Mon compte
    Holy Lola
    Note moyenne
    3,9
    22 titres de presse
    • Le Parisien
    • Marianne
    • Studio Magazine
    • TéléCinéObs
    • Télérama
    • L'Humanité
    • Le Figaro
    • Le Figaroscope
    • Le Monde
    • Le Nouvel Observateur
    • MCinéma.com
    • Positif
    • Première
    • Rolling Stone
    • Zurban
    • Aden
    • Ciné Live
    • L'Express
    • Les Inrockuptibles
    • Ouest France
    • aVoir-aLire.com
    • Chronic'art.com

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    22 critiques presse

    Le Parisien

    par Marie Sauvion

    Tavernier signe une oeuvre forte et vraie, qui va droit au coeur. Très documenté, le scénario raconte un bouleversant parcours du combattant mais offre aussi, voire surtout, un magnifique portrait de couple.

    La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

    Marianne

    par Danièle Heymann

    Assez vite, on cesse de résister, de s'irriter, on s'embarque pour ce voyage où la misère est présente et l'espérance est violente (...). Holy Lola devient un film très fort sur le désir d'enfant viscéral, total.

    La critique complète est disponible sur le site Marianne

    Studio Magazine

    par Thomas Baurez

    Voir la critique sur www.studiomag.com

    La critique complète est disponible sur le site Studio Magazine

    TéléCinéObs

    par Marie-Elisabeth Rouchy

    Bertrand Tavernier filme ce temps de latence, de doute puis de reconnaissance avec une justesse infinie.

    La critique complète est disponible sur le site TéléCinéObs

    Télérama

    par Jean-Claude Loiseau

    Un Tavernier troublant de vérité. (...) Holy Lola porte la marque profonde, décisive, d'une expérience vécue à vif, sans réticence, à l'écoute des autres.

    La critique complète est disponible sur le site Télérama

    L'Humanité

    par Jean Roy

    Face à une telle volonté d'exhaustivité, les ronchons ne manqueront pas de voir là une introduction à des Dossiers de l'écran davantage qu'une oeuvre de l'esprit : on pourra au moins leur répondre que tout procède ici de la démonstration et jamais du chantage aux sentiments. Pourtant, c'est bien au coeur que s'adresse, comme toujours, Bertrand Tavernier, dans un élan de générosité évident qui vise davantage à comprendre ses semblables qu'à les juger.

    Le Figaro

    par La Rédaction

    Voir la critique sur www.lefigaro.fr

    Le Figaroscope

    par Françoise Maupin

    " Holy Lola " est une oeuvre sur la douleur : douleur des couples qui n'ont pas d'enfants, malheur des petits orphelins, désespérance d'un pays massacré. Beaucoup d'émotions, donc. Peut-être trop. On se passerait volontiers des dernières péripéties qu'endure le couple. Mais Bertrand Tavernier signe là néanmoins un film foisonnant, sincère, avec un couple formidable : Jacques Gamblin et Isabelle Carré.

    Le Monde

    par Jean-Luc Douin

    Les scènes filmées caméra sur l'épaule transfusent ses sentiments. Elles sont au diapason de l'élan rythmique apporté par le compositeur Henri Texier, de la sincérité d'un cinéaste qui, d'un film à l'autre, se remet en question. Holy Lola est peut-être un film mineur dans la carrière de ce bouillant insurgé. Il y libère néanmoins, comme jamais, cette émotion qui est sa marque de fabrique.

    La critique complète est disponible sur le site Le Monde

    Le Nouvel Observateur

    par Pascal Mérigeau

    Par moments, le point de vue du consommateur s'impose, (...) le film peut alors susciter la gêne. L'enjeu est ailleurs (...) : qu'est-ce que cela signifie de tourner aujourd'hui un film dans un pays martyrisé, dans un ville où chaque visage, chaque regard porte la marque de l'horreur vécue (...) : Holy Lola contient la réponse à la question, le film est la réponse, et au-delà de sa qualité documentaire, (...) il relève de l'autoportrait : qui sommes-nous, nous qui en passant considérons cette réalité-là ?

    La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

    MCinéma.com

    par Camille Brun

    Bertrand Tavernier n'est plus cinéaste, mais reporter pour " Madame Figaro " ! C'est en tout cas ce que laissent présager les premières minutes de HOLY LOLA. (...) Pourtant, petit à petit, HOLY LOLA, long métrage habile, dévoile tous ses charmes. (...) Cela, on le doit en partie à la mise en scène de Bertrand Tavernier, pas sublime mais, au plus près des personnages, efficace. Et surtout à Isabelle Carré et Jacques Gamblin, saisissants de naturel et de charisme.

    Positif

    par Jean A. Gili

    Holy Lola est un film déroutant, à mi-chemin entre le documentaire et la fiction, à mi-chemin entre le récit traditionnel, avec les ressorts dramatiques qui entretiennent le suspense, et la chronique ordinaire d'une recherche sans cesse entravée et sans cesse recommencée pour parvenir à adopter un enfant.

    Première

    par Sophie Grassin

    On est submergé par la lame de fond d'une émotion intense, le flirt entre documentaire (...) et fiction, l'intelligence spontanée des acteurs, la lumière sublime, les symboles fragiles.

    La critique complète est disponible sur le site Première

    Rolling Stone

    par Isabelle Danel

    Comme souvent chez Tavernier, le scénario est très documenté, parfois trop -ça déborde de notations d'anecdotes, là où parfois, un silence en dit plus long. (...) Et puis (...) Tavernier réussit l'impossible : il capte les abîmes secrets.

    Zurban

    par Eric Quéméré

    Si le résultat n'est pas exempt de maladresses, notamment dans la volonté du cinéaste de se montrer aussi exhaustif que possible, Holy Lola parvient pourtant à livrer le portrait bouleversant de protagonistes dont le désir d'enfant est si fort qu'il les poussera à affronter les pires embûches.

    Aden

    par Philippe Piazzo

    Ce qui gâche ce bel élan, c'est le récit, le scénario qui se charge de nous expliquer ce que la mise en scène fait passer intuitivement. (...) Dans cette chronique (façon Une semaine de vacances ou Ça commence aujourd'hui) à l'autre bout du monde, ce qui porte le film à bout de bras, quitte à se sentir ballotté, c'est la fougue du cinéaste. Sa détermination. On aime toujours autant son pas de charge, un peu moins l'itinéraire très fléché qu'il a pris ce coup-ci.

    La critique complète est disponible sur le site Aden

    Ciné Live

    par Phillipe Paumier

    Voir la critique sur www.cinelive.fr

    L'Express

    par Eric Libiot

    Voir la critique sur www.lexpress.fr

    Les Inrockuptibles

    par Alex Masson

    Film pesant et didactique sur le Cambodge, malgré quelques trouées documentaires sous l'influence Rithy Panh.

    La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

    Ouest France

    Tout au long de cette fiction documentée, voire documentarisée, Bertrand Tavernier a trop souvent le cri de colère lourdaud dans sa volonté de ne rien oublier de ce qu'il veut dénoncer en dressant son état des lieux. (...) On y ressent comme une pesanteur qui ralentit quelque peu le rythme de cette épopée. Et pourtant, (...) c'est quand même l'expression des sentiments qui prévaut toujours tout au long de cette histoire qui pourrait être vraie.

    aVoir-aLire.com

    par Nicolas Journet

    Le scénario écrit par Tiffany Tavernier et Dominique Sampiero préfère se lancer dans la démonstration, la construction d'un film à thème voire à thèse. Ce désir aurait pu s'exprimer avec force dans un documentaire, mais s'enlise dans la lourdeur au contact de la fiction. Dommage pour Jacques Gamblin et Isabelle Carré qui forment un bien joli couple (...). Dommage pour Bertrand Tavernier qui est loin d'être un mauvais réalisateur.

    Chronic'art.com

    par Jean-Philippe Tessé

    Un mot dit tout ça : cinéma démago. Une crainte le résume : attendre, tout au long de ces deux longues heures de métrage, que surgisse d'un pousse-pousse Philippe Torreton venu redresser les torts, héros positifs venu remonter le moral des autres héros positifs -imparfaits, humains quoi, mais positifs. Ça n'arrive pas, mais c'était moins une.

    La critique complète est disponible sur le site Chronic'art.com
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top