Classification : mode d’emploi
dimanche 2 juin 2013 - 01h00

Certains films ne sont pas classés « tous publics ». Pourquoi ? Qui prend ces décisions ? Quelles sont les tranches d’âges concernées ? Découvrez le fonctionnement de la Commission de Classification des films. Dossier réalisé par Gauthier Jurgensen.

Précédente Recos de la Rédac
10 / 10

 

Jean-François Théry, le 24/10/2012 - © Gauthier Jurgensen

 

 

En vingt ans de présidence, Jean-François Théry, aujourd’hui conseiller d’Etat honoraire, a profondément marqué cette institution. Il l’a intégralement réformée, au point qu’aujourd’hui elle reste largement ce qu’il en a fait. Pour en parler librement, il a longuement reçu AlloCine.

 

AlloCiné Vous êtes entré à la Commission de Classification en 1974 ?

Jean-François Théry Oui, j’en ai d’abord été président suppléant. Pierre Soudet, qui la présidait alors, m’avait fait venir. C’était un vieil ami : il avait été mon maître de conférences à Sciences-Po, puis nous nous sommes retrouvés au Conseil d’Etat ! Le président suppléant en 1974 était un de mes collègues qui souhaitait être déchargé. Quand Pierre Soudet m’a sollicité, je me suis dit : « Pourquoi pas ? Effectivement, c’est quelque chose qui pourrait être intéressant. » Et voilà ! Malheureusement, Pierre Soudet est mort en 1980. Le ministre de la Culture, Jean-Philippe Lecat (lui-même membre du Conseil d’Etat), m’a dit : « Je compte sur toi pour reprendre la Commission de Contrôle, je n’ai pas envie d’y changer quoi que ce soit. Tu connais, tu es là, tu continues. »

 

Quel souvenir gardez-vous de votre présidence à la Commission de Classification ?

J’en garde un excellent souvenir – non pas tant des films que j’ai pu voir, parce que j’en ai vu beaucoup de mauvais – mais de la commission elle-même. Sa composition à l’époque était très équilibrée et chaque fois qu’un film posait un problème, nous avions un vrai débat, et c’était très sympathique et très agréable. Certains échos me disent que ce n’est plus toujours aussi vrai maintenant, qu’un certain impérialisme des représentants de la profession mobilise un peu la parole. A mon époque, c’était moins évident. Encore que… C’est probablement parce que j’ai quelque peu contré les producteurs que j’ai fini par être remplacé. Mais au terme de vingt années, ce n’était pas un problème. J’étais au bout de mon mandat. Le Premier Ministre, Edouard Balladur, ne l’a pas renouvelé. J’ai toujours un peu soupçonné quelque lobbying autour de cette décision. Sans citer de noms, j’ai des idées sur la question.

 

Accepteriez-vous de nous confier quelques souvenirs particulièrement marquants ?

J’en ai de très intéressants, un peu connexes… Nous avons commencé à ce moment-là à nous réunir avec les Allemands, les Hollandais, les Anglais, les Belges, les Canadiens, etc. pour essayer de comparer ce qu’on faisait. Et nous avons tenu une grande réunion internationale, un peu avant le décret de 1990, à Toronto, sur le thème violence/médias/cinéma. Et ce fut extrêmement stimulant, d’abord par les échanges, et par l’attitude des différentes délégations, ainsi que leur appréhension du problème. Notre approche n’est pas universelle. En particulier les Américains, sur la violence, disent facilement : « Il ne faut pas élever les enfants dans du coton, la vie est comme ça ! ». Ils sont imperméables à l’argument de la précaution. J’ai retrouvé cela dans une conférence de l’OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe) dans laquelle j’étais délégué sur les contenus illicites sur Internet. Les délégations américaines s’en référaient toujours au Premier amendement de leur Constitution (qui leur garantit la liberté d’expression – ndlr), au point que, rendant compte à mon ministre, je lui ai dit : « A mon avis, les Américains se gardent le contrôle d’Internet et ne veulent pas qu’on y mette le nez ». Derrière la liberté d’expression, à mon avis il y a ça. L’intérêt, ce fut la confrontation. Ce qui m’a conduit à penser que notre appréhension du problème, avec son indiscutable valeur, n’est pas forcément la même que celle des autres.

 

Est-ce que vous éprouvez de la nostalgie, en pensant à la Commission de Classification ?

De temps en temps, oui. Quand je vois un film, parfois, je me dis : « Si j’avais été à la Commission, celui-là, on en aurait vraiment parlé ! ». Je me tiens au courant de ses travaux, de loin en loin ! Comme les présidents sont toujours des membres du Conseil d’Etat, je les rencontre parfois, je leur demande leur point de vue… Quand Sylvie Hubac (présidente de la Commission de Classification de 2004 à 2010, ndlr) a organisé à Paris une grande rencontre internationale des différentes commissions de contrôle, elle m’a invité. J’ai retrouvé pas mal de gens, c’était très sympathique ! Nous avons donné une conférence ensemble sur le contrôle, dans le cadre des réunions d’information organisées par le Conseil d’Etat. J’ai parlé de ce que j’avais vécu jusqu’en 1994 et de la genèse de l’institution, et Sylvie Hubac est surtout revenue sur les conséquences du film Baise-moi, ainsi que sur le rétablissement de l’interdiction aux moins de dix-huit ans. Toutes ces choses que je n’ai pas connues et qui n’ont pas simplifié le travail, si j’ai bien compris.

 

Etes-vous toujours en accord avec le travail de la Commission actuelle ?

Je trouve que les avis de la Commission ne sont pas assez bien exposés. On ne les voit même plus sur les affiches ! Quand le film passe à la télévision, quelque chose s’affiche en bas de l’écran, mais ce n’est pas la décision de la Commission. C’est celle des chaînes de télévision, approuvée par le CSA. J’ai l’impression que tout ça s’est un peu perdu dans les sables, et puis évidemment Internet s’ajoute au problème. Ça devient très difficile à maîtriser.

 

Vous estimez donc que les décisions prises par la Commission de Classification devraient avoir une meilleure visibilité sur les éléments promotionnels des films ?

En principe, une bande-annonce doit avoir un visa, comme le film. Et une bande-annonce doit légalement afficher la mesure de restriction du film, si elle existe. C’est compliqué. Il faudrait que la bande-annonce soit faite après que la Commission eut rendu son avis sur le film. En général, ce n’est pas le cas, surtout pour les films étrangers ! On la livre en France dans la même boîte que le film. Ensuite, on constate la mauvaise volonté des distributeurs s’agissant de montrer les bandes-annonces à la Commission. La grande astuce consiste à montrer dans les cinémas, pendant les bandes-annonces qui  précèdent le film, un carton disant quelque chose comme : « Veuillez vérifier quel a été l’avis de la Commission de Classification ».

 

Comment faire pour que le public soit mieux informé ?

A l’époque où j’étais président de la Commission de Classification, ce problème n’existait pas. Les exploitants de salles jouaient le jeu. Avec les multiplex, ça devient plus compliqué. Les exploitants devraient l’afficher à la caisse, mais ils ne le font jamais. Le CNC devrait avoir des inspecteurs qui pourraient procéder à des vérifications. Je l’ai fait, avec les cinq inspecteurs disponibles à l’époque. Quand je trouvais un rapport défavorable concernant un cinéma, ou une chaîne de cinémas, j’écrivais au directeur de l’établissement concerné. Mais le CNC ne peut plus : il y a trop de salles ! Je ne suis pas pour des sanctions pénales à tout bout de champ, mais qu’au moins, les gens sachent que de temps en temps, un inspecteur risque de passer.

 

La classification française est-elle la plus tolérante du monde ?

Non, je ne crois pas. Ses décisions sont différentes de celles des autres. Les Américains sont d’un laxisme total sur la violence. En revanche, sur le sexe… leur rigueur est effrayante ! Il y a longtemps que je n’ai pas pu voir ce que font les Allemands, mais leur registre est différent. Ce qui est vrai, c’est que nous sommes probablement les moins prévisibles. Un film qui entre en séance plénière avec un avis d’interdiction aux moins de 12 ans de la sous-commission peut très bien en sortir interdit aux moins de 16 ans… ou tous publics ! Ça va dépendre du débat, et de ce que les uns et les autres auront vu. En tout cas, je me suis toujours bagarré contre l’idée de critères objectifs, ce que les producteurs voulaient par-dessus tout. Ils voulaient un système ressemblant au modèle anglo-saxon et j’ai toujours dit non. Si on avait fonctionné comme ça, on aurait été obligés d’aiguiller vers le circuit porno un film comme L' Empire des sens. Une absurdité !

 

On entend aussi souvent dire que la Commission de Classification devient de plus en plus permissive…

Je n’en suis pas sûr. C’est vrai qu’à l’époque, on avait infligé des interdictions aux moins de 18 ans à des petites bluettes charmantes, qu’on a souvent résiliées par la suite à la demande des distributeurs. Dans le domaine de la sexualité, on s’est beaucoup tempéré. Il faut dire quand même que les jeunes n’ont plus la même attitude. On pouvait provoquer des perturbations avec des films pornographiques, par exemple, chez des garçons de 14 ou 15 ans. Comme disait un de nos amis psychanalystes : « Les films pornographiques, c’est une mauvaise réponse à un mauvais moment. » J’avais écrit dans mon livre (1) que les jeunes vont au cinéma pour trouver des réponses à leurs questions sans réponse. Dans le cadre de leur sexualité, ils auront une mauvaise réponse, et en plus une réponse particulièrement dommageable à l’âge où chacun construit sa propre sexualité. Aujourd’hui, les films pornographiques n’existent plus au cinéma : ils sont sur Internet ou en DVD.

 

Votre livre s’appelait « Pour en finir une bonne fois pour toutes avec la censure ». La censure est-elle toujours là ?

Je crains qu’on n’en ait jamais totalement fini avec la censure. C’est un problème philosophique – ou plutôt moral ! Il s’agit de savoir si l’Etat a un rôle moral à exercer ou non. C’est aussi ce qui se cache derrière le débat de l’interdiction totale. Mon prédécesseur, Pierre Soudet, était très partisan du maintien de l’interdiction totale. Il disait que certains films portaient tellement atteinte à la dignité humaine que la société ne devait pas le tolérer. Ce qui sous-entendait un rôle de la société dans la moralité des spectacles. Moi j’étais plutôt d’accord avec modèle anglo-saxon sur ce sujet : je trouvais qu’on n’avait pas de leçon de morale à donner à nos contemporains, mais qu’en revanche, il fallait protéger les jeunes. Parce que l’éducation est un processus progressif qui se perturbe assez facilement. Quand un film risque vraiment de perturber l’esprit d’un jeune de 12 ou 16 ans, il faut l’interdire. Etant entendu que cette interdiction signifie : « Tu attendras trois ou quatre ans pour le voir ! ». Ça ne veut pas dire : « Je l’envoie en enfer ! ». Je crains beaucoup l’attitude qui voudrait que la puissance publique soit là pour vous protéger de vos choix. Un adulte peut choisir son président de la République, il peut aussi choisir ses films. S’il va voir une horreur, c’est son choix. Il en va différemment pour les jeunes, pour lesquels toute mise en garde devient vite un gage de qualité. Si on affiche sur les cinémas des films qu’on leur déconseille de voir, ils se précipitent dessus.

 

La Commission de Classification est souvent accusée de pratiquer une « censure économique ». Comment réagissez-vous ?

Ça fait partie du jeu. Quand je voulais mettre les producteurs en rogne, je leur disais : « Vous faites des films pour les plus de 18 ans. Manque de pot, la clientèle du cinéma, c’est les 15/24 ans. Donc vous voulez faire financer des films destinés à votre tranche d’âge avec l’argent de poche des gamins ? Moi, je ne suis pas d’accord.  »

 

Le mot « censure » est-il approprié, concernant la Commission de Classification ?

Distinguons deux périodes. Avant la fin de la 2ème Guerre Mondiale, on aurait pu dire ça, puisque soit le film était diffusé, soit il était totalement interdit. Mais depuis la création du CNC, c’est moins vrai. C’est d’autant plus que, depuis 1990, « classification  » a remplacé « contrôle ». Ce qui souligne que nous ne touchons pas au contenu du film. Le problème, c’est de les classer par catégories de publics. C’est le sens même du mot « classification » ! A la même période, les Anglais de la BBFC ont changé leur dénomination de « British Board of Film Censors » en « British Board of Film Classification ». Pierre Soudet avait d’autre part supprimé toute censure politique. Le mot « censure » restera collé à la Commission de Classification car il est solidement ancré dans l’esprit des gens. Mais moi, je prétends que dans ce pays, il n’y a plus de censure.

 

D’ailleurs, la Commission n’a jamais attaché le mot « censure » à son nom.

Non, jamais.

 

Ne faudrait-il faire en sorte que l’interdiction totale n’existe plus ?

Vous avez raison. C’est un point très délicat. Il appartient un peu au passé. Je me souviens du jour où Pierre Soudet est venu au Conseil d’Etat faire une conférence sur la Commission. Pensant qu’il serait attaqué sur la liberté d’expression, il avait axé son intervention sur ce sujet. Mais à la surprise générale, les questions ont été différentes. Tout le monde disait : « Mais qu’est-ce que vous faites ? Vous n’interdisez plus rien ! On voit sortir n’importe quoi ! ». C’est un peu comme le débat sur la peine de mort. Si on n’en dispose pas, on est accusé de laxisme, de ne plus rien faire. Si on n’a plus la possibilité d’interdire un film, ce qu’on peut faire d’autre est sans valeur. Ce raisonnement, fort discutable, reste néanmoins solidement ancré chez beaucoup de gens. Le problème, c’est surtout d’amener devant le Parlement le débat de l’abolition de l’interdiction totale.

 

Beaucoup de nos classifications ne sont pas ou plus utilisées. Notre système serait-il devenu trop compliqué ?

C’est toujours la même chose : quand un texte commence à vieillir, c’est parce qu’on lui fait des adjonctions sans arrêt en vertu de ce qu’il s’est passé la veille dans la rue. On a ce texte de 1991 - qui était assez bienvenu et qu’on avait passé au crible d’un certain nombre d’esprits ouverts et responsables. Mais, comme dans toute synthèse, certains courants ne s’y sont pas retrouvés. Donc, à la première occasion, on a cherché à y réintroduire ce en avait été écarté : l’interdiction aux moins de 18 ans, les avertissements sur les X pornographique et les X violence... Le X violence, on ne s’en est jamais servi (ou presque). C’était des films chers, qui ne pouvaient être rentabilisés sans passer dans le circuit traditionnel. Et, à l’époque, aucun exploitant de salle n’aurait accepté de se spécialiser dans le cinéma ultra violent. Du coup, on s’est rendu compte qu’attribuer un X-violence, c’était comme interdire à un film de sortir.

 

Pensez-vous qu’une nouvelle réforme devrait simplifier ce système ?

Je pense qu’il faudrait essayer de réfléchir à un ensemble. L’une des faiblesses du contrôle des films actuellement, c’est qu’il ne concerne que le cinéma. Or, le cinéma est en concurrence avec Internet, avec la télévision, etc. Il faudrait réfléchir à un système de classification audiovisuel global. Ce qui n’est pas commode.

 

Mais ne gagnerions-nous pas à avoir des paliers clairs, type 10, 12, 14, 16, 18 ans, au lieu de tous ces paliers avec ou sans avertissements ?

Plus c’est compliqué, moins ça marche, bien sûr. Mais vous ne pouvez pas demander à une caissière de cinéma de trier son public. C’est impossible. Il faut simplifier davantage.

 

La Commission doit-elle renoncer aux débats à huis clos ?

Il ne faut pas transformer en procès l’examen des films par la commission. C’est impossible, il n’y aurait plus de vrai débat, plus aucune possibilité de synthèse ou de consensus. Il y aurait l’avocat du distributeur, l’avocat de l’auteur du film et un jury qui rend une décision. Il ne faut pas faire ça. Il ne faut pas oublier que la commission est consultative, et que c’est le ministre de la culture qui décide.

 

Les questions qui se posent aujourd’hui sont les mêmes qu’avant votre réforme de 1990. Cette réforme est-elle un échec ?

La réforme de 1990 était partielle. Quand Jack Lang est devenu ministre de la Culture, il voulait supprimer la censure. A sa grande surprise, il y a eu une levée de boucliers. On lui a dit : « Tu ne peux pas faire ça ». Donc il m’a appelé. Il voulait supprimer en particulier la possibilité de l’interdiction totale d’un film, ce qui ne peut se faire sans débat au Parlement. Et il n’a jamais eu le culot de le provoquer. Je pense qu’il a bien fait : ça aurait été un champ de bataille dont l’issue était difficile à prévoir. Donc il a pris le parti de faire tomber en désuétude l’interdiction totale. Si on arrive à ne pas utiliser l’interdiction totale pendant un long moment, au bout de dix ans, plus un seul ministre n’osera en signer une. Quand Jack Lang est revenu à la Culture en 1988, il m’a d’ailleurs dit qu’il n’en signerait aucune, et il m’a prié de mettre une réforme en chantier. Ce fut fort intéressant, mais ça a laissé subsister des opinions divergentes. On est arrivé à se mettre d’accord sur la baisse des paliers à 12 et 16 ans, au lieu de 13 et 18 ans. Mais beaucoup continuaient à dire qu’il fallait des paliers à 12, 16 et 18 ans, du moment qu’on gardait 18 ans pour les films pornographiques. Pour ma part, j’avais combattu ce courant-là, en arguant qu’on ne pouvait pas demander aux caissières de cinéma de faire la différence entre un jeune de 16 ans et un jeune de 18 ans. A moins de demander les cartes d’identité. Mais c’est le meilleur moyen de faire fuir les jeunes spectateurs ! Au moins, entre 12 et 16, pas d’erreur possible. Et puis 12 ans et 16 ans, ce sont des âges charnières dans la vie d’un jeune. Ça correspond en gros à l’entrée au collège et à l’entrée au lycée. On change d’établissement scolaire, on change de vie, on change de copains… Ce sont des âges qui ont une signification que n’avaient pas 13 et 18 ans.

 

Voyez-vous des évolutions possibles de la Commission de Classification ?

Je m’étais interrogé sur le statut du visa. La bonne solution ne serait-elle pas d’avoir une sorte d’autorité morale, et non pas une autorité administrative ? Par exemple, toutes les semaines, au moment des sorties, on pourrait publier des conseils. Une solution qui pourrait rallier plus de suffrages : les professionnels de la télévision, d’Internet, du DVD et du cinéma accepteraient plus volontiers un regard extérieur plutôt qu’une mesure administrative. Mais c’est vrai que dans ce temps et dans ce pays, les recommandations, tout le monde s’en fout.

 

(1) Pour en finir une bonne fois pour toutes avec la censure, éd. du Cerf 1990

La Rédac vous recommande aussi
After - Chapitre 2 : une suite est-elle prévue au cinéma ? Anna Todd répond

After - Chapitre 2 : une suite est-elle prévue au cinéma ? Anna Todd répond

Avengers 4 : vous avez voté, ces héros vont mourir dans Endgame (selon vous)

Avengers 4 : vous avez voté, ces héros vont mourir dans Endgame (selon vous)

Game of Thrones saison 8 : découvrez le teaser de l’épisode 3 [SPOILERS]

Game of Thrones saison 8 : découvrez le teaser de l’épisode 3 [SPOILERS]

Demain nous appartient : la bande-annonce de la nouvelle intrigue coup de poing sur Margot et César [SPOILERS]

Demain nous appartient : la bande-annonce de la nouvelle intrigue coup de poing sur Margot et César [SPOILERS]

Gentleman Jack, 9-1-1, Mongeville... Les rendez-vous séries du 22 au 28 avril

Gentleman Jack, 9-1-1, Mongeville... Les rendez-vous séries du 22 au 28 avril

Game of Thrones saison 8 : notre résumé de l’épisode 2 [SPOILERS]

Game of Thrones saison 8 : notre résumé de l’épisode 2 [SPOILERS]

Toutes les news
Précédente Recos de la Rédac
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10

A voir aussi

Voir les commentaires

Commentaires

  • Bill MovieFan

    Moi je pense qu'il manque sérieusement un -14 ans.. Alors oui on en parle beaucoup mais ça ne fait jamais. et pourtant beaucoup de films auraient le mérite d'avoir cet avertissement, car entre 12 et 14 ans, c'est sans doute à cette période que l'esprit gagne en maturité et en sensibilité. Les films comme Seven devraient être -14ans. Je vois mal un gosse de 12 ans regarder ce film (surtout pour la fin..) enfin c'est mon point de vue !

  • robin L.

    Même si vous faites un dossier sur la question, on reste un peu à la surface du sujet. En ce qui concerne le système lui-même, je pense qu'il faut s'inspirer des USA et faire un tableau de ce qui est acceptable ou non dans une certaine tranche d'âge au cinéma, pour faire reculer l'écart des classifications au cinéma (Commission) et à la télévision (CSA). Combien de films tous publics parfois même sans avertissement se retrouvent avec un logo -12 voire -16 à la télé? Un gros paquet! Alors, qui a tort, qui a raison? Ni l'un, ni l'autre malheureusement. Mon dernier exemple en date dans le laxisme de la Commission (et des parents) est Fast & Furious 6, qu'un enfant de 5-6 ans (qui était à ma séance) ne devrait pas voir au cinéma. Il est très bien, mais franchement il fait partie de ces films nombreux qui ne devraient pas être annoncés tous publics.
    P.S.: je ne suis pas réac' mais j'aimerais juste voir un système qui fonctionne et qui est cohérent avec ce qu'on regarde à l'écran.

  • DanielOceanAndCo

    Après vérification sur wikipedia, le R précise juste que les moins de 17 ans doivent être accompagnés d'un adulte ou tuteur et que certains cinémas refusent les enfants de moins de 6 ans après 18h. Donc, ne dites pas qu'ils sont de toutes façons interdit aux moins de 12 ans!!

  • MisterBoub

    C'est toujours touchant, ces gens qui prennent wikipédia pour référence...

  • Cosmicm

    Bon à savoir (même si on le savait déjà dans les grandes lignes)

  • AmericanFox

    La classification ne sert à rien. Chacun voit différemment ce qui est choquant ou pas, il est impossible de faire une norme qui correspond à tout le monde. Les parents regardent le logo "interdit au -12 ans" avant de filer le film à leur gosse? Ou bien ils regardent la jaquette, lisent le résumé et jugent eux même si c'est bon ou pas? Et encore, combien font attention à cet avertissement? Ils se fichent que leur gosse achète GTA mais feraient un contrôle sur les films? C'te blague. Quand au cinéma, ça empêche seulement les gosses d'entrer dans la salle, problème vite réglé de retour à la maison où ils téléchargent le film en douce. Selon moi il ne devrait y avoir que des mentions du genre "ce film contient des scènes violentes", c'est largement suffisant. après, c'est juste mon opinion. Si un jour j'ai un gosse, je contrôlerai moi même, je me fierai pas à ces logos "-12 ans" etc...

  • R4z13l

    Vous avez mis Zombieland en tout public. Il est pas -16 ans normalement?

  • MisterBoub

    Eh non. Il est tous publics :
    BIENVENUE A ZOMBIELAND Ruben FLEISCHER 124272 Tous publics ETATS-UNIS 25/11/2009

  • GANMU

    REC, "Interdiction aux moins de 12 ans avec avertissement" ?
    Je l'aurais mis dans la catégorie - 16 ans, mais bon...

  • MisterCinoche

    Y a pas un problème pour Zombieland ? Il a été classé tous publics au cinéma mais interdit aux moins de 16 ans à la télévision.

  • Titouan-de-Troy

    Existe-t-il une grande différence entre la télé et le cinéma? Etant donné que la télé demeure plus accessible.

  • WalterWood

    En accord à 1000% avec CharlieFox911.

  • Anthony A.

    ouais c'est n'importe pour zombieland: sa vraie classification est "interdit aux moins de 12 ans"!

  • illys-chan

    Il y a du vrai dans ce que tu dis, mais en même temps je pense que certaines personnes ne réalisent pas forcément qu'on ne montre pas Drive a un enfant de moins de 12 ans... Nous sommes habitué à une violence au cinéma qui peut parfois nous rendre inconscients que certaines scènes peuvent être très choquantes pour un jeune public.

    Dans tous les cas, c'est vrai que c'est d'abord aux parents de faire attention par eux-même (et les avertissements sont là pour les y aider).

  • Anthony A.

    'fin bref, pas mal ce dossier :)

  • Anthony A.

    c'est abusé l'écart entre la classification française, américaine et britannique O_o...certaines classifications sont franchement trop subjectives.....

  • Anthony A.

    franchement pas mal le dossier sur la classification cinématographique en France (et à l'étranger)!
    :)

  • Zalaa

    Robin L, il est impossible d'avoir un système "cohérent" puisque chacun voit une chose différente dans un film. Chacun juge à partir de sa propre échelle de valeur. (c'est d'ailleurs dit dans l'interview à propos d'une grille de critères objectifs, il me semble). Je rejoins bien sûr ton avis sur certains films mais interdire un film aux moins de 8 ans, ça a quelque chose d'absurde. Après tout, la première responsabilité ne revient ni à l'état, ni à aucune commission ou distributeur mais bel et bien aux parents et aux spectateurs eux-mêmes!

    Quant à moi, j'ai beaucoup apprécié ce petit dossier. Même si les premières pages sont du domaine "public" (tout le monde le sait, ou devrait au moins), cela change un peu des dossiers plus racoleurs (quoique intéressants également ^^) de d'habitude.

  • David Cloitre

    Dossier intéressant, je me demandais depuis longtemps comment ça fonctionne.

  • MisterBoub

    A la télé, ce sont les chaines qui décident des pastilles qu'elles mettent sur les programmes qu'elles diffusent, sous le contrôle du CSA (et pas du CNC, comme pour le cinéma). Du coup, un film tous publics au ciné peut très bien se retrouver avec une pastille -16 à la télé.

  • Desbeauxrats

    En Allemagne, c'est beaucoup plus strict. Par exemple Fast and Furious est interdit aux moins de 16 ans. Et à la différence des boitiers français sur lesquels c'est écrit en minuscule au dos, sur les boitiers allemands, c'est affiché en gros devant.

  • Crillus

    C'est vrai que le système de classification par âge n'est pas forcément idéal, puisque l'âge pour voir un film dépend de la maturité de l'enfant/adolescent, de son développement moral et mental mais l'âge est plus un ordre d'idée et quand même peu importe le niveau de maturité, il y a des films qu'on ne montre pas avant 12 , 16 ou même 18 ans.

    Le plus utile reste quand même les signalements annexes: langage ordurier, sexe, violence etc...

    Donc à mettre au cas par cas et aux parents d'être stricts avec l'usage des média quels qu'ils soient.

  • Amine E.

    normalement the punisher devaient méritait une inderdiction aux moins de 12 ans pareil pour die hard 1,2 et 3

  • _BUZzKILLeR_

    REC mérite 16 ! The Descent 2 aussi, par contre le 1, 12 ans avec avertissement. Ouais c'est plus aproprié !

  • titiazerty

    le pire,c'est au us la moindre scene est interdite ,exemple, kirikou:
    le film a été interdit a tous mineurs car kirikou et sa famille sont nus !

  • hdfreferfr

    heu, die hard 1 ne la mérite pas !!! Dans ce cas, tu mets du -12 à LE 13e GUERRIER aussi !

  • Rose Mc Neil

    Pour mois tout les SAW méritent -18 , car après les avoirs tous vu , les -16 ok , ça fait plus commercial , ça sort dans beaucoup de salle , le -18 c'est diffèrent , peu de cinéma le diffuseront ...

  • Max Martin

    Juste pour l'anecdote le PG13 a été crée en 1984 à la sortie du 2ème volet des aventures d'Indiana Jones (Le Temple Maudit)

  • Thortillass

    ouais, enfin ... Un moins de 12 pour le 13ème guerrier est plus approprié que pour Die Hard. Faut avouer que certaines scènes dans le 13ème guerrier sont pas tops ... Mais Die Hard 1 ne mérite pas un -12.

  • hdfreferfr

    C'est ce que je dis : "die hard 1 ne la mérite pas" son interdiction.

  • Thortillass

    Ah oui, scuse, j'avais pas compris comme ça ^^

  • hdfreferfr

    aucun problème :)

  • hdfreferfr

    ... qui passe à la TV mardi ^^

  • hdfreferfr

    N'est-ce pas un peu exagéré ? Un -18, ça arrive avec un film comme Cannibal Holocaust, mais ce n'est pas quelque chose de fréquent.
    Dans ce cas, on met aussi -18 les Hostels, les The Collector et tous les films de Takashi Miike, de torture-porn sans parler des Tetsuo, de Nekromantiik etc.
    Par contre, le -18 devrait être attribué à Salo, qui est seulement -16 pour le moment.

  • hdfreferfr

    Oui, ça arrive que l'interdiction change du ciné à la TV : pareil avec The Dead Pool de Buddy Van Horn (5e et dernier "Inspecteur Harry") qui est -12 à la TV et tout publics en DVD.

  • I Saw Sinister

    Un trc con, c'est ke la plus part des film d'horreur arrive toujours a etre mal renseigner au niveau des jaquettes, examples j'ai acheter tout les paranormal activity a la fnac, il y a écrit tout plublic alors que normalement c'est -16 sur les jaquettes US, comme la version nippon de ce film, idem c'est tout public, vous rigolez? c'est le pire de la saga des paranormal activity, il aurez fallu un -16, comme les saw....

  • Movie Young

    Mais Watcmen,John Rambo et Sin City méritent moins 16 non ?

  • Butters777

    watchman et john rambo sont interdit aux moins de 16 a la télé

  • jean D.

    j'ai 23 ans j'ai regarder saw 1 et 2 ainsi que drive et only god fogives et bah honnetement moi qui suis adulte j'ai été plus choqué par drive et only god forgive que saw 1 et 2 .
    Drive et only god forigives devrait etre moins de 16 ans

Top Bandes-annonces
Toutes les bandes-annonces
Toutes les actus Ciné
Iron Man : comment le film a failli tuer Marvel
Iron Man : comment le film a failli tuer Marvel
Tweet  
 
Dimanche soir à la télé : on mate "La Grande Vadrouille" et "Diabolo Menthe"
Dimanche soir à la télé : on mate "La Grande Vadrouille" et "Diabolo Menthe"
Tweet  
 
Bande-annonce Les Crevettes pailletées : direction les Gay Games pour Nicolas Gob et son équipe de water-polo
Bande-annonce Les Crevettes pailletées : direction les Gay Games pour Nicolas Gob et son équipe de water-polo Vidéo sponsorisée
Tweet  
 
Toutes les actus cinéma
Films prochainement au cinéma
  1. Avengers: Endgame

    De Joe Russo, Anthony Russo
    J-2

    Bande-annonce
  2. Les Crevettes pailletées J-16
  3. Anna J-79
  4. Nous finirons ensemble J-9
  5. Star Wars: L'Ascension de Skywalker J-240
  6. Fast & Furious : Hobbs & Shaw J-107
  7. Hellboy J-16
  8. X-Men: Dark Phoenix J-44
  9. Jessica Forever J-9
  10. Victor et Célia J-2
Les films à venir les plus consultés