Mon AlloCiné
Le Voyeur
note moyenne
3,9
533 notes dont 76 critiques
18% (14 critiques)
47% (36 critiques)
17% (13 critiques)
11% (8 critiques)
5% (4 critiques)
1% (1 critique)
Votre avis sur Le Voyeur ?

76 critiques spectateurs

Luc G.

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 97 critiques

4,0
Publiée le 05/12/2017
Un film concept sur le cinéma à travers une situation schizophrénique. Pris au premier degré, Le voyeur peut susciter la répugnance, comme ce fut le cas à sa sortie. Lorsqu’on l’analyse, on se laisse moins atteindre par la violence qu’y s’en dégage et on réalise à quel point il a de la matière. Mark Lewis a été un enfant dont le sentiment de protection a été trahi. Il n’a cessé depuis à chercher refuge dans l’objectif de sa caméra et dans sa tanière cinématographique. Sa vie sexuelle s’en voit refoulée. Lorsqu’il se retrouve devant une femme, il perd ses moyens. Il se masturbe en prenant des clichés de prostituées en tenue légère, jusqu’au jour où la pulsion se fait trop forte et que son fantasme pathologique l’appelle : Filmer la peur dans le visage de sa victime en avançant vers elle, une patte de trépied effilée en guise de phallus, et un miroir disposé pour qu’elle voit sa propre terreur juste avant d’être égorgée. Un orgasme simultané. Le personnage d’Helen qui cherche à le sauver en se faisant aimer de lui et sa mère aveugle qui saisit le trouble profond du voyeur par tous ses autres sens contribuent à l’intelligence scénaristique de l’œuvre. Il n’y a rien d’inutile dans Le voyeur. Chaque séquence, chaque réplique nourrissent le propos. La qualité du jeu des acteurs et de la direction photo passe pratiquement inaperçue à travers la parfaite architecture du scénario. La relation de Leo Marks et Michael Powell a mis au monde un personnage tourmenté, mais ô combien intéressant. Dommage qu’on ne l’ait pas reconnu de leur vivant !
Estonius

Suivre son activité 190 abonnés Lire ses 3 016 critiques

3,0
Publiée le 15/04/2017
Si l'histoire se tient (malgré une fin granguignolesque) et si la réalisation est très correcte (et même parfois très innovante), on regrettera le casting, dans lequel les deux principaux rôles peinent à être à la hauteur. L'ambiance fait penser à certains films de la Hammer ce qui constitue à la fois un compliment et un constat sur les limites du film.
Espace-Critique.fr

Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 244 critiques

4,0
Publiée le 29/07/2018
Très très belle découverte. Le sujet est glauquissime, mais le film échappe au sordide grâce au soin qu'il apporte à son atmosphère: mise en scène, lumière, décors, couleurs, tout est parfait. Esthétiquement, c'est un bonheur, et le scénario n'a finalement pas tellement vieilli non plus. Le film est sorti la même année que Psychose, mais son approche de la psychanalyse est beaucoup moins datée et maladroite que celle d'Hitchcock à mon avis. Aussi indispensable que Les Chaussons rouges.
Maitre Kurosawa

Suivre son activité 176 abonnés Lire ses 1 242 critiques

3,5
Publiée le 25/05/2017
La séquence d'ouverture du film est une des plus fortes : on y voit le tueur suivre une prostituée en la filmant. Mais l'objectif de la caméra, semblable à une cible, annonce le meurtre sanglant. L'acte filmique est donc un acte meurtrier, et le regard de Mark Lewis se substitue d'une manière forcément provocatrice à celui du cinéaste. On peut toutefois regretter que cet élan transgressif ne soit pas poursuivi sur la durée d'un long-métrage qui vaut surtout pour une photographie agressive, qui fait ressortir des couleurs dynamiques représentatives de l'esprit torturé du protagoniste masculin, indéniablement pervers mais aussi fragile et lucide. Le film, s'il paraît très vite abattre ses cartes, trouve une porte de sortie habile grâce à l'idée selon laquelle le tueur doit se nourrir de la peur de ses victimes pour les tuer, un acte nécessaire qui renvoie Mark à son passé où le père est à la fois le bourreau et le miroir d'un enfant qui devient à son tour le monstre. "Le Voyeur" est un film intéressant, voire passionnant par moments, mais dont on aurait aimé qu'il soit encore plus complexe, qu'il parvienne à trouver une forme vertigineuse à la hauteur de la psychologique de son personnage principal.
chrischambers86

Suivre son activité 1033 abonnés Lire ses 10 061 critiques

4,0
Publiée le 02/12/2009
Oeuvre impressionnante et glaciale de Michael Powell qui marqua plusieurs gènèrations de spectateurs - et de cinèastes, comme Scorsese et De Palma! Dans ce grand classique du cinèma d'èpouvante, Karl Boehm, qui rèussit une remarquable crèation, l'unique de sa carrière, est un personnage gentil, sensible, quoique renfermè! Voyeur très particulier puisqu'il doit s'emparer de ce qu'il voit en le filmant, bien sûr, en secret! Ce jeu de la camèra invisible fait de lui un assassin anxieux d'observer sur les traits de ses victimes la terreur èprouvèe face à la mort! On pourra s'ètonner du choix d'une histoire assez sordide qui èvoque les romans criminels d'Edgar Wallace, pimentèe de Private Jokes! Tout tourne autour de la scoptophilie ou Powell multiplie les clins d'oeil: lui-même joue le rôle du père indigne filmant les peurs d'un garçonnet (son propre fils dans la rèalitè)! Dècortiquè, sondè, le 7ème art apparaît comme pervers; il revoie à nos manques et fait de nous les victimes, donc des malades en puissance! Une rèfèrence où rarement une ètude clinique a ètè faite avec une telle acuitè, un tel savoir faire qui èlimine la gratuitè...
Raw Moon Show

Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 800 critiques

5,0
Publiée le 10/06/2014
Capter l'insondable, filmer l'impossible.... Michael Powell crée le papa du slasher, du film de serial killer mais pas seulement... Il est aussi avant l'heure l'ancêtre du Snuff, du Found Footage que sanctifiera Cannibal Holocaust puis tant d'autres... Car toutes ces bobines retrouvées après la mort du personnage principal constitueront la matière première et le plus beau prétexte à du Found Footage dans sa plus pure tradition. En cela,Le Voyeur est tout à la fois génial et précurseur. Michael Powell nous dit aussi qu'en tout voyeur sommeille un meurtrier en puissance et que pour devenir réalisateur il faut être ce meurtrier en puissance, ce tyran, ce voleur ou plus exactement ce violeur d'âmes... Le fait que les victimes ici soient des femmes et que l'arme du crime soit une caméra dans les mains d'un homme résume parfaitement cette dialectique (éminemment sexuelle). Il a souvent été constaté au contact des civilisations autochtones d'Amazonie ou des confins de l'Afrique (les Pygmées d'Afrique Centrale) un réflexe de peur et de repli à l'idée d'être pris en photo. En y mettant des mots, il y avait l'angoisse que l'appareil ne vole, ne suce les âmes (la photo comme sa propre image hors de soi, dépossédée), ... La vérité se niche souvent dans ces intuitions premières. Ces hommes avaient tout compris à cette étrange intrusion qui peut s'avérer terriblement mortifère... Le Voyeur est donc un monument du 7ème art, la pierre angulaire d'un genre (le film d'horreur) et surtout une des plus grandes réflexions qui soient sur la création d'images d'éternité et le chemin forcément douloureux, chaotique, parfois meurtrier que cet accouchement impliique...
stebbins

Suivre son activité 298 abonnés Lire ses 1 783 critiques

2,0
Publiée le 11/01/2012
Inégal et surestimé. Michael Powell envisage l'acte filmique comme la pulsion meutrière ultime : idée a priori miraculeuse pour le cinéma, Art du regard par excellence... Pourtant le visionnage de ce Peeping Tom suffit à rajeunir de 30 ans le plus poussiéreux des films d'Alfred Hitchcock tant sa désuétude confine à la plus plate des platitudes. Mollement filmé, plutôt mal joué, démonstratif et guindé de part et d'autres Peeping Tom aimerait en imposer de ses jolies couleurs et de ses mouvements de caméra fluides et décomposés : cela provoque surtout beaucoup d'indifférence, le film de Powell souffrant d'un scénario superficiel - bien qu'original, pour tenter de faire la part des choses - et peu équilibré dans ses parties, faute à un scripte parfois expéditif voire creux. Il y a bien quelques vrais éclats de cinéma ( la séquence de danse, le traitement du personnage de la vieille aveugle... ) mais ça reste terriblement anecdotique dans son ensemble. Loin d'être nul mais tout de même gratifié d'une réputation pas mal démesurée...
Maqroll

Suivre son activité 70 abonnés Lire ses 1 123 critiques

4,0
Publiée le 15/03/2010
Réflexion vertigineuse sur la fonction de cinéaste, Le Voyeur est un film clé dans l’œuvre de Michael Powell puisqu’il permet à l’auteur une réflexion sur son métier à travers un perpétuel jeu de miroir (celui qui filme celui qui est en train de le filmer). La mort est au rendez-vous de ce jeu pervers qui finira comme de juste par se retourner contre son initiateur. Un beau film à qui il manque un toutefois peu de souffle et d’émotion pour être un chef-d’œuvre. Il lui manque aussi une interprétation à la hauteur, Karlheinz Böhm dans le rôle du héros étant un peu fade et Anna Massey, dans celui de la dame des ses pensées, parfaitement insignifiante. Mais techniquement, comme toujours, c’est superbement fait avec la patte prodigieuse de Michael Powell dans une mise en scène étincelante.
pierrre s.

Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 2 314 critiques

3,0
Publiée le 19/04/2017
De belles choses, dans la réalisation surtout, mais des longueurs et les acteurs ne sont pas toujours très convaincants. Une mise en abyme qui avait du potentiel mais qui nous laisse sur notre faim.
Hotinhere

Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 1 527 critiques

4,0
Publiée le 16/05/2013
Un film mythique qui coûta sa carrière à Michael Powell, dans lequel on plonge au plus profond du cerveau d’un fou. Terrifiant.
Louis Morel

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 850 critiques

4,5
Publiée le 11/02/2013
Un film perturbant sur la perversité, qui remet le point de vue du spectateur en question... Des vrais questions de cinéma sont abordée dans ce chef-d'oeuvre aussi terrifiant que dérangeant.
belo28

Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 1 106 critiques

5,0
Publiée le 23/09/2010
Un film peu connu et cependant assez incroyable. L'anglais Hitchcock qui fit presque la même chose la même année ne reçut pas l'acceuil glaciale de celui ci!!! Il faut reconnaitre qu'adopter le point de vue du tueur était à l'époque un peu trop révolutionnaire. Doublé d'une unhappy end! Et en prime une rélfexion sur le cinéma!
yellowrider

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 23 critiques

4,0
Publiée le 13/04/2010
Bon film, du suspense et une ambiance malsaine
Henrico

Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 895 critiques

1,0
Publiée le 14/09/2009
Plusieurs plans de ce film de Michael Powell sont extrêmement astucieux. Hélas, plusieurs scènes trop longues, et distillant trop de détails visuels et dramatiques, insuffisamment exploités par la suite, font qu’on sent le danger présent, mais jamais effrayant. Et en l’absence d’un suspense véritable, on s’ennuie ferme. Une qualité de ce film reste cependant certaine : l’excellence de l’interprétation de Karlheinz Böhm.
ferdinand75

Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 2 659 critiques

2,5
Publiée le 25/05/2009
Un bon film au suspens bien mis en scène. On est proche du cinéma Hitchockien, avec une montée en puissance de l'angoisse et de la peur. L'image est belle et les couleurs sur-exposées sont intéressantes..Le scénario est bien conçu. Mais ce n'est pas non plus le "chef d'oeuvre " que certain y voit. Ce fut un des premiers films à mélanger sadisme , voyeurisme, et meurtre, Il se peut qu'il ait inspiré de futurs réalisateurs, mais en même temps le film a un peu vieillit et révèle quelques faiblesses. Les acteurs sont très bons . Un bon film original et rare.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top