Notez des films
Mon AlloCiné
    Le Prisonnier
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    3,3
    3326 notes dont 107 critiques
    répartition des 107 critiques par note
    41 critiques
    15 critiques
    5 critiques
    6 critiques
    3 critiques
    0 critique
    Votre avis sur Le Prisonnier ?
    nonos_675
    nonos_675

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 248 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 22 juillet 2009
    Les premiers épisodes de la série sont superbes!!! Les scénarios sont particulièrement bien ficellés et Patrick Mac Gohan est juste parfait dans le rôle du prisonnier!!! De plus, cette série fait passer un message fort: est ce qu'on est pas tous un peu prisonnier dans ce monde où règne le capitalisme??? Il est toutefois dommage de constater que la fin de la série par en vrille!!!
    jasonbourne92
    jasonbourne92

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 173 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 12 décembre 2009
    Série culte! Mais non sans défauts, dont le premier et pas des moindres est de laisser le spectateur sur sa faim et frustré par des derniers épisodes très moyens. En revanche, c'est une oeuvre audacieuse, avec des acteurs au top, une atmosphère mystérieuse et captivante. Très sixties visuellement, elle constitue une jolie parabole sur l'aliénation humaine. A la limite du fantastique, cette série mythique nous laisse malheureusement un goût d'inachevé...
    Monsieur HMR62
    Monsieur HMR62

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 54 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 19 août 2013
    Un serieux Chef d'oeuvre ! La deuxième meilleure série au monde après Twin Peaks à mon goût (comme quoi, les vieilles séries...) Patrick McGoohan est un acteur exceptionnel, les épisodes ne se suivent pas mais c'est pas grave, ils sont tous époustouflant ! De belles scènes de combats à main nue "old school", une intrigue géniale à chaque épisode, les premiers épisode sont "meilleurs" comparés aux suivants. La fin est jouïssive mais toute fois décevante ! Mais bon, ils ont dû bouclés la série plus rapidement faute de moyen ! Dommage que la série soit devenue culte qu'après la fin !
    Adrien D.
    Adrien D.

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 80 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 23 août 2014
    Le 18 février 1968 la France découvre le tout premier épisode de la série créée par George Markstein et Patrick McGoohan, Le Prisonnier. Loin d’être unanimes, les spectateurs se lancent dans de virulentes critiques. D’un coté les déçus qui auraient souhaité un feuilleton d’action et d’agents secrets sauce James Bond de l’autre les néo-adeptes de cette série énigmatique et quasi anachronique car située aux antipodes de tout programmes de l’époque. Dans les deux cas, les spectateurs ne sont pas indifférents à l’originalité angoissante et déroutante de cette entité télévisuelle. Le succès de la série est rapide et sans interruption jusqu’à l’arrivée tragique du 17ème et dernier épisode, « Le Dénouement (Fall Out) », où Patrick McGoohan, haï de ses compatriotes est obligé de fuir l’Angleterre pour s’installer en Suisse. Si l’on devait en effet retenir un nom sans qui la série n’aurait pu voir le jour, c’est celui de Patrick McGoohan, créateur et réalisateur de la série, il en est aussi le principal interprète.

    L’histoire est celle d’un agent secret britannique, dont l’identité reste cachée, qui roule dans une Lotus Seven jaune (le générique du Prisonnier repris à chaque début d’épisode est aussi l’élément déclencheur). Notre agent vient de démissionner de sa fonction et rentre dans son appartement londonien, il semble vouloir prendre la fuite mais un gaz anesthésiant provenant de la porte d’entrée se repend dans la pièce. L’agent reprend conscience dans un appartement quasi identique sauf que le voici installé dans le Village. Ce Village en autogestion est à première vu un lieu idyllique, habité par une communauté de villageois en habits colorés (grande influence des années 60 dans l’esthétique général de la série). Mais notre héros va apprendre qu’il s’agit la d’une société parfaite – parfaite dans le sens où personne ne lui fait entrave – où les habitants aiment à être dirigés, sont dépossédés de toute identité et où les prisonniers côtoient les geôliers sans différentiation possible.

    Durant les 17 épisodes, Patrick McGoohan tentera de s’échapper tandis que les dirigeants, sous les ordres du numéro 1 tenteront de lui extirper des informations quant à sa démission. Le spectateur, lui, éprouve du plaisir à suivre le numéro 6, à découvrir les rouages du Villages et les façons de les déjouer. Mais dans Le Prisonnier, la quête mène toujours à l’échec, le spectateur qui suit avec passion les déambulations du numéro 6 souhaite voir la fin tout en ayant peur de la découvrir. Notre héros est toujours bloqué, toujours prisonnier, le générique de fin qui est aussi emblématique que celui de début, commence toujours par des grilles se refermant sur le visage de Patrick McGoohan.

    Dans chaque épisode, ce dernier à voulu exprimer différent degrés d’enfermement, le village serait finalement l’allégorie de notre monde. McGoohan avec le classement par nombre a certifié vouloir représenter l’homme comme le voit la société, un numéro de sécurité sociale, de carte bleu… et le reste des épisodes décrit tour à tour l’enfermement social ou l’individualisme, l’adoration de la classe populaire pour leur maître, l’acceptation aveugle pour tout régime politique, la dualité d’un individu qui lutte contre le système tout en essayant d’y échapper, la police de la pensée où les élections sont uniquement présentent pour calmer les rebelles. Les inspirations de Patrick McGoohan sont nombreuses, de Kafka, à Orwell, Carroll, Ambler ou encore Huxley dont un passage célèbre de Le Meilleur des Mondes peut servir de description au Village « La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader. Un système d’esclavage où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude ».

    La suite ici:
    L'oeil d'Antoine
    L'oeil d'Antoine

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 55 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 16 février 2014
    Série futuriste des années 60 mais pourtant bien en avance sur son temps. A travers le personnage de l'agent secret britannique démissionnaire et transporté à la suite de cela dans un mystérieux village où l'on veut savoir le pourquoi de sa démission. L'agent secret joué à merveille par Patrick McGoohan et réduit à l'état de nombre (n°6) au sein du village parmi d'autres habitants-prisonniers réduit à cette état comme lui, va résister et combattre ce système sans pour autant jamais réellement réussir hormis à garder son secret. Même dans le très riche épisode finale qui est époustouflant, le spectateur ne connaîtra pas l'identité du "gérant" du village. Inspiré par l'oeuvre 1989 de George Orwell avec plusieurs transcriptions dans la série comme le télécran ou la manipulation qui donne un aspect de carnaval au village car chacun défile sans savoir pourquoi, la série explore dans ses diverses aventures de nombreuses tares de la société comme la drogue, la déshumanisation de la société, la manipulation psychologique et éducative... Patrick McGoohan a sut par son perfectionnisme créer une série très critiques vis-à-vis de l'évolution de la société et une série très bien réalisée malgré quelques épisodes en demi-teinte. Par la liberté d'interprétation que laisse McGoohan à la série, chacun peut se forger son propos opinion sur la série. Toutefois, le rôdeur, arme du n°2 pour éviter les évasions, est assez difficile à comprendre et à assimiler ainsi que le n°2 qui sont censés changer mais sont joués parfois par le même acteur sur plusieurs épisodes.
    Pascal Caillerez
    Pascal Caillerez

    Suivre son activité 223 abonnés Lire ses 9 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 17 mars 2012
    série mythique, unique, portée magistralement par Patrick McGoohan, série ovni, ce que mai 68 a fait de mieux
    DestroyGunner
    DestroyGunner

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 794 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 2 novembre 2008
    Quarante ans après, toujours aussi génial de revoir les épisodes (sur NRJ 12 sur la TNT depuis hier) de cette série dont je ne me lasse pas. Totalement étonnant, même aujourd'hui, et si délicieusement absurde (dans tous les sens du mot). Pas seulement kitsh, mais fondamental. "Nous sommes tous des prisonniers !" (dixit Destroy Gunner, op. cit. Allocine.fr/series)
    Marco-cine
    Marco-cine

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 285 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 28 août 2010
    Série passionnante , on est littéralement plongé dedans , le numéro 6 arrivera t-il à s'échapper de ce maudit village ? Arrivera t-il également à s'en sortir mentalement ? ces questions reviennent tout au long de la série.Un Patrick Mcgoohan malin et toujours persévérant malgrès ses mésaventures.Intéressant
    kubrickfann
    kubrickfann

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 21 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 18 août 2017
    Une série à l'ambiance particulière, oppressante, qui doit sembler datée aux spectateurs les plus jeunes.
    Il faut dire que Patrick Mc Goohan y a gravé son empreinte : il incarne avec brio et une farouche détermination un ancien agent secret qui est mis à l'écart par... on ne sait pas qui...ses ex-employeurs ? Une puissance étrangère ? Le gouvernement de son pays ?
    Ce qui est sur, c'est qu'on ressent une certaine paranoïa au fil des épisodes, et ce d'autant plus que le scénario - extrêmement intelligent - ne nous livre que très peu d'indices sur le pourquoi du comment !
    Personnellement j'y vois comme de nombreux passionnés de la série une parabole sur la vie dans nos sociétés occidentales :
    - Être jugé et benchmarké en permanence, au travail comme dans les relations sociales.
    - Devoir penser comme le veulent nos élites
    - Courir, courir toujours comme des rats dans un labyrinthe pour on ne sait quel but...
    - Être dans la norme
    Etc...
    Le No 6 s'y refuse, il veut penser par lui même, avoir un libre arbitre, il n'est pas un numéro, il veut être L-I-B-R-E !
    Une série d'anticipation brillante, visionnaire, qui a mis en évidence il y aura bientôt 50 ans les tares et les limites de nos sociétés dites "modernes" : l'omniprésence des réseaux (informatiques, sociaux, secrets), la normalité qui laisse tant de gens sur le bord de la route, le politiquement correct, et j'en oublie.
    Indispensable à tout cinéphile qui respecte son intelligence.

    Merci M.Mc Goohan !
    Bobec182
    Bobec182

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 275 critiques

    Critique de la série
    1,5
    Publiée le 14 juin 2011
    Difficile d'adhérer au mouvement d'engouement autour de cette série. Le point fort, c'est l'impact et la dimension psychologique de certains dialogues. Le reste a atrocement vieilli. Difficile de rester concentré 50 minutes devant un épisode où il ne se passe pas grand chose. Ah et pour le final, je fais partie de ceux qui pensent que c'est nase.
    gillout
    gillout

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 5 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Une série vraiment particulière, qui n'a pas si mal vieilli que ça. Les points forts sont indéniablement l'acteur principal, McGoohan, charismatique à souhait et l'excellent thème musical.
    Le Prisonnier est aussi une excellente série allégorique: on peut suivre les aventures du n°6 au premier degré, mais ce serait manquer tout la richesse du propos implicite. Le dernier épisode m'a personnellement un peu laissé sur ma faim: trop délirant, assez obscur...
    miky_le_lyncheen
    miky_le_lyncheen

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 4 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 24 juillet 2007
    Une série à part : à la fois très critique et énigmatique, Le Prisonnier est une série géniale mais incomprise. Pour ma part, même si certains passages sont encore obscurs, la réflexion sur l'humanité qui y est décrite est profonde. Une série donc à découvrir ou à revoir !
    FranckyMovies
    FranckyMovies

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 27 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 15 août 2010
    Serie complexe, mais ô combien passionnante
    Plusieurs lectures possibles sur cette oeuvre son possible.
    Vraiment du tres bon boulot, et British encore
    OMTR
    OMTR

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 263 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 22 février 2019
    Conçue par Patrick McGoohan acteur-scénariste-producteur ambitieux, "Le Prisonnier" est un "chef-d'oeuvre télévisionnaire" intemporel !
    Ashtaka
    Ashtaka

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 85 critiques

    Critique de la série
    2,0
    Publiée le 27 juin 2014
    Je pensais que cette série me plairait énormément et au final je me suis franchement ennuyé et je n'ai pas réussi à aller jusqu'au bout. C'est rare chez moi qui possède une certaine assurance sur mes opinions mais pour une fois j'ai un peu honte de ne pas aimer comme tout le monde cette série "culte". En fait je la trouve nulle et peiné d'avoir forcément loupé quelque chose je lui met 2 étoiles plutôt qu'une seule. La pression sociale c'est quelque chose quand même...
    Back to Top