Mon compte
    Dororo
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    4,1
    121 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Dororo ?

    3 critiques spectateurs

    5
    0 critique
    4
    1 critique
    3
    2 critiques
    2
    0 critique
    1
    0 critique
    0
    0 critique
    Zoumir
    Zoumir

    Suivre son activité 53 abonnés Lire ses 1 020 critiques

    Critique de la série
    3,5
    Publiée le 4 mai 2021
    Ne pas respecter l'ordre des choses m'a fait démarrer cette relecture de Dororo l'esprit vierge, sans savoir qu'il s'agissait initialement d'un manga d'Osamu Tezuka publié dans Weekly Shōnen Sunday en 1967-68, ni même qu'une précédente version animée de l'auteur existait. Je ne savais donc rien de ce remake en 24 épisodes auquel je m'attaquais, pas même l'histoire. Je n'avais que l'image d'un jeune homme comme possédé, avec des lames pour avant-bras, et la période, l'aire Sengoku, passage trouble et sanglant dans l'histoire du Japon entre samouraïs et guerres de clans.
    Et sans rien savoir de la quête de Dororo et Hyakkimaru, autant dire que ce démarrage fut déroutant. Les enjeux ne m'apparaissaient pas clairement et je découvrais une ambiance faite de démons, de douleurs, de choix déchirants jusqu'à la rencontre des deux personnages.
    Mais dès le 3ème épisode tout s'éclaircit et l'histoire prend brusquement une tournure intéressante dans cette quête de réappropriation.

    La véritable force de cet animé réside dans son ton sombre et désenchanté qui va petit à petit être mis en perspective avec la (re)naissance d'un personnage qu'on a dépossédé de tout, accompagné par un enfant que cette époque n'a pas épargné.
    D'un côté, Hyakkimaru, ronin solitaire, ne vit que pour récupérer ses membres et ses sens, tout ce que son père a sacrifié de son être pour le donner en pâture à des démons et ainsi assurer la prospérité de son peuple. De l'autre, Dororo, gamin et garde fou d'un homme en quête de lui même, au risque de se perdre dans le sang qu'il doit faire couler.
    Cette naissance, dans la douleur et la tristesse, à mesure que les monstres croisent la route de ce duo aussi improbable que touchant nous ramène à la difficulté de naître, même une seconde fois. Hyakkimaru récupère ses sens et ses membres et les utilise bien souvent pour la première fois dans la douleur et le désespoir.

    Les premiers sons à ses oreilles seront des pleurs, le premier qu'il émettra sera un cri.

    Et doucement mais sûrement, malgré quelques petits écarts qui n'apportent rien à l'histoire, on gagne en intensité jusqu'à mi-parcours, jusqu'à ce que le passé ressurgisse et vienne clairement mettre l'histoire sur les rails de son inévitable conclusion.
    A partir là, les personnages sont étoffés et les liens et les rancœurs qui les unissent donnent de l'ampleur à ce mélange historico-fantastique en faisant subsister perpétuellement une lueur d'humanité dans un monde en proie au chaos. Certains passages resteront dispensables mais l'essence même de cette histoire suffit à nous toucher, surtout lorsqu'arrive le final, un final maîtrisé et approprié qui conclue ce voyage dans le respect de l'ensemble.

    Visuellement, rien à redire. L'animation est fluide et les paysages font honneur à la nature dans un style aquarelle qui contraste presque avec la brutalité des actes qui jalonnent le parcours de notre tandem. Les studios Tezuka et Mappa ne déçoivent pas non plus dans les combats et autres affrontements et dans le rendu des différents personnages. La fluidité des mouvements, le rythme, les acrobaties propres au genre, le visage expressif de Dororo face à la lente illumination de celui de Hyakkimaru, tout réussi à nous immerger dans cette période de bouleversements.

    Cette version 2019 de Dororo est donc une belle surprise pour ma part, une histoire sur l'ordre des choses, une adaptation qui me donne envie de revenir en arrière, à l'original, et de continuer à (re)découvrir l'univers dense du prolifique Osamu Tezuka dont je n'ai que des bribes de souvenirs à travers les adaptations animées d'Astro-boy, le Roi Léo, et Les vengeurs de l'espace aka Phénix, l'oiseau de feu.
    No B
    No B

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 45 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 19 août 2022
    Dororo a beau surfer sur l'ère des shonens, madostodontes indémodables, il apparaît pourtant être un bon cru.
    L'intrigue originale si elle reste classique, s'étoffe au fur et à mesure des épisodes. Qu'il est intéressant pour une fois de ne pas voir un nul viser le titre de hokage ou un pirate débutant devenir le maître des mers. Non, c'est un personnage bien plus modeste, absoluement insensible au monde qui l'entoure et qui va découvrir au fur et à mesure tous les bons comme les mauvais côtés du Japon. Pour une fois la quête du héros s'avère être une quête sans but incroyable. Un buddy movie dans lequel Dororo s'attache à ce jeune homme auquel personne ne daigne à jeter un regard.

    Et quel duo pour sûr. Un jeune garçon considéré comme un rebus de la société qui retrouve un sens à la vie après avoir fait la rencontre de Hyakimaru. Un jeune homme privé de tous ses sens et les membres de son corps qui doit apprendre ce qu'est la vie. Des personnages humbres, non pas entachés de défaut mais qui font de leur mieux pour survivre dans ce monde violent. Un monde dans lequel ils ont tout perdu. Un monde dans lequel la politique des samurais est entachée de corruption et d'argent, la religion est dévouée de sa spiritualité, un monde sans solidarité où le plus petit geste entraîne la mort. Certains épisodes sont magnifiques de simplicité. Notamment ceux où Hyakimaru retrouve ses sens et découvre un peu mieux le monde qui l'entoure. Ou encore l'épisode où Hyakimaru montre son côté très humain après avoir retrouvé Dororo et fait un bisou esquimaux. Les personnages secondaires sont aussi de très bonnes factures. Il manque peut-être un peu plus de contexte sur certains personnages comme le moine, le médecin ou encore la mère de Hyakimaru mais cela n'ôte rien à la qualité de l'animé. La longueur est aussi parfaite. Le récit avance sans être trop rempli de fillers. La fin de l'animé est aussi très intelligente, inattendue même pour un shonen. 50 ans que cette oeuvre a été créée et l'une des plus belles que j'ai pu découvrir du pays des mangas.
    Zarkalexia
    Zarkalexia

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 211 critiques

    Critique de la série
    3,0
    Publiée le 2 octobre 2021
    Très belle fable qui a lieu à l’époque des samouraïs .
    Les personnages sont très attachant avec une histoire qui tout en étant simpliste est bien conté et nous fais avoir bcp de soutien pour le personnage principal hyakimaru.
    L’ambiance générale les beaux dessins poétique et les bruitages m’ont fait passer un bon moment à la recherche de l’espoir
    Back to Top