Mon compte
    Les choses de la vie
    note moyenne
    3,9
    2895 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Les choses de la vie ?

    117 critiques spectateurs

    5
    34 critiques
    4
    44 critiques
    3
    18 critiques
    2
    12 critiques
    1
    5 critiques
    0
    4 critiques
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 696 critiques

    3,5
    Publiée le 13 avril 2011
    Un joli film bien écrit,bien interprété, et très bien réalisé. On y retient quelques très belles scènes, telles que l'accident de voiture (vraiment étonnante de réalisme), une réunion de famille fictive où se sont invités les différents protagonistes de l'accident, et la très belle scène finale en mer. On se dit aussi que, si Michel Piccoli ne meure pas à la suite de l'accident, il finira bien par avoir un cancer du poumon, tellement il fume pendant la totalité du film (sauf quand il mange et quand il est inconscient...). C'est impressionnant. Blague à part, c'est un bon film.
    Ykarpathakis157
    Ykarpathakis157

    Suivre son activité 372 abonnés Lire ses 11 critiques

    1,5
    Publiée le 29 avril 2021
    La clé du film est son glamour. Pierre joué par Michel Piccoli, est impeccablement habillé, impeccablement coiffé en conduisant une Alfa Romeo stylée il est un architecte de haut vol qui se bat pour des espaces urbains vivables et verts contre des hommes d'affaires rustres cupides et obsédés par les garages. Il est séparé mais en bons termes avec sa femme la glamour Catherine (Léa Massari), et vit avec son amoureuse du moment la encore plus glamour Hélène (jouée par Romy Schneider). Il a rencontré Hélène dans le cadre le plus glamour qui soi, une vente aux enchères de meubles anciens haut de gamme à La Rochelle sur la côte atlantique de la France. Son accident est minutieusement expliqué et montré encore et encore sous différents angles et à différentes vitesses sans raison évidente et il y a un plan très artificiel d'une roue arrachée de la voiture et roulant toute seule sans aucun métal tordu ou autre signe de traumatisme. Hélas l'intrigue les dialogues et les personnages sont extrêmement limités et permettent à peine au film de décoller. Le manque de profondeur des personnages est probablement le pire aspect. Ces personnages ne sont absolument pas attachants, pas crédibles et le spectateur ne ressent aucune sympathie ni antipathie à leur égard. Ils sont aussi crédibles que des découpes en carton d'eux-mêmes. Par conséquent le dilemme du protagoniste principal qui ne sait pas s'il doit rester avec sa maîtresse ou sa femme, les souvenirs qu'il évoque de sa femme de ses lieux et de ses enfants n'ont aucun effet. C'est l'échec de ce film qui aurait pu être excellent si quelqu'un avait pris la peine de se préoccuper du scénario plutôt que du style...
    Prométhée
    Prométhée

    Suivre son activité Lire ses 98 critiques

    2,0
    Publiée le 30 mars 2018
    Les choses de la vie, comme tant d'autres films français des années 70 est un film qui a mal vieilli. Difficile de ressentir les atermoiements de ce cinquantenaire en crise existentielle, qui hésite sur l'amour a tenir. Reste une jolie mélodie et surtout un sacré aperçu de ce que pouvait être la consommation de clopes à cette époque (au moins une par scène pour chaque personnages!).
    03/2018
    o'bar
    o'bar

    Suivre son activité Lire ses 20 critiques

    4,0
    Publiée le 22 mai 2020
    Quel beau film! Beaucoup de finesse et d’émotion à travers ce destin d’homme, hésitant -un peu lâche, certainement, comme tous les hommes- et déchiré. Admirablement interprété par Michel Piccoli. Tout comme Romy Schneider, nouvelle amante presque immaculée, drapée dans sa beauté intemporelle, éclatante mais rongée par son inquiétude de voir son couple se décomposer. Magnifique Léa Massari également ; femme délaissée mais toujours aimée, respectée.
    La vie et ses méandres sentimentaux, une chose bien subtile que Claude Sautet saisit parfaitement dans ce long métrage, avec un grand romantisme, sobre, efficace mais aussi une belle virtuosité narrative : cet accident de voiture, ces non-dits, ces deux femmes, le fils de Pierre (Gérard Lartigau) avec lequel celui-ci renoue…. Une magie opère. C'est bien un certain bonheur qui au final transparaît sur la pellicule.
    A ne pas manquer aussi l’accompagnement sonore de Philippe Sarde. Et bien évidemment, film intemporel mais on sourira de redécouvrir cette société Française de 1970 et on se dira que, décidément, beaucoup de choses ont bien changées depuis.
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 2 849 abonnés Lire ses 5 critiques

    1,5
    Publiée le 13 mai 2013
    Ayant avant tout regardé Les Choses de la vie pour la présence de la radieuse Romy Schneider peut-être ne suis-je pas réellement placé pour critiquer ce type de film qui est sans doute le genre que j'aime le moins au cinéma c'est à dire une histoire sur la banalité de la vie. Malgré le talent des comédiens je me suis rapidement ennuyé et j'ai trouvé que la mise en scène dégageait peu de force.
    Redzing
    Redzing

    Suivre son activité 521 abonnés Lire ses 3 critiques

    3,5
    Publiée le 25 mai 2020
    Pierre est victime d'un grave accident de la route. Un événement qui lui fait revivre certains moment de sa vie, entre la femme dont il est séparé mais avec qui il garde une bonne relation, et sa nouvelle compagne avec qui il construit un avenir. Hormis les toutes premières minutes, "Les Choses de la vie" démarre de manière un peu molle, et avec une mise en scène très sage. Mais c'est pour mieux présenter le quotidien de ce quarantenaire, et permettre ensuite de s'attacher à lui et de comprendre la démarche du film. Car la forme se veut ensuite plus originale, avec un montage pas toujours chronologique présentant des bribes de souvenirs, et une séquence d'accident éclatée et assez forte. "Les Choses de la Vie" sont ensuite montrées à travers ce prisme pour leur donner un sens nouveau, et insister sur le fait que des décisions ou petits actes peuvent avoir de grandes conséquences. Michel Piccoli est très à l'aise dans ce rôle de quarantenaire à un tournant de sa vie, tandis que Romy Schneider est superbe en compagne charismatique.
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 393 abonnés Lire ses 3 critiques

    4,5
    Publiée le 26 janvier 2015
    Superbe film très fort en émotion. Avec un procédé très original, parfois appuyé mais toujours en rapport avec le tourment du personnage qui voit sa vie basculer. Une superbe histoire avec deux acteurs monstres
    Sylvain P
    Sylvain P

    Suivre son activité 199 abonnés Lire sa critique

    2,0
    Publiée le 25 avril 2021
    Petit film sur le sens des petites choses de la vie qui en font tout le sel, on y suit un homme antipathique partagé entre les deux femmes de sa vie qui fait une expérience de mort imminente suite à une accident de la route dont il est entièrement responsable. Dur d'avoir une sympathie forte pour ce personnage interprété par Michel Piccoli. On lui préfère ses deux femmes, Romy Schneider et Lea Massari. Un Claude Sautet mineur.
    Claude DL
    Claude DL

    Suivre son activité 31 abonnés Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 25 mai 2020
    Je viens de revoir ce film déjà vu il y a fort longtemps. Certes, cela a beaucoup vieilli (50 ans !), certes la ligue anti tabac s'arracherait aujourd'hui les cheveux (nombre incalculable d'allumages de clopes), mais tout est traité avec une finesse extrême, et tout le monde mesurera à sa juste valeur la précarité de l'existence. En plus, la musique de Philippe Sarde est mémorable, tout comme les robes Courrèges de Romy Schneider. Toute une époque.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 995 abonnés Lire ses 4 critiques

    2,0
    Publiée le 17 décembre 2021
    Moi qui attend d'un film qu'il me narre une bonne histoire, j'ai été sidéré par la banalité ce qui nous est présenté ici. Une vague affaire de cul comme il en a des millions. Alors évidemment l'idée originale (je n'ai pas dit géniale) c'est de nous présenter ça en flashback pendant un accident de voiture (Dans le tome 3 de la Rubrique à brac, Gotlib en avait fait un pastiche avec un gars qui glisse sur sa savonnette, c'était bien plus rigolo). Le soucis c'est qu'ici, ça n'a rien de passionnant et qu'on est à la limite de l'ennui (la fin est interminable) . Certes, tout n'est pas à jeter loin de là, Piccoli nous livre une prestation prestigieuse, Schneider n'assure que sa présence, mais quelle présence, et puis j'aime bien Léa Massari ! (En revanche les seconds rôles sont assez médiocres à l'image de Gérard Lartigau, qui nous joue le fils de Piccoli, ou pire celle du chef de chantier). Et puis techniquement l'accident à de la gueule… Mais la banalité de ce qui nous est raconté ne passant pas, la réputation de ce film me semble bien surfaite.
    Hubert Guillaud
    Hubert Guillaud

    Suivre son activité 113 abonnés Lire ses 124 critiques

    5,0
    Publiée le 6 juin 2020
    50 ans + tard, il demeure quelque chose de magnétique dans Les choses de la vie. C'est certainement lié à ces plans "taille" qui nous collent aux personnages, entre distance et proximité. C'est certainement lié à la modernité même des personnages, à cette forme de simplicité, de réalité, d'authenticité et en même temps d'universalité qui émane d'eux. Comme si la vie même, l'amour, était à jamais irrésistible.
    tuco-ramirez
    tuco-ramirez

    Suivre son activité 72 abonnés Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 6 avril 2018
    Pierre, la quarantaine, est confronté à un sacré dilemme. Séparé de sa femme et donc aussi de son grand fils, il vit une passion pour une belle blonde aux magnifiques yeux bleues. Michel Piccoli, Léa Massari et Romy Schneider jouent l’éternel trio amoureux. Peintre de la bourgeoisie des 70’s, Sautet nous montre des relations empruntes de doutes mais apaisées entre des personnes intelligentes. Et c’est un des faits marquants du scénario, pas de heurts entre ces trois-là, pas de sensationnalisme ni de crises ; juste des situations et des échanges de grandes qualités. Prenant prétexte d’un RV professionnel à Rennes, Pierre prend la route pour un long trajet lui permettant de faire le point sur sa vie et de faire un choix entre les deux femmes de sa vie : la stabilité heureuse, car la relation avec sa femme est dépeinte avec beaucoup de moments de complicité et de tendresse OU la passion amoureuse et l’espoir d’une vie nouvelle avec une femme sans attache. La crise de la quarantaine, non !!! Dès le début du film, on connait le dénouement du film puisque le film débute par l’accident de voiture durant lequel Pierre va voir défiler sa vie devant lui. Et c’est dans les interstices des 70 plans ayant nécessité 10 jours de tournage et ayant inspiré John Woo ( !!! ) de cet accident que Sautet par un montage intelligent vient loger les flash backs de toutes ces petites choses qui font une vie. Grand film romanesque sec et concis !
    Mon blog: tout-un-cinema.blogspot.fr
    Nicolas S
    Nicolas S

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 367 critiques

    3,5
    Publiée le 16 octobre 2019
    La structure en flash-back des 'Choses de la vie', en plus de donner lieu à quelques scènes formellement impeccables, colore toute l'histoire d'une mélancolie émouvante. Il n'empêche, certains passages - notamment les disputes de couple - sont très convenus.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 11 janvier 2015
    Pourquoi ai-je en ma possession des films incritiquables ? La semaine dernière, c'était "Les 400 coups", et aujourd'hui j'ose me pencher sur "Les choses de la vie" de Claude Sautet. Inimaginable !
    Pour ceux qui ne le savent pas encore, à une période donnée de l'année, je me penche sur des réalisateurs/artistes qui ont marqué leur époque. En 2011 s'ouvrait donc mes cycles cinéma avec Méliès en premier pour le cent cinquantième anniversaire de sa naissance. "Le voyage dans la Lune" faisait bien sûr (!) partie de ma check-list. 2013 faisait apparaître l'un des initiateurs de la Nouvelle Vague, à savoir François Truffaut ("Tirez sur le pianiste", "Jules et Jim"...) puis Jean Cocteau s'est invité dans mon cinéma ("La belle et la bête", "Les parents terribles"). 2014 faisait place nette en introduisant Luis Bunuel dans mon répertoire ("Belle de jour", "Tristana"...). Et en ce mois de novembre, Sautet va faire partie de mon paysage cinéphilique. "Les choses de la vie" marque, dans ce cadre-là, ma première rencontre avec ce cinéaste. Suivront "Max et les ferrailleurs", "César et Rosalie" (premier film que j'avais vu de Claude), "Vincent, François, Paul et les autres", "Un mauvais fils", puis son film testament, "Nelly et Monsieur Arnaud".
    Mais revenons un peu sur le cinéaste qu'est Claude Sautet. Avant de devenir réalisateur, il est scénariste. Il écrit ainsi le script des "Yeux sans visage" (de Franju !!), "Monsieur" (avec Gabin) et "Échappement libre" (avec Bébel) notamment. Entre ces activités là, sort sur les écrans sa "Classe tous risques" (1960), son deuxième long-métrage qui permit la rencontre Belmondo-Ventura, et le succès Sautet d'arriver. Vinrent ensuite "L'arme à gauche" (avec Ventura bien sûr !) qui ne connut pas la même gloire, puis "Les choses de la vie", Prix Louis Delluc de l'année 1969.
    En compagnie de Jean-Loup Dabadie (la rencontre Sautet/Dabadie ne s'arrêtera pas ici : "Max...", "César et Rosalie", "Vincent..."...) au scénario, Sautet adapte le roman éponyme de Paul Guimard. Synopsis : après un accident de la route, un homme se remémore son passé, ses amours mais aussi ses doutes.
    L'histoire, somme toute banale, ne prend pas quinze pages. Sautet en profite pour utiliser des flashbacks maîtrisés à la perfection pour coller au plus à l'histoire. Banco Claude ! De plus, ses personnages sont tous plus vrais que nature car ils sont pris en flagrant délit de vie, tout simplement, par Monsieur le metteur en scène. Le tandem Dabadie/Sautet prennent le temps d'ancrer leur histoire dans l'époque des 60's et ainsi de faire une radiographie précise et millimétrée des "choses de la vie". Chaque rôle est important, même la plus courte apparition. Mieux coller au personnage pour un rendu le plus réaliste des choses, telle devait être la conviction de Sautet lorsqu'il a commencé à tourner son film. C'est à partir de ce moment que le terme "les choses de la vie" est intégré dans le monde du cinéma. Détails, pistes, tout est plus précis que jamais, à commencer par l'histoire que nous conte Sautet.
    Ajoutons là-dessus mise en scène (gros plans, plans rapprochés, travellings, contre-champs) succincte (montage précis) et donc fortement prenante, et nous avons affaire à une démonstration, une leçon de cinéma. Comment être au plus proche des acteurs ? En leur donnant toute leur valeur intrinsèque sur des plans millimétrés au possible. Comprendre les doutes de Piccoli (l'homme torturé par la vie), c'est le prendre en gros plan pour ensuite combiner sur un travelling arrière. Le tout, en associant toute la technique de Claude Sautet pour suivre les tourments de sa famille.
    Ah ! Et comment, aussi, ne pas passer à côté des acteurs ? Nous avons, en premier plan, le monstre Piccoli qui, à travers son scepticisme permanent, nous montre toutes les facettes de son talent. Michel Piccoli (déjà célèbre : "Le mépris", "Les demoiselles de Rochefort", "Belle de jour" de Bunuel, ...) est tout simplement impressionnant dans le rôle d'un homme meurtri par la vie. Extraordinaire, Michel ! En plus, il forme avec Romy un couple (normal !) certes brisé mais qui se pare d'un mordant enivrant. Emportée, la bellissima Romy Schneider (sa rencontre avec Sautet lui permet d'accéder au sommet de sa popularité. Elle jouera par la suite pour lui, mais aussi dans "Le trio infernal", "Le vieux fusil", "La mort en direct"...) balaie tout sur son passage. Royalement vôtre, Madame ! A leurs côtés, Lea Massari (mère incestueuse dans "Le souffle au cœur") qui, dans le rôle de la mariée, fait des apparitions on ne peut plus onctueuses et revigorantes. Avec aussi Jean Bouise (le transgénérationnel : vu chez les Costa Gavras, Yves Boisset comme les Besson), reconnaissable, Dominique Zardi l'éternel second ("Le doulos", "Le cerveau", "Rabbi Jacob", ...), et Bobby Lapointe (le chanteur de "Tirez pas sur le pianiste") qu'on reconnaît la main dans le sac !
    "Les choses de la vie", c'est aussi la BO unique mélodramatique de Philippe Sarde qui signe ici sa toute première composition pour le cinéma. Et quelle première !!! Philippe nous emporte corps et âmes dans les tourbillons de la vie, nous envoûte et fait de cette musique mirobolante au possible la couche à apposer sur la mise en scène de Sautet. Tous mes chapeaux, Monsieur Sarde !!! Dès qu'une note apparaît, on frissonne. J'en redemande ! Une maîtrise parfaite pour un début. Un régal !!
    Pour conclure, "Les choses de la vie", incritiquable, fait partie de ces chefs-d’œuvre du septième art, à n'en pas douter ! Piccoli, Sarde, Romy, Lapointe, et surtout, l'ami Sautet : du beau monde rien que pour nos yeux.
    Spectateurs, garez vous ! Un drame se dirige droit sur vous...
    totoro35
    totoro35

    Suivre son activité 72 abonnés Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 3 février 2012
    Une des plus belles réussites de Claude Sautet, tragédie humaine et poignante où le cinéaste parvient à nous émouvoir à partir d'une histoire somme toute banale, grâce une direction d'acteurs impeccable et à une mise en scène inspirée.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top