Mon compte
    Une Femme dans une cage
    note moyenne
    3,1
    22 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Une Femme dans une cage ?

    9 critiques spectateurs

    5
    1 critique
    4
    3 critiques
    3
    1 critique
    2
    2 critiques
    1
    0 critique
    0
    2 critiques
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 970 abonnés Lire ses 4 critiques

    5,0
    Publiée le 12 février 2017
    Il convient de réhabiliter d'urgence ce film qui semble maudit et/ou oublié. 7 ans avant les "Chiens de paille" de Peckinpah, nous avons là un film d'une violence à la limite de l'insoutenable, mais qui fonctionne à fonds grâce d'une part à une direction d'acteur excellentissime (Olivia de Haviland est fabuleuse) et par la, force du propos sous-jacent qui est une charge féroce envers l'indifférence. Plus de 50 ans après sa sortie ce film n'a pas pris une ride. .
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 2 198 abonnés Lire ses 4 critiques

    4,0
    Publiée le 22 juillet 2010
    Dès les premières images, on se doute très bien que le film ne veut pas nous mettre à l'aise. En fait, on voit des gens indifférents aux malheurs d'autrui, et alors qu'il suffirait d'un petit geste, et ne font rien pour les aider. On pourrait leur reprocher cela mais on a conscience qu'on a un miroir de notre société en face de nous et qu'on aurait hélàs exactement le même comportement. Et ce n'est pas le fait que le film annonce la violence sadique qui deviendra quasi-habituelle dans notre vie quotidienne qui arrange cette impression de malaise. Rien n'est fait pour le faire, aucun personnage sympathique auquel on puisse se rattacher même pas à celui d'Olivia de Havilland, la victime, qui apparait dès le début comme une demi-folle. Et face à un James Caan qui fait des quasi-débuts fracassants dans la peau d'un petite crapule, l'actrice s'avère très surprenante rejettant absolument toute forme de glamour. On n'ose pas imaginer que ce soit la même qui un quart de siècle avant incarnait la merveilleuse Melanie d'"Autant en emporte le vent" et c'est en cela que la performance de l'actrice est admirable. En tous les cas, ce thriller redoutablement bien mené ne peut pas laisser indifférent.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 7 005 abonnés Lire ses 10 critiques

    2,5
    Publiée le 5 octobre 2018
    Suspense honorable qui remet en question le handicap! La censure, paraît-il, n'apprècia pas! Le film (basè sur une idèe originale de Luther Davis) est interdit aux moins de 12 ans mais devrait l'être au plus de 12! La carrière de James Caan commençait là! Avec, aussi, le retour sur grand ècran de Ann Sothern! Images violentes, voire dures spoiler: (cf. le voyou renversè par une voiture)
    , difficilement supportables pour une personne vivant seul(e) dans une rèsidence luxueuse! Olivia De Havilland se tire tant bien que mal de l'aventure en restant bloquèe une bonne moitiè du mètrage dans son propre ascenseur! Pas facile surtout pendant le week-end du 4 juillet avec une chaleur à crever, l'actrice de "The Snake Pit" arrivant à maintenir l'intèrêt du spectateur avec le talent qu'on lui connaît! Certes, les intrus dans la rèsidence sont agaçants mais il y a des situations inattendues et surtout l'interprètation convaincante de Olivia De Havilland . « Celui qui sème la terreur rècolte la terreur ! » Voilà ce qu'il faut retenir de "Lady in a cage"...
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 634 abonnés Lire ses 3 critiques

    4,0
    Publiée le 25 mai 2014
    Série B des années 60 comme beaucoup d’actrices sur le déclin (Bette Davis, De Havilland, Crawford, Stanwyck,..) en tournaient à l’époque pour faire bouillir la marmite et rester dans le circuit. Cela a donné quelques petits chefs d’œuvre du cinéma d’épouvante et de suspense comme, « Mais qui a tué Baby Jane » ou « Chut… Chut… Chère Charlotte ! » . Ici la présence magnétique de la très expérimentée De Havilland permet au jeune James Caan de faire ses premières armes dans un rôle de loubard à faire peur. Le film passa inaperçu à l’époque mais aujourd’hui il mérite d’être réhabilité et c’est notre Eddy Mitchell national qui s’en charge au travers d’une collection DVD et c’est tant mieux. Mère possessive dont on apprendra plus tard qu’elle a certainement commis l’inceste avec son propre fils afin de le conserver définitivement pour elle, De Havilland se retrouve prisonnière d’un ascenseur d’appartement bloqué suite à une panne de secteur. Elle sera aux prises avec un couple formé d’une prostituée et d’un ivrogne qui par mégarde attireront dans la place trois jeunes délinquants ayant depuis longtemps rompu les amarres avec la société. Le film sur un sujet relativement simple, propice au suspense (Havilland arrivera t’elle à se sortir du piège ?) parvient à amener la réflexion sur différents thèmes de société : Les rapports de pouvoir au sein d’un groupe, les renversements d’alliance qui se font jour au fil des circonstances, la réaction de l'homme seul face au danger, le progrès technique peut-il réellement nous protéger de tout ? Chacun d'entre nous a t'il sa part d'ombre ? Tout ceci est habilement mené avec un sens du suspense avisé pour un metteur en scène qui ne fera pas une carrière grandiose hormis un travail de tâcheron pour la télé US. Havilland est encore très accorte et le metteur en scène ne se gêne pour s’attarder longuement sur ses formes généreuses dans le but de nous faire admettre par la suite la révélation de l’acte incestueux avec son propre fils qui en fera certainement une criminelle par accumulation de circonstances
    BlindTheseus
    BlindTheseus

    Suivre son activité 187 abonnés Lire ses 2 critiques

    4,0
    Publiée le 10 décembre 2008
    Un polar comme on en fait plus jouant le noir sur noir - Cornelia se débarasse rapidement des 2 voyous -, chose plutôt rarement réussi : le passage symbolique sur la stagnation de la société dûe à ces riches red-necks n'agissant qu'en troupeaux & autres " gêneurs " qui ne veulent jamais penser + loin que leur panse est intéressant; surtout aujourd'hui...
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 11 février 2009
    Il est vrai que lorsqu'une vieille bourgeoise reste bloquée dans un ascenceur en panne, elle joue de malchance, surtout quand une bande d'abrutis en chemise ouverte décide d'envahir la demeure... mais le pire n'est pas là!
    Le pire de tout, c'est que Walter Grauman se soit trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment, avec une caméra et qu'il ai décidé de filmer tout ça !
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 457 abonnés Lire ses 3 critiques

    3,5
    Publiée le 20 juillet 2010
    Réalisé en 1964 par Walter Grauman, " Lady in a Cage " s'avère une très agréable surprise, grâce à une mise en scène efficace et qui ne manque pas de suspense ( notamment dans sa seconde partie ) et à la brillante interprétation de l'ensemble de son casting. En tête d'affiche, nous retrouvons la légendaire Olivia De Havilland qui interprète à merveille le rôle d'une riche veuve handicapée et claustrophobe qui se retrouve bloquée dans son propre ascenseur suite à une panne d'électricité. Elle se retrouvera par la suite cernée par une poignée d'intrus dont un alcoolique, une prostituée et une bande de délinquants ( emmené par le tout jeune James Caan qui s'avère bien surprenant pour un de ses premiers rôles sur grand écran ) qui sont bien décidé à lui faire vivre un véritable enfer. L'histoire est donc bien captivante et réserve son lot de de séquences fortes, et fait que ce film mériterait à mon sens d'être un peu plus reconnu.
    Ykarpathakis157
    Ykarpathakis157

    Suivre son activité 329 abonnés Lire ses 10 critiques

    0,5
    Publiée le 10 juin 2021
    Une grande partie de ce scenario terrible suscite le rire c'est une bonne approximation d'une tentative d'allégorie de la part d'un collégien avec des références œdipiennes forcées. C'est aussi subtile que le crash du d'un avion. Un film vrai et prophétique ça prédit certainement à quel point les films allaient devenir mauvais après lui. Réalisé avec force il ne ménage pas sa peine pour balancer autant de sexe et de violence à sensation qu'il le peut avec son budget manifestement limité et dans le respect des normes de goût et de décence qui commençaient à s'effilocher à cette époque. Il est bien joué Olivia Havilland maudissant son agent fait du mieux qu'elle peut avec ce matériel minable et James Caan aussi surtout pour son premier rôle principal. Jennifer Billingsley fait de ce à quoi elle ressemble une droguée est risible et le niveau de câblage de Rafael Campos est ridicule. Une Femme dans une cage se termine sans aucune tentative de résoudre ou de donner un sens aux questions allégoriques qu'il tente de soulever. Ce film ressemble à quelque chose fait pour la télévision est mal ce qui se comprend d'après un regard sur le dossier du réalisateur. C'est un digne compagnon de Plan 9 from Outer Space d'Ed Wood mais au moins lui ne se prenait pas au sérieux...
    Lafaucheuse1
    Lafaucheuse1

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 30 critiques

    2,0
    Publiée le 27 avril 2012
    Les coïncidences s’accumulent pour transformer la vie de l’héroïne à un horrible cauchemarde. Un monde cruel, sadique est merveilleusement bien retransmit.
    A ne surtout pas regarder en cas de déprime car même si ce film ne veut pas effrayer il veut choquer, détruire notre vision du monde (si celle ci est utopiste).
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top