Notez des films
Mon AlloCiné
    Chambre 212 sur Canal+ : le film enchanteur de Christophe Honoré qu'il ne faut pas rater
    Par Maximilien Pierrette (@maxp26) — 9 juin 2020 à 18:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Passé par le Festival de Cannes 2019, "Chambre 212" est diffusé sur Canal+ ce mardi 9 juin. Vous seriez bien avisés de ne pas passer à côté de ce film signé Christophe Honoré, qui mélange cinéma, théâtre et littérature autour de Chiara Mastroianni.

    Memento Films
    ÇA PARLE DE QUOI ?

    Après 20 ans de mariage, Maria décide de quitter le domicile conjugal. Une nuit, elle part s’installer dans la chambre 212 de l’hôtel d’en face. De là, Maria a une vue plongeante sur son appartement, son mari, son mariage. Elle se demande si elle a pris la bonne décision. Bien des personnages de sa vie ont une idée sur la question, et ils comptent le lui faire savoir.

    "Chambre 212" est diffusé sur Canal+ ce mardi 9 juin à 21h et sera ensuite disponible à la demande sur MyCanal.

    ÇA RESSEMBLE A QUOI ?
    Chambre 212 Bande-annonce VF
    POURQUOI IL NE FAUT PAS LE RATER ?

    Après avoir enchaîné deux œuvres plus amples autour des années sida (Plaire, aimer et courir vite au cinéma, et "Les Idoles" au théâtre), Christophe Honoré signe un film plus léger en apparence. Presque récréatif, serait-on tentés de dire, ce que le principal intéressé réfute : "Je n'utiliserais pas le mot 'récréation', car il y a une connotation un peu négative. Comme si ce projet était moins important à mes yeux, ce qui n'est vraiment pas le cas", nous disait le cinéaste l'an dernier, au moment de la sortie de son nouvel opus.

    "Pour moi, Chambre 212 n'arrive pas comme une récréation de ces deux projets importants mais vient d'une envie d'aller ouvrir ailleurs. Et peut-être aussi d'avoir plus confiance en moi et de me permettre des choses que je ne m'étais pas permises auparavant. Et notamment cette idée de tenter un registre qui est plus de l'ordre de la comédie que la comédie dramatique, d'être moins prudent par moments dans ma mise en scène sur le plan formel et de retrouver le plaisir de fabriquer une forme qui ait une espèce de liberté et d'invention que je m'étais moins permise car je me méfiais de ce genre de défi formel." Cette liberté dont parle le réalisateur, elle se manifeste, tant sur la forme que le fond, dès les premières minutes aux accents vaudevillesques avec Chiara Mastroianni dans le rôle de la maîtresse en petite tenue dans le placard. Une entrée en scène en forme de tornade comique pour celle à qui Christophe Honoré offre un véritable écrin, elle qu'il avait auparavant dirigée à cinq reprises, des Chansons d'amour aux Bien-aimés, en passant par Non ma fille, tu n'iras pas danser, dont ce film-ci pourrait être le pendant plus lumineux.

    Car ce sont encore les tourments amoureux qui intéressent le réalisateur, et celui-ci les aborde le temps d'une nuit où le réel et le fantastique se donnent rendez-vous (ce que le titre international, "On a Magical Night", "Par une nuit magique", retranscrit bien). Alors que son conjoint (Benjamin Biolay) a découvert ses infidélités, Maria se réfugie dans une chambre d'hôtel situé juste en face de leur appartement pour se livrer à une introspection qui rappelle le célèbre "Chant de Noël" de Charles Dickens. Car l'héroïne va recevoir la visite de figures de son passé et son présent pour réfléchir à son avenir, alors que la neige tombe dehors, dans ce long métrage aussi accessible pour les néophytes de l'œuvre de Christophe Honoré que pour les habitués, qui y retrouveront quelques-unes de ses obsessions formelles et thématiques. A tel point que l'on pourrait presque parler de film-somme convoquant cinéma, théâtre et littérature autour d'une histoire de sentiments dont l'énergie rappelle celle des Chansons d'amour ou Dans Paris.

    Memento Films
    Maria (Chiara Mastroianni) aux prises avec son passé (incarné par Vincent Lacoste)

    Avec des plans que ne renierait pas Brian de Palma, une réunion d'anciens amants ou l'irruption d'un mannequin en guise de bébé, Christophe Honoré se lâche, tente des choses et transcende par sa mise en scène inventive l'artificialité assumée de son décor de studio, et semble s'amuser au même titre que ses acteurs, parmi lesquels on retrouve également Camille Cottin en prof de piano à la partition mélancolique, ou Vincent Lacoste, déjà au cœur de Plaire, aimer et courir vite, et qui incarne ici la version jeune du personnage de Benjamin Biolay, pour nous donner un autre aperçu de l'étendue de son immense talent. A la fois cinématographique, théâtral dans son dispositif et littéraire dans ses dialogues, Chambre 212 fourmille d'idées et pourrait s'écrouler sur lui-même, mais il n'en est rien. Car sa légéreté de façade cache en réalité beaucoup de douceur et de tristesse, qui rendent le récit touchant et sincère.

    Tourné rapidement (il a été présenté à Cannes en mai 2019, et on y aperçoit l'affiche de Sunset, sorti deux mois plus tôt, ou de Grâce à Dieu, où il est aussi question de se confronter à son passé), le long métrage est aussi riche que juste, et mélange la fantaisie à des notions concrètes pour nous laisser avec le cœur léger et un soupçon de mélancolie. Conte à la fois enchanteur et un brin désanchanté en forme d'ode à Chiara Mastroianni, récompensée sur la Croisette dans la catégorie Un Certain Regard, Chambre 212 nous offre un moment hors du temps, qui permet à Christophe Honoré de renouer avec la fougue de ses débuts tout en faisant preuve de maturité au sein de cette drôle d'histoire de sentiments, moderne, légère, juste et hors du temps, qui ne tourne jamais en rond et bénéficie d'interprètes impeccables. Ne vous étonnez donc pas si, après une première visite, vous avez envie de vous y enfermer à nouveau pour renouer avec sa tendresse.

    Comment trouver le film ou la série qui vous correspond ? Découvrez le score d'affinités d'AlloCiné

    Tous les films à voir en juin sur MyCanal

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top