Mon AlloCiné
    Cannes 2014 : que retenir du palmarès ?
    Par Maximilien Pierrette — 24 mai 2014 à 22:05
    facebook Tweet

    La victoire de Nuri Bilge Ceylan, des favoris au rendez-vous, les Dardenne et la France bredouilles... Que retenir du palmarès de cette 67ème édition du Festival de Cannes ?

    Jacovides-Borde-Moreau / BestImage

    Clap de fin pour le 67ème Festival de Cannes. Le jury de Jane Campion a en effet rendu son verdict et décerné la Palme d'Or à Winter Sleep du réalisateur turc Nuri Bilge Ceylan. Voici ce qu'il faut retenir de ce palmarès.

    Palme d'Or : Ceylan dans la continuité

    Son nom circulait avant même le début de la compétition. Et pour cause : dans cette section, Nuri Bilge Ceylan c'est trois prix pour quatre participations, avec deux Grand Prix du Jury dans le lot (pour Uzak et Il était une fois en Anatolie). Rapproché au cinéma d'Ingmar Bergman, pour sa beauté visuelle, Winter Sleep a donc permis au cinéaste de faire mieux que son modèle en intégrant le clan des palmés. Il succède ainsi à Şerif Gören et Yılmaz Güney, premiers réalisateurs à recevoir la Palme d'Or avec Yol en 1982, et ce pile l'année où l'on célèbre le centenaire du cinéma turc.

    Les favoris au rendez-vous. Ou presque.

    Outre Winter Sleep, bon nombre de favoris se retrouvent au palmarès de ce 67ème Festival de Cannes, à commencer par Mommy et Leviathan, qui revenaient avec insistance dans les traditionnels pronostics depuis quelques jours, et sont respectivement repartis avec le Prix du Jury et celui du Scénario. Même chose aussi du côté de l'interprétation, puisque Julianne Moore (Maps to the Stars) et Timothy Spall (Mr. Turner) sont les heureux élus, sans grand surprise.

    Le comédien britannique dame toutefois le pion au trio de Foxcatcher, et notamment à Steve Carell, même si le Prix de la Mise en Scène remis au réalisateur Bennett Miller récompense aussi ses qualités de directeur d'acteur. Et donc sa distribution de façon détournée.

    Si la majorité des favoris étaient au rendez-vous sur la scène du Théâtre Lumière, quelques-uns d'entre eux ont surpris par leur absence : la claque Timbuktu, Still the Water de Naomi Kawase, qui ne devient donc pas la deuxième réalisatrice à recevoir la Palme d'Or, et surtout les Dardenne. Chouchous de la presse française selon le Film Français, Deux jours, une nuit est en effet le premier film des deux frères à repartir bredouille de la Croisette, alors qu'ils auraient pu être les premiers à recevoir une troisième Palme d'Or. Y aurait-il une malédiction Marion Cotillard ?

    Christine Plenus
    La France fanny sur la Croisette

    Car oui : pour sa troisième participation d'affilée à la Compétition, la comédienne est autant repartie les mains vides que les films dans lesquels elle jouait (De rouille et d'os, The Immigrant et, donc, Deux jours, une nuit). Mais elle n'est pas la seule. De la même façon qu'il y a deux ans, lorsque Nanni Moretti avait présidé le jury, la délégation française est repartie bredouille :  aussi bien The Search et Sils Maria que Saint Laurent, qui aurait toutefois pu se distinguer avec sa mise en scène ou l'interprétation de Gaspard Ulliel.

    L'Hexagone sauve néanmoins l'honneur grâce à Party Girl : présenté en ouverture d'Un Certain Regard, le premier film de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis s'est en effet vu remettre la Caméra d'Or des mains de Nicole Garcia qui a décrit le long métrage comme "sauvage, généreux et mal élevé."

    Surprises, surprises

    Tièdement accueilli au moment de sa présentation, Les Merveilles ne semblait pas être le mieux placé des films pour figurer au palmarès. Sauf qu'Alice Rohrwacher s'est hissée jusqu'au Grand Prix du Jury, à la surprise quasi-générale. A peu près la même que celle qui a étreint les festivaliers lorsque Jean-Luc Godard a reçu le Prix du Jury pour Adieu au langage. Car si la rumeur d'un trophée se faisait de plus en plus insistante à mesure que la cérémonie de clôture approchait, cet opus avait majoritairement irrité ses spectateurs.

    Récompensé pour la première fois de sa carrière dans cette section, Jean-Luc Godard a partagé ce Prix du Jury avec Xavier Dolan. Si les deux hommes ne se sont pas retrouvés côte-à-côte, pour cause d'absence du premier, le trophée a cette année eu des allures de symbole, en revenant au doyen ET au benjamin de la compétition. Un clin-d'oeil doublé d'une petite surprise (déception ?) pour ceux qui voyaient déjà Mommy beaucoup plus haut dans le palmarès, mais qui n'a pas empêché le prodige québecois de faire preuve d'une grande émotion.

    Shayne Laverdiere
    Grande première réussie

    Avec Alice Rohrwacher (Les Merveilles) et Bennett Miller (Foxcatcher), Xavier Dolan fait néanmoins partie de ces cinéastes qui ont réussi leurs premiers pas dans la compétition, et que l'on pourrait donc revoir dans une édition future. Parmi les bleus de cette cuvée 2014, seul Abderrahmane Sissako (Timbuktu) et Damian Szifron (Les Nouveaux sauvages) sont repartis bredouilles, malgré la très bonne impression laissée par leurs longs métrages respectifs. A charge de revanche ?

    Notons enfin que cette cérémonie de clôture a été marquée par le nouveau show de Quentin Tarantino, venu remettre la Palme d'Or 20 ans après l'avoir remportée pour Pulp Fiction, mais surtout par le départ de Gilles Jacob. Accueilli par une standing ovation lorsqu'il est venu remettre la Caméra d'Or aux côtés de Nicole Garcia, le désormais ex-président du Festival est reparti sous une salve d'applaudissements alors qu'un "Au revoir les enfants" s'affichait sur les écrans. Ce non sans avoir glissé "Vous savez à quel point vous comptez pour moi" à Jane Campion, qui reste donc la seule réalisatrice palmée à l'issue de cette 67ème édition.

    Nuri Bilge Ceylan au micro pour "Winter Sleep", en salles le 13 août :

    Cannes 2014 - Nuri Bilge Ceylan : "Winter Sleep est le début de quelque chose"
    facebook Tweet
    Commentaires
    • Alex*56*
      La Palme d'Or ne changera pas la désertion du public dans les salles obscures pour "Winter Sleep", malheureusement...http://cine7inne.over-blog.com...
    • leparrain83
      Mouais pour ma part je trouve débile d'avoir privé Dolan d'une victoire totale en le partageant avec un cinéaste qui se fiche des récompenses.
    • Bones R.
      Qui passe son temps à cracher son venin sur les autres cinéastes. Je dois avouer que j'étais persuadée qu'il était mort mdr.
    • leparrain83
      Voilà, c'est pour cela que je n'ai pas cité son nom, quand on se permet d'insulter gratuitement son plus grand fan ainsi qu'une légende décédée du cinéma français (qui ne risque donc pas de répondre aux attaques), j'estime qu'on ne mérite même pas d'être cité !
    • dalanera
      Godard, n'importe quoi, il ne (sur)vit que grâce à sa légende. Pour le reste? De l'obscurantisme total, d'un côté, y a NRJ 12, de l'autre, y a Cannes. On est pas sorti des ronces...
    • Sicyons
      "Suprises, surprises" en titre !on se relit toujours autant, Allociné...
    • ASA.C
      Vous êtes méprisables et ignorants, de vraies collégiennes qui ne vont pas chercher bien loin, et se contentent juste de petit bruits de chiottes...
    • moviecity
      Sauf que NRJ 12, c'est rien que de la merdasse pure pour ados fatigués, alors que Cannes fait de son mieux pour promouvoir la diversité du cinéma, bien loin des blockbusters qui font du bien à nos multiplexes
    • moviecity
      Espérons que non, mais quelque chose me dit que ce pourrait bien être son dernier film
    • Jonathan Mele
      Je ne veux pas faire de chauvinisme, je n'ai vu que 3 films qui étaient dans la compétition (Dardenne, TL Jones et Cronenberg), soit les 3 sortis en salle à ce jour, si ce n'est le Godard qui ai quasi introuvable pour le moment. De ce que j'ai vu, Cotillard, voir même à la rigueur Hilary Swank dépassent de 1000 fois Julianne Moore. Elle nous donne une réplique pathétique de star ébranlée, à l'image du film qui est un navet sans nom.
    • Bones R.
      Des collégiennes ahahah c'est trop drôle ce n'est pas des bruits j'ai juste vu une interview de Monsieur Godard qui craché son venin sur Quentin Tarantino voici le lien http://www.dailymotion.com/vid.... Donc ouais quand on respect pas les gens je ne vois pas pourquoi moi je le ferais.
    • Bones R.
      C'est vrai la vieillesse est un naufrage.
    • ASA.C
      Mon cher, je ne parle pas dans le vent, j'ai bien écouté l'interview complète cette semaine. Godard est un cas qu'il faut connaitre, est ne pas se contenter de la première couche, avec lui, il faut gratter. C'est un provocateur fracasseur, et ce n'est pas gratuit, ça coûte quelques neurones, ça ne peut pas faire de mal, bien au contraire !
    • Bones R.
      J'ai vu A bout de souffle que je n'ai pas aimé (question de goût). La provocation c'est bien quand on est jeune après on espère de la sagesse et de la distance sinon c'est pathétique. J'ai l'impression de voir Marlon Brando a l'époque où il avait refusé son oscar pour Le Parrain.
    • ASA.C
      Ho mais depuis "A bout de souffle", ils s'est bien calmé.
    • Bones R.
      Je ne suis pas du tout attiré par ce genre de cinéma =).
    • Arnaud Gare En Impasse
      Je suis quand même dégoutté que "Jean Luc Godard versus Predator II, Audiard's Legacy" ai pas été nominé. Jacques Audiard qui tire un coup de boule au prédator pour venger Jean Luc Godard, ça ça aurait été du grand cinéma!
    • Arnaud Gare En Impasse
      Alors moi j'ai cru comprendre que c'était le Quebecois qui aurait du tout remporter avec son film avec le gamin qui fait du skate board. Et là finalement, surprise avec Winter machin truc que j'aurai oublié déjà le nom à coucher dehors. Depuis 5 ou 6 ans, y'a une espèce de routine et de frustration qui se créée et en résultent toujours les mêmes réalisateurs, les Lars Von Triers, les Mickael Haneke et puis que des films de névrosés. Exemple: La dépression après être sorti du gynéco, Une charrue qui remonte une coline, sans évoquer du blockbuster avec de l'action à outrance, essayez de public les gars les producteurs.
    • Moorhuhn
      C'est sûr que Winter Sleep c'est dur à prononcer ou à écrire comme titre. Je viens d'en chier d'ailleurs pour l'écrire, je suis en sueur.
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Wedding Nightmare Bande-annonce VF
    Sponsorisé
    Late Night Teaser (2) VO
    The King's Man : Première Mission Bande-annonce (2) VO
    Wonderland, le royaume sans pluie Bande-annonce VF
    L'Aventure selon Fritz Lang Bande-annonce VO
    Fast & Furious : Hobbs & Shaw Bande-annonce VO
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Festivals
    Festival d'Angoulême 2019 :  Dany Boon, Claude Lelouch, Cédric Klapisch en sélection
    NEWS - Festivals
    mardi 9 juillet 2019
    Festival d'Angoulême 2019 : Dany Boon, Claude Lelouch, Cédric Klapisch en sélection
    Le Comic-Con Paris 2019 invite des acteurs de Gotham et Deadpool
    NEWS - Festivals
    jeudi 27 juin 2019
    Le Comic-Con Paris 2019 invite des acteurs de Gotham et Deadpool
    Dernières actus ciné Festivals
    Meilleurs films à l'affiche
    Parasite
    Parasite
    4,5
    De Bong Joon Ho
    Avec Song Kang-Ho, Lee Sun-kyun, Cho Yeo-jeong
    Bande-annonce
    Toy Story 4
    Toy Story 4
    4,4
    De Josh Cooley
    Bande-annonce
    Spider-Man: Far From Home
    Spider-Man: Far From Home
    4,1
    De Jon Watts
    Avec Tom Holland, Jake Gyllenhaal, Zendaya
    Bande-annonce
    So Long, My Son
    4,1
    De Wang Xiaoshuai
    Avec Wang Jing-chun, Yong Mei, Qi Xi
    Bande-annonce
    Aladdin
    4,1
    De Guy Ritchie
    Avec Will Smith, Mena Massoud, Naomi Scott
    Bande-annonce
    Rocketman
    4,1
    De Dexter Fletcher
    Avec Taron Egerton, Jamie Bell, Richard Madden
    Bande-annonce
    Tous les meilleurs films au ciné
    Back to Top