    3,5
    Publiée le 5 mai 2020
    Belle histoire d'amour entre deux personnes de différentes classes sociales. Les rumeurs perturbent leur liaison et pose la question de l'Amour malgré des différences. Beau film avec une belle réalisation, un beau mélodrame à voir pour toujours croire en l'Amour.
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 491 abonnés Lire ses 3 323 critiques

    3,5
    Publiée le 27 mars 2019
    J'ai pris un certain plaisir à revoir ce long métrage de Douglas Sirk qui possède une photographie en Technicolor magnifique, ainsi qu'une histoire particulièrement romantique. De plus, l'interprétation de l'ensemble du casting est vraiment très bonne, mention spéciale d'ailleurs à Jane Wyman qui s'avère bien attachante dans le rôle d'une riche veuve. Il s'agit donc d'un mélodrame qui se regarde avec beaucoup d'intérêt et qui s'impose comme l'une des plus belles oeuvres chez ce réalisateur.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 6 mars 2019
    Dans un décor rayonnant, l’univers de la mise en scène est radieux, ces acteurs jouent à merveille leurs rôles, toute façade parfaite contienne une contrariété. Un amour en douceur, avec délicatesse que tout oppose, l’âge les séparent et les enfants adultes universitaires aussi en mémoire fidèle à leur père subitement disparu, l’impossible dans cet idéal fondé socialement, le veuvage en est son symbole. Surmonter des obstacles dans les rapports relationnels au sein de son entourage, famille et ami hostile à l’union anticonformiste. Il manque plus qu’une touche mélancolique de maladie romantique pour être sublimée par la grâce. Les retrouvailles hivernales enneigées après tracas survient l’accident sans voix et bruit si loin pour se faire entendre du bonheur, une tournure dramatique qui prend son ampleur. L’inquiétude pour le jeune grand légume vert du jardin amoureux, plus de peur que de mal au réveil doux mielleux par l’amoureuse entreprenante mûre comme le fruit.
    que du cinéma
    que du cinéma

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 78 critiques

    4,5
    Publiée le 4 mars 2019
    Film très beau, avec de très belles couleurs. Une belle histoire d'amour assez original pour l'époque dans le sens où elle est plus âgée que lui. On ne s'ennuie pas
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 29 juillet 2018
    Un beau mélo par le maître du genre. J’ai quand même préféré Le Secret magnifique, qui avait presque un côté second degré avec son scénario à rebondissements digne d’un soap opéra. Ici, l’histoire est moins exubérante et se marie un peu moins bien avec l’esthétique kitsch de Sirk. Les enjeux du récit ont vieilli, mais ça reste toujours un bonheur pour les yeux.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 2 179 abonnés Lire ses 3 879 critiques

    4,0
    Publiée le 8 mai 2018
    Je suis un peu partagé sur ce film car j'ai adoré jusqu'au dernier quart d'heure on va dire, qui lui m'a laissé assez dubitatif. Déjà visuellement le film est juste sublime (et encore je l'ai vu dans une qualité sur Mubi qui était loin d'être optimale), ces décors automnales avec cette perpétuelle lueur de coucher de soleil qui vient réchauffer les cœurs alors que l'on voit déjà les premiers signes du froid arriver.
    Le jeu sur les couleurs, bien que classique fonctionne à merveille ici. Froid et bleu lorsque les personnages sont sur le point de se séparer, avoir de revirer à un rouge vivifiant lorsque l'orage et le tourmente sont passés. Disons que durant tout le début du film c'est un film dans lequel il ferait bon vivre et on ne peut plus réjouissant.
    Je crois que c'est la photographie qui apporte le plus de chaleur que j'ai pu voir depuis Winter Sleep.
    Par contre j'avoue avoir du mal avec la structure du film. Tout était là pour faire un drame fort et poignant, le film avait plusieurs occasions de s'arrêter et jamais il ne les saisit et termine sur ce final qui me semble sorti de nulle part, voire même détruisant toute la construction tragique qu'il y avait dans les minutes précédentes.
    Parce que franchement voir dès le début la fille annoncer à la mère que les femmes en Égypte étaient emmurées avec leur mari comme une de leur possession et donc faire une promesse au spectateur que c'est ce que risque le personnage principal... puis la voir se faire visuellement enfermer dans le cadre de la télévision qui est là pour lui tenir compagnie et qu'elle ne se sente plus jamais seule, malgré le départ de ses enfants pour lesquels elle a tout sacrifié, c'est d'une puissance évocatrice rare et d'une violence absolue.
    Ce qui suit me semble inutile, inintéressant... pire, là juste pour que la fin soit plus acceptable...
    La fin me donne le sentiment d'être bricolée... artificielle, là où tout le reste du film était d'une immense justesse, notamment avec un duo d'acteur absolument parfait pour lequel on sentait une réelle alchimie.
    J'ai donc passé un excellent moment, mais je suis vraiment partagé sur la fin qui n'est pas aussi satisfaisante qu'elle aurait pu l'être et pas aussi tragique qu'elle aurait pu l'être également...
    brianpatrick
    brianpatrick

    Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 1 500 critiques

    4,0
    Publiée le 10 mars 2018
    C'est une belle romance dans une Amérique divisée entre la haute société et les petites gens. L'histoire se situe dans une petite ville située dans l'Etat de New York, là ou les tradition n'ont pas des lustres. Une affaire de oui dire et de on dit, des commérages de femmes membres d'une société faussement idéale.
    Alasky
    Alasky

    Suivre son activité 181 abonnés Lire ses 2 880 critiques

    4,5
    Publiée le 11 décembre 2017
    Belle histoire d'amour, d'un couple faisant face au préjugés et aux convenances de l'époque dans cette Amérique conservatrice. Le mélo sauce bourgeoisie des années 50, le charme du technicolor et des acteurs et actrices font de ce film un classique du Cinéma.
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 409 abonnés Lire ses 1 501 critiques

    4,5
    Publiée le 19 août 2017
    Film déchirant, d'une violence morale insoutenable, "Tout ce que le ciel permet" évite l'écueil de l'illustration et donc de la condamnation superficielle pour se centrer pleinement sur les personnages, leurs désirs et leurs contraintes. La complexité que trouve Sirk tient à unir deux personnages qui s'aiment mais qui ne partagent pas le même rapport aux autres. Si Cary Scott imagine pouvoir se marier avec Ron Kirby, c'est seulement pour convertir le pépiniériste à une société huppée dont il ignore et méprise tous les codes; mais le dîner censé l'introduire tourne court, tant l'invité est moqué par les amis de Cary, déjà lors de l'arrivée du couple en voiture – à ce propos, on note la finesse de Sirk de filmer la voiture comme une preuve essentielle d'appartenance sociale. Au contraire, Kirby ne se soucie jamais du jugement de ses connaissances car les apparences n'ont aucune importance dans le monde qu'il côtoie. Si le frottement de ces deux univers inconciliables porte le film sur le terrain de la critique, l'histoire d'amour et l'incertitude du couple lui donne toute sa puissance émotionnelle. Ce qui bouleverse, c'est de voir les moments de tendresse comme ceux de reproche exprimés dans leur littéralité absolue, de même que la tension de Cary avec ses enfants est dépourvue de sous-entendus. Chez Sirk, on ne cache pas ses sentiments, on les partage malgré le poids de la société et la souffrance des proches pour, si le ciel le permet, connaître l'issue la plus heureuse qui soit.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top