Mon compte
    Kim Ki-Young

    Réalisateur

    Année Titre Métier Note spectateurs
    - Iodo Réalisateur
    3,0
    1995 Cheonsayeo aknyeoga doila Réalisateur -
    1984 Carnivore Réalisateur -
    1984 La Chasse des idiots Réalisateur -
    1983 Une expérience qui vaut la peine de mourir Réalisateur -
    1982 La Femme de feu-82 Réalisateur -
    1982 Une demoiselle libre Réalisateur -
    1981 Ban Gum-Yon Réalisateur -
    1979 La Femme de l'eau Réalisateur -
    1978 La femme qui poursuit le papillon mortel Réalisateur -
    1978 Papillon meurtrier Réalisateur -
    1976 L'Amour du lien du sang Réalisateur -
    1975 Promesse de la chair Réalisateur -
    1974 La Transgression Réalisateur -
    1972 La Femme insecte Réalisateur -
    1971 Hwanyeo Réalisateur -
    1971 La Femme de feu Réalisateur -
    1963 Les Funérailles à la koryo Réalisateur -
    1960 La Servante Réalisateur
    3,5
    1955 La Province de yang san Réalisateur -
    1955 Yangsan do Réalisateur -

    Scénariste

    Année Titre Métier Note spectateurs
    1971 Hwanyeo Scénariste -
    1960 La Servante Scénariste
    3,5
    Commentaires
    • Plume231
      La Servante (1960) de Kim Ki-Young [img]http://2.bp.blogspot.com/_USJf...[/img] Synopsis : Père de famille, Dong-sik enseigne le piano à domicile aux femmes d'ouvriers tandis que son épouse passe ses journées devant la machine à coudre dans le but de gagner assez d'argent pour régler les factures. Surmené, le couple décide d'engager une servante. Celle-ci, une fille de la campagne, espionne le maître de maison et se comporte de manière ambiguë. Lorsqu'elle entame une liaison avec le mari, l'équilibre qui régnait dans la famille se dérègle complètement... [img]http://www.cinemotions.com/dat...[/img] Critique : Techniquement, ce film sud-coréen réserve quelques bonne surprises en particulier ses étonnants fondus au noir très rapides qui donnent de l'énergie au film dans sa première partie. Mais quand l'histoire commence vraiment à donner lieu à un huis-clos, et même si on part du principe qu'on est dans l'imagination de quelqu'un, on peut trouver l'ensemble too much dans les rebondissements. Mais surtout ce qui ne passe pas, c'est la morale puritaine à deux balles qu'on lance au spectateur à la toute fin. L'interprétation est inégale, à l'exception d'Eun-shim Lee (dont d'après IMDB c'est le seul film, étonnant !!!) d'un réel talent et d'une présence troublance dans le rôle-titre. Dans l'ensemble, déçu par ce film dont j'attendais beaucoup. Note : 9/20 (**) [img]http://dooliblog.com/wp-conten...[/img]
    • Kim-Bong-Park
      Il manque Iodo / Ieodo dans cette liste, en attendant que la fiche soit créée (par nos soins surement), un lien vers un article sur le film sorti en 1977 :
    Voir les commentaires
    Back to Top