Mon AlloCiné
Dix Pour Cent : pourquoi on aime la nouvelle série de France 2 à 200% !
Par Jean-Maxime Renault — 13 oct. 2015 à 19:08
facebook Tweet

France 2 entame ce mercredi soir la diffusion de la série "Dix pour cent", une dramédie sur les coulisses du showbizz à travers le parcours de quatre agents de stars. Plus qu'une réussite, c'est la série française que l'on n'attendait plus !

Christophe BRACHET / FTV

Alors que l'on pensait que France 2 avait déjà tout donné en matière de séries cette année 2015 après les excellentes Chefs, Les Témoins et Disparue, voici venue en cette rentrée Dix pour cent, probablement la meilleure de toutes ! Avant d'énumérer ses innombrables qualités, évoquons son seul défaut : la première saison ne comporte que six épisodes et vous allez voir qu'à la fin du dernier un sentiment de frustration extrême va vous gagner...

Heureusement, l'équipe est déjà en train d'écrire la deuxième, en espérant que le public répondra suffisamment présent pour qu'elle puisse voir le jour. Mais franchement, on n'est pas très inquiets : cette réussite totale, c'est celle d'une équipe, d'une chaîne, mais aussi celle de la fiction française, qui ne s'était jamais aussi bien portée, tandis que Les Revenants sont enfin revenus et que les beaux projets singuliers se multiplient un peu partout (Au service de la France et Trépalium sur Arte, Panthers et Jour Polaire sur Canal +...). 

Synopsis : Quatre agents de comédiens, aux personnalités hautes en couleur et aux vies personnelles compliquées, se battent au quotidien pour trouver les meilleurs rôles pour leurs prestigieux clients. Quand Camille, la fille illégitime de l'un d'entre eux, débarque à Paris pour chercher un boulot, cette dernière est alors plongée dans le quotidien mouvementé de l'agence et nous fait découvrir à travers son regard naïf les dessous de la célébrité...

Dix pour cent - saison 1 Bande-annonce VF

 

On aime "Dix Pour Cent"...

  • A 30% pour son originalité et son esprit

Nul n'ignore que la France, encore en 2015, a bien du mal à proposer des séries qui ne soient pas policières, ou qui n'intégrent pas au minimum une enquête. Dix Pour Cent fait ainsi figure d'exception : pas de meurtres, même si certains personnages, poussés à bout, ne seraient pas loin d'être capables d'en commettre !

Non, Dix Pour Cent est une série moderne et chorale, donc centrée sur une dizaine de personnages principaux, une rareté, mais aussi et avant tout une dramédie, un genre difficile à manier, très anglo-saxon à la télé, plus cinématograhique en France, mais qui a bien du mal à percer dans la petite lucarne hexagonale. On se souvient surtout de Clara Sheller, il y a déjà dix ans maintenant.

D'ailleurs, ce n'est pas un hasard si la première mouture de la série avait été écrite par le même créateur : Nicolas Mercier. Mais à l'époque -il y a 7 ans- c'était pour Canal +, qui voulait une série plus cynique et qui lui a finalement préféré Platane d'Eric Judor. Dix Pour Cent se veut piquante mais toujours bienveillante envers le milieu du cinéma et ceux qui la font, qu'elle n'est pas là pour dénoncer mais gentiment moquer et pointer du doigt ses paradoxes et ses extravagances. 

  • A 50% pour son écriture

Fanny Herrero, à la tête de l'équipe de scénaristes telle une showrunneuse à l'américaine, qui a ainsi constituée une équipe autour d'elle et qui a co-écrit tous les scénarios pour assurer la continuité des histoires et la caractérisation des personnages, est partie d'un format classique qui a fait ses preuves : chaque épisode est centré sur un cas -en l'occurrence une guest-star et ses petits problèmes- mêlé à des intrigues feuilletonnantes, qui permettent de faire évoluer les personnages et de créer un attachement avec le téléspectateur.

Et si la très impliquée conseillère en fiction de France 2, Fanny Rondeau, indique avec humour qu'ils se sont dit "On va faire Dallas !", force est de constater que Dix Pour Cent s'inspire bel et bien du genre de soap de prime-time pour articuler ses thématiques et construire ses rebondissements, au coeur d'une arène inédite, celle des agents de stars, un métier méconnu mais passionnant, où les protagonistes doivent tour à tour s'improviser psy, nounous ou chasseurs de têtes. 

Comme le souligne Françoise Fabian, invitée de luxe de l'hilarant deuxième épisode où elle est en guerre ouverte contre sa rivale de toujours, Line Renaud, la plus grande force de la série réside dans l'écriture de ses dialogues, toujours très percutants, drôles, plein d'esprit, à l'image de ceux des films des années 50, 60 et 70, où le métier de dialoguiste existait encore. La comédienne Camille Chamoux, venue du one woman show, a par exemple participé à l'écriture. On pourrait ainsi extraire quelques phrases cultes sans problème.

  • A 10% pour son générique

Sobre, élégant, soigné, le générique de Dix Pour Cent est à son image :

 

  • A 20% pour son réalisme

Sur une idée de Dominique Besnehard, le célèbre agent des stars, la série doit en grande partie son réalisme à ce personnage mythique du showbizz français, bourré d'humour : ce sont ses anecdotes, réelles, qui ont servi de base aux scénarios. Des anecdotes qu'il a consignées dans des carnets tout au long de ses 22 ans de carrière. Les scénaristes n'ont plus eu qu'à piocher parmi les plus croustillantes pour les mettre en scène, et certainement les romancer aussi. Cette authenticité transparait dans la série. 

Dix Pour Cent aurait pu être élitiste, un entre-soi qui n'aurait parlé qu'aux gens du métier et à ceux que le cinéma fascine à base de "private jokes", mais elle s'avère grand public parce qu'elle est avant tout une comédie humaine, voire familiale, qui raconte le quotidien d'une PME, soumise aux mêmes problèmes que n'importe quelle autre entreprise. Chacun peut s'y retrouver, d'autant que la série ne se contente pas de s'intéresser aux agents, mais aussi aux petites mains essentielles : assistants, standartiste...

  • A 30% pour ses héros et leurs interprètes

Les quatre agents de Dix Pour Cent, mélanges de personnes ayant existé/existant vraiment, ne versent jamais dans la caricature et deviennent de plus en plus attachants au fil des épisodes. Plus que leur façon de travailler, c'est leurs vies personnelles chaotiques qui nous accrochent.

A ce petit jeu-là, Andréa Martel se distingue, d'abord parce qu'elle est incarnée par la géniale Camille Cottin, mais aussi par son impulsivité, son intelligence et sa liberté, qui en font une héroïne atypique à la télévision française, assurément une femme d'aujourd'hui, totalement moderne. 

Mathias (joué par Thibault de Montalembert), qui est en quelque sorte son opposé, se différencie dans le rôle de l'anti-héros, là aussi rare chez nous, celui que l'on adore détester et que l'on finit au terme de la première saison par simplement adorer. Gabriel (Grégory Montel), inspiré directement de Dominique Besnehard, est un peu le loser tendre, profondément gentil, fidèle, l'opposé des stars qu'il côtoie. 

Et puis il y a Arlette (Liliane Rovère) qui engendre un éclat de rire à chacune de ses répliques, parce qu'elle est franche, là où tous ses collègues passent leur temps à mentir. Elle représente l'agent à l'ancienne, "l'impresario", la mémoire du cinéma et de l'agence. 

Christophe BRACHET / FTV
  • A 30% pour ses invités de luxe

De l'aveu même du producteur Harold Valentin, de nombreuses stars ont refusé de se prêter au jeu de l'auto-dérision, il est vrai très anglo-saxon, puisque la condition ciné qua non pour participer à la série était de conserver son nom en jouant une version exagérée voire complètement différente de soi. C'est là que la présence de Cédric Klapisch en tant que producteur et réalisateur des deux premiers épisodes, a été primordiale et décisive.

Il a ainsi convaincu son amie et actrice fétiche Cécile de France d'incarner dans le pilote une Cécile de France à qui l'on demande de faire de la chirurgie esthétique pour pouvoir décrocher un rôle à Hollywood dans le prochain Tarantino ! Les dialogues ne l'épargnent pas et, comme d'habitude, elle excelle. De même que les autres invités des épisodes suivants : Nathalie Baye et Laura Smet, en mère et fille qui ne veulent pas jouer ensemble, François Berléand en comédien colérique et peu coopératif, ou encore Julie Gayet et Joey Starr, qui doivent former un couple dans un film d'époque alors qu'ils se détestent dans la vie. 

Il y a fort à parier que les stars se bousculeront pour participer à la saison 2 tandis que la production aura l'embarras du choix. On peut alors se laisser rêver à une Catherine Deneuve ou un Jean Rochefort... 

Voici un extrait du premier épisode avec Cécile de France :

 

  • A 30% pour la réalisation de Cédric Klapish

Pour sa première série, le réalisateur de L'Auberge Espagnole a su s'adapter au monde de la télévision, qui appartient davantage aux scénaristes. Il leur a fait confiance et s'est fondu dans un collectif, là où il est habituellement presque seul maître à bord, d'autant qu'il écrit les films qu'il réalise. Après avoir donné le La, construit l'esthétique de Dix Pour Cent, des décors aux éclairages, avec un budget de télévision forcément plus réduit, il a cédé sa place à deux confrères, Lou Doillon et Antoine Garceau, en charge des épisodes 3 à 6. 

France 2 voulait une série moderne, chic et glamour. Cédric Klapisch s'est appliqué à répondre aux exigences du diffuseur en y ajoutant sa patte, hyper reconnaissable, qui a fait le succès de ses films : humaine, inventive, rythmée, audacieuse.

Contrairement à ce que des raccourcis promotionnels pourraient faire croire, ce n'est pas "la série de Cédric Klapisch", mais la série d'une génération d'auteurs, de réalisateurs et de producteurs talentueux, qui veulent une fiction française à la hauteur de ce que font les anglo-saxons. Et il ne fait aucun doute que les anglais et les américains vont se battre pour acheter le concept. Dominique Besnehard en est persuadé et on lui donne totalement raison !

Bref, pour tout ça, Dix Pour Cent, on l'aime à 200%. 

 

facebook Tweet
Commentaires
Voir les commentaires
Suivez-nous sur Facebook
Buzzometer Séries
Les plus importantes variations de la semaine du Top Séries
Star Trek: Short Treks
+402
Science fiction (2018)
Bande-annonce
Insoupçonnable
+376
Drame, Thriller (2018)
Bande-annonce
Exodus
+125
Websérie (2018)
Séries TV les plus tendances
News Séries à la TV
Bienvenue à Marwen : Steve Carell touchant dans la bande-annonce du film de Zemeckis
NEWS - Vu sur le web
jeudi 21 juin 2018
Bienvenue à Marwen : Steve Carell touchant dans la bande-annonce du film de Zemeckis
Sponsorisé
Plus belle la vie : ce qui vous attend dans l'épisode 3689 du jeudi 13 décembre 2018 [SPOILERS]
NEWS - Séries à la TV
mercredi 12 décembre 2018
Plus belle la vie : ce qui vous attend dans l'épisode 3689 du jeudi 13 décembre 2018 [SPOILERS]
Demain nous appartient : ce qui vous attend dans l'épisode 355 du jeudi 13 décembre 2018 [SPOILERS]
NEWS - Séries à la TV
mercredi 12 décembre 2018
Demain nous appartient : ce qui vous attend dans l'épisode 355 du jeudi 13 décembre 2018 [SPOILERS]
Papa ou Maman sur M6 : "C'est à travers le rythme et le ton que ça détonne par rapport à ce qui existe"
NEWS - Séries à la TV
mercredi 12 décembre 2018
Papa ou Maman sur M6 : "C'est à travers le rythme et le ton que ça détonne par rapport à ce qui existe"
Dernières Séries à la TV
Nouvelles séries venant de commencer
Champaign ILL
De Daniel Libman, Jordan Cahan, Matthew Libman
Avec Adam Pally, Jay Pharoah, Sam Richardson
Comédie, Websérie
Les Secrets
De Clélia Constantine, Clothilde Jamin
Avec Claire Keim, Marie Bunel, Samuel Jouy
Drame, Policier
Saint Seiya: Saintia Shō
créateur inconnu
Avec Rina Satou, Aina Suzuki, Inori Minase
Action, Animation
The Shivering Truth
De Vernon Chatman
Avec Jonah Hill, Michael Cera, Starlee Kine
Comédie, Animation
Nouvelles séries en ce moment à la TV
Nouveaux épisodes
The Spear
Supernatural
Saison 14 Episode 9
The Spear
jeudi 13 décembre 2018 sur CW
Teaser de l'épisode
AWOL
Murphy Brown
Saison 11 Episode 12
AWOL
jeudi 13 décembre 2018 sur CBS
Nouveaux épisodes à la télé ce soir
Back to Top