Mon Allociné
Saint Laurent
facebookTweet
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Saint Laurent
Date de sortie 24 septembre 2014 (2h 37min)
Avec Gaspard Ulliel, Jérémie Renier, Louis Garrel plus
Genres Biopic, Drame, Romance
Nationalités Français, Belge
Bande-annonce Ce film en VOD
Presse
4,0 30 critiques
Spectateurs
2,92320 notes dont 346 critiques

Synopsis et détails

1967 - 1976. La rencontre de l'un des plus grands couturiers de tous les temps avec une décennie libre. Aucun des deux n’en sortira intact.

Distributeur EuropaCorp Distribution
Récompenses 3 prix et 21 nominations
Voir les infos techniques
Année de production 2014
Date de sortie DVD 09/12/2016
Date de sortie Blu-ray 09/12/2016
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage 20 anecdotes
Box Office France 356 741 entrées
Budget -
Langues Français, Anglais
Format production -
Couleur Couleur
Format audio -
Format de projection -
N° de Visa 136432

Séances

VOD

DVD et Blu-Ray

Pour visionner Saint Laurent en VOD, louez, achetez ou abonnez-vous à une offre de l'un des services suivants.
Saint Laurent
Définition standard
VF
Disponible sur une Box Internet
Ce film en VOD
  • Louer (4.99 €)
  • Acheter (13.99 €)
Saint Laurent
Haute définition
VF
Ce film en VOD
  • Acheter (9.99 €)
  • Acheter (7.99 €)
Voir toutes les offres VOD
Service proposé par
Saint Laurent DVD (DVD)
Date de sortie : mercredi 28 janvier 2015
neuf à partir de 8.60 €
Saint Laurent Blu-ray (Blu-ray)
Date de sortie : mercredi 28 janvier 2015
neuf à partir de 15.00 €
Saint Laurent (DVD)
Date de sortie : vendredi 9 décembre 2016
neuf à partir de 4.50 €
Voir toutes les offres DVD-BR
<strong>Saint Laurent</strong> Bande-annonce VF 1:50

Interviews, making-of et extraits

Saint Laurent - EXTRAIT "Rencontre Jacques et Yves" 2:25
Saint Laurent - EXTRAIT "Rencontre Jacques et Yves"
55 197 vues
Saint Laurent - EXTRAIT "Pierre et Yves" 1:14
Saint Laurent - EXTRAIT "Pierre et Yves"
9 599 vues
Saint Laurent - EXTRAIT "Enfant gâté" 1:03
Saint Laurent - EXTRAIT "Enfant gâté"
6 225 vues
15 vidéos

Acteurs et actrices

Gaspard Ulliel
Gaspard Ulliel
Rôle : Yves Saint Laurent
Jérémie Renier
Jérémie Renier
Rôle : Pierre Bergé
Louis Garrel
Louis Garrel
Rôle : Jacques de Bascher
Léa Seydoux
Léa Seydoux
Rôle : Loulou de la Falaise
Casting complet et équipe technique

Critiques Presse

  • TéléCinéObs
  • Télé 7 Jours
  • aVoir-aLire.com
  • Le Monde
  • Studio Ciné Live
  • Sud Ouest
  • Le Dauphiné Libéré
  • TF1 News
  • Public
  • Le Parisien
  • Voici
  • Les Inrockuptibles
  • Télérama
  • Les Fiches du Cinéma
  • Femme Actuelle
  • Positif
  • Première
  • Libération
  • CinemaTeaser
  • Metro
  • La Voix du Nord
  • La Croix
  • Culturebox - France Télévisions
  • Critikat.com
  • Transfuge
  • L'Humanité
  • Cahiers du Cinéma
  • Paris Match
  • Le Nouvel Observateur
  • Le Journal du Dimanche
30 articles de presse

Critiques Spectateurs

chrischambers86
Critique positive la plus utile

par chrischambers86, le 09/10/2014

3,5Bien

Difficile de faire une comparaison avec le film de Bertrand Bonello et celui de Jalil Lespert tant les deux oeuvres ne se... Lire la suite

Edgar L.
Critique négative la plus utile

par Edgar L., le 01/12/2014

3,0Pas mal

La première scène se veut feutrée et nous fait découvrir le dur labeur des petites mains qui travaillent au service de Saint-Laurent.... Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
8% 26 critiques
20% 70 critiques
19% 67 critiques
23% 81 critiques
18% 64 critiques
11% 38 critiques
346 Critiques Spectateurs

Photos

44 Photos

Secrets de tournage

Naissance du projet

C’est Eric et Nicolas Altmayer, éminent duo de producteurs du cinéma français, qui proposèrent à Bertrand Bonello, peu de temps après la sortie de L’Apollonide, de réaliser un biopic sur Saint Laurent. Le réalisateur accepta de relever le défi, à condition que le film ne soit pas à l’image d’un "biopic traditionnel". Il souhaitait "privilégier l’aspect visuel, romanesque, viscontien de Saint Laurent, et laisser de côté l’aspect très français du biopic, même si Saint Laurent est aussi une figure très française et que cela a son importance". Une direction approuvée par les frères Altmayer, qui suggérèrent à leur tour au réalisateur de joindre le scénariste Thomas Bidegain à l’aventure.

Le choc des biopics

L'année 2014 a vu se succéder dans les salles obscures pas moins de deux biopics consacrés au couturier Yves Saint Laurent. Le premier, dirigé par Jalil Lespert, affichait Pierre Niney dans le rôle principal, tandis que pour cette deuxième adaptation, le fondateur de la maison Saint Laurent est incarné par Gaspard Ulliel. A la différence du film de Lespert, centré sur les excès de Saint Laurent, le biopic de Bonello se focalise sur une décennie (1967 - 1976) de la vie du styliste disparu en 2008. 
20 Secrets de tournage

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Commentaires

  • Syril T.

    comment sais-tu s'ils sont plus convaincants si tu n'as pas vu l'autre film ?

  • nashpop

    sombre m****

  • benoit V.

    je suis pas du tout Biopic mais j'ai trouvé ce film bien fait alors je lui met la moyenne 2,5/5. Gaspard Ulliel a une voix très chiante par contre, ça donne envie de se pendre.

  • Kristel D.

    Beau film, bel hommage au talentueux couturier.
    Sensible à la mode, aux années 70, au monde de la nuit glamour et des paradis artificiels vous allez être séduit par ce film aussi.
    L'interprétation de Gaspard Ulliel est admirable.

  • carol M.

    Gaspard Ulliel "fort beau", je ne peux qu'approuver, c'est une évidence ! Il est diaboliquement séduisant ! Un physique très romantique. J'espère qu'on aura souvent l'occasion de le revoir à l'écran, c'est un plaisir ... Je le vois aussi bien dans des rôles de "lover" que de bad boy au destin tragique (dans le genre qui fit la gloire en son temps de James Dean).

  • carlupetru

    ennuyeux

  • Henri Mesquida

    Visuellement très beau , splendidement interprété par Gaspard Ulliel , avec quelques scènes fortes, mais beaucoup trop long et en définitive assez ennuyeux. Je ne sais pas si la vie de Saint Laurent est assez intéressante pour en faire des scénarios, mais après avoir vu les deux films je n'en est pas l'impression.

  • defleppard

    Trop axé sur le coté mécanique et créatif du styliste. 1 étoile et demie.

  • carol M.

    Saint-Laurent est un film brillant, coloré et sensuel. C'est celui que j'ai choisi de voir. Gallienne et Niney en amants dans Yves Saint Laurent, bof ! Film béni par Pierre Bergé, no comment ! Jérémie Renier et Gaspard Ulliel sont autrement plus convaincants et charismatiques.

  • MDCZJ

    Franchement ennuyant !

  • George Abitbole

    A quand la première demi heure gratuite dans les cinémas. Long long très long ça démarre pas... suis sorti de la salle .....avec d"autres !

  • Amaranth26

    J'ai finalement regardé ce film, après avoir apprécié celui de Jalil Lesper. Le défaut de ce premier étant à mon sens un scénario pas assez travaillé qui se contentait d'aligner les séquences de la vie d'Yves Saint Laurent. Et bien je n'avais pas encore vu celui ci. Il est long, long ,long. C'est come si le film nous dit " bon vous connaissez déjà la vie de saint laurent, alors on va pas vous embêter à vous l'expliquer, voici des passages " de choix" et recollez les morceaux vous même". Je n'ai pas aimé. Les jeux d'acteurs sont convaincants c'est vrai. Mais le reste....Non, on ne rentre pas dedans. Je préfère l'autre et j'espère que qu'il aura plus de prix aux césars.

  • Amandine F.

    Mouais.
    Je ne dirai pas que j'ai apprécié ce film, mais je ne peux pas vraiment dire que je ne l'ai pas aimé non plus. J'ai mis 2 étoiles :
    - le film est très représentatif de cet univers un peu déluré (le milieu artistique, de la haute couture).
    - les acteurs sont bons, Gaspard Ulliel est excellent dans ce rôle de génie tourmenté

    Mais le gros Bémol du film c'est sa LONGUEUR.

    2h30 consacrés à une période de quelques années de ce personnage, c'est trop long !!!
    Je trouve que la plupart des scènes sont complètement inutiles, ou alors elles se prolongent bien trop longtemps. Il y a des moments ou je m'impatientais et avait envie de dire " c'est bon, on a compris, passez à la séquence suivante ".

    On apprend pas beaucoup au sujet de Yves Saint Laurent, si ce n'est qu'il se droguait quasi tout le temps, avec toujours la clope dans la main.

    Bref, la prestance de Ulliel ne suffit pas malheureusement à rompre la monotonie de ce film.

  • zvock083

    Je n'ai rien contre ce film son seul problème, c'est d'être sorti si peu de temps après celui Jalil Lespert ce qui fait qu'à moins d'être un vrai fan d'YSL ce film est loin d'être indispensable à voir. Je l'ai trouvé en dessous dans tous les domaines, le film dure quasiment 1 heure de plus et pourtant, il est beaucoup moins complet en même temps ne traiter qu'une décennie n'était surement pas le bon choix surtout qu'on apprend rien de plus et ça rend le film vraiment ennuyeux. Le réalisateur reste trop bloqué sur la drogue, sur la relation avec Pierre Bergé et oublie beaucoup trop tout ce qui touche à la mode. Pour le casting, c'est la même chose l'autre Biopic est beaucoup mieux porté, j'avais trouvé Pierre Niney excellent et j'ai encore sa performance dans la tête donc difficile pour Gaspard Ulliel de passer après, ça vaut aussi pour les autres rôles dont celui de Pierre Bergé bien mieux interprété par Guillaume Gallienne. 1/5

  • angelabassompierre

    C'est Bergé!
    Celui de Jalil Lespert était plus ordonné et met en lumière d'autres choses et tu vois le défilé, l'émotion, les jolies créations de motifs conçus par YSL et qui sont typiques! Après c'est triste car psychiquement, il avait des pics et une maladie maniaco dépressive je pense et devais faire des crises, des malaises, des moments où il perdait pieds et était consumé par ce qui n'a pas été exprimé. Il a marqué son temps cependant et c'est un empire, un géant... ils ont trop mélangé la scène, l'artiste et les côtés privés du personnage.

  • angelabassompierre

    long, très long, mortel long et beaucoup de redites...
    Les artistes et les envers de décors sont durs. Même pas une once de jolies robes courrèges, de ces parfums plus détaillés etc... Ce film parle de l'épisode du chien. Yves saint Laurent était ce personnage, pourtant les initiales, le maquillage et ses idées, je trouve qu'il a un talent immense, de la créativité et il a su créer et diffuser des articles de qualité. Ensuite, ce qu'il est et les dessous, ça rend mal de le voir et je pense qu'il avait des temps de souffrance insoutenable et une euphorie sidérante à d'autres moments. C'est d'un extrême à l'autre et certainement, il devait être dur au quotidien, pour le suivre, autant s'accrocher mais aucune des deux versions ne nous montre s'il était sympa, ouvert, humain ou alors dans le pan artistique pur et pour lui, que ce soit une mannequin de chair ou un patron en cire, c'est pareil...
    l'autre biopic mettait plus d'émotion, là c'est cru et même gênant et leurs façons de faire, ils me font honte!
    des passages sont éblouissants de beauté mais ça aurait dû être plus concis et déjà le programmer tard, ça fait rentrer après minuit et peu de séances car c'est en incontournable et je n'ai pas vu lors de sa sortie, il a filé mais a été retiré rapido de la programmation.
    Louis Garrel est vraiment inclassable.... de voir celui avec monica belluci sur l'italie et l'été, je n'ai pas aimé et ses rôles sont étonnants, là il a l'air stone, dans sa bulle.

  • Moorhuhn

    Je ne vois pas en quoi il y a des clichés sur les homosexuels. Quant aux sentiments... Si YSL n'était pas du genre sentimental et était un connard, pourquoi faudrait-il prétendre le contraire? Pourquoi faudrait-il "grandir" quelqu'un plus qu'il ne le devrait? Puis pareil encore une fois, je ne vois pas en quoi la musique est agaçante. Bonello c'est le mec qui, pour le coup, sait utiliser la musique et souvent de manière anachronique ou décalée pour sublimer une scène. Le début du film avec I put a spell on you c'est quand même superbe

  • Christine J.

    Et bien moi qui ne suis pas cinéphile, et qui ne vais au cinéma que de temps en temps j'ai détesté le Bonello. Pourquoi avoir pris Yves Saint Laurent comme figure de proue de son film? N'importe qui d'autre aurait fait l'affaire!! . Pas de sentiment, contrairement à celui de Niney, une musique agaçante, des scènes d'une longueur à n'en plus finir et inutile pour les non avertis sans doute. St Laurent ne sort pas grandit de ce film. les clichés sont nombreux sur les homosexuels...Bref j'avais envie de partir comme beaucoup dans la salle....C'est mon petit cinéma à moi!!

  • cocolapin2laforetdesrevebleu

    Grand admirateur de l'Appolonide qui fut un gros choc cinématographique, j'attendais donc forcément ce Saint Laurent avec impatience... Et je suis un peu déçue, bien qu'il reste un grand film, bien supérieur en tout cas à la première version filmée de la vie du célèbre couturier. Je suis principalement désappointé car le film n'embrase pas comme le faisait le précédent film de Bonello, il n'est pas puissamment érotique et baroque. Il est même plutôt style "chic & choc" assez vulgaire, les personnages sont moins immédiats, iconiques aussi. Mais tout cela en fait est la vraie démarche du cinéaste qui n'est visiblement pas aussi fasciné que par son précédent sujet : il filme ce monde avec précision sinon avec une certaine distance froide, impitoyable par moments pour ses héros qui ne suscitent guère l'attachement. C'est du moins le cas au départ. Puis l'histoire progresse et on finit par s'attacher à Yves, à sa fragilité, à son égoïsme artistique. On est bien aidé il est vrai par Gaspard Ulliel, acteur fort beau mais assez inégal, qui tient ici de loin son meilleur rôle à ce jour. Les autres acteurs sont moins forts, même s'ils sont bons bien sûr, plus mis à l'écart au final qu'importants pour le récit. Vers le derniers tiers du film, Saint Laurent devient réellement représentatif du style de Bonello, fait de cadrages inventifs et d'un montage virtuose qui a pour but de nous perdre dans la contemplation d'un être ici désincarné, détaché du réel. C'est franchement réussi et ça rattrape pas mal de petites erreurs, d'une réunion de Pierre Bergé avec des Américains bien ennuyeuse à des scènes de boîtes de nuit et d'orgies assez plates. Ce bel objet, qui fait date dans la façon dont on peut détourner des éléments biographiques, vaut vraiment le coup d'être vu, pour Ulliel bien sur et aussi pour montrer que Bertrand Bonello est probablement le meilleur cinéaste français du moment.

  • De smet M.

    Amis cinéphiles, voilà comme d'habitude ma critique du dernier Bonello.
    http://pours-culture.blogspot....

    Bien à vous.

  • arnotick

    Ah oui pardon les cinéphiles aiment forcément les films pénibles qui se regardent dans la douleur , qu elle drôle d idée que de se dire cinéphile et ne pas aimer un film tel que celui ci, la rallonge de plan séquence interminable , un éclairage plein feux insupportable aucune nuance dans les lumières on est pourtant dans la haute couture , l impression d écouter un film redoublé avec. Un décalage , un balance son inapropriée, un fcd haché au tranchoirs , ça vous parais assez ´´cinephiĺ´ ?

  • Marieb N.

    Un film génial,j'ai découvert l'histoire de Saint Laurent et de Pieere Berger son compagnon et hommes d'affaire de Saint Laurent ,d'ailleurs dans le film on compte sur Berger pour que son compagnon ne capote pas ainsi que son empire et ça marche,c'était vraiment prenant!

  • DEFERRE

    Pas le chef d'oeuvre proclamé mais une oeuvre fascinante sur les affres de la création.
    http://jullelien.blogspot.fr/2...

  • Max D.

    critique extraite de : http://cinematogrill.e-monsite...

    Le personnage Saint Laurent

    La vie d’Yves Saint Laurent : un sujet qui attire beaucoup de convoitises.

    Deux biopics ont été fait sur le sujet, le premier sorti en janvier dernier réalisé par Jalil Lespert retrace les grandes lignes de Saint Laurent avec l’appui de Pierre Bergé, le compagnon et mécène d’Yves Sain tLaurent; le second est sorti le 24 septembre dans les salles, réalisé par Bertrand Bonello, ce film contesté par Pierre Bergé, ne se concentre que sur la période 1968-1977, là où le créateur français était à l’apogée de sa créativité. Ce Biopic est-il meilleur que celui de Lespert ? Décryptage

    Sexe, drogues et rock’n’roll

    Bertrand Bonello n’a jamais été attiré par les histoires lisses, il suffit de jeter un coup d’œil sur sa filmographie pour en attester. Il a raconté des histoires de réalisateur pornographique voulant retrouver sa gloire passée(« Le pornographe » , 2001); de transsexuel séquestré ( « Tiresia » , 2003) ; d’un homme banal attiré par une secte pratiquant des activités sexuelles ( « De la guerre » 2008) ou encore la vie d’une maison close au 19 ème siècle ( « L’Apollonide » , 2010.) .

    On est donc très loin du Biopic de Lespert, voire même de la notion de Biopic tout court ; car si Bonello nous retranscrit de nombreux éléments de la vie de Saint Laurent (les créations, les défilés, l’appartement de YSL entièrement reconstitués, sa
    liaison avec Jacques De Bascher), il prend quand même quelque liberté pour
    faire de Yves Saint Laurent un véritable personnage de cinéma.

    Bonello transforme Saint Laurent (brillamment interprété par Gaspard Ulliel) en un véritable personnage romanesque, avec ses failles, ses faiblesses et ses moments de grâce. Il prend un plaisir monstre à filmer sa création (regardez la scène où Saint Laurent rencontre sa muse Betty et osez me dire que Bonello n’est pas un grand cinéaste).

    Il arrive grâce à ce procédé
    assez étrange, à capter le côté noir de Saint Laurent, celui que son ancien compagnon Pierre Bergé (interprété par
    le très bon Jérémie Renier) a essayé de cacher et qui n’est que très peu évoqué
    chez Lespert, le personnage jouisseur et
    autodestructeur qui se cache derrière le génie.

    Un artiste qui a marqué son époque

    Yves Saint Laurent est plus qu’un grand couturier, c’est un
    artiste en avance sur son temps. Bonello l’a bien compris et c’est ce qu’il
    montre dans son film; notamment au travers d’une séquence de plus de 5 minutes,
    où il confronte les créations de YSL aux évènements de l’époque.

    Au-delà de l’artiste, Saint Laurent a été aussi une marque,
    un symbole et Bonello l’a aussi compris. Il le montre au travers des rares
    apparitions du personnage de Pierre Bergé, que l’on voit le plus souvent négocier l’avenir de
    l’empire de son protégé, ainsi que protéger son image (un beau clin d’œil que
    fait Bonello à Bergé). Bonello montre le coté économique qui avait été juste évoqué
    par Lespert, est ce que c’est un mal ? Ce n’en est pas un ; cela
    renforce même le côté « iconique » de Saint Laurent.

    En résumé, Saint Laurent est un film très différent du film
    de Lespert mais assez complémentaire. Après, je peux comprendre que certains préfèrent le film de Lespert; il rentre plus dans le sujet, est plus fidèle à la vie de
    Yves Saint Laurent. En ce qui concerne la question qui vous brûle les lèvres,
    quel est le meilleur Biopic ?

    Ma préférence va à celui de Bonello, pour diverses raisons: mieux
    construit, un jeu d’acteur moins mimétique, un Biopic moins lisse, une mise en scène
    beaucoup plus flamboyante. Bonello rend le plus bel hommage qui soit à Saint Laurent,alors cela ne saute pas aux yeux mais cela peut se résumer à l’avant dernière scène du film, où l’on voit les deux aspects de Saint Laurent synthétisés par une bande de journalistes, menée par Bonello « himself». Saint Laurent: le
    portrait flamboyant d’un artiste torturé et iconique en avance sur son temps.

    note : 4/5

  • val06

    Déçue par la longueur de ce film. ..
    bon on apprend sa vie ses tourments ses décadences mais on s' endors vraiment ennuyeux. ..

  • romain m.

    Gaspard Ulliel César du Meilleur acteur 2015.

  • louisazou1

    Une éloge de la laideur, je n'ai pas du tout accroché. Bonello est bon, mais le personnage en lui-même est insupportable ! Alors oui, peut-être qu'YSL était réellement une tête à claque toxico et nymphomane de son vivant, mais je m'obstinerai à préférer le premier film... Plus classique, certes, mais tellement plus touchant !

  • YoMisterWhite

    Beau film, 2h30 ça peut paraitre long mais je ne me suis pas ennuyé, les hauts et les bas d'une période de la vie du styliste, 3,5/5

  • capricechantal

    Même si le réalisateur de ce film a l'air aussi modeste que Xavier Dolan, je n'avais pas d'à priori contre son film. Or ceux qui me suivent ici depuis 5 ans savent à quel point je suis fan des chiens au cinéma. Les toutous, ça me connait ! Or ce qui arrive au chien dans ce film est un authentique scandale. Comment a-t-on pu laisser passer ça ?

  • Moorhuhn

    Non là c'est un fait

  • Fan-De-Minions!!

    "Mon petit cinéma"... Encore un commentaire qui te résumes bien. Mais c'est pas encore de l'ironie, rassures-moi?

  • ISENGRIN f.

    Quand je vois Helmut Berger dans "Les damnés" et ce qu'il est devenu aujourd'hui, je m'abstiens d'avoir un jour juste voulu faire l'acteur.Et en plus la référence à Johnny Haliday n'est pas du meilleur goût quand on a collectionné autant d' oeuvres d'art Quelle descente !!!. Bon, cela étant dit , revenons au sujet: YSL. Le dernier défilé "Opium" , riche en couleur et en originalités a été filmé "au rabais" ce qui est bien dommage. Au lieu d'une vision de l'espace et de l'enthousiasme effréné des invités, le réalisateur a joué sur des effets "Kaleïdoscopes" en fragmentant l'écran sans rien nous montrer de cette magnifique scène ! Pour ce qui est de la vie de YSL, s'il dessinait un peu à sa table , ce qui nous rassure quant à sa créativité, on le voit beaucoup trop "à genoux" dans des lieux végétalisés ou non où il doit être bien facile de se perdre (labyrinthe ).Quant à la passion de Pierre BERGER pour YSL elle est juste sauvée par une scène qui s'inspire plus du jeu de " je t'enferme" et devine qui est derrière la porte!!Je m'étonne que Pierre BERGER ait ainsi validé toute l'affection qu'il portait à YSL. Enfin si vous allez un jour à Marakech visiter le jardin Majorelle , vous serez probablement déçu de la qualité du mémorial choisi et consacré aujourd'hui à YSL.

  • Moorhuhn

    Ça illustre juste le fait que tu te complaises dans un petit cinéma convenu et sans prise de risques. Que veux-tu que l'on fasse pour toi? Tu es perdu, pauvre de toi

  • Bruno F.

    Ce film est ennuyeux, creux, sans intérêt je suis partit au bout d'un demie heure tellement ça m'ennuyais!

  • Fan-De-Minions!!

    Oui c'est bête hein?

  • Moorhuhn

    "La réalisation est en fait le grand défaut du long-métrage"
    Mon dieu, ce qu'il en faut pas lire... En gros tu reproches au film de ne pas être lisse, c'est terrible quand même.

  • Moorhuhn

    Les cinéPHiles auraient plutôt tendance à aimer ce film pour toutes ses qualités, mais bon...

  • annim

    ennuyeux ! une heure de trop ! certes la mise en scène est pointue mais qu'apprend-on d'intéressant...de jolis cameos de Dominique Sanda et Valeria Bruni Tedeschi et sinon les rôles féminins principaux sont insipides et inaudibles...Gaspard Ulliel,c'est vrai,est excellent...

  • Moorhuhn

    Quand un biopic osé sort, forcément difficile de ne pas adhérer. Critique entière disponible ici: http://thelastpictureshow.over...

  • mca61

    C'est un très bon film que nous livre ici Bonello. La performance de Gaspard Ulliel est excellente, bien que pour moi elle ne dépasse pas celle de Niney. Un peu déçue par le personnage de Bergé. Bonello retranscrit ici toute la complexité de la vie de Saint-Laurent, avec à la fois élégance et perversité. Le cru de certaines scènes, et la subtilité qui s'y glisse est savoureuse. Bref, à voir. 4/5

  • mca61

    C'est la vie d'Yves Saint-Laurent. Pas une fiction. Il n'est pas question d'histoire originale, tu n'as rien compris..

  • tdeleau

    Avec Saint Laurent, Bertrand Bonello signe un film atmosphérique, une évocation sans concession d’un homme en souffrance loin d'un biopic plus classique et c’est bien là sa force. Venez découvrir ma critique dans son intégralité sur mon site ScreenReview :

  • JIES

    après avoir vue un film dans ce genre on a envie de monter une association de défense des cinéfiles... pour se faire rembourser son billet et du temps perdu

  • mistaboumbaclach

    Super chiant

  • kechloo

    Mais pourquoi 2 films sur Yves Saint-Laurent la même année....? Y a plus d'histoires originales...

  • Jean-luc M.

    Beurk!!! Et que dire de la complaisance des critiques, devenus plus des promoteurs que des journalistes...

  • dehard

    Je ne pensais pas être méprisant. Je posais la question sincèrement. Mais bref, pardon.

  • Fan-De-Minions!!

    Et si tu me parlerais pas comme si j'étais ton chien, ça te dirait?
    C'est bon que t'ai-je fais pour recevoir un message aussi méprisant?! N'ai-je pas été respectueux lors de mon dernier message peut-être?!

    C'est mon avis, je l'ai bien écrit et je le réécris : il n'est guère universel et n'engage que moi.

  • Christoblog

    Pas beaucoup mieux que Lespert... http://www.christoblog.net/201...

  • Aladdyen

    décidément ce bonello ne déçoit jamais. à la sortie de la salle, j'étais exténué. Trop riche, trop de saveurs, trop de couleurs. Quelques minutes ont passé pour finalement admettre que je venais de voir un très grand film. Baroque, pervers, élégant, bonello ne film pas saint laurent, mais une époque tels que Saint Laurent le voyait à travers ses yeux malicieux. Presque psychédélique, la mise en scène n'est jamais de tout repos. le regard est sans cesse sollicité de cette réalisation qui atteint des sommets. Ceux qui s'attendent à u biopic seront forcément déçu, l'oeuvre de bonello, c'est bien plus que ça, c'est un voyage dans l'esprit torturé de St Laurent. Brillant 4,5/5

  • dehard

    Et donc comme selon BB, YSL est un casse-noix aigri, il regarde un article sur Farmer et...?

    Oh le "blabla autocentré" renvoyait au pourquoi de mon intérêt pour ce plan-là mais le pourquoi de ce choix de mise en scène parmi d'autres est plus intéressant je trouve!

    FandeDave

  • FandeDQ

    La beauté ? Vous connaissez la mise en scène ? Le fait d'être capable de faire durer les plans ?
    Rien que la scène où la blonde danse pendant quoi (20 secondes ? 30 secondes ? 1 minute ?) avec cette musique enivrante est d'une sensualité, qu'au cinéma, je n'ai vu nulle part cette année. Nulle part, en choisissant pourtant bien mes films.
    Faut comprendre que Saint Laurent est un film sur l'art, mais pas vraiment dans le sens auquel on pourrait le croire.

    Mais bon si vous voulez nous donner une petite leçon de mise en scène, je suis prêt à l'écouter.

  • FandeDQ

    Tu décris du Visconti là, hein. Enfin vu comment tu parles de banalités, juste ça, c'est totalement Mort à Venise (pour n'en citer qu'un de lui), ou bien Nuits Blanches, ça fait toujours mieux d'en citer un de plus. Fin bon pour quelqu'un qui croit connaître Visconti et qui préfère le Saint Laurent de (?) Jalil Lespert à Bonello, la supercherie est rapidement démasquée.

  • FandeDQ

    Le pire (ou le mieux, car qu'importe de ces cérémonies ?) c'est qu'il y a de grandes, très grandes chances, que le film (et/ou l'acteur) ne remporte rien du tout. Peut-être un César de la meilleure BO, si Monseigneur Dany Boon le grand connaisseur daigne accorder un modeste prix à Saint Laurent.

  • FandeDQ

    Franchement, je ne pense pas. Bonello a l'intelligence de ne pas juger les personnages, il les juge entre eux (et j'avais dit à l'époque la même chose pour The Bling Ring de Coppola), et à mon sens c'est un procédé totalement différent et bien plus subtil.
    Et même s'il critique YSL Bonello n'est pas dupe : quoi que l'on voit d'YSL ici, même le plus moche, dégueu, inacceptable, on se dira TOUJOURS que ça fait partie du génie, que c'est sa face cachée, et on sera indulgent envers lui. Du moins tous les gens avec qui j'ai discutés me disaient ça.
    Du coup Bonello l'a sans doute anticipé, et peut-être que oui ça lui a permis d'en faire des tonnes (et quand bien même, c'est au profit d'une mise en scène élaborée, de dingue) mais on ne pourra (je) jamais en avoir totalement contre lui, et ça m'étonnerait beaucoup que Bonello ne l'ait pas prévu.

  • FandeDQ

    Vous êtes un devin alors. Félicitations, on a un génie sur ce site.

  • Fan-De-Minions!!

    Faux, c'est justement qu'il soit en perte de repères et toujours centré sur les relations sexuelles (montré avec un voyeurisme exagéré par un réalisateur un peu sadique sur les bords) et les problèmes (drogue, alcool, cigarette, pour ça le réalisateur il est doué) d'un Saint Laurent déconfit en la personne d'Ulliel. Et puis même ça sonne faux : qui va croire que Saint Laurent a des relations aussi statiques avec ses muses, qu'il est aussi peu fasciné par elles alors qu'en vrai il les dévorait des yeux, tout comme l'a si bien montré Lespert?

  • Fan-De-Minions!!

    Eh bien voyez-vous, le message (ou la discussion à vous de choisir) que vous appelez un "bla-bla autocentré" m'intéresse. Moi je crois que Bonello veut tellement montrer comment il déteste Saint Laurent qu'il veut lui donner l'image du vieil aigri gâteux, insupportable à souhait mais surtout hautement casse-noix! C'est sincèrement ce que je pense, et c'est pour ça que Berger ne veut pas voir ce film.

  • hdfreferfr

    Bah t'es fort alors ! Tu dois pas souvent aller au cinéma :)

  • saskatchewan

    Figurez-vous que je sais d'avance quand ce sera navet ou pas navet ... uniquement par la bande annonce ...

  • Fan-De-Minions!!

    Le problème est que j'ai trouvé que Bonello critique à travers l'acteur Gaspard Ulliel le couturier, comme si il souhaitait qu'on réfute n'importe quelles idées (grotesques ou non) de s'attacher au personnage. Je ne suis pas d'accord avec votre point de vue : s'attacher à un personnage permet de mieux le comprendre et de ne pas le rendre ridicule avec une sorte de "complexité" limite dégonflée. La musique n'a, pour moi, rien d'exceptionnel : j'appelle ça un mélange sonore horrible qui fait mal aux oreilles et provoque la nausée.

    Après ce n'est que mon avis.

  • dehard

    Disons que j'avais lu les critiques qui parlaient d'une mise en scène soignée sur tous les plas, donc j'essayais de regarder chaque détail. Elle apparait en plein écran sur une photo de magazine quand elle avait 28-29 ans. Je me demandais la raison de ce plan, entre autres (et j'avoue que pour ce plan plus que pour les autres, je n'arrivais pas à trouver d'explication(s) possible(s)...). Enfin bref, pardon pour le blabla autocentré. Mais si une idée vous vient, n'hésitez pas !

  • dehard

    Pour le staff d'AlloCiné : ce serait cool de créditer Ernst Unhauer au casting de ce film. Il a un petit rôle mais crève l'écran ! Ce serait bien que les casters du cinéma français et étranger ne l'oublie pas. Merci !

  • Sounia

    Long, très long
    Une seule chose a vraiment attiré mon attention : la BOF

  • FandeDQ

    Avoir un avis grâce à une bande annonce... Quelle superficialité.

  • FandeDQ

    Il faut croire que quand un cinéaste sort des sentiers battus et tente quelque chose, ça ne plaît pas.

  • FandeDQ

    On n'a pas à s'attacher aux personnages. Et justement s'attacher à Niney (bon ça m'est pas du tout arrivé mais l'idée même que ce soit possible est absurde) de l'autre enlève toute crédibilité et complexité du personnage. Un biopic juste - à mon sens - c'est une neutralité totale, sans jugement de valeur, par rapport à ce qu'a été la personne.
    Bonello l'a lui même expliqué : il ne veut pas montrer comment Saint Laurent est devenu Saint Laurent mais ce qu'a dû faire Saint Laurent pour être Saint Laurent. Il faut voir le film sous cet angle-là, tout le film c'est ça, si Saint Laurent nous paraît antipathique eh bien c'est ainsi, s'il était comme ça pourquoi se voiler la face ?
    Ne pas s'attacher permet de mieux prendre du recul et pouvoir appréhender le personnage sans tomber dans le pathos ou quoi, et en ce sens Bonello a à la fois mystifier et démystifier Saint Laurent, ce qui est une véritable prouesse.

    Bref cet argument ne tient pas vraiment, quant à la musique elle est à mon sens tout bonnement exceptionnelle, il faut voir le film sous le prisme d'un "trip"... C'est un film sous drogue, après on peut ne pas adhérer, soit.

  • carol M.

    "On" ne s'attache pas aux personnages ? Moi si. Le plus gros problème de ce second biopic est justement d'arriver en second.

  • carol M.

    Je n'ai pas vu le 1. Il n'avait pas pour moi l'attrait du 2. La bande-annonce, les acteurs moins charismatiques, la recommandation et le soutien de Bergé (qui paraît-il a la place d'honneur dans le 1) ne m'ont pas incitée à me déplacer.

  • saskatchewan

    Il faut avoir lu ''St-Laurent, mauvais garçon" (Marie Dominique Lelièvre) pour comprendre tout cela ...

Voir les commentaires