Mon compte
    Un Amour de Swann
    note moyenne
    2,6
    84 notes dont 12 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 12 critiques par note
    1 critique
    1 critique
    4 critiques
    4 critiques
    1 critique
    1 critique
    Votre avis sur Un Amour de Swann ?

    12 critiques spectateurs

    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 2716 abonnés Lire ses 5 794 critiques

    3,0
    Publiée le 9 mai 2012
    N'ayant jamais lu une seule oeuvre de Proust je ne serais donc dire si le film de Schlöndorff restitue bien le style de l'écrivain mais je sais qu'il est réputé difficile à adapter. Un amour de Swann est soigneusement mis en scène, beaucoup d'élégance et une belle reconstitution de l'époque. C'est une histoire d'amour qui manque de flamboyance entre un riche et une demi-mondaine (le nom donné au XIX siècle aux prostituées de luxe) mais qui a quelque chose de touchant. L'interprétation est de bon niveau notamment celle de Jeremy Irons (doublé par Pierre Arditi en français) très à son aise dans la peau de cet être oisif et blasé, on remarquera l'apparition excentrique d'Alain Delon. Un amour de Swann est plutôt un beau film mais souffrant d'une certaine froideur. Schlöndorff nous montre bien la manière futile dans laquelle se prélassait certains membres de la haute société.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 2140 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    2,0
    Publiée le 5 mai 2012
    Adaptation de la partie la plus intéressante (et de loin !!!) des trois parties qui composent le premier roman d'"A la recherche du temps perdu", "Un Amour de Swann" prouve que le cinéma et Marcel Proust ne sont pas faits pour être concilier. Schlöndorff n'arrive jamais à aller au-delà de l'apparence, à plonger dans les abymes de l'écriture très complexe de l'auteur. Reste que ce livre de belles images (les intérieurs de la fin XIXème-début XXème sont très bien restitués !!!) est beaucoup moins désagréable à regarder que je l'aurais pensé. Qui dit distribution internationale dit forcément doublage. Jeremy Irons (avec la grande aide de Pierre Arditi !!!) joue un Charles Swann convaincant ; quand à Ornella Muti, si physiquement l'actrice est bien choisie pour le rôle d'Odette de Crécy son doublage est très mauvais. Et Alain Delon en Baron de Charlus réussit le prodige d'en faire trop en ne faisant rien. Dans l'ensemble cela reste très anecdotique. Je continue de penser que seul Luchino Visconti aurait pu réussir l'exploit impossible d'adapter Proust sur grand écran.
    mazou31
    mazou31

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 1 062 critiques

    2,5
    Publiée le 14 février 2012
    Visconti et Losey n’ont pas osé, Schlöndorff l’a fait… et s’est planté ! La seule, à ma connaissance, qui a évité le bide sans vraiment réussir est Nina Companéez dans son téléfilm « À la recherche du temps perdu ». Oui, Proust reste inadaptable au cinéma, son style introspectif est à mille lieux du langage cinématographique et ce film-ci est particulièrement bégayant ! Il est réalisé avec un soin admirable, une reconstitution excellente mais sinon rien. C’est académique, sans âme, ennuyeux et creux ; les acteurs essayent d’apporter un peu de chaleur mais aucun n’y réussit : Jeremy Irons et Alain Delon, malgré leur talent, frisent la transparence et seule, Ornella Mutti, avec son charme vulgaire, représente une Odette de Crécy fidèle au roman. Donc un film très, très moyen, malgré la distribution de luxe.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 21 mai 2014
    Une bonne introduction à l’œuvre de Proust, les connaisseurs devraient apprécier, les néophytes y trouver de la curiosité.Le jeu d'acteurs y est ciselé à la virgule Proustienne près; ( Delon y tire très bien "son épingle" ( de cravate) !
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 31 août 2012
    j'ai revu ce film dérnièrement et j'ai trouvé l'adaptation de nina companez pour la télévision supérieur à cette adaptation cinématographique, bien qu'ici , il ne s'agisse que d'une partie de l'oeuvre de proust, on s'y ennuie un peu, à l'époque j'avais trouvé ce film interessant, encensé par la critique, trouvant delon grandiose dans un rôle inhabituel pour lui, j'ai remarqué que jeremy irons est présent dans tous les plans du début à la fin, la distribution est quelque peu internationnale, un anglais, une italienne, mais qu'importe, ils jouent tous très bien, néanmoins, nina campanez a trouvé le petit côté je-ne-sais quoi de l'oeuvre proustienne, avec ses flash backs, la narration de l'auteur, en regardant le télé-film on comprend mieux ce que proust a écrit, ce retour sur le passé et au fond sur lui-même, quand on se remémore le temps passé, on ne peut s'empécher de se placer, soi-même , au milieu de l'action et c'est cela que l'on voit dans le télé-film, j'ai essayé plusieurs fois de lire l'oeuvre de proust, mais à chaque fois j'ai été rebuté par son style, phrases longues et interminables, détails insignifiants pour le lecteur,
    en bref merci nina companez d'avoir dépoussiéré et rendu compréhensible "à la recherche du temps perdu"
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 5 mars 2011
    Si l'on fait abstraction de Proust (qui est juste inadaptable) on se retrouve devant une oeuvre ayant des qualités ; notamment dans l'interprétation de Swann/Jeremy Irons, et surtout Ornella Muti en demi-courtisane melant la sensualité au vulgaire.
    stanley
    stanley

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 716 critiques

    1,5
    Publiée le 19 février 2012
    Raoul Ruiz avait, par la force, les parti pris et l'innovation de sa mise en scène réussi dans Le temps retrouvé, à donner un certain plaisir au spectateur dans la vision de Proust. Walker Schlondorf lui, verse dans le ridicule, un film qui ne traduit en rien l'esprit et la narration de Marcel Proust. Le film est grossier, jusqu'à l'erreur de l'interprétation d'Alain Delon, pathétique dans le rôle de Charlus, ce n'est pas en changeant sa voix qu'on donne de l'attrait. Ornella Mutti n'est pas l'Odette de Crécy des livres. Ses beaux nichons qu'on passe le temps à voir, semblent plus faits pour la branlette espagnole que pour une représentation idéale de l'art proustien. On ne retrouve pas ici l'idée du livre. Seule bonne idée, les fantômes lors d'une scène. Un amour de Swann est insignifiant, maniérée et boursouflé.
    Xyrons
    Xyrons

    Suivre son activité 438 abonnés Lire ses 3 360 critiques

    4,0
    Publiée le 24 octobre 2008
    Je trouve que Volker Schlöndorff a plutôt bien réussi ce film. Cette adaptation de la célèbre œuvre de Marcel Proust est pour moi une belle réussite, Jeremy Irons est vraiment excellent dans ce rôle en revanche la présence d’Alain Delon passe presque inaperçu. Je ne vais pas raconter toute l’histoire mais je trouve que les idées de Proust sont conservés dans le film et la réalisation est à la hauteur du scénario. En revanche un reproche que je pourrais faire au film est son manque de dynamisme même si bien sur c’est une comédie dramatique.
    Flavien Poncet
    Flavien Poncet

    Suivre son activité 175 abonnés Lire ses 1 024 critiques

    2,5
    Publiée le 22 mars 2007
    Enième adaptation au cinéma d'un classique littéraire ? Non, car il s'agit là d'une oeuvre de Marcel Proust, écrivain littéraire ô combien. C'est donc vers un casse-tête que semblait se diriger Volker Schlöndorff en voulant adapter l'oeuvre d'un tel auteur à l'écran. Avec «Un amour de Swann» (France, 1983), le cinéaste réussit son entreprise, cependant de façon extrêmement classique (hormis quelques scènes érotiques plutôt surprenantes). «Un amour de Swann» est l'histoire torturée de Charles Swann (Jeremy Irons). Bourgeois aristocrate et dandy, il se trouve être amoureux d'une catin de luxe. D'après le réalisateur lui-même : c'est l'histoire d'une vie résumée en une nuit. Epris de la belle Ornella Muti, Swann va poursuivre follement et de façon faussement innocente sa dulcinée toute une nuit durant. Paranoïa ambiant, amour passionnel castré et encastré dans les codes bourgeois. Car le personnage de Jeremy Irons est comme une âme amoureuse trop à l'étroite dans la société bourgeoise. Mais tout cela provient de Proust, les apports véritables de Schlöndorff viennent de son montage qui utilise classiquement les flash-backs, des décors somptueux, et des costumes irréprochables. Ainsi «Un amour de Swann», comme son personnage principal, semble comme trop à l'étroit dans son classicisme, là où on sent une volonté du cinéaste de retranscrit la chaleur passionnelle du récit de Proust, on ne ressent qu'une banale histoire d'amour folle présentée avec la convenance nécessaire. Alain Delon, dont le nom trône bêtement sur l'affiche, n'est là qu'en témoin proustien homosexuel. Apparition fugace, fantôme de l'ancre qui tient le film au livre. Bref, «Un amour de Swann» en casse-tête cinématographique qu'il est demeure finalement une oeuvre classique contemporaine qui se laisse volontairement voir sans pour autant révolutionner ni le cinéma de littérature, ni le cinéma de Schlöndorff, ni le cinéma tout court.
    Schwann
    Schwann

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 261 critiques

    3,0
    Publiée le 21 juin 2012
    Au-delà de l'éternel mais réaliste "Proust ne peut pas être adapté au cinéma", il faut reconnaître que le film de Volker Schlöndorff m'a agréablement surpris, plus que le contraire. Cela est du à une équipe de scénaristes solide, qui ne s'est pas contentée de restituer linéairement le livre. L'incarnation du baron de Charlus (Alain Delon) est excellente. Les galeries de portraits sont toutes très réussies. Il reste dommage que le film reste à la surface des enjeux proustiens, surtout qu'il tente de tous les convoquer à tort. C'est également dommage de voir parfois qu'il se place du côté d'Odette, si j'ose dire. Enfin, quelle erreur que de poser Swann en position d'écrivain, et même de lui octroyer la première personne du singulier lors de certains discours qui sont de trop.
    powerangel007
    powerangel007

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 185 critiques

    0,5
    Publiée le 23 octobre 2009
    L'auteur Marcel Proust avait dévoilé avec son roman "un amour de Swann" l'une des oeuvres majeurs de notre siècle , et surtout l'une des plus complexes . Mais lorsque le réalisateur Allemand Volker Schlondorff décide de l'adapter a l'écran , cela nous donne un film au scénario baclé , avec plusieurs scènes sans aucun intéret , et qui n'en sauvé que grace a la formidable prestation des acteurs . "Un amour de Swann" devient alors le genre de livre qui , comme le "ERAGON" d'aujourd'hui , a eu droit a un film des plus pathétiques !
    Yalfy
    Yalfy

    Suivre son activité Lire ses 90 critiques

    5,0
    Publiée le 19 mai 2021
    Tout simplement la meilleure adaptation de Proust au cinéma grâce à Schlondorff et Jean-Claude Carrière.Alain Delon est étonnant en baron Palamède de Charlus gay et poseur.Jeremy Irons très bien en Swann dandy jaloux.Ornella Muti est crédible en cocotte Odette de Crécy.Marie-Christine Barrault est drôle en Madame Verdurin.Une belle musique moderne.L' esprit de Marcel Proust est respecté
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top