Mon AlloCiné
    The Thing
    note moyenne
    4,2
    8547 notes dont 671 critiques
    43% (287 critiques)
    36% (242 critiques)
    13% (89 critiques)
    5% (36 critiques)
    1% (10 critiques)
    1% (7 critiques)
    Votre avis sur The Thing ?

    671 critiques spectateurs

    Simon1310
    Simon1310

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 122 critiques

    5,0
    Publiée le 5 octobre 2010
    La première fois que j'ai vu ce film, je devais avoir à peine 12 ans et ca se passait pendant les vacances de la Toussaint, le choc et la révélation que cela a été, m'a permis de découvrir un réalisateur: John Carpenter et l'un des films d'horreur les plus flippants que j'ai jamais connu. Voir 12 hommes prisonniers dans leur base, coupés du monde et à la merci d'une créature non seulement polymorphe mais qui en plus qui pouvait être l'un d'entre deux, me mettait dans la même situation qu'eux; j'avais autant peur qu'eux de ce monstre et j'étais à l'affut de la moindre manifestation de celle ci, et quand elle surgissait je sentais la même panique que les personnages. Mais le plus frustrant, c'est qu'il est impossible de s'attacher à un personnage en particulier, tous pouvaient être tué ou se transformer en la créature, il n'y avait pas de héros qui se distinguait du groupe; ce qui apportait plus de tensions et de suspenses. Le plus horrible reste la créature monstrueuse, prenant une forme toujours imprévisible mais surtout effrayante, elle reste pour moi le monstre le plus effrayant que j'ai jamais vu et aucun autre monstres au cinéma ne parut aussi fascinant que celle ci.
    On regarde quoi aujourd'hui?
    On regarde quoi aujourd'hui?

    Suivre son activité 107 abonnés Lire ses 9 critiques

    5,0
    Publiée le 23 janvier 2018
    The Thing,que dire de cet oeuvre monumentale (tellement de chose) qui fait vraiment partis des fictions que je considère comme étant les plus abouties à ce jour .Réalisé par le grand maître John Carpenter et porté par un Kurt Russel au top tout comme son cinéaste .The Thing c'est une histoire simple et pourtant complexement intelligente et profonde avec l'âme humaine à un point ou chacun des protagonistes ainsi que le public se retrouve propulsé dans une folie mentale macabre . L'on pourrait dire que le scénario sent le déjà vu qu'il raconte la découverte de 12 hommes d'une chose effroyable dans l'Antartique , un enième affrontement entre l'homme et une créature , David contre Goliath et pourtant ! Jamais autant la psychologie ne pourra dire sur la folie la vérité, puisque c'est la folie qui détient la vérité de la psychologie dans The Thing . Carpenter à toujours eu une facilité déconcertante à insufflé une ambiance particulièrement lourde , pesante et malsaine dans ses oeuvre comme si il nous forcés à nous tenir en garde contre un danger que l'on sent à la fois lointain et pourtant si proche mais toujours constant et The Thing ne déroge pas à cette règle . En effet l'atmosphère qui règne ici est particulièrement strident, oppressant et anxiogène,à un point ou l'on se retrouve dans un contexte assez unique en son genre. D'ailleurs les décors joue également un élément essentiel à la peur transmise , la blancheur des vastes et profond paysages enneigés s'en fin et silencieux de l’Antarctique installe un mal être d'isolation qui laisse clairement penser qu'ils sont seuls au milieu de nulle part (ce qui est le cas) . Le bunkers de l'équipe de recherche à également une fonction angoissante mais traduit une autre peur , puisqu'il fait apte de confinement et donne vraiment une dimension de 8 clos très oppressant . Le sentiment d'isolement et d'enfermement sont donc constant et laisse les protagoniste seuls face à eux-mêmes (en plus de la chose). Et sur ce point Carpenter à était réellement inspirée car avant de nous confronter à la terreur physique provoqué par la chose il s'attaque avant tout à notre paranoia grâce au confinement provoqué autant par le lieu que l'habitat .Mais vous l'aurez compris même si l'environnement joue un rôle clé la folie ne provient pas que du cercle fermé des personnages elle vient aussi à eux depuis l'extérieur sous une forme des plus aberrant et grossière à chaque fois les contaminant tous les uns après les autres et se fondant en eux tel un loup par mis les moutons. Et c'est alors que la peur prend une fois de plus une nouvelle forme car peu à peu, la peur et la suspicion gagnent du terrain et envahissent les esprits de chacun. La menace, incarnée à l'origine par la créature est très spéciale car elle se camoufle sous les traits de ses pauvre victime et vient à prendre leur identité ce qui fais qu'il est impossible de la différencier d'autre humain .Avec une telle faculté cela créera une psychose contagieuse à travers les personnages et surtout "nous" qui regardons le film . En effet tous deviennent alors des suspects potentiels, abritant possiblement l'abomination en leurs êtres . Avec un tel cadre Carpenter à libre cours pour jouer avec nos frayeurs et autre angoisse en jonglant tout du long avec ces différent niveau de terreur mis en place qui nous laissent jamais tranquille ne serais ce qu'un instant .Et pose pour le coup une ambiance vraiment prenante . La photographie du film est remarquable les jeux d'ombre et de lumière sont juste intelligent et ajoute encore plus de facilité au sentiment de paranoïa chez les protagonistes et chez le spectateur.La créature de Carpenter pousse l'horreur à l'extrême du à une esthétique du difforme en mouvement constant pour donner naissance à une créature réellement dégoûtante, affreuse , repoussante et des plus dangereuse ; à un point , ou même "l'Alien"de Riddley Scott fais gentil à coté de cette "Chose". Tout comme l'Alien le sang de la chose est des plus dangereux vu qu'il peut vous contaminez en un instant et de manière douloureuse . Lorsque ce monstre vous touche il fusionne alors avec votre corps lentement en rentrant par votre peau , votre squelette et fais cela alors que vous êtes encore éveillés . Je suppose qu'avec un tel procédé l'épouvante à du être d'une sacrée efficacité à sa sortie cinéma en 1982 vu que le Sida fut apparut quelques années plus tôt . L'un des moments clé et par ailleurs le plus flippant de cette allégorie , vient de l'angoissante et mythique scène du test de dépistage pour voir qui est contaminé . Cela donne naissance à une scène au somum de la crise de panique avec ces héros tant le stress ce fait intense . Les effets spéciaux sont juste remarquable pour l'époque et le sont encore aujourd'hui et donne la part belle à des moments flippant .C'est Rob Bottin qui c'est chargé des effets spéciaux composé surtout de mécaniques très convaincantes et impressionnantes de réalisme clairement en avance sur son époque servant encore aujourd'hui de grosse référence pour beaucoup de cinéaste .Quand aux acteurs chapeau bas, ils sont réellement stupéfiant !Une bonne grosse brochette d'acteur qui réussissent à faire passé magistralement leurs angoisse devant la situation quelque peu appocalyptique . Ce que je trouve fort , très fort c'est ce jeu de regard soutenu que ce lance chaque personnage ou l'on lie facilement la terreur dans leurs yeux . Cette folie va jusqu'à les consumés au plus profond de leurs âmes jusqu'à devenir fou pour certain ou même ce suicidés pour d'autres allantg jusqu'à s'entre tuer .Ils sont littéralement dévorés par un sentiment primitif les rongeant jusqu'à ce qu'il ne reste rien d'autre que des cadavres . Kurt Russel campe le personnage principal MacReady avec beaucoup d'aisance . Acteur fétiche de Carpenteur celui-ci c'est retrouvé plus d'une fois en tête d'affiche grâce à lui dans des long métrage comme Les Aventures de Jack Burtout ou encore New York 1997 ainsi que sa suite . Il est donc pas étonnant de retrouver le comédien dans ce film et au vu de sa performance parfaite ainsi que de son charisme je dirais tant mieux . A retenir également l'acteur Keith David alias Childs qui reviendra lui aussi en tête d'affiche dans une autre réalisation de Carpenter , l'excellent "Invasion Los Angeles" sortie en 1988 . J'aime beaucoup son personnage robuste qui finira par donner lieu à la scène la plus contre verse (encore aujourd'hui) du film c'est à dire le plan final avec lui et MacReady . Qui est la bête entre les deux ? Ou bien est elle morte ? Tant de question et de théorie dessus et pas l'ombre d'une réponse de Carpenter laissant planer encore le doute dessus afin que l'incertitude continu de planer dans notre esprit tel une peur jamais éteinte .Après plus de 35 ans réussir à garder une telle hype autour de ce long métrage je dit bravo .Malheureusement The Thing fut un flop lors de sa sortie au cinéma malgré ses énormes qualité à cause d'un concurrent à l'époque du nom de "E.T" mais la sortie VHS rencontra un énorme succès et fit de lui un film culte et un chef d'oeuvre de l'horreur . La musique de The Thing possède une place de premier ordre tant elle est en osmose avec son support . Une partition froide du grand Enio Morricone loin de ce à quoi il nous as habitués et qui pourtant crève l'écran tant elle est impactant , rude ,inhospitalière , impassible , désespéré , funeste... Une immersion dans l'effroi du à une musique anxioghène et stridente qui amène encore plus facilement le spectateur a s'immerger dans cet environnement oppressant . Et le truc le plus dingue c'est que l'on doit cela à juste 2 notes qui ce répète inlassablement tel un écho qui stimule en nous un sentiment d'insécurité mortuaire et lugubre, désespérant et amer à la fois évoquant la peur dans sa plus simple conception . C'est Carpenter qui d'habitude écrit et compose lui même les bo de ses film mais pour The Thing il a tenu avoir l'aide de Morricone car il tenait à avoir à atteindre un autre niveau de peur grâce au son . Bien entendu les musiques de ce film ne ce résume pas qu'à un titre en particulier , les autres mérite tout autant une attention particulière que je vous encourage à écouter . CONCLUSION: The Thing est s'en contestation possible un chef d'oeuvre de l'horreur qui à marqué son époque et su traverser plusieurs génération . Carpenter considère ce film comme étant sa plus grande réussite à ce jour et je suis d'accord avec lui .Peindre la peur si précisément qu'on puisse la toucher et en faire une retranscription aussi cauchemardesque que l'homme face à son apocalypse annoncé il n'a que Carpenter pour faire cela .Ce n'est pas innocent si il est reconnu comme par ses pairs comme l’un des metteurs en scène les plus talentueux et les plus influents de son époque. Si vous ne l'avez pas vu alors je vous le conseil absolument dans sa version remasterisée et vous verrez que malgré l'âge il reste d'une efficacité redoutable . 5/5 CHEF D'OEUVRE !!!
    Shelby77
    Shelby77

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 53 critiques

    5,0
    Publiée le 27 juin 2017
    Critique de "The Thing (1982)". Un chef-d'œuvre horrifique. The Thing est la preuve que les effets spéciaux pratiques vieillissent mieux que les Effets spéciaux faits à l'ordinateur. Le film dispose d'une mise en scène intéressante et un climat angoissant. La fin est intelligente, ça laisse à beaucoup d'interprétations pour les spectateurs. 5/5
    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 319 abonnés Lire ses 1 746 critiques

    5,0
    Publiée le 4 avril 2012
    De nombreux films savent choquer. Beaucoup peuvent déranger, perturber, voire même angoisser. En revanche très peu peuvent se vanter de faire vraiment peur, d'effrayer littéralement le spectateur sur la durée d'un long format... The Thing version 1982 est de cette espèce rare de films qui vous flanquent une frousse implacable et inoubliable. John Carpenter rend actif le spectateur en réalisant un thriller horrifique surpuissant campé par 12 hommes en galère... bloqués par une tempête de neige incessante à travers laquelle la Chose, tapie quelque part, attend. D'abord fonctionels les personnages de The Thing sont dans un deuxième temps savamment travaillés par Carpenter, ce dernier faisant basculer l'intrigue fantastique vers un survival cauchemardesque et hautement psychologique. Si le film ne démarre pas véritablement sur les chapeaux de roue - en raison notamment de l'abstraction du décor, de l'atmosphère diurne et de l'inévitable exposition des nombreux personnages de l'intrigue - le suspense va crescendo au fil des chapitres de ce terrible jeu de massacre. Jouant énormément sur l'une des peurs les plus redoutables du genre humain - à savoir la paranoïa - The Thing surpasse le Alien de Ridley Scott dans sa portée traumatique : l'extraordinaire élaboration des effets spéciaux, la leçon de mise en scène de Carpenter, la crédibilité du scénario et de ses enjeux et le casting fracassant font de ce remake l'une des réussites majeures du cinéma fantastique. Il n'y a guère que le Eraserhead de Lynch qui m'ait autant impressionné dans le genre. Le chef d'oeuvre de John Carpenter.
    Raw Moon Show
    Raw Moon Show

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 536 critiques

    5,0
    Publiée le 22 août 2013
    Remake tellement supérieur à l'original. Il le réinvente en y insufflant une universalité fracassante autour des thèmes étouffants de la paranoïa et de la survie en milieu hostile. "L'homme est un loup pour l'homme" eut été la parfaite accroche pour en résumer l'atmosphère aussi pessimiste que schizophrène. Et quelle scène finale ! une bonne dose de non-dit sur les motivations des 2 rescapés, d'incertitude quant à leur devenir, et l'irruption du danger (à travers le personnage revenu de l'enfer des glaces) mais sur la pointe des pieds, ce qui le rend d'autant plus inquiétant. Il y a enfin la fatalité, l'aveu d'impuissance des 2 survivants face à leur sort illustré par ces flammes qui partout autour d'eux s'épuisent dans une ultime danse, lascive, avant de s'éteindre en beauté. La dernière gorgée de whisky au coin du feu n'est pas qu'un clin d'oeil aux grands westerns qu'affectionne le réalisateur, elle cristallise ce reste d'humanité qui unit les 2 personnages dans le couloir rougeoyant de la mort, sporadiquement éclairé par un échange de regards, celui de 2 chiens féroces, toujours prêts à bondir, jusqu'à leur dernier souffle.
    CH1218
    CH1218

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 304 critiques

    5,0
    Publiée le 20 février 2016
    Lors d’une mission scientifique en Antarctique, 12 hommes vont se retrouver en proie à une chose venue d’ailleurs. Ce huis clos paranoïaque et glaçant est, pour moi, le grand chef-d’oeuvre de John Carpenter. Film culte fantastique et véritablement angoissant, « The Thing » est sublimé par des maquillages horrifiques et des effets spéciaux fantastiques de Rob Bottin et porté par un casting impeccable, dominé par Kurt Russel, acteur récurrent dans la filmographie du génial metteur en scène.
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    Suivre son activité 234 abonnés Lire ses 294 critiques

    4,0
    Publiée le 29 mars 2014
    "The Thing" est le premier volet de la trilogie de l'apocalypse de John Carpenter sorti en 1982. C'est un huit clôt dans une station en Antarctique où les membres d'une base américaine se retrouve confrontés à une créature d'origine extraterrestre prenant l'apparence organique de n'importe quel être humain, ce qui va instaurer un climat de terreur et de paranoïa. Ce film est le deuxième huit clôt de Big John après "Assaut" (1976), thème que l'on reverra dans "Prince des Ténèbres" (1987), et il le domine avec brio, l'atmosphère est vraiment angoissante élevant le degré d'immersion à son maximum. "The Thing" est avant tout le remake du film de Howard Hawks de 1950 (adapté de la nouvelle de J. W. Campbell) dont Carpenter était un grand admirateur. Son film se veut par contre plus fidèle à la version écrite. On retrouve un de ses acteurs fétiches Kurt Russell comme premier rôle, toujours tout en charisme, ainsi que Keith David, vu dans "New York 1997", le reste du casting est plutôt bon, dévoilant une petite palette de personnages nécessaire à l'intrigue. Car le but du film est le cloisonnement et la paranoïa, la tension monte crescendo, mise en musique par le génial Ennio Morricone et Carpenter lui même, démontrant un sens du rythme maîtrisé et cohérent. Les effets spéciaux sont très réussis, la bonne époque des maquettes et des maquillages sophistiqués, bien loin de la surenchère numérique actuelle, là il s'en dégage un vrai charme, décuplant l'aspect terrifiant et répugnant de certaines scènes. L'aspect fataliste joue également en faveur du film, la fin suggère une vision plutôt inédite du film de genre. "The Thing" est un grand thriller de science-fiction et un des points d'orgue de la filmographie de Carpenter.
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 223 abonnés Lire ses 1 413 critiques

    5,0
    Publiée le 7 avril 2013
    Un des monuments de Carpenter, si ce n’est son Monument. The Thing est un sommet du huis clos, et est un des meilleurs films fantastiques des années 80. C’est une pépite indémodable. Kurt Russell est au sommet de son talent, et s’il est secondé par une flopée d’acteurs qui n’ont pas franchement percés, tout le casting est ultra-solide, interprétant avec vigueur des personnages bien travaillés et consistants. Le scénario est excellemment trouvé, et a inspiré pas mal de films depuis (Whiteout notamment). Si on aurait pu avoir un bête remake d’Alien, Carpenter joue davantage sur la paranoïa entre les personnages, le monstre se contentant finalement de profiter de cette tension permanente entre les protagonistes, qui involontairement créés les situations de leurs fins. C’est très bien mené, rythmé à souhait, plein de rebondissements, bref c’est carré. La fin est sublime et il y a quantité de scènes anthologiques (notamment celle où ils essayent de déterminer qui est la créature). Visuellement The Thing a très bien tenu le choc, et cela révèle la force de ce métrage lors de sa sortie. Outre les paysages, magnifiques et dépaysants à souhait, la mise en scène, d’une habilité redoutable, la photographie qui rend merveilleusement l’atmosphère pesante et oppressante de cette base du bout du monde, ce sont les effets spéciaux qui éveillent l’attention. Si certains ont un peu vieillis tout de même (le corps devenant mâchoire notamment) ils sont globalement ultra-impressionnants, et font partie, avec ceux de Terminator II entre autre, des effets spéciaux de légendes. Il y a par ailleurs un coté gore parfois très réjouissant, The Thing ne manquant pas d’idée en la matière. L’ensemble du métrage bénéficie encore d’une bande son remarquable, avec surtout le thème, tout en sobriété de Morricone, qui contribue à l’une des introductions de films les plus mythiques. Bref, voilà un métrage absolument incontournable, surtout pour les amateurs de cinéma fantastique, et si The Thing le remake est un film pas déshonorant, il est nettement inférieur au premier du nom. Beaucoup plus sombre, austère, désespéré, la version de Carpenter est un film d’atmosphère remarquable, et développe un suspens parfaitement gradué, culminant avec un épilogue culte. Personnellement je ne m’en lasse pas, tout étant dans une parfaite harmonie qualitative. The Thing est indéniablement à avoir dans sa dvdthèque tant il reste aujourd’hui incontournable.
    Puce6386
    Puce6386

    Suivre son activité 414 abonnés Lire ses 908 critiques

    5,0
    Publiée le 10 novembre 2013
    Un chef d'oeuvre en matière de science-fiction et d'horreur, dans la lignée d' "Alien". Une réalisation totalement maîtrisée : une mise en scène et un scénario très prenants, un climat d'angoisse et de paranoïa parfaitement retranscrit, un talentueux jeu d'acteurs, des effets spéciaux impressionnants et terrifiants. Une magnifique oeuvre qui est aussi portée par la très belle et très appropriée musique d'Ennio Morricone. Un huit-clos dans l'Antarctique particulièrement inquiétant... A découvrir !
    ConFucAmuS
    ConFucAmuS

    Suivre son activité 170 abonnés Lire ses 339 critiques

    4,0
    Publiée le 21 février 2012
    On a jamais autant craint que ce que l'on ne connait pas. Cet adage colle parfaitement à l'oeuvre de Carpenter, qui a marqué des générations entières. On comprend aisément pourquoi. Le cadre tout d'abord: l'antarctique, désert de glace et d'isolation. Ensuite vient le sujet en lui même: un virus semble se propager au milieu d'une équipe de chercheurs. Un entité inconnue qui arrive à imiter sa cible et qui se révèle aussi difficile à déceler qu'à exterminer. Carpenter laisse un peu de côté l'horreur pure au profit d'une tension de tous les instants et d'un climat peu accueillant. Le comportement humain est le sujet du film même, et non pas la chose. Les instincts qui le pousse à se méfier de chacun de ses congénères et peut le mener aux pires extrêmes. Une métaphore de l'Homme et de son comportement en société, pour ainsi dire. Ou bien un métaphore du racisme dans toutes ses formes. On ne sait pas, Carpenter ne montre rien du doigt, et c'est là sa force. On peut éventuellement tiquer sur les scènes où la "bête" apparaît, peut être trop démonstratives. Mais on ne peut qu'être horrifié devant elle, malgré la modestie des moyens. Les acteurs campent tous sur leurs positions et on y croit. Un très bon film d'angoisse.
    romano31
    romano31

    Suivre son activité 141 abonnés Lire ses 1 003 critiques

    5,0
    Publiée le 12 juin 2017
    Film culte par excellence, The Thing est un must du genre. Sorti en 1982, je trouve qu'il n'a pas pris une ride. Le film est oppressant, on ne sait pas à qui faire confiance, la Chose est dégueulasse (le travail d'Albert Whitlock et de Rob Bottin sur les effets spéciaux et les maquillages est époustouflant), la réalisation de Carpenter est soignée et maîtrisée et la musique d'Ennio Morricone finit d'implanter cette ambiance on ne peut plus angoissante. Le suspense est vraiment total et Kurt Russell est tout simplement charismatique en chef de troupe. Bref, The Thing est une oeuvre magistrale, un chef-d'oeuvre du film fantastique et un des meilleurs films de Carpenter. Incontournable et culte.
    Appeal
    Appeal

    Suivre son activité 106 abonnés Lire ses 569 critiques

    3,5
    Publiée le 8 avril 2013
    Du statut de film culte, je ne retiens pas grand chose de The Thing, qui reste cependant assurément dans le haut du panier des films d'horreurs. La comparaison avec Alien est inévitable, par leurs sorties proches, et tant The Thing lui ressemble sur certains points de mise en forme : équipe, monstre inconnu, huis clos, conditions extrêmes, etc. Mais à ce jeu, j'ai trouvé The Thing moins efficace, moins passionnant, assez rarement flippant, parfois trop gore et cheap, là où une "bête" (même si ce n'est pas cela) cachée aurait était plus efficace à mon sens. Autre défaut, un rythme pas forcément bien tenu, sans pour autant que le film soit chiant. Mais The Thing reste dans le haut du panier pour des raisons assez simple. Une première raison tient des acteurs, Kurt Russel en tête, qui sont équilibrés. Il y a des tensions dans le groupe de chercheurs américains, mais ce n'est jamais pour de vils sujets, toujours en lien avec la Chose. D'ailleurs, le climat oppressant du "groupe" est sans doute l'un des meilleurs que j'ai vu au cinéma. Autre qualité, le faux huit-clos, imposé à cause des conditions extrêmes et de l'endroit reculé. La qualité principale du film est à mon sens le fait que le spectateur est maintenu dans la même ignorance que les protagonistes. On ne sait pas qui est infecté, on suspecte tour à tour tous les personnages, même le héros. La toute fin du film nous laisse encore dans cette ignorance, et c'est une bonne chose. On n'en sait pas plus que les personnages. La tension n'est donc pas une tension du "à quel moment ça va se passer?" mais c'est surtout de savoir qu'est-ce qui va se passer. Une attitude vraiment différente. Outre l'ignorance sur les infections, c'est même l'ignorance générale qui compte ici : on ne connait pas vraiment les personnages (on devine leur passé), ni vraiment pourquoi ils sont là; les norvégiens, en début de film, c'est l'inconnu total. Bref, on va de surprise en surprise, on ne sait pas vraiment ce qui va se passer : n'est-ce pas ça l'essence du film d'horreur? The Thing est efficace, malin sur de nombreux points, surtout il ne fait aucune erreur qu'on peut pointer. Mais il n'est pas pour autant surprenant. La musique d'Ennio Morricone n'a rien de géniale, cela aurait pu être Carpenter aux commandes qu'on aurait pas vu la différence. La photo est jolie surtout au début, après les effets spéciaux sont cheap. Il pose des questions essentielles, mais n'est jamais extraordinaire. Efficace tout de même.
    Sid Nitrik
    Sid Nitrik

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 313 critiques

    5,0
    Publiée le 25 février 2015
    Pilier du genre SF/Horreur, aux côtés des premiers volets d'Alien et de Predator, « The Thing » de John Carpenter est un quasi huis-clos suffocant où un groupe d'une expédition scientifique en Antarctique va devoir survivre aux éléments et à la folie qui les guette tout en affrontant une créature extra-terrestre diabolique et insaisissable. Car là où Carpenter fait très fort, dans ce qui restera Le chef d'oeuvre de sa carrière, c'est de rendre la Chose impalpable, invisible, presque fantomatique, moléculaire, alors qu'elle est bien présente, très hostile, et va envahir progressivement les têtes et un terrain glacial, isolé, mortel. Avec son sens aigu de la mise en scène, Big John livre un film à l'ambiance unique, aux effets gores réussis et aux décors parfaitement adaptés au contexte de mort latente. Emmené par un excellent Kurt Russell, dans un rôle badass et charismatique, Carpenter réalise plus qu'un simple remake du film de Nyby, il s'en détache, se l'approprie et le sublime, ce qui est assez rare dans ce type d'exercice. Tout simplement l'un des meilleurs films du genre.
    Attigus R. Rosh
    Attigus R. Rosh

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 76 critiques

    3,5
    Publiée le 21 novembre 2016
    The Thing est un film d'horreur pas mal. L'angoisse est bien présente. L'intrigue d'épouvante se double d'un récit presque policier (puisque la chose peut prendre l'apparence de n'importe qui) qui nous maintien très bien en haleine. Kurt Russell est bon, les autres acteurs sont bien aussi. Les effets spéciaux sont plutôt réussi et demeurent encore assez crédible (malgré un petit coup de vieux). Les métamorphoses de la chose sont toujours particulièrement terrifiantes. La musique d'Ennio Morricone, sans être spectaculaire, colle bien à l'atmosphère recherchée. Un bon film de la part de John Carpenter.
    Roger Cola
    Roger Cola

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 4 critiques

    5,0
    Publiée le 7 janvier 2017
    J'ai vu ce film à 13 ans, et je n'ai pas dormi pendant deux jours. J'avais même peur de sortir dehors la nuit pour fermer le portail. Mélange de huis-clos et de science-fiction d'horreur, le principe repose sur la confiance qui se dégrade entre les coéquipiers car chacun d'eux est susceptible de contenir la chose en lui. Ce film est aussi tendu qu'une corde à linge, on retient sa respiration tout du long. Les effets spéciaux sont accablants de réalisme et ces visions cauchemardesques de corps tordus dans tout les sens me restent en mémoire encore aujourd'hui ( spoiler: en particulier la célèbre scène où le ventre d'un mort s'ouvre pour arracher les bras du chirurgien ). Et là où brille le film, c'est que le monstre est une chose, elle peut être n'importe quoi et n'importe où (c'est d'ailleurs ce qui fait le génie de Carpenter: la peur vient d'un concept et non de l'être humain lui-même). Et bien évidemment, une bande-son mémorable, sobre et menaçante. Avec The Thing, "Big John" s'impose comme LA référence en matière d'horreur. Traumatisant.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top