Notez des films
Mon AlloCiné
    Sword of the Stranger
    note moyenne
    4,1
    467 notes dont 56 critiques
    répartition des 56 critiques par note
    26 critiques
    18 critiques
    5 critiques
    6 critiques
    0 critique
    1 critique
    Votre avis sur Sword of the Stranger ?

    56 critiques spectateurs

    Bobby Sander
    Bobby Sander

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 506 critiques

    5,0
    Publiée le 7 août 2010
    A l'instar des studios BONES dont il est l'un des sergents, Masahiro Ando était jusque-là un second couteaux essentiel. En effet si ce dernier s'initie à la réalisation, il s'est distingué en tant qu'animateur de plusieurs monuments de la japanim, RahXpephon et FullMetal Alchimist que les aficionados tiennent en estime, mais surtout, plus largement réputés, Jin-roh et Ghost in the Shell. Sword of the Stranger a cependant relativement peu à voir avec l'anime tel qu'il est le plus souvent défini, soit par un style souvent spéculatif, désincarné voir élégiaque, il en est même antagonique. Son contexte est le Japon de la fin du XVIe siècle et de l'ère Sengoku, une époque particulièrement sombre de l'histoire nippone puisqu'en l'absence d'un pouvoir central, l'archipel est alors un gigantesque champ de bataille ou se confronte une multitude de clans locaux. Mais ce n'est pas une leçon d'histoire, c'est un programme sauvage et humain ainsi qu'un grand film épique aux ingrédients hérités de l'âge d'or du chambara [le film de sabre]. La structure est donc classique par définition ; le film se veut parcours initiatique, il réserve l'anonymat à l'un de ses héros, une manie du cinéma de Kurosawa. Masahiro Ando a de toute évidence l'ambition de restaurer des traditions cinégéniques égarées au mieux, galvaudées au pire depuis longtemps à une heure ou le cinéma asiatique se standardise pour s'ouvrir à l'international. Sa mise en scène est une merveille de précision et de réalisme. D'un point de vue purement formel, on ne peut que saluer la qualité du graphisme, le soin apporté à chaque séquence [avec un investissement global : entre les scènes de combat et celles plus ''intimes'', il ne tranche pas : toutes sont privilégiées] qui soustrait le film à toute comparaison. Mais c'est ce que raconte Sword of the Stranger qui achève d'en faire un chef-d'oeuvre. Très proche de ses personnages, le film se concentre tout particulièrement autour de trois héros échappant à l'asservissement de la société féodale ou ils évoluent, insoumis aux impératifs de clans et à leurs aspirations absurdes. Il est, au premier plan, le portrait d'une amitié hors-norme liant un garçon livré à lui-même à un rônin, soit un samourai aventurier, mais qui n'en est pas vraiment un puisqu'il ne loue ''plus'', dira-t-il, ses services à un seigneur. Le destin de cet enfant est le noeud de l'intrigue, puisqu'une prophétie séculaire a désigné son sang comme élixir d'immortalité, lançant à ses trousses des émissaires de l'empereur Chinois et quelque veules seigneurs japonais. Parmi les Mings, un guerrier blond, aussi redouté que peu apprécié, dont la participation est motivée par des enjeux plus personnels. Ce personnage a en commun avec les deux atypiques camarades d'être livré à lui-même. Cet aspect est très important, même si l'oeuvre ne l'envisage qu'en toile de fond, elle évoque, au-delà de l'obscurantisme et la lâcheté qui s'introduisent jusque dans les sanctuaires bouddhistes, la peur de l'étranger ancrée dans l'histoire nippone. La conversion du titre renvoie directement à cet avatar de l'épopée dont Rarô, comme le samourai ''sans-nom'', sont les premiers concernés [l'un fuit cette réalité pendant que l'autre en fait son jeu]. Il va sans dire que, pour une fois, même les puristes devront reconnaître l'intégrité de cette traduction, des plus judicieuses. Ce n'est sans doute qu'un détail, mais Sword est l'un des meilleurs exemples récents du traitement de l'enfant par la japanim, probablement la seule institution dans son domaine à en présenter d'aussi attachants, c'est-à-dire courageux, affirmés surtout, éventuellement grande-gueule comme c'est le cas ici, ou le cas échéant, sans complaisance avec leurs faiblesses [celles de leur condition ou plus simplement de leur caractère]. Kotaro, enfant ''autarcique'' et orphelin sur la défensive en est une illustration absolument parfaite. Plus surprenant, l'influence du western spaghetti est ici latente ; les duels sont rapportés subjectivement, engagent définitivement leurs participants. La narration privilégie l'ellipse, évacue les bavardages et lui préfère l'épidermique, tirant alors la même vitalité des pauses bucoliques que des massacres. Il aura donc fallu quelques mutations audacieuses pour accorder au film de sabre sa renaissance. Le résultat est un tel éblouissement que Masahiro Ando, pour son coup d'essai, se retrouve déjà parmi les grands. Dans pareil cas de figure, il est regrettable que l'insuccès commercial de Sword of the Stranger ne lui ait pas permis de rééditer.
    Attila de Blois
    Attila de Blois

    Suivre son activité 209 abonnés Lire ses 2 981 critiques

    3,5
    Publiée le 5 décembre 2013
    Voilà un bon film d'animation japonais aux dessins soignées et doté d'une superbe BO. Le seul hic vient du manque d'ambition du scénario qui fait dans la simplicité. Dans tous les cas, l'animation des scènes d'action mérite à elle seule le coup d'oeil.
    pok00
    pok00

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 219 critiques

    5,0
    Publiée le 11 août 2013
    Une BO magnifique, les scènes de combat sont d'une fluidité sans pareil et sont à couper le souffle. L'histoire est un peu tirée par les cheveux, mais la relation de ce vagabond et de cet orphelin est très poignante. Ce film est un petit bijou.
    BigDino
    BigDino

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 473 critiques

    4,5
    Publiée le 6 juillet 2015
    Une fresque épique au rythme soutenu, et la musique qui va avec. La scène finale est énorme, celle de départ donne tout de suite l'ambiance. Ca m'a pas mal fait penser à Il était une fois dans l'ouest, personnage principal mystérieux hanté par un passé dont le moment fort nous est révélé par flashbacks successifs, étoffant ainsi le personnage sans qu'il perde son côté mystérieux ni le film son rythme. C'est violent bien sûr, Mais comme dans le cinéma de Tarentino par exemple, cette violence est remise en perspective par sa propre exagération. Du coup rien de choquant dans ce film d'animation, même si ce n'est conseillé pour les plus jeunes.
    John_Trololo
    John_Trololo

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 110 critiques

    4,5
    Publiée le 1 mai 2014
    Une très jolie histoire. Les personnages y sont attachants les dessins sont bien dans l'ensemble, et surtout, ce film m'a laissé un bon souvenir. Il y a des hics cependant, l'histoire est trop simpliste et la seconde lecture est assez faible en contenu...
    liamsi
    liamsi

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 392 critiques

    2,5
    Publiée le 24 juin 2018
    Un film d'un grand ennui avec un scénario banal, des scènes de combat approximatives, des personnages trop clichés, entre le héros trop parfait à en devenir agaçant et le gamin extrêmement désagréable, si vous êtes fan du genre la série Samouraï Champloo est la référence en la matière.
    Tedy
    Tedy

    Suivre son activité 104 abonnés Lire ses 2 480 critiques

    2,0
    Publiée le 31 décembre 2011
    Une histoire qui vaut ce qu’elle vaut mais "Sword of the Stranger" est dans l’ensemble un correct film d’animation.
    Aulanius
    Aulanius

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 1 427 critiques

    2,5
    Publiée le 1 juillet 2012
    Immensément déçu par cet anime dont j'attendais tellement plus. On me l'avais conseillé à maintes reprises et en voyant les notes et critiques sur Allociné, je pensais assister à un chef d’œuvre, et finalement, j'ai vu un film sans plus. L'histoire n'est pas très originale mais bon, ça n'est pas dérangeant car l'on peut se rattraper sur d'autres points. Au niveau du dessin, on alterne avec du moins et du moins bon. Autant les scènes de combats sont fluides et rapides avec pas mal d'hémoglobines entourés de beaux effets mais pour le reste, c'est plus que moyen ... notamment pour les personnages et leurs expressions diverses. Le lien entre les personnages et assez simple et inintéressant. En fait, ce qui m'a le plus dérangé dans cette création asiatique, ce sont les clichés. On a le droit à une forêt d'exagérations qui sont à la limite du supportable parfois. Je veux dire que c'est tout simplement débile. Ça ne colle pas au reste en fait. La bande originale est pas mauvaise et assez en accord avec l'ensemble des scènes, un bon point de ce côté là. Malgré que le film ne soit pas super long, j'ai trouvé que la fin trainait un peu malgré qu'il veuille nous faire passer un message sur l'honneur et tout le tralala. J'ai vu tellement de bonnes choses, que l'on pourrait vraiment qualifier d’œuvre d'art comme "Princesse Mononoké" et "Akira", qu'en voyant "Sword of The Stranger", je ne pouvais que tomber de haut. Donc, en bref, ce n'est pas en soit un navet (encore heureux) mais j'ai l'impression d'avoir assister à une arnaque. 10/20.
    gunbuster
    gunbuster

    Suivre son activité 231 abonnés Lire ses 1 413 critiques

    4,0
    Publiée le 29 août 2009
    Nous voici avec un film bien sympathique, et qui sait, malgré quelques lacunes inhérentes au genre du drame historique japonais, nous divertir pendant 1h40. Bien sûr, le film n'a pas la prétention de révolutionner le genre ou de marquer les esprits comme Mononoké, mais cela reste du grand spectacle sans tomber dans le gore hardcore, ni les combats qui ne savent pas se finir. Il manque au film peut être un peu plus de scénario, l'histoire étant assez simpliste et à la fois un peu trop rapidement expédiée. En dépit de retrouver le schéma désormais classique du ronin ayant décidé d'arrêter de sabrer les gens, qui prends sous son aile un gamin orphelin (mais il lui reste quand même son chien!) poursuivi par une armée ayant de noirs dessins, et prête à tout pour arriver à leurs fins, y compris tuer ses propres alliés, etc. Bien sûr, le samouraï errant est l'ancienne plus fine lame du royaume tandis que les méchants ont des guerriers maniant les armes avec un niveau de dextérité et de rapidité qui laisse les guerriers japonais (et leurs membres tranchés) sur le carreau dans la demi-seconde. Une trame un peu prévisible mais dont l'empathie pour les deux personnages principaux compense allègrement. Nettement mieux qu'un Serei no Moribito...
    NeoLain
    NeoLain

    Suivre son activité 683 abonnés Lire ses 4 726 critiques

    4,0
    Publiée le 5 mai 2013
    Visuellement beau, une animation fluide parfois trop fluide pour les scènes de combats, les personnages sont si souple à l'écran qu'on si perd un peu, on se demande qui est tuer en premier, mais bon on s'ennuie pas grâce à l'histoire de ce Ronin qui sauve un gamin. Les Chinois sont en guerre avec les Japonais, veulent cet enfant pour une cérémonie, le sacrifié et prendre son sang pour en faire un elixir d'immortalité. J'ai bien aimé le style de ce Ronin ou il essaie de ne pas se servir de son sabre, il ne veux plus tuer, il à donc bloquer son sabre à la garde jusqu'au fourreau avec une ficelle. Le final est un vrai régal.
    Jeremy H.
    Jeremy H.

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 22 mai 2016
    Ce film est génial , les scènes de combat épiques , l'histoire assez simple mais bien ficelés j'ai adoré !!!
    dahbou
    dahbou

    Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 2 088 critiques

    4,0
    Publiée le 11 septembre 2009
    Produit par le studio Bones qui n'a plus besoin d'être présenté, Sword of the stranger ravira tous les fans d'animés et de Shambara alliant une technique visuelle qui a fait ses preuves à un scènario plus riche qu'il n'y parait faisant revivre une époque méconnue du Japon sur fond d'ésotérisme, le tout pour un budget ridicule. Il est difficile de ne pas penser à Baby cart avec ce lien qui unis un enfant traqué par des tueurs étrangers à un mystérieux ronin sans fermer les yeux sur la xénophobie qui régnait sur un Japon à cette époque isolé et divisé.Enfin les combats bouillonnants et sanglants sont aussi parfaitement réussis aussi lisible qu'impressionnant rappelant les plus belles heures d'Hideo Gosha ou de Mizummi ce qui reste de sacré référence.
    jo4
    jo4

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 347 critiques

    4,0
    Publiée le 31 mai 2009
    Un film d'animation comme ils se font le mieux. Sword of the Stranger nous envoute dans des décors somptueux, avec des dessins d'une précision et d'une qualité rare. Les Musiques nous emporte dans cette univers de samouraïs qu'ont espère et auquel on ne peux s'en lasser, seules quelques faiblesses scénaristique viennent tachées ce si beau tableau. Mais au final on se retrouve face à une si belle toile graphique qu'il sera difficile de ne pas être séduit. Critique complète avec notations: http://le-7eme-art.over-blog.com/article-32066870.html
    Ghibliste
    Ghibliste

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 577 critiques

    3,5
    Publiée le 28 mai 2015
    L'entrée en matière de "Sword of the Stranger" nous met tout de suite dans le bain (de sang). Il faut dire que le graphisme et surtout l'animation font mouches, j'ai tout de suite été happé par l'intensité des scènes d'action. La suite est plus ou moins intéressante, mais je dois bien avouer que j'ai décroché au milieu du film (happé par mes pensées) sans vraiment parvenir à reprendre le cours de ce scénario qui, de par sa relative banalité, n'a quand même rien de bien passionnant... Il faudra tout de même que je le regarde une seconde fois pour me faire une véritable opinion, parce que la forme est de grande qualité, le fond n'est pas sans intérêt non plus... Quoiqu'il en soit, on sent un potentiel énorme chez ce réalisateur, Masahiro Andô. A noter également une BO magistrale !
    La_Mort_Dans_L_Oeil
    La_Mort_Dans_L_Oeil

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 248 critiques

    4,0
    Publiée le 1 juin 2009
    Preuve une fois de plus qu'un film peut être intéressant malgré un scénario un peu improbable. Cette intrigue de rituel pour obtenir l'immortalité est vraiment pas passionnante, voire incongrue, seulement un prétexte, l'intérêt du film ne réside pas dans ce secteur là. On se fiche aussi de ne finalement rien savoir de ces personnages, dont on connait tout juste le nom (à l'exception de Sans-Nom bien entendu ! ah ah !). Les personnages principaux aussi ne sont vraiment pas très séduisants ni aimables (colériques, têtus, impatients ; très belle scène, tendue, entre Sans-Nom et le moine corrompu et lâche qui tente de le convaincre que tout le monde est pareil, qu'il aurait fait pareil) mais justement, peut-être plus humains que les hypocrites représentations que livre le cinéma à nos narcissismes boursouflés pour perpétuer l'envoutement et le confort aveuglés d'une autosatisfaction, infatuation occidentale regonflée à peu de frais. Animation et mouvements de caméra d'un dynamisme remarquables, des effets très réussis, épatant, de relief, de profondeur de champ notamment, donnent vraiment toute son épaisseur et son intérêt à ce film, cette histoire et ses personnages avec une vraie "morale" : que c'est très facile de choisir un camp, de céder à la lâcheté. Deux personnages solitaires qui s'allient, qui ont choisi suivre un autre chemin, lutter en s'appuyant sur des valeurs véritables et solides, dont le symbole est ce nœud sur le sabre de Sans-Nom. Hier soir, j'avais l'impression de n'avoir le choix entre Almodovar et ses sempiternelles drag-queens hystériques insupportables et je ne sais quelles autres productions surfaites, j'ai finalement tranché avec le sabre de l'étranger.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top