L'Enfance d'Ivan
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   4,2 pour 197 notes dont 42 critiques  | 
  • 13 critiques     32%
  • 15 critiques     37%
  • 7 critiques     17%
  • 5 critiques     12%
  • 1 critique     2%
  • 0 critique     0%

42 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
Santu2b

60 abonnés | Lire ses 745 critiques |

  2 - Pas terrible

Réalisé en 1962, "L'Enfance d'Ivan" est le premier long-métrage d'un géant du septième art, Andreï Tarkovski. Film sorti dans un contexte très particulier, celui-ci narre l'histoire d'un gamin de douze ans, recruté au sein de l'armée soviétique, jurant de venger sa famille décimée par les nazis. Nazis qui, fait intéressant, ne sont que très rarement montrés formellement à l'écran, si ce n'est à la fin. Le résultat est moyen. Très admirée par Georges Sadoul, l'oeuvre possède en effet des qualités indéniables, même si en tant que premier film, il ne restera certainement pas parmi les meilleurs du cinéaste. La photographie est comme l'on pouvait s'y attendre, superbe, et reste probablement le point le plus fort de l'oeuvre. On y reconnait la patte du cinéaste, avec ses plans finement travaillés, cette remarquable occupation de l'espace, et bien sûr ce noir et blanc sublime. Les images mémorables seront de la partie, le metteur en scène se permettant en outre quelques mouvements virevoltants et autres séquences rêvées tout à fait charmantes. Après, il va sans dire que c'est clairement sur le fond que "L'Enfance d'Ivan" fait figure de moins bon Tarkovski. Son intrigue s'essouffle à mi-parcours, faute de rythme et plombée parfois d'enjeux totalement inutiles comme le triangle amoureux entre deux soldats et une infirmière. Prisonnier d'un contexte et d'une idéologie, l'auteur des "Solaris" et "Stalker" a donc ici du mal à se départir d'un certain patriotisme quelque peu poussé et à vrai dire méconnaissable. Loin d'être un mauvais film, il n'en demeure pas moins à des années lumière des sommités cinématographiques qu'il nous pondra par la suite.

NeoLain

98 abonnés | Lire ses 4282 critiques |

  4 - Très bien

Le premier long-métrage d'un réalisateur amateur russe qui dans la reconnaissance de la presse. Une reconnaissance qui en dira que des éloges. Andreï Tarkovski, retenait ce nom. Bijoux noir et blanc dramatique d'une guerre, un sentier, à son oeil. Voici donc, l'enfance détruite d'un petit garçon russe, Ivan en haine contre son ennemi, les allemands, durant la seconde guerre mondiale. Réalisation pointilleuse et captivante. Vous assisterez notamment à un superbe champ au milieu d'une forêt de bouleaux. Puis une fin qui déroute. Et entre l'année 55 et 62, L'Enfance d'Ivan est le film à voir avec Les sentiers de la gloire de Kubrick. Deux grands films.


Ancien utilisateur

  5 - Chef d'oeuvre

L'Enfance d'Ivan est le premier long-métrage de Andreï Tarkovski et il s'agit aussi selon moi du film idéal pour aborder l'incroyable oeuvre de ce réalisateur de génie. La première chose qui impressionne dans le film, c'est déjà son sujet. Le film se montre très critique envers l'Armée Rouge pendant la Seconde Guerre Mondiale (officiers désabusés, existence de dissension avec les Partisans, utilisation d'un enfant comme éclaireur...). Doit-on rappeler que nous sommes en 1962 en URSS ?! Tarkovski a eu la chance incroyable de réaliser son film au moment de la déstalinisation initiée par Khrouchtchev. Deuxième chose impressionnante : la beauté du film. CHAQUE plan, oui chaque plan dégage quelque chose de spécial, est soigné à l'extrême, c'est réellement impressionnant. Et surtout, au niveau du fond, L'Enfance d'Ivan contient déjà tous les thèmes qui sont chers au réalisateur : l'enfance (Nikolaï Bourliaïev qui joue Ivan est vraiment incroyable), les souvenirs, la nostalgie etc. Le personnage d'Ivan est vraiment très intéressant, c'est à la fois l'enfant tel qu'on le connait : innocent, joueur, aimant, parfois têtu mais toujours attachant... Mais cet enfant a aussi en lui un "monstre" qui sommeille. Ivan ne s'imagine pas ne pas faire la guerre. Il veut tuer les "méchants", ceux qui ont fait du mal à sa famille... Une enfance gâchée par cette guerre que beaucoup d'enfants ont du connaitre malheureusement... En somme, très belle dualité de l'enfant représentée dans ce film. Bref, regardez le, vous le ne regretterez pas si vous êtes un amoureux du cinéma ! :)

guy E.

1 abonné | Lire ses 51 critiques |

  3.5 - Bien

Dès son premier film, Tarkovski exprime ses qualités premières de cinéastes (qualités communes à l’école russe de cinéma) à savoir une maitrise totale de l’image en mouvement. L’image en mouvement étant l’essence même du cinéma par opposition à la photo, image fixe. On sait que, d’emblée, il sut s’entendre avec Youssof son chef opérateur : les prises de vue, l’éclairage sont soignées. La décoration se révèle en adéquation avec le but fixé par le cinéaste. Les transitions entre les plans sont réussies. Tout serait parfait sauf une chose : la conduite de la narration. Savoir agencer les scènes les unes après les autres en évitant à la fois le piège de la théâtralisation et celui du découpage façon chapitre de roman, voilà aussi le secret d’un film plaisant. Tarkovski cherche trop, dans ce premier film, l’esthétique de l’illustration. Il néglige le récit. Là où Chaplin, Hitchcock, Orson Welles, Fellini, Melville, le James Ivory des « vestiges du jour », excellent, il pêche. C’est dommage. Un Lounguine saura rester fidèle à l’esthétique tout en maitrisant le récit en particulier dans « l’île ». N.B. : Dans un entretien donné 30 ans après la sortie, Youssof rapporte qu’un seul plan lui prenait parfois une journée entière. Et des plans, il y en a des centaines dans un long métrage ! Quand on sait que les frères Dardenne réalisent leur film en un mois, cela vous donne une idée de leur absence totale de professionnalisme et la preuve qu’ils ne réalisent pas des films mais d’ignobles torchons que seuls des snobs ignares de l’art cinématographique osent primer dans cette foutaise qu’est le festival de Cannes.

jeyfr59

1 abonné | Lire ses 46 critiques |

  4.5 - Excellent

Ce film est décidemment étrange. Il faudrait presque le regarder à l'envers, s'il en perdrait tout son sens, il y gagnerait toute sa force. Assez rugueux et hermétique il se laisse regarder, trés beau, bien filmé, parfois il y a quelques longueurs oniriques... puis il y a la scène finale. Le film nous avait placé dans une langueur cotonneuse, et puis cette scéne nous fout une grande claque dans la tronche. Comme un détonateur qui ferait exploser le reste du film, qui sous des aspects de matiére quasi inerte se révele dés lors un dangereux explosif.

Terence B.

8 abonnés | Lire ses 154 critiques |

  4 - Très bien

Tarkovski est un fabuleux faiseur d’images. Il comprenait le sens du mot cinéma : "écrire avec la lumière".

http://lestempscritiques.wordpress.com/2013/02/...

samuel-fuller

0 abonné | Lire ses 129 critiques |

  3.5 - Bien

Une très belle mise n scène, des cadres soigné et une lumière merveilleuse... mais le film est un peu ennuyeux...

JeffPage

21 abonnés | Lire ses 531 critiques |

  4 - Très bien

Premier film d'Andreï Tarkovski, celui-ci nous propose de suivre l'histoire d'Ivan, un enfant éclaireur pour l'armée soviétiques durant la seconde guerre mondiale. Rempli de l'onirisme et du visuel très sombre typique du cinéma soviétiques, le film propose de nombreuses bonnes idées qui lui permet de faire oublier (en parti) un rythme assez lent. Cependant, cette lenteur est un atout lors des séquences poétiques du film, permettant d’apprécier chaque image, comme cette séquence d'ouverture absolument superbe. Au final, si l'on arrive à passer outre la lenteur générale, ce film est une merveille du cinéma soviétiques qui ouvre avec brio la carrière de ce génie du cinéma.

Uncertainregard

32 abonnés | Lire ses 888 critiques |

  5 - Chef d'oeuvre

Je suis fan absolu de Tarkovski que je considère vraiment comme l'un des plus grands réalisateurs de tout les temps et je me décide enfin à donner mes impressions sur ses oeuvres et quoi de mieux de les aborder dans l'ordre chronologique. La trentaine à peine passée, un court-métrage repéré, un film abandonné et une moitié de budget suffiront à lancer ce génie dans ce 1er long métrage sur un sujet sérieux et difficile, cher à la culture russe suite à la 2ème guerre mondiale: les enfants soldats. On sent le manque de moyens vu le peu de personnages et le peu de décors mais c'est incroyable ce qu'il a pu en tirer avec son équipe. Il s'entoure d'acteurs extraordinaires révélant le tout jeune et prodigieux Nicolai Bourliaiev d'une maturité déconcertante. Il cadre sans complexe un bout d'avion par ci, un bout de marais par là avec quelques pétards et un gros travail sur la lumière pour nous simuler la guerre. Mais le plus incroyable, c'est son imagination dans le camp où se déroule la plus grande partie de l'histoire et l'illustrations des visions du petit éclaireur. Il y a peu de réalisateurs capable d'une telle créativité et ayant vu l'ensemble de son oeuvre, je peux dire qu'il a absolument tout mis dans ce 1er chef d'oeuvre. Je ne saurai que recommandé à quiconque s'intéressant vraiment au cinéma de se lancer les yeux grands ouvert sur ces merveilles du 7ème art car on risque d'attendre longtemps voir ne plus jamais découvrir un tel talent...

Arthur de Bussy

24 abonnés | Lire ses 477 critiques |

  5 - Chef d'oeuvre

Pour ceux qui en doutaient encore, «L'Enfance d'Ivan» est la preuve incontestable du génie d'Andreï Tarkovski (je pèse mes mots). Son premier long métrage est déjà incroyablement beau, incroyablement subtil, incroyablement audacieux, incroyablement maîtrisé! Certes il comporte quelques maladresses, quelques rares défauts inhérents à toute oeuvre première, mais que sont-ils au regard des séquences époustouflantes qui parsèment tout le film? Il réussit à faire la synthèse de ses hautes influences (Dreyer, Dovjenko, l'expressionnisme, Bergman, Fellini, etc.) et proposer quelque chose d'absolument neuf et inédit, sans se faire écraser par ses maîtres! Sa personnalité qui cherche à s'exprimer par tous les moyens possibles transpire à chaque plan, le carcan que constitue la commande du film est dépassé de toutes parts par l'instinct artistique sans pareil de Tarkovski. Sérieusement il faut le voir pour le croire, «L'Enfance d'Ivan» déborde d'énergie et d'inspiration, d'idées cinématographiques sorties sans interruptions du cerveau du génial cinéaste. La symbolique est déjà bien riche, son art de la suggestion est déjà consommé, la narration déjà complexe,... «L'Enfance d'Ivan» annonce déjà les énormes chefs-d'oeuvre à venir, mais c'en est déjà un! Dès les premières minutes on est plongé dans l'inconscient d'Ivan, dans un des ses rêves heureux d'une enfance à jamais perdue. Que dire de sa mise en forme! 5 minutes que le film était commencé et j'étais bouche bée, estomaqué de constater que même le moins bon long métrage de Tarkovski, son « brouillon », était aussi exceptionnellement réussi et virtuose. N'importe quel cinéaste aurait tout donné pour réaliser un tel film, et dire que c'était juste un début! Quelle sensibilité nous est montrée! La beauté de la photographie, la qualité de la bande-son (étonnant de voir qu'à l'époque il maîtrisait même l'art difficile des sons!) ne sont rien face à la composition du plan, face à l'imagination débordante d'Andreï Tarkovski. Génial! [4/4] http://artetpoiesis.blogspot.fr/

Précédente Suivante

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Playlists
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #8 - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
Les 5 vidéos qu'il fallait voir cette semaine
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #5 - 5 courts métrages à déguster
Toutes les playlists
Dans l'ombre de Mary - La promesse de Walt Disney   4,4

De John Lee Hancock
Avec Tom Hanks, Emma Thompson
Biopic

12 Years a Slave   4,3

De Steve McQueen (II)
Avec Chiwetel Ejiofor, Michael Fassbender
Drame

De toutes nos forces   4,3

De Nils Tavernier
Avec Jacques Gamblin, Alexandra Lamy
Comédie dramatique

Tous les meilleurs films au ciné