Mon compte
    Le Messager
    note moyenne
    4,1
    210 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Le Messager ?

    26 critiques spectateurs

    5
    9 critiques
    4
    14 critiques
    3
    3 critiques
    2
    0 critique
    1
    0 critique
    0
    0 critique
    Julien Chevillard
    Julien Chevillard

    Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 78 critiques

    4,5
    Publiée le 8 avril 2022
    un film très psychologique une étude des moeurs de l'époque très torturée parfois ambigue et très mélancolique
    un très beau casting servie par une magnifique bande originale de michel legrand
    un film a redécouvrir
    valerie flor
    valerie flor

    Suivre son activité Lire ses 26 critiques

    5,0
    Publiée le 15 février 2022
    Qu'est-ce qu'un grand film ? Je crois que c'est une œuvre qui va susciter une révélation chez le spectateur. Ici les motifs de révélations sont multiples et les thèmes abordés aussi. Faut-il les énumérer ? Je ne crois pas, chacun y trouvera ce qui le touchera. Les symboles sont là aussi, indissociables des meilleurs histoires qui nous expliquent la vie. Mais là je veux en citer un, l'eau ; qui ruisselle sur les carreaux au début du film comme nous prévenir de son importance dans celui-ci. L'eau que ne connaîtra pas le maillot de bain de Léo, sinon très succinctement par les cheveux d'une femme qui sera sa première révélation de la sensualité. Ce même maillot qui restera toujours sec puisque ne servant que de prétexte à Léo pour aller retrouver l'amant de cette femme pour une fausse leçon de natation. L'eau du cabinet de toilette qui engloutira la potion magique créée par un Léo se voulant sorcier des évènements qu'il subit pourtant. Et toujours cette eau à nouveau sous forme de pluie comme au début pour conclure le message du film, l'innocence bafouée d'un enfant trempé qui ne se remettra jamais de l'image qu'on lui impose de la sexualité. Je crois que plus qu'un ième film sur les véritables amours rendues impossibles par la moralité (ici la différence des classes sociales), ce chef-d'œuvre nous dit toute l'importance d'une première impression sur toute notre vie à venir. Comme souvent chez Losey la musique est presque un personnage par son importance et sa présence pour moi souvent agressive. Cette année 1971 verra révéler un autre chef-d'œuvre : "Mort à Venise" de Visconti qui narre l'autodestruction d'un homme âgé par la fascination qu'il éprouve au contact de la beauté d'un enfant, ce qui le rapproche du messager de Losey si on se pose la question sur ce qu'il peut bien avoir vécu pour avoir une telle attirance malsaine. Les deux films en compétition à Cannes cette même année 71, c'est "le messager" qui recevra à juste titre la palme car plus explicite des révélations essentielles de l'être humain à mon avis. Il y a comme cela dans le 7ème art (et ailleurs bien sûr) des films qui nous aide à comprendre qui nous sommes et ici on est bien en présence d'un de ceux-là.
    BoyenLaBuée
    BoyenLaBuée

    Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 18 janvier 2022
    « Il n’y a rien dans le noir qui n’y était déjà à la lumière. »

    Adrian Scott, « Le Garçon aux cheveux verts », 1948

    « Pourquoi êtes-vous si anxieux ? », à cette question Joseph Losey répond : « J’appréhende toujours tout, pour moi-même, pour les autres, pour les gens. C’est peut-être la nature du monde, c’est peut-être ma nature à moi qui veut cela, mais quand on est inquiet, on essaie juste de trouver une raison logique de ne pas l’être. Il n’y a en général rien dans le noir qui ne soit pas là quand la lumière est allumée, mais on se sent moins seul avec la lumière. L’obscurité, c’est l’âme, et elle est assez noire. Chacun de nous porte ce même fardeau. Ajoutez-y le fardeau des décisions à prendre. »[1]

    « Le Messager », sans doute le film le plus célébré de Joseph Losey avec « Monsieur Klein » (1976), n’est pas sans paraitre comme une extraordinaire somme du savoir-faire de son réalisateur. Il suit les traces d’un modeste enfant de treize ans, Léo, invité à passer un séjour dans une famille de l’aristocratie britannique, où il se voit séduit par Marian, la jeune fille de la maison qui lui fera porter des messages à son amant. Bien évidemment, Léo sera pris, cela ne peut se passer autrement. Mais plutôt que de dérouler le récit sur la création d’un faux-suspens, le film préfère mettre exergue une autre question : « comment sera-t-il pris ? ». Étrange coïncidence : nous nous imaginerions volontiers que « Le Messager » serait, justement, un film à message, comme une critique très claire des fausses valeurs de la société victorienne de 1900, du prix à payer pour vivre d’une hypocrisie latente. Mais ce qui semble surtout intéressé Joseph Losey, c’est le prix à payer lorsque l’on brise, notamment malgré soi, cet environnement. Souvent, du moins dans ses œuvres personnelles, les personnages de Joseph Losey se laissent consciencieusement noyer par le malheur, se désagrègent, se vampirisent, s’abreuvent avec satisfaction la déchéance de leurs âmes. C’est notamment le cas dans « The Servant » (1963), variante de Faust où progresse longuement le mal dans l’inconscient, ou « Cérémonie Secrète » (1968), où la subversive toxicité du cinéma de Losey tient dans un nœud de névrose féminine. Si aisance et vivacité sont les maitres mots de « Le Messager », avec son raffinement tenace (parfois même extrême), la splendeur de la campagne et sa douceur bucolique, il ne va pas sans dire qu’il s’agit là d’un film où nous pouvons tout y voir, sauf du bonheur. À la fin, Marian dit à Léo que ce qu’il a vu, c’est « la beauté et le bonheur ». Alors oui, on peut dire que Léo a assisté à un véritable amour, que ce qu’il a vu est loin d’être moche ; mais n’est-ce pas une souffrance, peut-être même l’une des plus profondes de toutes, de seulement voir le bonheur des autres ? Ainsi « Le Messager » suggère tant de choses sans les énoncer explicitement… La servilité inconsciente de Léo, qu’il effectue par attirance pour Marian (laquelle n’est nullement antipathique avec l’enfant, puisqu’au contraire elle est l’une des seules à ne pas le prendre pour un meuble), n’est pas sans évoquer comme une pulsion de l’échec, un renfermement sur soi, qu’il est presque émouvant de ressentir au travers des magnétiques et pétulants surcadrages, des subtiles interactions, mais aussi de l’ambivalence du personnage, lequel ne se laisse pas faire lorsqu’il est attaqué ou raillé par les autres enfants. Non, la seule chose motivant Léo à se faire messager d’un couple menant une romance impossible, c’est de connaitre l’amour, de savoir ce qu’il est, comment il se fait. Et à force de voir les gens tomber dénues, il finit dans ce déchirant regard vide. Alors que l’amour est généralement au cinéma un carcan dans lequel les films renferment leurs espoirs et leurs métaphores, il devient ici un circuit toxique sous les yeux d’un enfant. Quoi de mieux, parfois, que de voir le monde de l’autre côté du miroir. Immense film, profondément élégiaque, justifiant amplement de se plonger dans le noir.

    [1] Michel Ciment, « Le Livre de Losey », éditions Ramsay Poche Cinéma, 1979, p114.
    Hervé L
    Hervé L

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 446 critiques

    4,0
    Publiée le 17 janvier 2022
    Un très bon film tout en délicatesses et subtilités porté par de bons acteurs très justes. Un scénario délicat et une reconstitution magique de l'époque
    Fabien N.
    Fabien N.

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 42 critiques

    4,5
    Publiée le 15 janvier 2022
    Léo, 13 ans le Messager du titre, porte les billets des adultes et se retrouve mêlé à leurs intrigues amoureuses. Ce film est un saisissant portrait à hauteur de jeune garçon de la haute société anglaise du début du 20ème siècle, son raffinement, sa politesse, sa générosité ostentatoire... et derrière les apparences ses règles implacables et sa cruauté. Un véritable chef d'œuvre, d'une grande finesse et d'une profonde sensibilité.
    Pascal
    Pascal

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 597 critiques

    4,5
    Publiée le 7 janvier 2022
    Troisième et dernier film de la collaboration Losey/Pinter ( après "the servant" et "accident"), " le messager" bénéficie d'une ressortie en salles à l'occasion de l'édition du DVD. Cette ressortie est du meilleur aloi puisque " le messager " était difficilement visible depuis plusieurs décennies malgré la qualité de sa distribution. Palme d'or à Cannes en 1971, c'est un film de grande qualité qui voisine avec les adaptations d' Henry James que mettra en scène quelques années plus tard , le réalisateur américain James Ivory. Un enfant de douze ans issu de famille modeste est invité par un camarade de collège , lui issu de la très haute bourgeoisie à venir passer une partie des vacances d'été dans le château familial. Vite adopté par la grande sœur de son camarade, il se retrouve chargé de transmettre des mots doux à l'amant de cette dernière, un fermier des alentours. Son rôle de messager fait de lui un acteur du drame qui couve, va se produire et dont il ne se remettra pas. La première partie est exceptionnelle. La seconde moins mais le film est de très grande qualité. Le défaut porte selon moi, sur le fait que la partie contemporaine du film est beaucoup trop vite expédiée et la manière dont elle est amenée est là aussi un peu rapide ( pour cette raison, je ne mettrai pas 5 étoiles). Les scènes du drame sont aussi un peu trop vite traitées à mon goût. Pour la petite histoire, Losey choisira les deux acteurs adultes phares du film en voyant leurs prestations dans les films de la nouvelle vague Britannique. Julie Christie est comme toujours à la hauteur , Alan Bates a été me semble t il bien meilleur dans notamment "un amour comme les autres" ( ours d'or à Berlin)de son compatriote John Schlesinger ou on peut vraiment juger de son génie. Losey montre ici, une nouvelle fois, la qualité de son travail de mise en scène qui en font un réalisateur de tout premier ordre dans l'histoire du cinéma d'auteur. Un film à ne pas manquer.
    Attigus R. Rosh
    Attigus R. Rosh

    Suivre son activité 93 abonnés Lire ses 2 299 critiques

    3,0
    Publiée le 7 juin 2021
    Le Messager est un bon film de Joseph Losey.
    La production est de bonne qualité : les décors et les costumes nous plongent facilement au début du XXème siècle.
    Les acteurs sont impeccables, Julie Christie en tête.
    L'intrigue est plutôt bien : un jeune garçon très innocent se retrouve le messager d'une correspondance extra-conjugale.
    La bande originale de Michel Legrand est très belle et ressort du film.
    Un bon film.
    Musomuse
    Musomuse

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 237 critiques

    3,5
    Publiée le 27 mai 2021
    Un film qui a des enjeux d'aristocrate et qui penne par moment à me troubler, alors que c'est claire qu'il s'agit de son ambition. D'ailleurs chose pas clair du tout. La trame s'étire sur plusieurs décennies, sauf que j'ai eu besoin que l'on m'explique cela pour m'en apercevoir. Celui m'ayant expliqué cela a eu besoin de recoller les morceaux en parlant avec la personne qui regardait avec lui le film. Chose que je trouve assez parlante sur la construction c'est un peu brumeux sur le découpage temporelle.
    A côté de ça. On a un film qui est très précis. Chaque détail compte et son très juste. Ça vise dans le mille.
    stans007
    stans007

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 977 critiques

    5,0
    Publiée le 13 avril 2021
    Un film qui marque ! Passés les décors splendides de Norwich et la mise en scène d’une grande esthétique, l’étude psychologique du gamin de 13 ans – parfaitement choisi pour le rôle - est précise et passionnante sur tous les plans (camaraderie, social, im/maturité, éducation sexuelle, mais aussi maladresses et inconscience…). Sa relation quasi-passionnelle avec Marian – Lady Chatterley en herbe magnifiquement interprétée par Julie Christie – est superbement racontée. Il y a aussi la partie de cricket (ancêtre du base-ball), les relations sociales inhérentes, l’aristocratie, la grande scène de la fouille… et la musique de Michel Legrand dont un thème a été repris dans l’émission « Faites entrer l’accusé." Palme d'or à Cannes largement méritée. Bravo !
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 432 abonnés Lire ses 4 079 critiques

    4,5
    Publiée le 22 juillet 2016
    La violence de la vérité finale est brutale. Pour la famille évidemment mais aussi pour "le messager" qui a, dès l'instant où il pénètre cette ferme qu'il a si souvent visitée, la certitude qu'un amour véritable peut être source d'un grand malheur.
    Un film superbe sur le désir, la passion et les convenances d'un monde qui n'entrevoyait pas mais qui lui ouvre la voie d'une compréhension de la vie....
    La naïveté se transforme délicatement en maturité et c'est surtout cette dernière parole de Marianne âgée que je trouve magnifique sur les conséquences de cet amour interdit....
    soulman
    soulman

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 924 critiques

    5,0
    Publiée le 13 novembre 2015
    Une des grandes réussites de Losey, admirablement photographiée et interprétée. La palette des sentiments ressentis par le jeune héros, la description du milieu aristocratique britannique du début du XXème siècle sont d'une parfaite justesse, remarquablement rendues par la mise en scène subtile du cinéaste. Une œuvre majeure dont je ne me lasse pas.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 24 novembre 2013
    Joseph Losey, avec des codes stylistique assez classique, fait du Messager, une oeuvre immense. Profondément pessimiste, et sans aucune complaisance envers l'Adulte, grand méchant du monde d'un enfant.
    Palme d'or 1971, devant Mort à Venise de Visconti.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 6 mai 2013
    Superbe, de la belle ouvrage à tous les niveaux jusqu'à la musique de Michel Legrand, on se doute dès le début que l'affaire ne va pas bien finir mais Losey arrive à garder une tension pendant tout le film sans avoir l'air d'y toucher.
    samuel-fuller
    samuel-fuller

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 129 critiques

    5,0
    Publiée le 19 février 2013
    Très beau film et très sensible. Le meilleurs des film de LOSEY avec monsieur Klein...
    loulou451
    loulou451

    Suivre son activité 88 abonnés Lire ses 1 503 critiques

    3,0
    Publiée le 22 septembre 2012
    Une assez belle composition de l'aristocratie anglaise au XIXe siècle, mais passée l'intrigue et lien qui se noue entre l'oeil de l'enfant et le spectateur, il ne reste pas grand chose pour véritablement convaincre. Reste le jeu des acteurs tout à fait admirable, et de Julie Christie en particulier.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top