Notez des films
Mon AlloCiné
    Buffy contre les vampires
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    3,3
    35365 notes dont 1349 critiques
    répartition des 1349 critiques par note
    478 critiques
    111 critiques
    42 critiques
    28 critiques
    17 critiques
    21 critiques
    Votre avis sur Buffy contre les vampires ?
    Alexarod
    Alexarod

    Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 1 824 critiques

    Critique de la saison 7
    1,0
    Publiée le 7 septembre 2019
    La dernière saison de la super-héroïne modèle. Whedon voulait se rattraper de ses absences répétées précédentes et finir en beauté avec toute la troupe, sauf que pour ça il aurait fallu qu’il réalise davantage d’épisodes…
    En fait il aurait dû s’occuper de toute la saison, là il refait appel à d’autres réalisateurs et scénaristes donc ça n’avance guère. Malgré une saison en 2 parties, assez différentes, c’est long et ennuyant. Du coup on n’accroche pas, Giles n’est guère présent ou déprécié, le personnage d’Anya étant à l’écart du Scooby Gang il perd nettement de sa superbe, Xander est à part mais sans vrai poids, Spike revient mais le côté torturé par son âme et le Mal est vite exaspérant, Willow redevient fade, Andrew est là pour essayer d’assurer le billet d’humour que Xander ne peut plus faire mais c’est raté, Dawn est agaçante et évitable (évité aussi), quant à Buffy elle navigue dans le trouble… J’allais oublier le plus important : Angel revient, enfin oui il fait un caméo dont la durée excède légèrement ceux de Stan Lee, c’est dire, inutile de dire qu’il est… ben inutile hein ?
    Les combats sont moins passionnants la vie de Buffy aussi, « l’intrigue » est inexistante, les épisodes se suivent et se ressemblent mais parlons du principal. Comment repérer des potentielles ? Qu’advient-il du Conseil car apparemment
    spoiler:
    même après l’explosion il en reste des membres qui ne font rien, au moment d’une apocalypse c’est pratique

    ? Pourquoi les potentielles ont des pouvoirs car rappelons qu’une seule peut devenir Tueuse et ainsi avoir de la force, sinon on juge qu’une bonne partie des femmes de ce monde ont des pouvoirs light ? Et la cohérence qui veut qu’un discours foireux de Buffy soit dans la même lignée qu’un autre réussi alors qu’ils sont aussi barbants l’un que l’autre, ou celle qu’un
    spoiler:
    vampire old school ou Caleb rétame Buffy à plusieurs reprises et que d’un coup, juste par motivation ou une arme elle s’en débarrasse facilement, elle comme les Tueuses potentielles qui en affrontent une myriade à la fin. Cette fin d’ailleurs, parlons-en : une des plus nulle de la série, avant c’était les épisodes les plus soignés, là même Whedon ne sait pas quoi faire ni comment s’en tirer donc de l’émotion avec la déclaration foireuse de Buffy à Spike, et lui avec un collier il détruit tout. Je crois que je préfère même la fin de Lost, plus osée

    .
    Bref la débandade totale, encore moins bon que la saison 6 (même sans le final). J’arrive même pas à surnoter ce naufrage, j’avais du mal à mater un épisode de plus dès le début. Ah et notez qu’on ne parle plus vraiment de la mort de Buffy, si on oublie le passé et qu’on ne fait rien au présent, le futur s’avère difficile, et là on voit que le téléfilm prévu pour clôturer en beauté le tout n’est toujours pas en vue…
    Alexarod
    Alexarod

    Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 1 824 critiques

    Critique de la saison 6
    2,0
    Publiée le 12 août 2019
    Revenir après la fin de la saison 5 n’était pas aisé, mais tellement prévisible… Cependant, Whedon réalise les 1ers épisodes et c’est vraiment pas mal. D’un côté ça se répète, la galerie de monstres n’est plus très variée, on voit une Willow devenue surpuissante en magie (sans savoir comment sauf à la fin), Giles se détache de plus en plus (pour la peine de tous les fans) jusqu’à disparaitre, Xander et Anya évoluent mais l’intérêt est moindre, Dawn est mis de côté (ouf), Riley passe une tête mais c’en est anecdotique… et de l’autre on a bien le traumatisme du retour de Buffy à la vie ainsi que ses conséquences.
    Côté histoire c’est moyen, notamment à cause des grands méchants, la bande de pieds nickelés dont le motif est complètement futile. Certes ils sont barrés et ça peut être marrant, mais leur malchance, leur débilité, la façon de traiter leur personnage, leur jeu même est très médiocre, on sent le manque d’idées des scénaristes qui tentent tout pour relancer la série. Avec l’approche plus sombre pour faire davantage sérieux, mais qui ne marche pas tant c’est du banal et mis là sans raison, ainsi que le rapprochement avec Spike, qui a été beaucoup décrié car totalement absurde et artificiel, on a mal. Toutefois je note que les FX se sont nettement améliorés et qu’ils soutiennent enfin toute l’action à fond, ça donne bien. Si la trame suit son cours avec plus de réalisme que jamais (A la Dérive notamment qui ouvre une possibilité très probable), que quelques épisodes sortent du lot (la comédie musicale du « que le spectacle commence » et le marrant « Tabula Rasa »), la saison ne vaut pas tripette, on voit que Whedon se détache tout autant qu’Anthony Stewart.
    Pour autant, le final rattrape tout et monte ma note d’une demi-étoile. Avec une Dark Willow enfin cassante et balaise la saison s’emballe sur 3 épisodes. En cela, la trame se fait plus adulte, les conséquences plus graves et Giles fait son retour de la meilleure façon (costaud et marrant). Dommage que cet aspect gothique et méchant de la gentille du groupe n’ait pas été plus exploité. Au passage on n’entend plus parler de Faith, et malgré la mort de Buffy une nouvelle Tueuse n’apparait pas…
    epines83
    epines83

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 86 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 12 février 2008
    Une des rares séries qui ne lassent pas au bout de quelques saisons !! des situations tantôt violentes, tendres, tristes etc... bref ça tient la route et en haleine ! l'épisode musical est pour moi le meilleur (à voir en vost car en français c'est une horreur!) j'ai vu cette série en vost, et là c'est le must ^^
    Actuellement elle est diffusée sur W9, je ne vais pas mentir je la regarde pour la 5ème fois au moins... bref des séries comme ça on en veut plus !!
    ke76
    ke76

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 44 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 1 juin 2008
    excellente série que je connais depuis son commencement une série culte ! quoi dire d'autre !!!!!
    guillaume75
    guillaume75

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 117 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 7 octobre 2007
    Du monde des séries fantastiques, Buffy Contre les Vampires s'avère être l'une des meilleures. Série pour ados ? Pas uniquement. Les thèmes abordés (la mort, la famille, la solitude,etc) ont une valeur universelle, et le genre du fantastique constitue un biais idéal afin de véhiculer des messages. De plus la série est très bien réalisée, et permet de grands moments de télévision (certains épisodes sont magistraux). La qualité de l'interprétation, des effets spéciaux, et des intrigues (une intrigue générale par saison) font de cette série un classique de la fin des années 90 et début 2000. La saison 1 est, il est vrai, est assez médiocre, mais la série prend son véritable envol en septembre 1997 avec la diffusion de la deuxième saison, pièce maitresse de la série. Très recherchée dans ses histoires (on est à 1000 lieues de Charmed et de ses "Freak of the week" et effets spéciaux très cheap), souvent émouvante et drôle, Buffy Contre Les Vampires atteind son apogée lors de la saison 5, et se poursuit avec une septième et ultime saison absolument incroyable, se concluant sur un double épisode final énormissime, atteignant presque l'envergure d'un film grand spectacle. Bref une série culte qui a marqué le monde de la télévision.
    Dr.Reid
    Dr.Reid

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 405 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 12 août 2012
    Absolument cultissime, une des plus grandes séries de l'époque. Au delà de son univers fantastique, cette série aborde les différents thèmes de la vie depuis l'adolescence jusqu'à l'âge adulte, en passant par l'amour, le devoir, les responsabilités et la famille. Un classique.
    sebwalker
    sebwalker

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 453 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    La série Buffy mélange habilement l'humour et le fantastique, cultissime.
    Adrien Torelli
    Adrien Torelli

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 159 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 6 février 2012
    Culte ! Cette série a bercer mon enfance et continue toujours ! Joss Whedon est un génie !
    Alexarod
    Alexarod

    Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 1 824 critiques

    Critique de la saison 3
    4,0
    Publiée le 5 août 2019
    Un peu en deçà de sa prédécesseur mais franchement top aussi. Mon principal regret est que le méchant emblématique de la saison, le Maire, n’est pas si présent et ne pose pas trop de problèmes directs au Scooby Gang, comme le feront Adam, la Force ou Spike avant. Cependant, ça et les atermoiements de Buffy avec Angel demeurent des broutilles par rapport aux épisodes variés et imaginatifs que Whedon nous pond, ainsi que les émotions que ça nous amène.
    Néanmoins cette saison va trop vite aussi et elle prend un tournant plus sombre (déjà) sans raison. Voyez :
    spoiler:
    Buffy revient direct et est réintégrée au lycée, tout le monde se réconcilie vite, une nouvelle tueuse débarque et reste (enfin juste une saison, c’est toujours davantage que Kendra même si c’est trop peu), de même qu’un nouvel observateur alors qu’une autre passe entre deux, Angel est de retour et on rejoue sur son côté méchant (mais beau twist) …

    En 3 épisodes le drama de la saison précédente est gommé, dommage de s’en priver. Niveau monstres on a un masque créant des zombies, une secte qui profite à un monstre, un genre de Jekyll et Hyde, un vieux vampire (enfin pas si terrible, bizarre que Faith en ait peur), un autre bien trop gros et un dernier particulièrement meurtrier, l’arrivé d’Anya…
    Pour les thèmes ça change aussi, entre les femmes battues ou paumées, les hommes violents donc, les combats de bêtes (sympa cela dit), les sentiments longtemps refoulés (Xander et Willow), la chasse à la Tueuse menée par différents groupes, la maturité, l’absence de culpabilité, les conséquences d’un vœu,
    Quant à l’histoire elle ramène Spike vite fait, on a l’épisode spécial avec l’Effet chocolat (génial l’inversion des rôles parents-enfants) où l’on voit enfin la mère de Willow, celui centré sur Xander qui fonctionne toujours autant, 2 autres qui font la part belle aux émotions (à part ça ils sont limite médiocres) avec le soleil de Noël et les chiens de l’Enfer, un Sunnydale sans Buffy ou en télépathe, une Willow vampire… bref c’est mouvementé encore, puis le réalisme fait enfin son apparition dans « Intolérance » même s’il est contrarié par un démon et lorsque les choix d’études rattrapent la troupe.
    Bref c’est une saison primordiale par bien des aspects, les relations de Buffy changent par rapport à Angel, Cordelia (qui part), le Conseil (qu’elle quitte), Giles (qui devient toujours plus un père de substitution), Willow (qui ramène un petit copain), sa mère ou encore le lycée
    spoiler:
    qu’elle quitte en fanfare, enfin en explosion plutôt, encore.

    J’allais oublier : le final est bon, un peu gâché par des FX passés sur le monstre et par sa conclusion courte mais ça s’oublie.
    Alexarod
    Alexarod

    Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 1 824 critiques

    Critique de la saison 2
    5,0
    Publiée le 2 août 2019
    La saison de la confirmation normalement, celle où tout se lance pour de bon. A ce moment-là la série commence à être connue et reconnue, les acteurs prennent des galons de stars et la chaîne leur fait confiance de plus en plus, ça permet des choses (l’argent aidant aussi).
    Au-delà de ça c’est également la meilleure saison à mon sens. Les persos se développent, tout comme l’histoire d’amour de Buffy et Angel, on voit les caractères et les rôles se former, du coup c’est plus intéressant. En ce sens, le perso de Giles se trouve un ennemi ex-ami, a une vie privée et un passé, Willow prend de l’importance et un boyfriend, même le proviseur prend de l’importance (en plus on voit qu’il sait ce qu’il se passe, enfin du réalisme). Ajoutons à cela que le triangle amoureux évolue, que Spike arrive et dynamise tout, mais comme Whedon ne fait jamais dans le banal il n’est pas le seul grand méchant de la saison :
    spoiler:
    Angel retourne sa veste (le blondinet aussi à la fin) et s’avère bien plus cruel que tous, inattendu mais qui apporte tant à l’intrigue… il n’y a qu’à voir la fin, 2 épisodes dantesques qui amènent la Tueuse à un point jamais atteint, ni avant ni après.
    On notera un 1er épisode nul, limite horrible et avec plein de faux raccords, un super épisode spécial Alex (un de mes préféré perso), des hommes poissons pas mal fait (incursion de Prison Break), un croque mitaine qui m’avait marqué, tout comme le loup-garou [spoiler] Oz, la mort de Calendar, et une 2ème tueuse assez éphémère donc oubliable.


    Les démons sont tout aussi variés que lors de la 1ère saison, Whedon s’essaye ici au mythe de Frankenstein, de la momie, des confréries, de l’enchantement, de la personnalité altérée, des robots, du beau-père maléfique, des monstres bizarres (grosse masse, flaque) avec des thèmes de jalousie, de rancœur, de performances à n’importe quel prix, l’injustice de protéger ce qui ramène du prestige à l’école, la soirée Sadie Hawkins, la popularité…
    Bref une saison complète, sans gros défauts, avec une trame inédite et géniale, qui développe tout et qui finit en apothéose. Malheureusement ça ne sera jamais refait, mais ça permet de profiter d’autant plus de celle-là et ça apporte énormément à toute la mythologie Buffy.
    Alexarod
    Alexarod

    Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 1 824 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 20 juillet 2019
    LA série culte du samedi soir, oui dans la trilogie de M6. Ça l’est resté longtemps et on comprend pourquoi. Énormément taxé de culte autant que de ringard désormais je voulais avoir un œil neuf sur ma série préféré d’adolescent.
    Force est de constater que les acteurs n’ont pas percé, comme de nombreux spécialistes de séries avant eux. Gellar et Hannigan ont fait quelques films et sont retournées aux séries, tout comme Boreanaz mais sans passer par le 7ème art (enfin si mais pas de résultat concluant), et les autres sont disparus (non je ne parlerai pas de Marsters dans Dragonball). Par contre Whedon a confirmé son talent de réalisateur (Avengers). En gros, la série a fini comme de nombreuses autres avant elle, un peu oubliée et précipitant ses représentants avec elle, ne laissant que la nostalgie (ainsi que des coupes/look aléatoires). Néanmoins, la revoir ne ferait pas de mal, ne serait-ce que pour les thèmes qu’elle a abordé et le fait qu’elle demeure une des meilleures concernant la représentativité féminine. On ne sent pas la mise en avant des femmes de façon excessive, pas de slogans à tout bout de chant, non juste une héroïne et son environnement qui s’en sort aussi bien qu’un homme. C’est devenu culte également car ce fut la 1ère série à : montrer une romance homo, avoir une trame qui lie les épisodes afin d’aboutir à un final pour chaque saison, à mélanger les genres (drame, humour, action, horreur, SF) et à avoir des persos féminins variés pouvant permettre l’appropriation pour toutes.
    Certes, la construction des épisodes est assez similaire, surtout au début, on découvre un écolier à qui il arrivera malheur à cause d’un monstre, le scooby gang se renseigne et Buffy le descend. Basiquement c’est ça mais Whedon a complexifié la chose en lançant des pistes différentes, ce qui fait qu’on ne devine pas toujours comment ça se finit car ce n’est pas si simpliste. De plus, il jongle énormément avec la galerie de monstres à sa disposition. Si on a droit à la revue du bestiaire classique (vampire, loup-garou, monstre, momie) et que ce sont tous des démons, la manière dont ils arrivent, dont on les combat, leur but etc ne sont pas les mêmes, ce qui casse toute lassitude, d’autant plus qu’on a un grand ennemi assez spécial par saison. Le plus fort est que Joss y adjoint des thèmes qui parlants de la vie, et pas que pour des ados, sans parler des épisodes spéciaux (le musical, le silencieux, ceux d’Halloween ou centrés sur Xander).
    Bon on n’évite pas certaines ficelles telles les leçons sur l’amitié et l’amour, l’acceptation de l’autre même s’il est très différent ou que c’est un ennemi, la rédemption, le pardon, le triangle amoureux… Ce dernier évolue plusieurs fois d’ailleurs, ça change mais c’est trop maigre pour le mettre vraiment à l’avantage d’une série. Le scénario général n’est pas des plus carré, on va éviter de parler de l’absence des parents dans tout ça (hormis Joyce les parents d’Alex et de Willow ne passent qu’une fois), voir du nombre de livres bizarres de Giles dans une bibliothèque de lycée (là encore abordé une fois par Snyder) ou des nombreuses morts et phénomènes étranges dans une si petite ville. Le pire arrive avec la série Angel, avec laquelle il y aura des crossovers, du coup on perd une partie de l’histoire (sa bague il en fait quoi ?) ainsi que de l’intérêt pour le perso vu qu’il ne reviendra guère, même en cas de fin du monde. Dans le même genre Faith gênait donc on l’écarte, sans trop de raisons. Enfin, le gros problème :
    spoiler:
    Buffy meurt dans la saison 1, une nouvelle Tueuse arrive, elle meurt (vite d’ailleurs), Faith la remplace, ok. Sauf que quand Buffy meurt encore personne ne débarque mais on se tape les potentielles une saison après,

    merci mais non merci, surtout pour la bouillie qu’on se tape à la fin ça valait pas le coup.
    On notera que les saisons son inégales, la 2 surpassant tout, la dernière étant clairement de trop, la faute à Whedon se détachant trop et n’étant pas bien remplacé. La musique est bonne mais là encore la qualité est fluctuante, le générique est culte, trop de passages sombres, même si tout se passe de nuit ça agace par moments, (surtout lors de la saison 6 pour tenter d’amener plus de maturité), des clins d’œil à des épisodes passés (hyène, mante, robot etc) ou a des séries du moment (Dr Who), on voit la montée du niveau de magie de Willow... Bref un peu de tout, mais je retiendrai que Buffy est une série précurseur pour le girl power. Bien que cela soit réalisé par un homme (comme quoi c’est possible) ça rend admirablement, sans trop en faire ou moraliser à outrance, pas étonnant qu’on l’étudie en fac ou qu’on la cite en modèle pour une Jessica Jones.
    Alexarod
    Alexarod

    Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 1 824 critiques

    Critique de la saison 4
    2,5
    Publiée le 7 août 2019
    On descend encore d’un niveau avec cette saison. Pourquoi ? Parce qu’on est sur une saison de transition, amorçant un renouvellement pour amener les nouveaux éléments de la saison 5 (Dawn, Spike etc).
    Le Scooby Gang ne pouvait rester d’éternels étudiants de lycée, groupés en un noyau autour d’un bibliothécaire aux ouvrages de sorcellerie dans une enceinte publique. Du coup on va à la fac, Xander cherche à bosser, Giles au chômage change (il chante et devient plus humoristique), Spike remplace Angel avec la touche marrante et maladroite en plus, Anya pour Cordélia, d’autres persos passent (Kathy, Parker), Oz est à part (comme d’hab’), puis on amène de nouveaux protagonistes : Tara et Riley s’imposent. Certes cela apporte de la fraicheur mais on casse la plupart des codes qui nous faisaient apprécier la série. De plus, ça a du mal à se réinventer, la galerie d’adversaires affrontée se tarit niveau innovations et cette saison n’apporte plus trop son lot de surprises. Le meilleur exemple est l’épisode spécial, cette fois centré sur Jonathan, beaucoup moins bon que celui sur Xander, où le retour de Faith avec un artifice déjà utilisé.
    En plus, Buffy devient chiante à force d’hésitations, entre Parker, Riley, l’Initiative, Spike… son côté super-héros passe sous silence, pas plus mal mais ça change trop. De son côté Willow s’affirme et pas qu’en magie, plus intéressant sans être sensationnel. Heureusement des épisodes remontent le niveau : le démon d’Halloween qui ramène un bon niveau d’épouvante, Aruca qui modifie bien la donne du groupe, la bière qui transforme en Cro-Magnon, le silence de mort avec des démons bien fait, le souhait de Willow qui dérape, Giles qui se transforme... Sauf que ça reste peu au regard de ce qu’on connait, puis le crossover entre les séries n’est pas top, on n’en profite pas avec Buffy, plus chez Angel. Quant au grand méchant il est trop peu présent et impliqué pour avoir un quelconque impact, et sa fin…
    L’humour est toujours là, le côté répétitif des épisodes n’est plus, du coup la trame est différente, moins de musique de groupes (ça me va perso), quelques longueurs avec des épisodes qui n’apportent pas grand-chose mais un traitement des personnages très juste (chacun évoluant tout en ayant une représentativité qui demeure), bref des changements utiles mais trop importants pour passer.
    Alexarod
    Alexarod

    Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 1 824 critiques

    Critique de la saison 5
    3,0
    Publiée le 7 août 2019
    Et voilà, fallait y arriver, c’était annoncé depuis la saison précédente : le début de la fin. En tout cas c’est ainsi que de nombreux fans l’ont vu, l’arrivée de Dawn sonnait le glas de Buffy. Je peux comprendre que Whedon ait voulu renouer avec l’esprit écolier, l’identification des jeunes et des ainés qui gèrent désormais un ado, mais la façon de l’amener est tellement factice que c’en est abusé. D’ailleurs Joss réalise et écrit moins dans cette saison, bizarrement on le sent tout de suite.
    Déjà on commence avec un épisode attendu : la rencontre avec Dracula, et bien vu ce que ça donne il aurait mieux valu ne pas le faire. Un prince des ténèbres si fade et inintéressant que c’en est confondant. Vite expédié on en arrive à la Clé et à la Bête, et là on est déçu. Certes c’est inédit et inattendu sous cette forme, mais la bimbo qui fait peur ça passe pas alors le côté Jekyll/Hyde avec Ben et en grand méchant de la saison… Puis le renouveau est là, donc Spike évolue et intègre petit à petit la bande, Dawn fait son trou, Riley disparait, Giles a son magasin de magie et Anya travaille pour lui, Buffy continue de creuser les origines des Tueuses (ce qui va annoncer la fin de la saison ainsi que la prochaine),
    Bref on est sur un nouveau style, un nouveau récit, une nouvelle bande, et clairement ça ne vaut pas l’originale. Il y a des bons points, la
    spoiler:
    maladie et mort de Joyce sont superbement traitées et ça fait parti des meilleurs épisodes

    , la réalité reprend le pas et la fin est top, voir même inattendue.
    anonyme
    Un visiteur
    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 8 septembre 2013
    Sous ses faux-airs de Beverly Hills fantastique, Buffy the Vampire Slayer est en réalité l'une des meilleures séries jamais faites. Le chef-d'oeuvre de Joss Whedon, d'une audace confondante, a très certainement marqué les mémoires. La série commence tel un film d'horreur au charme désuet qui tord le cou à beaucoup de stéréotypes du genre fantastique - la blonde qui se fait tuer dans l'allée en tête - mais gagne peu à peu une richesse et une complexité qui font plaisir à voir. Plusieurs épisodes ont marqué le paysage télévisuel au fer rouge, à l'image du traumatisant "The Body" qui voit Buffy heurtée de plein fouet par la découverte du cadavre d'un proche dans son salon ou encore de "Once More With Feeling", épisode musical aussi inventif qu'audacieux. La série est à ce titre très expérimentale et capable de tout, dans le sens où elle s'éloigne assez régulièrement de son format classique. Cependant, Buffy the Vampire Slayer ne serait pas aussi bonne sans ses personnages. Ils sont tout bonnement excellents - aussi bien dans le jeu que dans l'écriture - et connaissent une évolution complètement ahurissante au fil des saisons. On pense surtout à Willow, petite élève intelligente et coincée qui finira par devenir une sorcière redoutable qui ne réalise pas toujours l'étendue de ses pouvoirs. L'autre bon point de la série est sa mythologie originale et bien développée. Le concept est tout simple : à chaque génération, il faut une tueuse pour débarrasser le monde de vampires, démons et autres monstres. En revanche, de nombreux grains de sable feront dérailler l'engrenage de manière jouissive, et ce jusqu'à la dernière minute. On peut également noter l'aspect métaphorique de la série qui surprend parfois de finesse. En effet, la série est moins un combat contre les démons qu'une bataille face aux problèmes banals de la vie. La plupart des monstres que Buffy affrontera symbolise une peur marquant l'adolescence ou le passage à l'âge adulte. Par exemple, le gang a rapidement affaire à la jeune Marcie Ross devenue littéralement invisible à force d'être ignorée de tous. La principale force de la série n'est donc pas sa mythologie développée mais comment elle arrive à toucher les peurs et peines de personnages qu'on apprend à connaître et surtout, à aimer. Il n'est alors pas très difficile de comprendre pourquoi Buffy the Vampire Slayer a dynamisé le genre horrifique assez morne à la fin des années 90 : la série est excellente, ni plus ni moins.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 1395 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    Critique de la saison 5
    4,5
    Publiée le 9 septembre 2014
    Au fil des années, la série a toujours su gagner en maturité, évoluant en même temps que ses personnages qui ne sont désormais plus des adolescents mais des jeunes adultes. C'est donc la saison de maturité pour "Buffy contre les vampires", celle où les scénaristes nous font comprendre que plus rien ne sera jamais comme avant, même s'il faut l'apprendre douloureusement. Buffy sent le poids de son rôle de Tueuse peser sur ses épaules d'autant plus qu'elle va se retrouver livrée à soi-même, obligée de veiller sur une personne qui lui est chère. Les personnages grandissent et ne cessent de surprendre par leur étonnante maturité (Alex est impressionnant à ce niveau-là), affrontant des événements qui les dépassent (l'épisode 16 est larmoyant, autant prévenir tout de suite) en ne cessant jamais de chercher une solution pour s'en sortir. C'est une saison éprouvante pour Buffy qui serait déjà morte s'il n'y avait pas ses fidèles amis sur qui compter, toujours là pour trouver le bon mot ou pour placer une note d'humour toujours bienvenue. Dès le début de la saison, les scénaristes surprennent en mettant en place un nouveau personnage dont la justification est brillamment trouvée et ils confrontent notre héroïne à ses limites en lui faisant affronter un dieu bien plus puissant qu'elle (incarnée par Clare Kramer, aussi sexy que diabolique). Le ton est de plus en plus sérieux même si les seconds rôles apportent toujours énormément d'humour dans des situations qui semblent désespérées. Le personnage de Spike est d'ailleurs particulièrement bien écrit, tombant amoureux de Buffy un peu malgré lui et cherchant à lui plaire coûte que coûte (James Marsters est excellent, il faut le dire). Et je pense ne pas me tromper quand je dis que le final de cette saison va rester dans les mémoires et que l'on est pas près de s'en remettre...
    Back to Top