Mon AlloCiné
    Le Voyeur
    note moyenne
    3,9
    545 notes dont 75 critiques
    17% (13 critiques)
    45% (34 critiques)
    21% (16 critiques)
    11% (8 critiques)
    4% (3 critiques)
    1% (1 critique)
    Votre avis sur Le Voyeur ?

    75 critiques spectateurs

    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 6 décembre 2017
    Un film concept sur le cinéma à travers une situation schizophrénique. Pris au premier degré, Le voyeur peut susciter la répugnance, comme ce fut le cas à sa sortie. Lorsqu’on l’analyse, on se laisse moins atteindre par la violence qu’y s’en dégage et on réalise à quel point il a de la matière. Mark Lewis a été un enfant dont le sentiment de protection a été trahi. Il n’a cessé depuis à chercher refuge dans l’objectif de sa caméra et dans sa tanière cinématographique. Sa vie sexuelle s’en voit refoulée. Lorsqu’il se retrouve devant une femme, il perd ses moyens. Il se masturbe en prenant des clichés de prostituées en tenue légère, jusqu’au jour où la pulsion se fait trop forte et que son fantasme pathologique l’appelle : Filmer la peur dans le visage de sa victime en avançant vers elle, une patte de trépied effilée en guise de phallus, et un miroir disposé pour qu’elle voit sa propre terreur juste avant d’être égorgée. Un orgasme simultané. Le personnage d’Helen qui cherche à le sauver en se faisant aimer de lui et sa mère aveugle qui saisit le trouble profond du voyeur par tous ses autres sens contribuent à l’intelligence scénaristique de l’œuvre. Il n’y a rien d’inutile dans Le voyeur. Chaque séquence, chaque réplique nourrissent le propos. La qualité du jeu des acteurs et de la direction photo passe pratiquement inaperçue à travers la parfaite architecture du scénario. La relation de Leo Marks et Michael Powell a mis au monde un personnage tourmenté, mais ô combien intéressant. Dommage qu’on ne l’ait pas reconnu de leur vivant !
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 224 abonnés Lire ses 359 critiques

    3,5
    Publiée le 25 mai 2017
    La séquence d'ouverture du film est une des plus fortes : on y voit le tueur suivre une prostituée en la filmant. Mais l'objectif de la caméra, semblable à une cible, annonce le meurtre sanglant. L'acte filmique est donc un acte meurtrier, et le regard de Mark Lewis se substitue d'une manière forcément provocatrice à celui du cinéaste. On peut toutefois regretter que cet élan transgressif ne soit pas poursuivi sur la durée d'un long-métrage qui vaut surtout pour une photographie agressive, qui fait ressortir des couleurs dynamiques représentatives de l'esprit torturé du protagoniste masculin, indéniablement pervers mais aussi fragile et lucide. Le film, s'il paraît très vite abattre ses cartes, trouve une porte de sortie habile grâce à l'idée selon laquelle le tueur doit se nourrir de la peur de ses victimes pour les tuer, un acte nécessaire qui renvoie Mark à son passé où le père est à la fois le bourreau et le miroir d'un enfant qui devient à son tour le monstre. "Le Voyeur" est un film intéressant, voire passionnant par moments, mais dont on aurait aimé qu'il soit encore plus complexe, qu'il parvienne à trouver une forme vertigineuse à la hauteur de la psychologique de son personnage principal.
    Hugo.Mattias
    Hugo.Mattias

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 15 critiques

    4,0
    Publiée le 29 juillet 2018
    Très très belle découverte. Le sujet est glauquissime, mais le film échappe au sordide grâce au soin qu'il apporte à son atmosphère: mise en scène, lumière, décors, couleurs, tout est parfait. Esthétiquement, c'est un bonheur, et le scénario n'a finalement pas tellement vieilli non plus. Le film est sorti la même année que Psychose, mais son approche de la psychanalyse est beaucoup moins datée et maladroite que celle d'Hitchcock à mon avis. Aussi indispensable que Les Chaussons rouges.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 229 abonnés Lire ses 1 036 critiques

    3,0
    Publiée le 15 avril 2017
    Si l'histoire se tient (malgré une fin granguignolesque) et si la réalisation est très correcte (et même parfois très innovante), on regrettera le casting, dans lequel les deux principaux rôles peinent à être à la hauteur. L'ambiance fait penser à certains films de la Hammer ce qui constitue à la fois un compliment et un constat sur les limites du film.
    Raw Moon Show
    Raw Moon Show

    Suivre son activité 84 abonnés Lire ses 536 critiques

    5,0
    Publiée le 11 juin 2014
    Capter l'insondable, filmer l'impossible.... Michael Powell crée le papa du slasher, du film de serial killer mais pas seulement... Il est aussi avant l'heure l'ancêtre du Snuff, du Found Footage que sanctifiera Cannibal Holocaust puis tant d'autres... Car toutes ces bobines retrouvées après la mort du personnage principal constitueront la matière première et le plus beau prétexte à du Found Footage dans sa plus pure tradition. En cela,Le Voyeur est tout à la fois génial et précurseur. Michael Powell nous dit aussi qu'en tout voyeur sommeille un meurtrier en puissance et que pour devenir réalisateur il faut être ce meurtrier en puissance, ce tyran, ce voleur ou plus exactement ce violeur d'âmes... Le fait que les victimes ici soient des femmes et que l'arme du crime soit une caméra dans les mains d'un homme résume parfaitement cette dialectique (éminemment sexuelle). Il a souvent été constaté au contact des civilisations autochtones d'Amazonie ou des confins de l'Afrique (les Pygmées d'Afrique Centrale) un réflexe de peur et de repli à l'idée d'être pris en photo. En y mettant des mots, il y avait l'angoisse que l'appareil ne vole, ne suce les âmes (la photo comme sa propre image hors de soi, dépossédée), ... La vérité se niche souvent dans ces intuitions premières. Ces hommes avaient tout compris à cette étrange intrusion qui peut s'avérer terriblement mortifère... Le Voyeur est donc un monument du 7ème art, la pierre angulaire d'un genre (le film d'horreur) et surtout une des plus grandes réflexions qui soient sur la création d'images d'éternité et le chemin forcément douloureux, chaotique, parfois meurtrier que cet accouchement impliique...
    Maqroll
    Maqroll

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 1 123 critiques

    4,0
    Publiée le 11 août 2010
    Réflexion vertigineuse sur la fonction de cinéaste, Le Voyeur est un film clé dans l’œuvre de Michael Powell puisqu’il permet à l’auteur une réflexion sur son métier à travers un perpétuel jeu de miroir (celui qui filme celui qui est en train de le filmer). La mort est au rendez-vous de ce jeu pervers qui finira comme de juste par se retourner contre son initiateur. Un beau film à qui il manque un toutefois peu de souffle et d’émotion pour être un chef-d’œuvre. Il lui manque aussi une interprétation à la hauteur, Karlheinz Böhm dans le rôle du héros étant un peu fade et Anna Massey, dans celui de la dame des ses pensées, parfaitement insignifiante. Mais techniquement, comme toujours, c’est superbement fait avec la patte prodigieuse de Michael Powell dans une mise en scène étincelante.
    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 315 abonnés Lire ses 1 746 critiques

    2,0
    Publiée le 11 janvier 2012
    Inégal et surestimé. Michael Powell envisage l'acte filmique comme la pulsion meutrière ultime : idée a priori miraculeuse pour le cinéma, Art du regard par excellence... Pourtant le visionnage de ce Peeping Tom suffit à rajeunir de 30 ans le plus poussiéreux des films d'Alfred Hitchcock tant sa désuétude confine à la plus plate des platitudes. Mollement filmé, plutôt mal joué, démonstratif et guindé de part et d'autres Peeping Tom aimerait en imposer de ses jolies couleurs et de ses mouvements de caméra fluides et décomposés : cela provoque surtout beaucoup d'indifférence, le film de Powell souffrant d'un scénario superficiel - bien qu'original, pour tenter de faire la part des choses - et peu équilibré dans ses parties, faute à un scripte parfois expéditif voire creux. Il y a bien quelques vrais éclats de cinéma ( la séquence de danse, le traitement du personnage de la vieille aveugle... ) mais ça reste terriblement anecdotique dans son ensemble. Loin d'être nul mais tout de même gratifié d'une réputation pas mal démesurée...
    scorsesejunior54
    scorsesejunior54

    Suivre son activité 110 abonnés Lire ses 694 critiques

    1,0
    Publiée le 28 avril 2009
    Un des plus grands films de l'histoire du cinéma, et patati et patata... Les gens n'en ont pas marre de répéter comme des moutons ce qu'on leur a enseigné (une fois de plus) ? Certes, "Le Voyeur" eut en son temps une influence considérable ; cela n'en fait pas pour autant un classique incontournable à plébisciter encore aujourd'hui. "Moderne pour son époque", "révolutionnaire" même à en croire les plus élogieux... Mouais... Le cul entre deux chaises, coincé entre deux époques parmi lesquelles il ne peut choisir, incapacité d'affirmer son identité, frilosité, là d'accord ! Pour un film de la fin des années 50 (1960 en fait) et comparé à un système Hollywoodien alors à bout de souffle, on sort évidemment des bleuettes traditionnelles conformistes et moralistes. Néanmoins, le fait de ne pas oser clairement se démarquer d'un classicisme pompeux qu'il semble admirer plonge le film de Michael Powell (un Britannique, entendons-nous bien) dans l'impersonnalité la plus probante. Que faire ? Tendre un bras d'honneur à une forme stylistique passée et obsolète ? Oh, non mon dieu, quelle injure ! Pourtant, elle est nulle et ennuyeuse alors tentons d'y apporter un peu de sang neuf (mais pas trop). Contrairement à d'autres oeuvres de la même époque (lorsque Bergman, Antonioni, Godard ou Fellini s'imposaient avec un regard neuf sur l'art), "Le Voyeur" ne sait pas où donner de la tête. Coincé, incapable de faire des choix radicaux, il semble bien naïf, tiraillé entre son propos intéressant (bien que guère développé, enfin pas autrement que par l'intermédiaire d'un thriller improbable et risible) et sa forme ringarde, pleine de formalisme et d'obéissance pour des conventions qui n'avaient plus lieu d'être. Ohlala quelles belles couleurs, c'est l'influence de l'expressionnisme ! Quelle application, comme tout cela est méticuleux ! Tu parles, c'est surtout la preuve que Powell n'avait pas su évoluer convenablement et s'était finalement arrêté à l'usine à rêves et au "Magicien d'Oz"...
    Antoine Renaud
    Antoine Renaud

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 505 critiques

    0,5
    Publiée le 24 août 2008
    Un films aux critiques de presses dithyrambiques... "Le voyeur" de Powell laisse pourtant de marbre en raison de son flagrant ennui durant tout le film... Même si l'étrange atmosphère est parfaitement maîtrisée, le film n'en reste pas moins dénué d'intérêt cinématographique... Sans pour autant être un navet, "le voyeur" a, semble-t-il, fasciné les plus grands, dont l'immense Scorsese... L'on va donc se remettre à la citation: "Chacun ses goûts"...
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 224 abonnés Lire ses 4 838 critiques

    4,0
    Publiée le 6 avril 2014
    Si Le Voyeur avec le temps a perdu son côté malsain et dérangeant il n'en reste pas moins un excellent film sur la scopophilie (mot que j'ai appris en regardant le film) ; Karlheinz Böhm (très loin ici de son personnage de l'empereur François Joseph de la série des Sissi) est remarquable dans la peau de cet inquiétant voyeur qui passe au meurtre et malgré son loisir particuliers on ne parvient pas à détester ce personnage. Un thriller fascinant.
    max6m
    max6m

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 180 critiques

    5,0
    Publiée le 9 janvier 2007
    Ce film est indiscutablement un film important dans l'histoire du cinéma, résumant ce que tant de metteurs en scène ont essayé et essaient toujours de faire. Comme toujours chez Powell, le film est visuellement d'excellente qualité, avec un rendu des couleurs parfait. Si le propos ne choquera sûremment personne aujourd'hui comme ce fut le cas à sa sortie, il n'en a pas pour autant perdu son impact et son intérêt, résidant en grande partie dans la position que Powell prend par rapport à son personnage. Dès la première scène (magistrale au passage), nous nous trouvons à la place du tueur, nous voyons ce qu'il voit, créant ainsi une certaine connivence avec lui, que nous ne quitterons plus de tout le film. Et c'est justement cette empathie dont nous faisons preuve à son égard qui dérange (cela n'est pas sans rappeler le célèbre tueur d'enfants de Fritz Lang). C'est également un grand film de cinéaste sur le cinéma qui ravira tout cinéphile. Un chef d'oeuvre aux origines du cinéma fantastique, trop longtemps oublié.
    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 1 283 critiques

    4,0
    Publiée le 15 mai 2013
    Un film mythique qui coûta sa carrière à Michael Powell, dans lequel on plonge au plus profond du cerveau d’un fou. Terrifiant.
    Henrico
    Henrico

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 595 critiques

    1,0
    Publiée le 14 septembre 2009
    Plusieurs plans de ce film de Michael Powell sont extrêmement astucieux. Hélas, plusieurs scènes trop longues, et distillant trop de détails visuels et dramatiques, insuffisamment exploités par la suite, font qu’on sent le danger présent, mais jamais effrayant. Et en l’absence d’un suspense véritable, on s’ennuie ferme. Une qualité de ce film reste cependant certaine : l’excellence de l’interprétation de Karlheinz Böhm.
    yellowrider
    yellowrider

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 23 critiques

    4,0
    Publiée le 12 avril 2010
    Bon film, du suspense et une ambiance malsaine
    Louis Morel
    Louis Morel

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 833 critiques

    4,5
    Publiée le 11 février 2013
    Un film perturbant sur la perversité, qui remet le point de vue du spectateur en question... Des vrais questions de cinéma sont abordée dans ce chef-d'oeuvre aussi terrifiant que dérangeant.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top