Ibère tension : ces cinéastes espagnols qui nous ont secoués
jeudi 22 novembre 2012 - 09h00

Comme Juan Antonio Bayona, qui nous plonge dans le tsunami avec "The Impossible", ils sont plusieurs cinéastes espagnols à nous avoir secoués. Un petit focus s'imposait... - Dossier réalisé par Maximilien Pierrette

Précédente Recos de la Rédac
10 / 10

Voilà donc pour les 10 cinéastes espagnols qui nous ont le plus secoués ces dernières années. Mais ces derniers ne sont pas les seuls à avoir fait forte impression récemment et voici ceux qui pourraient être considérés comme les héritiers.

 

Nacho Cerdà

 

Abandonnée - © Wild Side Films

 

En activité depuis 1990, celui-ci est un peu à part dans le paysage fantastico-horrifique espagnol. Exclusivement connu des fans hardcore, son nom a en effet été révélé en 2006 (2007 chez nous), avec la sortie d'Abandonnée, et aurait pu avoir sa place dans l'une des pages précédentes, sous le surnom "Le déglingo". Mais le réalisateur du making-of de The Machinist n'a pas tourné de long métrage de fiction depuis, et son I am Legion met plus de temps que prévu à voir le jour, donc wait and see.

 

 

Guillem Morales

 

Les Yeux de Julia - © Universal Pictures International France

 

On parlait des Yeux de Julia en évoquant le CV, long comme le bras tentaculaire d'un de ses monstres, de Guillermo del Toro. Mais ce dernier n'en est que producteur et l'homme derrière la caméra se nomme Guillem Morales. Après l'inédit El habitante incierto (2004), il signe avec son deuxième long métrage (co-écrit par ses soins), un thriller prenant (voire terrifiant) à la lisière du fantastique, que l'on peut rapprocher de L'Orphelinat pour sa façon de lier les codes du genres à des thèmes plus graves tels que la culpabilité, la maladie ou le traumatisme. Un presque coup d'essai malheureusement suivi d'un silence radio. Mais quand on sait que Juan Antonio Bayona a mis 5 ans avant de revenir sur les écrans, on se dit qu'il faudra s'inquiéter à partir de 2015.

 

 

Sebastián Cordero

 

Rabia - © Haut et Court

 

Quelques mois avant Guillem Morales, c'est l'Equatorien Sebastián Cordero qui s'était illustré avec Rabia. Comme l'Espagnol, il n'en était pas à son coup d'essai (déjà deux longs métrages à son actif : Ratas, ratones, rateros et Investigations, en 1999 et 2004) et a également profité du parrainage de Guillermo del Toro, pour ce thriller anxiogène qui lorgne parfois du côté de Luis Buñuel. Lui aussi n'a rien fait depuis ce joli coup d'éclat, mais il travaille actuellement sur le drame Pescador, dans lequel un pêcheur s'improvise dealer le jour où il trouve un sac rempli de cocaïne.

 

 

 

Juan Carlos Medina

 

Insensibles - © DistriB Films

 

Comme Guillem Morales, Juan Carlos Medina n'est pour l'instant l'auteur que d'un seul long métrage (en plus du court Trinidad, en 1999) : Insensibles. Un titre qui retranscrit bien mal l'effet que ce film a eu sur le public. Pas forcément celui des salles françaises, mais plus les spectateurs de l'Etrange Festival ou du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg, où il a reçu le Méliès d'Argent. Contrairement à L'Echine du diable ou L'Orphelinat, Insensibles n'est pas produit ou réalisé par Guillermo del Toro, mais on notera tout de même des similitudes, dans sa façon de mêler l'horreur à la Guerre Civile Espagnole. Vivement la suite (de la carrière du réalisateur, pas du film en lui-même).

 

 

Oriol Paulo

 

The Body- © Antenna 3 Films

 

Et on termine avec celui qui pourrait être la prochaine révélation ibérique : Oriol Paulo. Co-scénariste des Yeux de Julia, ce dernier fait aujourd'hui ses grands débuts de réalisateur avec The Body, présenté en Compétition au PIFFF 2012 (voir notre dossier) et dans lequel on retrouve notamment Belén Rueda, l'actrice de L'Orphelinat et... des Yeux de Julia, que l'on peut donc considérer comme l'égérie du fantastique espagnol de ces dernières années. En attendant de savoir si Oriol Paulo repartira primé du Paris International Fantastic Film Festival, vous pouvez admirer la bande-annonce de son film, qui s'annonce visuellement très beau.

 

La Rédac vous recommande aussi
Platane saison 3 : le tournage démarre enfin dans un nouveau format !

Platane saison 3 : le tournage démarre enfin dans un nouveau format !

Bird Box : le film Netflix remonté pour supprimer des images chocs

Bird Box : le film Netflix remonté pour supprimer des images chocs

A Discovery of Witches : c

A Discovery of Witches : c'est quoi cette série fantastique ?

One Punch Man saison 2 : enfin une bande-annonce pour les nouvelles aventures de Saitama

One Punch Man saison 2 : enfin une bande-annonce pour les nouvelles aventures de Saitama

Audiences: Les Bracelets Rouges perdent du terrain, Kepler(s) aussi

Audiences: Les Bracelets Rouges perdent du terrain, Kepler(s) aussi

Plan Cœur : le tournage de la saison 2 a commencé !

Plan Cœur : le tournage de la saison 2 a commencé !

Toutes les news
Précédente Recos de la Rédac
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10

A voir aussi

Voir les commentaires

Commentaires

  • jaribaud

    Et Alfonso Cuaron, c'est du poulet? C'est assez gênant d'oublier le réalisateur acclamé du chef d'oeuvre les Fils de L'homme ou du très bon 3ème volet d'Harry Potter: Le Prisonnier d'Azkaban (le meilleur à mes yeux). C'est d'autant plus dommage que le premier film cité plus haut risque de rester gravé dans l'Histoire du cinéma pour son réalisme quant au futur, et sa réalisation dantesque (plans séquences inoubliables).

  • Guiromero

    cuaron est mexicain. Alors certes ya del toro mais comme expliqué il a fait 100 plus pr le cinéma espagnol que cuaron...

  • Lululouci

    j'adore les Autres et l’Orphelinat

  • Jahro

    Ils sont tous intéressants, mais le meilleur c'est quand même Amenabar.
    Merci pour cette synthèse en tout cas.

  • Mr Movie

    Amenabar est super mais je reste sur Bayona, qui est pour moi un excellent réalisateur notamment pour son film : L'Orphelinat, qui me donne encore un léger frisson ! Impatient d'aller voir son nouveau film ;)

  • SarahConnor ?

    C'est clair, les Espagnols sont des monstres ! Mais je dirais qu'actuellement, nous (les Français) sommes les meilleurs pour ce qui est de secouer les spectateurs. Je les mettrais juste après nous.
    Y'a aussi Gabe Ibáñez, réalisateur de "Hierro", un excellent thriller fantastique et le film "La Cara Oculta", génial au niveau du suspens et du scénario.

  • floriuscine

    Pour répondre à Jaribaud, Alfonso Cuaron est Mexicain et le dossier concerne uniquement les Espagnols...

  • Jahro

    Je pense qu'ils voulaient dire hispaniques, ou hispanophones, car Del Toro aussi est mexicain si je ne m'abuse...

  • Attila Kovacs

    "les Français) sommes les meilleurs pour ce qui est de secouer les spectateurs." avec quoi plus belle la vie? les francais son pas plus capable de faire un tsuami superrealiste que de faire un vrai film d action,ils sont plutôt du genre a faire des films de depressif ,de couple a la con qui se sépare qui reviens et qui repart, échangisme quoi,ni queue ni tete,c est 90% des films francais. et je dirais les ricain en 1er pour ce qui est du surprenant

  • SarahConnor ?

    @Attila : je parlais des films d'horreur français de ces dernières années: "A L'Intérieur", "Frontières", "Territoires", "Ils", des films d'Alexandre Aja, de Pascal Laugier, du choc mondial de "Martyrs" - dont les Ricains comme tu dis, vont nous pondre un remake, des films de Gaspar Noé, etc etc...
    Les Ricains, à part les remakes, ou autres reboots, les suites... ça n'a plus rien de surprenant ou très peu - il en reste peu qui osent faire de vrais scénarios qui innovent. Ca fait longtemps que les Américains ne me surprennent plus. Mais les Espagnols : presque à chaque fois.

Top Bandes-annonces
Toutes les bandes-annonces
Toutes les actus Ciné
Triple Frontière : le film d’action de Netflix a embarqué les spectateurs
Triple Frontière : le film d’action de Netflix a embarqué les spectateurs
Tweet  
 
Le Printemps du cinéma 2019 : déjà 1,5 millions d'entrées
Le Printemps du cinéma 2019 : déjà 1,5 millions d'entrées
Tweet  
 
Bande-annonce Just a gigolo : Olivier Baroux transforme Kad Merad en playboy sur le déclin
Bande-annonce Just a gigolo : Olivier Baroux transforme Kad Merad en playboy sur le déclin Vidéo sponsorisée
Tweet  
 
Toutes les actus cinéma
Films prochainement au cinéma
  1. Just a gigolo

    De Olivier Baroux
    J-29

    Bande-annonce
  2. Avengers: Endgame J-36
  3. Us J-1
  4. Dernier amour J-1
  5. Shazam! J-15
  6. Dumbo J-8
  7. Walter J-1
  8. After - Chapitre 1 J-29
  9. Let’s Dance J-8
  10. Qui m'aime me suive! J-1
Les films à venir les plus consultés