Mon AlloCiné
Nue Propriété
note moyenne
2,5
314 notes dont 66 critiques
18% (12 critiques)
35% (23 critiques)
11% (7 critiques)
21% (14 critiques)
14% (9 critiques)
2% (1 critique)
Votre avis sur Nue Propriété ?

66 critiques spectateurs

ffred

Suivre son activité 293 abonnés Lire ses 2 990 critiques

3,0
Publiée le 21/02/2016
Deux ans avant Elève libre, Joachim Lafosse réalisait ce Nue Propriété, son deuxième film. Pas son meilleur mais une excellente direction d'acteur. Isabelle Huppert toujours parfaite, et dans le rôle de ces fils jumeaux les deux frères belges Jérémie et Yannick (qui sera dans quasi tous les films du réalisateur par la suite) Rénier. Un bon moment rien que pour eux trois.
Marc Taton (Belgique)

Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 478 critiques

2,5
Publiée le 28/05/2013
Un film de Joachim Lafosse en mode mineur. Nue propriété est un film d'auteur, mais film d'auteur ne doit pas forcément être synonyme d'ennui, et ici l'ennui est bien au rendez-vous tout le long du film. Le jeu des acteurs est bon (heureusement), l'histoire est très (trop) réaliste et tiens en 2 lignes. On ne s'attache à aucun des protagonistes qui semblent tous..Incolores. Un 5/10 pour le jeu et pour les quelque rares moments intéressants, c'est bien payé... Le cinéma Belge nous habitue généralement à mieux.
RENGER

Suivre son activité 313 abonnés Lire ses 5 433 critiques

2,0
Publiée le 10/02/2011
Troisième long-métrage pour le cinéaste belge qui réalise ici un drame familiale semi-autobriographique, dans lequel deux frères jumeaux se déchirent littéralement à partir du jour où ils apprennent que leur mère va se séparer de la maison familiale. Leur relation fusionnel va alors se transformer en une guerre fratricide où le cadet va s'en prendre violemment à sa mère, l'accusant de tous les maux, l'accablant d'injures lorsqu'elle leur annonce qu'elle souhaite s'émanciper et qu'ils vont devoir vivre leur vie d'adulte. L'originalité de ce drame, c'est qu'il réunit deux frères, l'un plus connu que l'autre (en France), il s'agit de Jérémie & Yannick Renier, tous deux donnant formidablement la réplique Isabelle Huppert (toujours aussi imperturbable et fascinante). Nue Propriété (2007) nous offre une relation triangulaire conflictuelle, parfaitement maîtrisée du début à la fin, ce qui est très prometteur pour les prochaines réalisations de Joachim Lafosse.
lamegliogioventu

Suivre son activité Lire ses 13 critiques

1,0
Publiée le 17/09/2009
Quand parfois même dans le cinéma il y a des blancs...ces aiguilles du temps qui passent à une vitesse ralentie, une platitude qui dope le baillement... Ce qui devient nu (quand ce n'est pas Jeremie Regnier) ce n'est plus la propriétée mais la profondeur des personnages, lorsqu'il ne se cache pas grand chose derrière le vide du scénario, trop dépouillé là où il n'y a rien à inventer si ce n'est le peu qu'on a deja.... Tout s'avère survolé, trop suggéré, même l'histoire...ET lorsque le final nous fait prendre la fuite, l'on réalise que le film n'a pas encore décollé ! Sans doute a – t-il voulu montrer combien nos rapports à la propriété (qu'elle soit matérielle ou émotionnelle) peuvent virer maladifs pour peu qu'aucune limite ne nous ait été fixée... Mais en définitif, on retient seulement l'alchimie entre les deux générations et entre les frêres Régnier... déjà pas mal, mais pas assez, tout reste en surface dans cette montée progressive de la tension familiale...
keating

Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 650 critiques

4,0
Publiée le 25/01/2009
Joachim Lafosse, grand espoir du cinéma belge, est devenu reconnu à l'étranger par ce "nue propriété" présenté et apprécié dans divers festivals. Ce long métrage prend pour personnages principaux deux frères jumeaux jeunes adultes réunis autour d'une mère les élevant seule. La famille est au centre du récit, ainsi que l'élément important de la maison. A première vue, Lafosse utilise les procédés habituels du cinéma réaliste, un style presque obligatoire avec le peu de moyens du cinéma belge. On a donc droit aux plans séquences qui s'étirent en longueur et un rythme particulièrement lent, sans musique ou presque. Le styles des frères Dardennes, par exemple (que je respecte mais auquel je n'adhère pas réellement). Mais la grande différence, c'est que le jeune Joachim a eu l'idée de marier sa mise en scène avec le scénario. Les plans séquences permettent donc d'installer une ambiance de huis clos, comme si le cadre représentait cette maison qui enferme les personnages. D'ailleurs aucun d'entre eux ne sort du champ sans qu'il le décide volontairement en faisant un mouvement vers l'extérieur. La place des personnages dans le cadre est fondamentale, surtout lorsqu'il s'agit de scènes de conflits. Et pour la même raison, la performance des acteurs est ultra importante dans la réussite du film. Jérémie et Yannick Rénier, frères à l'écran comme dans la vie, parviennent à aller aux bouts de leurs limites avec un talent assez boulversant. L'alchimie entre eux est d'une intensité rare. Autours d'eux arrive la mère, une Isabelle Huppert très juste même si parfois effacée. Plus les plans se prolongent, et plus les acteurs vont loin dans la profondeur dramatique. Le scénario est très efficace avec des thèmes touchants comme la difficulté pour les fils d'accepter le beau-père. Difficile de ne pas parler de la remarquable parabole sur le conflit entre wallons et flamands. En bref, un film très riche que ce "nue propriété", et un réalisateur à suivre sans hésiter !
neonbible

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 23 critiques

1,0
Publiée le 15/08/2008
Nue propriété est un film lent et sans intérêt. Il n'y a pas grand chose pour sauver le film du naufrage...
Florent T

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 1 434 critiques

2,5
Publiée le 11/04/2008
Un film très réaliste, peut-être trop même. L'histoire est poignante et le jeu des acteurs est bon mais le film est sans rythme. Dommage car la relation des deux frères jumeaux est parfaitement exploitée mais il manque quelque chose. En un mot : FRUSTRANT.
Alexnirom

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 179 critiques

2,5
Publiée le 20/02/2008
Pascale, divorcée et fachée avec son ancien mari, vit dans la grande maison de campagne de la famille avec ses deux fils, Thierry et François, des faux jumeaux très proches l'un de l'autre. Mais Pascale rêve d'autre chose, notamment de créer une sorte de gite avec son amant, dont elle n'a encore pas parlé à ses enfants, et pour cela elle doit vendre la maison. Cette maison, c'est toute l'enfance de ses fils, une enfance dont ils ne sont pas encore sortis (leurs jeux videos; leurs jeux dans les champs, les bains ensemble). Si Thierry semble vouloir couper le cordon avec sa mère et se distinguer de son frère (par les études, sa relation amoureuse), François, plus sensible, reste auprès d'elle. Dès lors que Pascale dévoile ses projets, thierry s'oppose violemment à elle et se crée alors une cassure avec son jumeau. La mère (Isabelle Huppert, toujours aussi parfaite quel que soit le rôle) est dilettante, un peu à l'ouest, dominée par des fils aimant mais pas forcément conscients des privilèges dont ils bénéficient. On ne les voit jamais aider à la maison, toujours en train de s'amuser, de délirer et leur complicité fait grand plaisir à voir, ainsi qu'à leur mère, plutôt grande soeur qu'autre chose au début. Et puis vient la cassure. Quand la mère parle de vendre, quand elle présente un amant un peu trop mal venu.... l'innocence du trio se brise et le plus teigneux des trois (Jérémie Renier) s'insurge, s'oppose à cette mère qu'il traite de "pute", qu'il accuse de profiter de l'argent d'un père parti refaire sa vie. Elle n'a aucun droit sur la maison. Le conflit mère/fils puis des deux frères va conduire au drame inévitable.... Un beau film, d'abord tendre et joli devant la complicité des deux frangins, puis sec, dur, mettant mal à l'aise...
sunsetbld

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 179 critiques

4,0
Publiée le 04/11/2007
Abel et Caïn. Si certains noms avaient déjà marqué de leur empreinte le septième art belge, tels que André Delvaux ("Un soir... un train"), Chantal Akerman ("Golden eighties") ou Marion Hansel ("Dust"); sa renommée mondiale commence véritablement au début des années nonantes... Les maintes déclarations de sa plus belle histoire d'amour ont eu lieu dans la grande salle du Palais des festivals de Cannes, la ville de son coeur, avec l'annonce officielle d'une Caméra d'Or ("Toto le héros" de Jaco van Dormael) et de deux Palmes d'Or pour les frères Dardenne. Sans oublier la naissance du film culte "C'est arrivé près de chez vous", qui a révélé l'irrésistible Benoît Poelvoorde. Avec "Nue propriété", un nouveau talent (dont on va très vite reparler) est né, Joachim Lafosse. La maîtrise de ce jeune réalisateur belge, tant visuelle que scénaristique, est impressionnante de maturité. Des jumeaux (des faux), les frères (des vrais) Renier, vivent avec leur mère divorcée (Isabelle Huppert). A un âge où elle veut se reconstruire (professionnellement et sentimentalement), tous ses plans sont stoppés net par l'égoïsme et l'assistanat de ses deux grands fils (qui ont cessé de grandir trop tôt). Lorsqu'elle annonce la vente du domaine familial, à la compréhension de François (Yannick Renier) répond la vanité et la rage de Thierry (un fabuleux Jérémie Renier en chien fou)... Lafosse filme l'imposante propriété brabançonne comme un personnage à part entière. Entre ses murs, le drame se précise au fil du récit jusqu'à l'irréparable. Justesse des mots, authenticité des situations; ce drame psychologique fait penser aux meilleurs crus de Chabrol, d'autant plus que Isabelle Huppert (une habituée du cinéaste français) est l'actrice principale de ce huis clos implacable...
Mykelti_BuBba

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 110 critiques

4,0
Publiée le 30/04/2007
Joachim Lafosse nous présente avec pudeur, simplicité et beaucoup d'intelligence une histoire conflictuelle entre une mère, son fils, et son fils. Des relations bien trop fusionnelles s'établissent entre les trois personnages principaux (par ailleurs magnifiquement interprétés). Avec une mise en scène qui suggère plus qu'elle ne dévoile, de bons dialogues (notons la réplique de Pascale, qui demande à Thierry et Jan en pleine altercation, de manger, parce que sinon "ça va refroidir"), voilà un film non dénué d'humour (dans sa première partie du moins) qui aborde finement les thèmes de la fraternité, de la démesure en amour, des rapports de domination mère/enfant. On pourrait en revanche lui reprocher une conclusion un brin convenue. Captivant quoiqu'il en soit.
nougiat

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 220 critiques

5,0
Publiée le 19/03/2007
Une grande maison isolée dans la campagne belge. Une mère divorcée trop aimante. Ses deux grands fils qui ne grandissent pas. Le piège se referme, et le drame éclate. C'est un huis clos froid, sombre et déjanté qui se déroule sous nos yeux: la tension monte petit à petit pour atteindre l'irrémédiable. Isabelle Huppert, une fois de plus, est surprenante. Les frères Rénier parfaits (surtout Jérémy - son rôle étant le plus impressionant, le plus détestable aussi). Belle réalisation également, avec des plans très étudiés; le final est digne des meilleurs Chabrol. Une belle surpise, donc, à voir.
aaber

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 374 critiques

4,0
Publiée le 06/03/2007
Dès le presque début, je n'ai eu qu'une envie, celle de rentrer dans le film, et de leur claquer à tous leurs petites gueules, sans en oublier un, la mère, les gosses (?!), le père, le voisin amant ! Juste pour les secouer et les mettre face à leurs envies, leurs responsabilités, leurs vies ! Même les scènes de repas, répétitives, ont réussies à m'horripiler, mais quel premier film ! Chaudement recommandé !
caroleparis

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 361 critiques

1,0
Publiée le 03/03/2007
Huis clos familial fort en tension entre une mère et ses deux fils. L'équilibre précaire va exploser lorsque la mère décide de vendre la maison et ainsi de rompre le cordon familial. Sujet ténu qui aurait dû faire seulement l'objet d'un court métrage...le début est intéressant, les dialogues travaillés, les scènes quotidiennes très justes, les acteurs engagés...mais ensuite on s'ennuie ferme d'autant plus que le rôle mère/fils ne marche pas très bien à mon goût avec Isabelle Huppert qui ressemble plus à leur soeur. Parallèlement, Patrick Descamps, qui joue le père, est tout en justesse. Cet acteur belge formidable éclairait déjà "La raison du plus faible" de Belvaux. Le film ne semble vouloir commencer qu'à la fin, quand il y a enfin de l'action. Bref erreur de mise en scène scolaire, ce n'est pas parce qu'un contexte est dépouillé (4 personnes de la famille) qu'il faut filmer au rythme du quotidien! En option, pour les inconditionnels d'Huppert.
dura-lexx

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 205 critiques

4,0
Publiée le 28/02/2007
Une famille se disloque peu à peu sous nos yeux lorsque la mère évoque l'idée de vendre la maison familiale. La jolie complicité des deux frères jumeaux (excellente prestation des frères Rénier) se transforme peu à peu en violence et en haine. Isabelle Huppert incarne magnifiquement cette mère un peu perdue, qui pense avoir une certaine autorité sur ses fils bien qu'elle y ait au fond renoncé, et qui voit peu à peu toute emprise lui échapper sur ce qui l'entoure, ses enfants, sa maison, sa vie amoureuse. Joachim Lafosse film ces évènements avec un dépouillement, une retenue calculés qui forcent l'admiration, en longs plans fixes récurrents (les canapés du salon, la table de la cuisine) qui expriment tant sans presque rien dire. La dernière séquence de ce point de vue est tout simplement magistrale. Un mardi soir à 22h dans une salle parisienne du boulevard Montparnasse, j'etais le seul spectateur. Quelle tristesse ! Ce film mérite infiniment mieux.
amateurdecinéma

Suivre son activité Lire ses 24 critiques

2,5
Publiée le 27/02/2007
Un bon petit film qi se regarde agréablement, mais qui est loin d'être exceptionnel. Isabelle Huppert quant à elle est dans un rôle habituel pour elle, donc s'en sort très bien.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top