Mon compte
    La Fille aux allumettes
    note moyenne
    3,6
    99 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur La Fille aux allumettes ?

    19 critiques spectateurs

    5
    7 critiques
    4
    5 critiques
    3
    3 critiques
    2
    3 critiques
    1
    0 critique
    0
    1 critique
    Christoblog
    Christoblog

    Suivre son activité 506 abonnés Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 4 avril 2021
    La fille aux allumettes, c'est le cinéma de Kaurismaki réduit à son essence la plus pure.

    Dans ce film très court (1h10 seulement), tous les plans semble millimétrés, dans leur durée comme dans leur composition. Ils s'enchaînent avec une rigueur quasi mathématiques, dans le style si reconnaissable du réalisateur finlandais, mélange d'attention formelle extrême et d'émotions souterraines très intenses.

    Le film, qui vaut presque comme un manifeste, est remarquable de plusieurs points de vue : sa photographie froide et expressionniste est somptueuse, la progression de la narration stupéfiante et le montage au cordeau. Il doit beaucoup également à la prestation de Kati Outinen, qu'on reverra dans presque tous les films suivants de Kaurismaki, et qui irradie le film de l'intensité de son jeu.

    Si on n'est pas rebuté par la froideur apparente de la mise en scène et la dureté du propos, La fille aux allumettes fait partie des films scandinaves qu'il faut avoir vu.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 708 abonnés Lire ses 2 critiques

    3,5
    Publiée le 14 mars 2021
    Iris (Kati Outinen) travaille dans une fabrique d'allumettes à Helsinki. Elle verse tout son salaire à sa mère et à son beau-père qui l'hébergent dans un deux pièces miteux de la cité ouvrière. Elle croit trouver l'amour auprès d'Arne qui la méprise et l'humilie. La vie d'Iris ne peut que verser dans la tragédie.

    "L'Homme sans passé" (2002) est souvent présenté comme le meilleur film d'Aki Kaurismäki. Il a raté de peu la Palme d'or à Cannes et y a obtenu, en guise de consolation, le Grand prix. Kati Outinen y a décroché le prix d'interprétation féminine. Le film a valu à Kaurismäki l'un des six Jussis (l'équivalent des Césars en Finlande) de sa longue carrière. Pourtant ce n'est pas mon préféré.

    "La Fille aux allumettes" l'est peut-être. Car il résume le mieux selon moi le cinéma du maître finlandais. Résumer est le mot juste ; car il dure soixante-neuf minutes à peine, flirtant avec les canons du moyen métrage. Tout y est concentré, sans une once de gras : les banlieues pauvres de Helsinki, des personnages mutiques écrasés par une vie sans joie mais dotés d'une solide résilience, des plans fixes souvent suréclairés donnant aux images une patine de romans-photos, un humour grinçant, une bande musicale qui alterne les airs les plus démodés aux expérimentations néo-punks....

    Kati Outinen porte le film sur ses frêles épaules. La beauté hyperboréenne, elle a vingt neuf ans déjà à la sortie de La Fille aux allumettes ; mais elle en fait bien dix de moins. C'est son troisième film sous la direction de Aki Kaurismäki avec qui elle en tournera huit autres. Avec "La Fille aux allumettes", elle décroche son premier Jussi de la meilleure actrice (suivront deux autres en 1997 pour "Au loin s'en vont les nuages" et en 2002 pour "L'Homme sans passé"). Elle est si misérable durant la première moitié du film qu'on se demande un instant si elle ne joue pas un remake du comte du Danois Andersen et si elle va mourir de froid, sa dernière allumette soufflée. L'évolution du personnage dans la seconde moitié du film est étonnante, empreinte d'un féminisme enthousiasmant qui, en 1990, était encore d'avant-garde.
    Patjob
    Patjob

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 297 critiques

    2,0
    Publiée le 4 décembre 2020
    Aki Kaurismaki est assez souvent cité comme l’auteur de « La fille aux allumettes », qui serait très représentatif de son style. Le film associe une histoire qui relève du conte (le titre faisant référence à celui d’Andersen) et la description d’un univers laborieux triste et désespéré. Pourquoi pas ? En le visionnant, j’ai rapidement ressenti de l’ennui, voire de la frustration. Pourquoi ? En même temps me sont venus en tête les différents épisodes du Décalogue de Krzysztof Kieslowski : des films venus du nord tournés à la même époque dans un environnement populaire comparable, à la forme minimaliste utilisant beaucoup le plan fixe. Des points communs donc, mais… Dans « La fille aux allumettes », l’intrigue est simple, simpliste même, et sa narration emprunte de nombreux clichés (les romans à l’eau de rose, la fille qui reste seule assise au dancing). Les personnages qui entourent Iris sont tous (hormis le frère qui ne fait qu’une apparition) négatifs, ne suscitant pas la moindre compréhension. On est loin de la nuance et des développements complexes de Kieslowski. Et sur la forme, les plans fixes du film de Kaurismaki sont rapidement lassants, n’étant pas « signifiants » comme chez le réalisateur Polonais exemplaire sur ce point, leur longueur devenant lourdeur.
    soulman
    soulman

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 862 critiques

    5,0
    Publiée le 17 janvier 2016
    Difficile d'écrire que cette œuvre de Kaurismaki est la plus belle de sa filmographie tant celle-ci est riche. Pourtant, nous sommes ici en présence d'une véritable pépite, d'une densité et d'un tranchant rarement égalés. Kati Outinen est encore une fois parfaite dans le rôle de cette jeune femme sacrifiée qui décide que "trop, c'est trop". L'auteur concentre sa caméra sur les personnages qui entourent l'héroïne, tous plus vils les uns que les autres (son frère excepté, qui vit d'ailleurs dans un appartement très kaurismakien : juke-box billard).
    Amateur des mélos du ciné américain des années 40 et 50 aux couleurs chaudes, le réalisateur recrée une atmosphère décalée, résolument tournée vers le passé, pour conter une histoire terrible qui finit par glacer. Cette opposition donne au film toute sa force, intacte, un quart de siècle après sa sortie en salles.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 2 024 abonnés Lire ses 3 critiques

    3,0
    Publiée le 17 février 2015
    Une relecture intéressante du conte d'Andersen souffrant de quelques longueurs. On retrouve la photographie propre aux films de Kaurismäki, avec des couleurs assez saturées et pourtant le tout paraît très sobre, les décors sont austères, la mise en scène est quasiment statique... ce qui n'est pas pour me déplaire. On suite donc cette fille qui n'est plus forcément toute jeune qui n'arrive pas à quitter le cocon familial car elle ne trouve pas de mari ou du moins d'homme dans sa vie. Là on a toute la tragédie du monde moderne résumé dans cette relecture.

    Elle ne peut pas être indépendante, elle a besoin de quelqu'un, elle ne peut pas se mentir à elle-même... Et on la voit seule, c'est assez déchirant d'une certaine manière. Et puis forcément les hommes qu'elle rencontre ne sont pas forcément les meilleurs non plus... Elle va faire sa quête d'émancipation, je ne vais pas révéler en quoi elle consiste mais c'est assez vrai dans cette façon de faire. Dommage que finalement ça prenne autant de temps... Alors je sais bien il faut ça pour instaurer l'ambiance, réussir à dire tout ça sans mettre de dialogues mais ça a beau durer à pleine plus d'une heure la fin se fait malgré tout attendre.

    Un film intéressant.
    Martin d.
    Martin d.

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 21 critiques

    4,5
    Publiée le 21 novembre 2014
    Iris est une Cendrillon moderne à l'heure de la mécanisation et du travail à la chaîne, elle travaille dans une fabrique d'allumettes et reverse son salaire au couple antipathique formé par sa mère et son beau-père. Elle est même battue à l'occasion.

    La thématique du conte de fées est soulignée de nombreuses fois: depuis le martyr enduré par Iris chez elle, jusqu'à l'achat d'une robe de bal dans l'espoir de trouver le prince charmant. Mais malheureusement pour elle, il est parfois cruel d'être une héroïne de conte de fées dans une société peu familiarisée à l'altruisme et à la grandeur d'âme.

    Le destin tragique d'Iris suscite d'abord de l'émotion avant que l'histoire ne prenne un autre tour, celui de la vengeance froide et implacable. Kaurismaki parvient comme toujours à communiquer au spectateur sa vision violente et désespérée du monde et de la société avec une justesse de ton et une sobriété qui ne font qu'en renforcer l'intensité.
    Julie M.
    Julie M.

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 157 critiques

    5,0
    Publiée le 30 mai 2013
    Un film silencieux qui raconte le lent désir de vengeance d'une jeune fille à la vie humiliante et frustrante.
    Pas besoin de cris, de dialogues surchargés ou de plans rapides lorsqu'on a un talent comme de celui de Kaurismaki.
    C'est impressionant comme son style minimaliste réussit à nous toucher et à nous émouvoir.
    Chapeau!
    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 148 abonnés Lire ses 3 critiques

    3,0
    Publiée le 23 avril 2021
    Iris, une jeune fille qui travaille à la fabrique d'allumettes, est exploitée par tous ses proches; elle décide de sortir de sa torpeur.
    Une fable moderne tragique et émouvant malgré seulement quelques répliques. Tout est déjà dit.
    islander29
    islander29

    Suivre son activité 415 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 20 octobre 2012
    il me semble que je pourrais regarder ce film mille fois, je serais toujours émerveillé....Kaurismaki n'est pas qu'un poète formel, il l'est immensément dans sa vision désespérée de la vie....Cette fille aux allumettes dans une finlande très géométrique et épurée (style inimitable du metteur en scène), a un charisme biblique, elle croit à l'amour, mais Dieù ne croit pas en elle......Abandonnée de la société elle se forge un silence et se venge de l'homme qui l'a trahie.....Poète de la nuance, de la sobriété, des lumières abandonnées, Kaurismaki, l'universel finlandais nous montre la démesure du destin (sa force diraient certains) et par une mise en scène rigoureuse mais libre, par des chansons dans les bars, des chansons qui réconcilient avec l'humain , des tonalités de couleurs unies, nous emmène chez nous, chez lui, là où la nuit des gens simples finit par éclairer.....Indispensable....
    Jo D
    Jo D

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 133 critiques

    4,0
    Publiée le 4 octobre 2012
    Le moins que l'on puisse dire est qu'Aki Kaurismäki n'y va pas avec le dos de la cuiller. Réalisation sobre et efficace, où tout effet de style superflu est banni. Kati Outinen, en "petite fille aux allumettes" est très touchante. Elle fait d'ailleurs un peu pensé à Björk dans "Dancer in the dark", inspirant autant la pitié et la révolte envers le monde qui l'entoure.
    La vie ne l'a pas aidé, personne ne l'a aidé, mais elle va se venger successivement de toutes les personnes ne l'ayant pas prise en considération. Un final d'ailleurs très réussi, où l'on sent parfaitement sur le visage de notre jeune fille, le sentiment de la victoire, où elle savoure chaque instant un par un. Même les moments où elle fume sa cigarette sont excessivement fort, geste anodin mais qui témoigne avec justesse d'une liberté retrouvée.
    Flying_Dutch
    Flying_Dutch

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 770 critiques

    4,5
    Publiée le 26 mars 2012
    Kaurismäki dans toute sa splendeur, il pousse ses choix artistiques à leurs extrêmes. Une chronique ouvrière déprimante et pourtant teinté de couleur qui se transforme finalement en marathon vengeur (un peu à la manière de la pièce Liberté à Brême de Fassbinder, mais en moins élaboré). Kaurismäki filme cette chronique telle qu'elle pourrait se présenter dans la réalité, il filme à morceau de vie quelconque dans lequel entrent les personnages, puis en ressortent, et cela pour la plupart des plans, ce qui rend le travail de montage très intéressant et très efficace. Son économie des dialogues, si propre à son style, sert parfaitement le propos du film. Iris évolue dans un univers vide fait de répétitions et de monotonie à l'image de ces machins qu'elle côtoie dans son usine, rêve et tente de s'en extirper mais ne rencontre que des embûches. Mais cette fois-ci, et c'est peu commun chez le cinéaste, le film reste relativement pessimiste quant à l'issue de cette quête désespérée.
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 13 décembre 2011
    C'était soporifique, j'ai trouvé les plans beaucoup trop long, je veux dire c'est bon on a compris , pas besoin de faire un plan de je ne sais combien de minutes. Je vois ou le film veut en venir, mais il n'a pas réussi à me toucher ou à m'interpeller. C'est dommage.
    Parkko
    Parkko

    Suivre son activité 110 abonnés Lire ses 2 critiques

    2,0
    Publiée le 21 juillet 2011
    J'étais curieux de voir un film de Kaurismäki mais je crois que je n'ai pas choisi le bon. Car j'ai trouvé le parti pris intéressant. Mais j'ai trouvé son propos idiot... mais alors. C'est digne d'une série télé finlandaise là, c'est pas possible. Ca tombe dans le pathos et quand vous pensez que le point de pathétique est déjà atteint non, Kaurismäki parvient à le creuser encore davantage. Et quand vous vous dîtes que ça y est, là on ne peut pas tomber plus bas, vous découvrez qu'il existait encore une dernière couche sous-jacente. C'est bête, mais alors c'est bête. C'est incroyable de faire un film comme ça en se disant "Ah ouais ça ça va émouvoir". Mais c'est tellement grossier que c'est pas possible. Ohé, mais tes personnages n'ont pas des réactions d'êtres humains là dedans.
    BL69
    BL69

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 2 avril 2011
    Un des films qui m'a le plus marqué. Impressionnant et très fort, malgré seulement 3 répliques. La claque.
    soliloo
    soliloo

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 588 critiques

    2,5
    Publiée le 21 mars 2010
    De l'art de la non-communication. Voici un film particulièrement introspectif. Loin des préoccupations de montrer ce qui se passe extérieurement, il s'intéresse au fonctionnement psychologique de ses personnages. Peu de dialogues, peu d'action. Tout est très synthétique, condensé. On en est complètement dérouté. Des éléments a priori importants dans la narration sont complètement éludés, comme si le plus important était ailleurs, dans l'esprit, pas dans les faits. Une fois passé l'effet de surprise dû à l'ambiance lente et pesante instaurée dès le début du film, on se prend au jeu. On regrette toutefois qu'il ne se passe rien avant le dernier quart d'heure. Tout ça pour ça. Mais ici ce n'est pas le scénario qui compte (en termes d'événements), mais la mise en scène et la forme du film qui traduisent l'état interne de l'héroïne.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top