Notez des films
Mon AlloCiné
    César 2020 : les réactions d'Adèle Haenel et Virginie Despentes au prix de Roman Polanski
    Par Corentin Palanchini — 2 mars 2020 à 11:16
    FBwhatsapp facebook Tweet

    L'actrice Adèle Haenel revient sur son départ de la 45ème soirée des César suite au prix de Meilleur réalisateur remis à Roman Polanski, avec le soutien de la romancière Virginie Despentes. Par ailleurs, d'autres voix du cinéma défendent ce prix.

    BORDE-JACOVIDES / BESTIMAGE + JB Autissier / Panoramic / Bestimage

    Vendredi soir, à l'annonce d'un César saluant Roman Polanski Meilleur réalisateur pour son film J'accuse, l'actrice Adèle Haenel et plus généralement l'équipe du film Portrait de la jeune fille en feu (la réalisatrice Céline Sciamma, la comédienne Noémie Merlant) ont quitté la salle Pleyel où se déroulait la cérémonie. Au micro de Médiapart samedi, Adèle Haenel a expliqué son choix : "Ils pensent défendre la liberté d’expression, en réalité ils défendent leur monopole de la parole. Ce qu’ils ont fait hier soir, c’est nous renvoyer au silence, nous imposer l’obligation de nous taire. Ils ne veulent pas entendre nos récits. Et toute parole qui n’est pas issue de leurs rangs, qui ne va pas dans leur sens, est considérée comme ne devant pas exister."

    Par "ils", l'actrice s'adresse à une partie du cinéma français qui a voté pour récompenser Roman Polanski, un cinéaste accusé à de multiples reprises de violences sexuelles. Le réalisateur était absent de la cérémonie et son prix lui sera envoyé. Elle poursuit :

    "Ils font de nous des réactionnaires et des puritain·e·s, mais ce n’est pas le souffle de liberté insufflé dans les années 1970 que nous critiquons, mais le fait que cette révolution n’a pas été totale, qu’elle a eu un aspect conservateur, que, pour partie, le pouvoir a été attribué aux mêmes personnes. Avec un nouveau système de légitimation. En fait, nous critiquons le manque de révolution."

    Adèle Haenel a ensuite conclu : "Ils voulaient séparer l’homme de l’artiste, ils séparent aujourd’hui les artistes du monde". Il faut rappeler que l'actrice s'est exprimée en novembre dernier (déjà au micro de Médiapart) sur le sujet des violences sexuelles en accusant puis en portant plainte contre le réalisateur Christophe Ruggia. Des faits que le cinéaste conteste.

    Vous pouvez revoir la séquence complète de son départ des César, filmée par Paris Match :

    Les soutiens à ce départ ne se sont pas fait attendre sur les réseaux sociaux, avec des réactions de plusieurs actrices :

    Dans un post Instagram depuis supprimé, l'actrice Sara Forestier (Le Nom des gens) avait écrit : "profondément je me sens mal. Nous ne pouvons pas faire comme s’il était un citoyen lambda, dans la mesure où il est fugitif. Je pense aux femmes, et clairement là ce soir en faisant le choix de le récompenser certains ont fait le choix d’étouffer une réalité pour faire comme si la situation était normale. Non être fugitif n’est pas normal, ni acceptable."

    L'actrice américaine Rose McGowan, l'un des visage de #MeToo a elle aussi soutenu Adèle Haenel sur Twitter : "Chére Adèle et Céline, Je sais ce que cela signifie d’être seul et de poursuivre ce qui est juste, et la sensation de pulsation qui vous traverse la tête. Vous brisez le système. Courage. Allez-y foncez! #AdeleHaenel #CelineSciamma #cesars2020"

    Alexandra Lamy (Tout le monde debout) a maintenu son post :

    Voir cette publication sur Instagram

    Avec tout mon soutien !!! 🌸

    Une publication partagée par Alexandra Lamy (@alexandralamyofficiel) le

    Autre exemple, la romancière et réalisatrice Virginie Despentes (Baise-moi, Vernon Subutex) a écrit dans une tribune de Libération sa colère vec un franc-parler certain :

    "Il n’y a rien de surprenant à ce que l’académie des césars élise Roman Polanski meilleur réalisateur de l’année 2020. C’est grotesque, c’est insultant, c’est ignoble, mais ce n’est pas surprenant. Quand tu confies un budget de plus de 25 millions à un mec pour faire un téléfilm, le message est dans le budget. Si la lutte contre la montée de l’antisémitisme intéressait le cinéma français, ça se verrait. Par contre, la voix des opprimés qui prennent en charge le récit de leur calvaire, on a compris que ça vous soûlait."

    "(...) Vous pouvez nous la décliner sur tous les tons, votre imbécillité de séparation entre l’homme et l’artiste - toutes les victimes de viol d’artistes savent qu’il n’y a pas de division miraculeuse entre le corps violé et le corps créateur. On trimballe ce qu’on est et c’est tout. Venez m’expliquer comment je devrais m’y prendre pour laisser la fille violée devant la porte de mon bureau avant de me mettre à écrire, bande de bouffons".

    Elle continue plus loin : "Ce soir du 28 février on n’a pas appris grand-chose qu’on ignorait sur la belle industrie du cinéma français par contre on a appris comment ça se porte, la robe de soirée. A la guerrière. Comme on marche sur des talons hauts : comme si on allait démolir le bâtiment entier, comment on avance le dos droit et la nuque raidie de colère et les épaules ouvertes. La plus belle image en quarante-cinq ans de cérémonie - Adèle Haenel quand elle descend les escaliers pour sortir et qu’elle vous applaudit et désormais on sait comment ça marche, quelqu’un qui se casse et vous dit merde. (...) Ton corps, tes yeux, ton dos, ta voix, tes gestes tout disait : oui on est les connasses, on est les humiliées, oui on n’a qu’à fermer nos gueules et manger vos coups, vous êtes les boss, vous avez le pouvoir et l’arrogance qui va avec mais on ne restera pas assis sans rien dire. Vous n’aurez pas notre respect. On se casse. Faites vos conneries entre vous. Célébrez-vous, humiliez-vous les uns les autres tuez, violez, exploitez, défoncez tout ce qui vous passe sous la main. On se lève et on se casse."

    Par ailleurs, des acteurs, actrices et réalisateurs ont pris la défense de la remise du prix de Meilleur réalisateur à Polanski, parmi eux l'acteur Jean Dujardin (à l'affiche de J'accuse, postant, supprimant et postant à nouveau sur le sujet), Emmanuelle Seigner (à l'affiche de J'accuse et compagne de Roman Polanski) et sa soeur Mathilde, Claire Denis (remettante du prix du Meilleur réalisateur) ou Fanny Ardant (César de la Meilleure actrice dans un second rôle pour La Belle époque).

    La rédaction débriefe la 45ème cérémonie des César :

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Youli S
      Merci pour le cours magistral... qui ne répond pas du tout à ce que je dis. Et puis expliquer les viols par la frustration des hommes et le manque de responsabilité des femmes, ça me semble un bel exemple de culture du viol justement...
    • Ashen One (The AO)
      Vous êtes une blague ...Vous accusez la justice de ne pas faire son travail, vous m'envoyez des articles qui justifient ça par une culture du viol et vous me demandez pourquoi j'en parle dans ma réponse ...Il y a surtout un problème de responsabilisation, d'éducation, et de perception autour du consentement, car j'ai beaucoup de mal à croire que les hommes d'aujourd'hui soient moins informés sur le désir et les droits des femmes qui dorénavant boivent et fument comme des mecs, sans en tirer les conséquences sur leurs comportements.Effectivement la justice n'est pas le meilleur moyen de prévenir des viols et ce pour une simple raison. Un viol est difficile à prouver, c'est parole contre parole dans la grande majorité des cas (donc on peut vouloir un monde où les femmes doivent récolter des preuves si elles veulent traiter ce problème par la justice, un monde où les interactions entre individus sont fortement contrôlées et soumises à des protocoles strictes, ou on peut décider de traiter ce problème en amont en améliorant l'égalité des chances ce qui limitera les comportements délictueux).C'est en cette condition que certains individus dénoncent un effet systémique dit culture du viol quand d'autres en appellent à la responsabilisation féminine dans le choix de leurs partenaires dans un monde de plus en plus individualiste et compétitif.La réalité est sans doute un peu entre les deux : la situation économique frustre beaucoup d'hommes et le matraquage médiatique progressiste a fait perdre aux individus, particulièrement aux femmes, leur rapport de force face aux nécessité du réel.Donc, plus que d'une culture, à mes yeux c'est surtout le système économique, et l'idéologie libérale, qui pousse les jeunes hommes à être hyper frustrés sexuellement, et les jeunes filles à être inconscientes de leurs responsabilités.En effet, le fort taux de chômage se répercute essentiellement chez les jeunes hommes qui n'ont alors pas accès à une sexualité stable, et l'égalité salariale demandée par les femmes médiatiquement fait toujours plus se reporter la charge de l'état sur le travail des hommes => leur frustration augmente.Les femmes quand à elle se font persuader qu'elles doivent en acquérir toujours plus alors qu'elles ne font que gagner des privilèges en rejetant le fait que ce soit un cadeau du travail des autres dont elles seules bénéficient car ont leur fait oublier qu'on est dans un système capitaliste qui fonctionne avant tout sur la production réelle ! => on les déresponsabilise.Les solutions, pour les conservateurs, revenir à une famille traditionnelle, et à une économie moins mondiale, plus protectionniste, ça redonnera du travail aux jeunes hommes et responsabilisera les femmes.Pour les progressistes, il faut tout déconstruire, enfin surtout en termes de savoir et de possibilités d’interactions entre les individus en contrôlant tout, grâce au Marché.Pour les non néo-libéraux, il faut absolument sortir du modèle pro-libérale qui n'en a que le non et impose les dogmes d'une élite à tous les niveaux.C'est très résumé, ne m'en tenez pas rigueur pour tenir des conclusions que je n'aurais pas faites.Ce que je veux avant tout souligner, c'est que nous faire croire que les tribunaux ne font pas leur travail en étant incapable de déceler la vérité entre deux paroles d'individus, ou que le cinéma d'Adèle aura une quelconque action concrète sur les vraies victimes de viol, c'est juste nous détourner du véritable problème.
    • Youli S
      Pourquoi parler de culture du viol ici ?, ce n'est pas le sujet...Le seul truc important c'est que nombre d'affaires de viol ne vont pas en justice, que parmi celles qui vont en justice il y a beaucoup d'affaires classées sans suite. Donc soit il y a beaucoup de menteurs, soit il y a beaucoup de menteuses, mais dans tous les cas c'est très rare qu'une affaire de viol rendue publique soit vraiment profitable à la victime, donc ça me parait légitime de penser qu'il y a un problème dans le traitement judiciaire de ces affaires.
    • Ashen One (The AO)
      Rien de bien convaincant ... toujours les mêmes idéologues qui affirment, sans source, sans raisonnement, avec un vocabulaire flou sur les chiffres, histoire qu'on ne sache jamais réellement de quoi il est question (ça mélange un peu viol et déclarations de viol par exemple).Le concept de culture du viol n'est absolument pas démontré et est même fortement critiqué outre-atlantique, par exemple, où il a été montré contre-productif dans les affaires universitaires.
    • MGM-ranger
      Tu as vu le film ?
    • Ashen One (The AO)
      C'est encore à prouver. Ce n'est parce que les résultats ne vous plaisent pas qu'ils sont éloignés de ce qu'ils devraient idéalement être.
    • Youli S
      Sauf que la justice ne fait quasi jamais son travail concernant les violences sexuelles...
    • Madolic
      Le prb c'est peut-être les 30 ou 40 ans de silence en fait ^^
    • Ashen One (The AO)
      Plusieurs témoignages sont contestés, pour le moment c'est parole contre parole, laissons la justice faire son travail.-> http://www.allocine.fr/arti...
    • PurpleMarOne
      Mona Achache, compagne de Ruggia au moment des faits, affirme qu'il lui a confié avoir des sentiments amoureux pour Haenel et l'avoir touchée. Je comprends le principe de la présomption d'innocence, et je suis d'accord avec, mais ça ne peut pas être une excuse pour de la mauvaise foi. Certes, deux témoignages c'est encore peu, donc j'imagine que tu as raison et qu'on ne peut pas encore l'accuser de manière sûre à 100%, mais deux versions qui concordent ça reste assez gros.
    • Ashen One (The AO)
      Adèle Haenel accuse le réalisateur Christophe Ruggia ... il n'y a pas encore eu de jugement.
    • Gil_75
      Parce que les paroles se sont libérés et que le cinéma français a bien tenté d'étouffer l'affaire.Liberté de parole ne signifie pas pour autant liberté d'accuser sans preuve sur la seule parole libérée surtout après 30 ou 40 ans de silence.
    • Gil_75
      Justement, la différence entre la Loi et la morale et qu'il y a Une Loi pour tous alors que tous ont une vision de la morale.Les moralistes devraient réfléchir un peu qu'ils pourraient un jour se retrouver dans la position de l'accusé exactement pour les mêmes raisons qu'ils accusent aujourd'hui.
    • Dmitrram
      Par contre célébrer un réalisateur qui a été convaincu de participation à une séquestration, motivée qui plus est par le contrôle de la sexualité féminine, ça c'est acceptable ?
    • LeMeilleurPseudoDuMonde
      Il couchait juste avec des nanas de 13 ans, vous êtes fatiguants à essayer de choquer tout le monde avec cet argument que vous pensez imbattable. On peut être choqués et réfléchir ou c'est trop demander ?Un violeur, tueur, ou quoi que ce soit d'autre, c'est monstrueux mais ça mérite une justice équitable. Quand le mec qui juge c'est un gars qui fait une affaire personnelle et veut te condamner pour son compte à une peine indéterminée c'est pas équitable. La fuite de Polanski pas très classe mais la justice américaine n'a pas fait son job, arrêtez de faire comme si le jugement avait était fait dans les règles..
    • LeMeilleurPseudoDuMonde
      Surtout que moins un sujet de philo, c'est un sujet de morale. Et la morale, chacun a la sienne.
    • Harodes
      Tout roule. Oui et non. L'affaire est grave mais devrait être classée depuis longtemps.
    • Harodes
      Oui il y a tous les détails et vous faites des raccourcis. C'est une affaire infiniment complexe. Donc quand vous dites qu'il a fait quelques jours de prévention, c'est faux. Il a fait un deal en effet, comme ça se fait apparemment couramment aux USA (je dis pas que c'est une bonne chose mais c'est un autre débat), suite à quoi il a été condamné à 90 jours de prison. Il les a fait (enfin, il en a fait 48 et libéré pour bonne conduite, comme ça se fait chez nous aussi. On peut être libéré chez nous au tiers de la peine pour bonne conduite). Bref, et par la suite le juge, sous la pression sociale et voulant assurez sa réélection, à voulu rejuger Polanski, qui risquait alors jusqu'à 50 ans de prison. Ce qui a entraîné un vice de forme et du coup le juge a été écarté de l'affaire. Et Polanski c'est enfui des USA (la victime aussi d'ailleurs, qui lui a pardonné depuis). C'est donc une affaire très complexe ou tout n'est pas blanc ou noir.
    • ouadou
      c'est effectivement immonde
    • Seb
      Le cinéma a toujours été politique ..Et il ne faut pas oublier que Polanski a choisi de faire de son film un film militant , il y aurait eu moins d'oppositions si il n'avait pas cherché à utiliser le film pour faire son propre plaidoyer à travers l'affaire Dreyfus , auquel il se compare régulièrement .
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Exit Bande-annonce VO
    Filles de joie Bande-annonce VF
    Lupin III: The First Bande-annonce VO
    Police Bande-annonce VF
    Tout Simplement Noir Bande-annonce VF
    L'Infirmière Bande-annonce VO
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Stars
    Alerte à Malibu : Pamela Anderson renie l'adaptation ciné de la série culte
    NEWS - Stars
    lundi 25 mai 2020
    Alerte à Malibu : Pamela Anderson renie l'adaptation ciné de la série culte
    Mort de Jean-Loup Dabadie, fidèle scénariste d'Yves Robert et de Claude Sautet
    NEWS - Stars
    dimanche 24 mai 2020
    Mort de Jean-Loup Dabadie, fidèle scénariste d'Yves Robert et de Claude Sautet
    Dernières actus ciné Stars
    Films Prochainement au Cinéma
    Les films à venir les plus consultés
    Back to Top