Mon compte
    Les Copains d'Eddie Coyle
    note moyenne
    3,2
    43 notes dont 8 critiques
    répartition des 8 critiques par note
    0 critique
    2 critiques
    5 critiques
    0 critique
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur Les Copains d'Eddie Coyle ?

    8 critiques spectateurs

    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 2619 abonnés Lire ses 5 764 critiques

    3,0
    Publiée le 22 août 2013
    Les Copains d'Eddie Coyle est un polar sobre ce qui n'est pas un point négatif en soi mais il l'est sans doute un peu trop, rien n'est vraiment mauvais mais ni marquant dans ce film de Peter Yates.
    Le scénario est pas mal mais tout met un peu trop de temps à s'installer et à se réunir pour que l'on soit dès le début scotché par l'histoire, la mise en scène est correcte même le jeu des acteurs (dont le grand Mitchum) est bien mais n'a rien d'éclatant.
    Les Copains d'Eddie Coyle manque de nervosité, d'intensité psychologique et même d'émotion mais l'ensemble est un bon polar qui se regarde sans ennui mais ce n'est pas un film qui marquera les esprits.
    En fait c'est juste un bon film sans plus auquel manque l'étincelle qui fait la différence.
    bobmorane63
    bobmorane63

    Suivre son activité 106 abonnés Lire ses 1 592 critiques

    4,0
    Publiée le 29 juin 2018
    Un très bon polar signé par le cinéaste Peter Yates !! C'est le deuxième long métrage que he découvre e metteur en scène après le surestimé "Bullitt" et on est plongé dans les années 70 avec "Les copains d'Eddie Coyle" , ne pas trop fier à ce titre ar le personnage principal doit purger cinq ans de prison ferme et se voit proposer par la police contre une courte peine pour leur aider a trouver des trafiquants d'armes et de braquages. Ces derniers raquent des banques méthodiquement et minutieusement pour emporter le gros pactole. Ce que j'ai aimé dans ce long métrage, 'a mise en scène de Peter Yat avec des lumières de fond d'écran jaune le jour et bleu la nuit. Puis, il y a de bons comédiens qui sont bien aidés par les dialogues avec en tète Robert Mitchum, on ne peux pas en dire du mal de cet acteur qui est une fois de plus prodigieux. Une oeuvre policière que je conseille.
    Jean-François S
    Jean-François S

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 635 critiques

    3,5
    Publiée le 9 septembre 2016
    Peter Yates aurait certainement beaucoup de mal à faire des films de nos jours avec les rythmes effrénés des montages modernes. Revoir "Bullitt" à l'aube du XXIème montre déjà le fossé qui s'est creusé entre les films dit d'action des années 70 et les blockbusters actuels. "Les copains d'Eddie Coyle" tourné en 1973 démontre lui aussi que le cinéaste n'est pas un adepte de l'action spectaculaire à tout prix. Il sait poser sa caméra où il faut pour créer le suspens et n'a pas besoin d'artifices de montage pour tenir le spectateur en haleine. Considéré comme un classique du polar de son temps, le film n'a pourtant pas eu de succès à sa sortie, peut-être en raison de sa fin surprenante et inhabituel pour un film américain. Il ne fut projeté que 20 ans plus tard en France et reste toujours inédit en vidéo par chez nous. Il est vrai que pour les jeunes spectateurs modernes, le film peut paraître bien bavard et le jeu de Robert Mitchum qui avait pris du poids pour jouer son rôle de vieux truand sur le retour n'aide pas à dynamiser le film.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 591 abonnés Lire ses 3 572 critiques

    4,5
    Publiée le 5 février 2019
    Réalisateur anglais venu de la télévision ("Le Saint", "Destination danger") après un court passage par l'assistance à des réalisateurs comme Tony Richardson ou Jack Lee Thompson ("Les canons de Navarone" en 1963), Peter Yates aura passé l'essentiel de sa carrière (21 films en 30 ans) à Hollywood. Après son film choc sur le légendaire "casse du siècle" à bord du train Londres-Glasgow ("The Robberry" en 1967), il est contacté par Steve Mac Queen alors à son zénith pour réaliser "Bullit" qui assoira définitivement le statut de l'acteur et restera célèbre pour sa fameuse course-poursuite dans les rues de San Francisco longue de près de 11 minutes. Peter Yates à la tête avec Philip d'Antoni (réalisateur unique du trop méconnu "The sevens-up" en 1973) de cette grosse production obtient immédiatement son passeport pour la Mecque du cinéma. Ayant un goût prononcé pour le genre noir et policier quoique sa filmographie compte aussi quelques comédies et un film en costumes, il s'intéresse dès sa parution en 1970 au livre de George V.Higgins ("Les copains d'Eddie Coyle"), ancien avocat reconverti, relatant la fin de parcours d'un petit truand d'origine irlandaise évoluant dans les faubourgs crasseux de Boston. Eddie Coyle c'est Robert Mitchum qui depuis quelques années délaisse le registre du séducteur viril et nonchalant mais aussi parfois inquiétant pour laisser apparaître les fêlures de l'homme que l'âge et les abus ont commencé à fragiliser. Le tournant s'est amorcé avec le magnifique "La vie de Ryan" de David Lean (1970). N'ayant jamais réussi à percer dans le milieu, Eddie Coyle dont les mœurs de voyous sont d'un autre âge vit d'expédients et de petits boulots pour continuer à faire vivre sa famille dans une banlieue minable. Pire, en liberté sous caution, il doit répondre très prochainement d'un chef d'accusation qui sans coup férir va le conduire à nouveau derrière les barreaux. Contre ses principes, il en est réduit à transiger avec un jeune flic ambitieux (Richard Jordan) qui par jeux de dupes successifs cherche à en faire une balance à sa solde. Autour de ce vieux lion solitaire qui ne sait plus à quel saint se vouer, se meut toute une faune qui via la plume aiguisée de George V.Higgins et la caméra de Yates donne une image nettement moins glamour du milieu tel qu'Hollywood a toujours aimé le présenter. Sur cette voie Peter Yates n'est pas seul. Richard Fleischer ("Les flics ne dorment pas la nuit" en 1971), Roland Kibbee ("Le flic se rebiffe" en 1974) ou encore Sidney Lumet ("The offence" en 1972) ont aussi magnifiquement utilisé des acteurs blanchis sous le harnais comme George G. Scott, Burt Lancaster ou Sean Connery pour exposer de manière très réaliste les jeux troubles qui régissent les rapports entre police et milieu. Les codes anciens n'ayant plus cours, Eddie Coyle miné par la lassitude a souvent un coup de retard, ne comprenant visiblement pas que l'absence de règles est la nouvelle donne. spoiler: Peter Yates par sa manière de filmer un Robert Mitchum en état de grâce nous rappelle sublimement que dans la jungle un lion affaibli est rapidement un lion mort. C'est le grand second rôle Peter Boyle impavide et parfaitement amoral qui se chargera de donner le coup de grâce
    . Noir à l'extrême, tourné dans un Boston impersonnel et dépressif au possible, "Les copains d'Eddie Coyle" injustement méconnu constitue sans doute le point d'orgue de la filmographie de Peter Yates (lui-même le savait bien, affirmant que c'était son préféré) et démontre une fois de plus que Robert Mitchum n'avait pas besoin d'être omniprésent à l'écran et de s'agiter plus que de mesure pour exprimer son immense talent
    soulman
    soulman

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 834 critiques

    3,0
    Publiée le 10 mars 2021
    Sans être un sommet du film noir, cette réalisation habile de Peter Yates se regarde sans déplaisir ; elle bénéficie d'un excellent casting d'où émerge Robert Mitchum, parfait en pitoyable dealer d'armes, lâché tant par ses complices que par la police. Le cinéaste rappelle qu'il sait filmer les bagnoles et la BO, funky à souhait, ancre à jamais le long-métrage dans les années 70.
    Gérard Delteil
    Gérard Delteil

    Suivre son activité 102 abonnés Lire ses 1 589 critiques

    3,0
    Publiée le 23 avril 2018
    La présence de Mitchum, utilisé à contre emploi dans un rôle de loser, sauve Les copains d'Eddie Coyle de la banalité complète. Ce film reste tout de même très daté séventies. Il manque un peu de rythme et les scènes de hold up ne brillent pas par leur originalité. On ne s'ennuie pas, mais on n'est pas non plus scotché. Une réalisation honorable de Peter Yates, mais pas un grand film noir.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 3 juillet 2015
    Tiré du roman du même nom de George V. Higgins, "The Friends of Eddie Coyle" est caractéristique des films policiers des sixties-seventies. Comment un petit malfrat sans envergure devient une balance pour la police ? Jusqu'où ira-t-il ? Qu'adviendra-t-il de lui ? Voilà tout l'enjeu du scénario. Peter Yates a l'habitude de réaliser de bonnes séries B dans le genre action, aventure, thriller ou policier, comme c'est la cas ici, un film dépouillé à la violence feutrée. Mais cela ne suffit pas pour faire un grand film. La mise en scène est honnête, sans plus, et Robert Mitchum n'est pas dans l'un de ses meilleurs rôles. Si Les dialogues sont efficaces, l'intrigue manque de mordant pour parvenir à soulever l'enthousiasme et pousser un hourra de satisfaction. Tous les rendez-vous se passent dans des endroits plus ou moins louches afin de rester discret. Les scènes d'action sont assez crédibles et mettent un peu de piment autour d'un récit assez apathique. L'histoire est toutefois intéressante et permet de passer une bonne soirée.
    Y Leca
    Y Leca

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 417 critiques

    1,5
    Publiée le 29 mars 2021
    1 heure avant que le scénario se mette en place et qu'on comprenne quelque chose...ennuyeux, lent et daté. On se demande ce que Mitchum est allé faire dans cette galère de seconde zone.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top