Mon compte
    Primadonna
    Note moyenne
    3,8
    88 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Primadonna ?

    11 critiques spectateurs

    5
    2 critiques
    4
    4 critiques
    3
    5 critiques
    2
    0 critique
    1
    0 critique
    0
    0 critique
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    velocio
    velocio

    1 232 abonnés 3 072 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 31 décembre 2023
    C’est aux Etats-Unis, à l’Université de Californie à Los Angeles, que la réalisatrice italienne Marta Savina a effectué ses études de cinéma, des études qui lui ont permis d’obtenir un Master en Réalisation. En guise de travail de fin d’étude, elle avait réalisé en 2017 "Viola, Franca", un court métrage de 15 minutes consacré à l’histoire de la jeune sicilienne Franca Viola et dont "Primadonna", son premier long métrage, peut être considéré comme étant la version élargie, d’autant plus que c’est la même comédienne, Claudia Gusmano, qu’on retrouve dans les deux films. Marta Savina ayant fait ses études de cinéma aux Etats-Unis, on aurait pu craindre que, pour son premier long métrage, elle fasse étalage de tous les défauts dont font preuve un trop grand nombre de films américains : grandiloquence, comportements outrés, utilisation abusive de la musique d’accompagnement. Il n’en est rien, bien au contraire ! "Primadonna" est un premier long métrage particulièrement réussi, et la finesse et la délicatesse dont fait preuve la réalisatrice n’empêche pas ce film de dégager une grande force, du début jusqu’à la fin. critique complète sur https://www.critique-film.fr/critique-primadonna/
    traversay1
    traversay1

    3 289 abonnés 4 702 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 24 novembre 2023
    Ce n'est pas rien ce que raconte Primadonna, dans la Sicile du milieu des années 60, autour du traditionnel "mariage réparateur", qui imposait aux femmes d’épouser leur agresseur. Ce n'est pas rien et c'est l'histoire réelle d'une jeune fille toute simple d'un petit village, qui a osé dire non à une pratique acceptée par tous, depuis toujours, avec la complicité de l’Église. Ce qui surprend dans Primadonna, qui porte le titre explicite de The Girl from Tomorrow à l'international, c'est la modestie de la réalisation, adoptant un profil bas, dans un récit qui, à sa manière, s'inscrit pourtant dans le souffle de l'histoire des droits des femmes. Sans doute la réalisatrice Martina Savina a t-elle voulu rester fidèle à la personnalité de cette héroïne malgré elle mais son film, trop sage, en devient presque mièvre et semble survoler son sujet. Même remarque s'agissant de l'environnement de la jeune femme, à commencer par sa famille et ses rapports avec son père, ou encore le despotisme du maître du village dont on devine la peur qu'il inspire. Au crédit du film, qui reste passionnant malgré ses manques, il serait injuste de ne pas souligner ses qualités esthétiques et surtout la fraîcheur et le talent de son interprète principale, Claudia Gusmano. Elle est pour beaucoup dans le prix du public que Primadonna a obtenu au Festival italien de Villerupt.
    selenie
    selenie

    5 773 abonnés 6 090 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 15 février 2024
    La cinéaste fait un choix facile, ou plutôt trompeur car elle utilise une histoire vraie en modifiant tout ce qui fait sa singularité dans la Sicile de 1965 pour correspondre plus généralement à la question du consentement aujourd'hui. Changer le prénom de Franca en Lia est le premier pas, ensuite la cinéaste a soustrait trop d'éléments des faits historiques (mafia complètement occultée, fiançailles en Allemagne omises...) ce qui n'a plus grand chose à voir avec l'histoire de 1965. Ensuite, la cinéaste est un peu maladroite car elle montre une Lia/Gusmano d'abord séduite et amoureuse, hésitante ensuite et sans qu'elle ne soit clairement dans le refus et la lutte ce qui laisse un doute factuel même si tout est fait au contraire pour que Lorenzo soit bel et bien le salopard. Mais le plus grave reste la partie procès, résumé à deux déclarations, celles des deux principaux intéressés, puis le verdict. Pas de débat contradictoire ou constructif, donc juste une ligne directrice unilatérale sans réflexion. Intéressant mais un peu bâclé, trop militant aveugle et donc manichéen même si sur le fond on ne peut qu'être d'accord.
    Site : Selenie.fr
    Isa40
    Isa40

    1 abonné 2 critiques Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 22 janvier 2024
    Un coup de cœur, un film tout en pudeur qui évite les anachronismes d'un féminisme contemporain qui serait plaqué sur cette histoire d'injustice scandaleuse faite aux femmes ( tenues d'accepter le mariage avec leur violeur en guise de " réparation "). Domination masculine mais aussi sociale dans ce village sicilien qui vit presque en autarcie dans les années 1960 où les habitants vivent sous le regard de la collectivité. Gare à ceux qui s'écartent des codes sociaux, ils sont implacablement exclus
    evariste75
    evariste75

    134 abonnés 139 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 4 février 2024
    Une flopée d'acteurs rayonnants à commencer par l'actrice principale, de très belles images, un jeu sobre des acteurs loin des piailleries et des excès de certains films classiques italiens...
    Bart Sampson
    Bart Sampson

    311 abonnés 577 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 28 janvier 2024
    Le genre de film que j'aime. Avec en toile de fond la situation peu connue en France des mariages "réparateurs" qui consistaient à épouser une jeune fille précédemment enlevée et abusée. Une situation que la loi n'a abrogée qu'en 1981 mais qu'un fait divers de 1965 a considérablement ébranlé. C'est cette histoire que narre ce film évidemment féministe. Film un peu trop "propre" à mon goût probablement pour brasser large mais bien interprété donc ne boudez pas votre curiosité et allez le voir. Il reste un témoignage intéressant d'un monde patriarcal en cours de dissolution en europe.
    jerome S.d.c.
    jerome S.d.c.

    18 abonnés 104 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 20 mars 2024
    Joué avec émotion et finesse, ce film surprend par sa sobriété démontrant tout en douceurs les abus d'une société tant patriarcale
    que corrompue. Bon film, parfois un peu simpliste sur les exposés juridiques.
    Dois-Je Le voir ?
    Dois-Je Le voir ?

    330 abonnés 1 709 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 5 février 2024
    Le cinéma italien aime nous régaler. Cette fois, il s’agit de Primadonna. Ce drame a une grande portée historique moderne, celle de l’Italie des années 60. Il s’inspire de l’histoire vraie de Franca Viola. Cette femme italienne est restée dans les mémoires pour avoir refusé un « mariage réparateur ».

    Le film introduit bien l’histoire afin de comprendre le contexte de l’époque. Dans un premier temps, on suit donc Lia afin de voir son quotidien, ses relations avec sa famille, mais surtout Lorenzo. Puis, vient le moment où tout bascule. Lia ose dire non ! À partir de là, le film prend une tout autre tournure.

    C’est passionnant de voir l’impact de ce choix très fort, et immensément courageux. Les répercussions sur la vie de cette jeune fille vont être terribles. Après sa décision de porter plainte, elle va être ostracisée par son village. Même l’Église lui fait comprendre qu’elle n’est plus la bienvenue. Pourtant, cette institution est primordiale dans la vie d'un village italien des années 60.

    Ce constat est terrifiant de notre point de vue en 2024. Comment imaginer qu’une femme agressée endosse le rôle de pestiférée alors qu’elle est la victime ?

    La performance de Claudia Gusmano est admirable. Elle porte haut un personnage difficile. On ressent véritablement la responsabilité sur ses épaules. Seules contre tous, ou presque, cette situation est des plus touchantes.
    PL06
    PL06

    9 abonnés 131 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 10 février 2024
    Il y a des ingrédients de chef d’œuvre dans ce film bouleversant : le jeu de Claudia Gusmano, sobre mais incroyablement émouvant, le tableau de la société rurale sicilienne des années 60, le passage au crible d’une pensée familiale traditionnelle. Par une mise en scène sobre et un montage classique, la réalisatrice laisse son sujet émerger et nous subjuguer par la douleur et le courage de cette femme, Lia, inspirée de ce qu’a vécu Franca Viola en 1965.

    Il semble que sur plusieurs points la réalité historique dépasse ce que révèle le scénario : violences commises contre la famille, importance de la médiatisation au niveau national. L’affaire fera grand bruit en Italie, la presse nationale soulignant le fait que la population locale soutenait les coupables…

    On pourra donc regretter la modestie du propos au regard des faits, et par ailleurs le caractère un peu hésitant des 20 premières minutes.

    Mais c’est un très beau film de facture classique, prometteur pour un premier long métrage !
    Fabienne Mouy
    Fabienne Mouy

    4 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 29 janvier 2024
    Un film important et magnifique. Aujourd'hui où l'abus de pouvoir de certains n'inquiète plus les foules et où les avancées en matière de droit de femmes sont malmenées, ce retour en arrière doit nous alerter.
    Laforet7664
    Laforet7664

    1 critique Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 4 février 2024
    "Première femme", "Fille du futur" : soit !
    Pourtant, en 1970, "Seule contre la mafia" ("La moglie più bella") nous proposait déjà la maestria d'une actrice poignante (Ornella M.) et d'une musique présente (Ennio M.) : pour mettre des noms sur ces initiales, pour envisager le même combat filmé sous un autre angle, merci de visiter cette autre réalisation italienne.
    Avec la proposition de 2024, intéressante, sans doute faut-il regretter la piètre qualité des sous-titres français dont l'orthographe est vraiment perfectible.
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top