Mon AlloCiné
I, Frankenstein
note moyenne
2,0
2210 notes dont 312 critiques
3% (10 critiques)
9% (29 critiques)
21% (65 critiques)
26% (81 critiques)
25% (79 critiques)
15% (48 critiques)
Votre avis sur I, Frankenstein ?

312 critiques spectateurs

Le Concorde

Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 53 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 27/02/2014

Cette adaptation très libre du roman culte de Mary Shelley plonge cette fois-ci la créature dans un monde contemporain au milieu d’une guerre opposant les anges et les démons. Nous suivons ainsi les aventures de ce monstre, ici nommé Adam, à travers cette intrigue pour le moins inattendu. Il était impensable de mélanger ces deux univers mais malheureusement l’originalité s’arrête là puisque rien ne justifie cette audace. Cette dernière est d’autant plus impardonnable puisque cette adaptation se prend très au sérieux plaçant ainsi la survie même de l’humanité au centre de son récit, rien que ça. L’interprétation de Aaron Eckhart n’est quant à elle pas à négliger. Il est d’ailleurs le seul à tenter de rendre son personnage plus vivant puisque la mise en scène le prive ici de profondeur supplémentaire en privilégiant l’action et les effets spéciaux. L’apparence des anges et particulièrement des démons est d’ailleurs abominablement kitch et ainsi en totale contradiction avec le souhait d’apporter de la modernité au roman. Ces nouvelles aventures de la créature de Frankenstein ne ressemblent donc qu’à de vagues copies de la saga « Underworld » car elles manquent d’originalité et de subtilité.

reymi586

Suivre son activité 122 abonnés Lire ses 2 437 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 31/01/2014

J'étais curieux de voir ce que pouvait donner une version moderne de Frankenstein mais c'est finalement très conventionnel et téléphoné. On assiste à un banal blockbuster américain sans scénario original. Au niveau des maquillages, les gargouilles sont bien faites mais les démons c'est un grosse blague, j'ai vu des films des années 80 où les masques étaient mieux faits, je me suis cru sur Syfy. Dans le même genre ça me fait penser à "Hansel & Gretel" qui était tout aussi raté. Pour finir, la 3D ne sert strictement à rien.

tony-76

Suivre son activité 566 abonnés Lire ses 1 367 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 18/02/2014

I, Frankenstein est assez intéressant. Une nouvelle manière de raconter une vielle histoire. Il ne faut pas vraiment s'attendre à découvrir l'histoire de Frankenstein. Bon je l’accorde, c'est prévisible mais bien fait. Les effets 3D sont peu convaincants mais les effets spéciaux sont d'une qualité raisonnable. L'ambiance sombre est très bien construite, le scénario est original, mais c'est surtout un bon divertissement. Un Frankenstein à la tête dure qui est même attachant. Aaron Eckhart incarne à merveille ce personnage. L'ordre des gargouilles est une nouvelle invention bien pensée. Notamment, j'ai apprécié la métaphore des Gargouilles comme défenseur de l'Humanité. Si vous avez aimé les Underworld, vous aimerez ce film.

Marvin Z

Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 67 critiques

0,5Nul
Publiée le 30/01/2014

I,Frankenstein ne laissait présager rien de bon. Et même en appréhendant le film, on ne s'attend pas à assister à une telle horreur. Au mieux on espère passer un bon moment devant les scènes d'actions et ne pas se soucier du scénario. Mais quand l'action est, elle aussi, hideuse, il n'y a plus rien à garder. Comment peut-on, avec 68 000 000 de dollars, créer un film aussi minable ? Aaron Eckhart veut-il ruiner sa carrière ? A l'image du monstre de Frankenstein, ce film est une monstruosité. 03/20

Paristylic

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 10 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 24/01/2014

Dans les défauts, le scenario laisse à désirer mais, ma foi, si, comme moi, vous allez voir un film d’action, vous ne vous en préoccuperez pas outre mesure. Vous ne serez alors pas surpris de voir que la guerre secrète ignorée des humains qui explose au sens figuré comme au sens propre en pleine nuit dans les rues de la ville ne réveille personne malgré l’effondrement de constructions entières dans un décor enflammé (dans les deux sens aussi). D’ailleurs, il n’y a pas un chat (aussi dans le sens propre d’ailleurs) dans les rues. Amateurs de spoiler, vous ne serez pas non plus étonnés du fait que Spoiler: la scientifique, après avoir appris de façon brutale l’existence de démons et de gargouilles (et de la nature particulière de notre protagoniste !) et être passée proche de la mort, n’a aucune difficulté à lire le journal de Frankenstein (qui aurait dû être écrit en vieil allemand qui était, à l’époque, la langue privilégiée en Suisse pays d’origine du Docteur Frankenstein) en une nuit (ou une demi-nuit, on n’est pas trop sûr), à tout retenir et à réussir l’expérience du premier coup. Et pour quelle raison d’ailleurs ? Elle qui s’est opposée au Prince démon lui lançant avec fermeté au visage qu’elle aimerait mieux mourir plutôt que de réaliser les plans diaboliques de son vis-à-vis en faisant revenir à la vie des morts pour qu’ils puissent être possédés par des démons. Le journal ayant été détruit, elle seule connaît la façon de procéder. Hop, on tue son collègue chauve et bon cinquantenaire qui, malgré une relation amicale, n’a tout de même pas l’air de son meilleur pote et là, pouf, à la poubelle les beaux principes, on va permettre au vilain prince d’élever une armée de démons qui tuera toutes les gargouilles et réduira l’humanité à l’esclavage. Non, non, rien de surprenant ici. Quelques originalités tirent néanmoins leur épingle du jeu. Ainsi en est-il du recours aux gargouilles qui ne sont que rarement mises à l’honneur dans les scenarii. Les effets spéciaux sont, quant à eux, d’une qualité raisonnable. J’ai notamment beaucoup aimé les transformations des gargouilles lorsqu’elles prennent leur forme humaine à certains de leurs atterrissages. L’ayant vu en 3D et n’étant pas une fan invétérée de la chose, j'ai cependant été agréablement surprise de l'effet pour ce film. O.K., j’avoue que celle-ci aurait pu être améliorée mais, au moins, les plans et images ne se passent pas tous à la vitesse de la lumière, ce qui permet, outre le fait d'éviter le mal de crâne, de mieux s'imprégner du moment. En bref, un film moins pire que « Abraham Lincoln : chasseur de vampires » mais bien loin d’un chef d’œuvre.

Marceau G.

Suivre son activité 258 abonnés Lire ses 365 critiques

0,5Nul
Publiée le 12/10/2014

Un beau navet gothico-graphico-kitch. 2014 est l'année des reboots et prequels des légendes de deux monstres sacrés et figures du cinéma (et de la littérature) fantastique. Vous l'aurez compris, les deux monstres sont Frankenstein et Dracula. À l'heure où "Dracula Untold", un prequel qui s'annonce désastreux est sorti dans les salles de notre cher hexagone, j'ai vu la première de ces "re-versions". "I, Frankenstein" est un sequel inutile adapté d'un roman graphique du même nom. Bon, par quoi commencer ? Tout d'abord, le scénario. À part les invraisemblances excusables (quoique), l'histoire à dormir debout massacre complètement l'œuvre de Mary Shelley, et n'a pas la moindre once de bon sens, entre anachronismes et hérésie totale ! Nous faire croire qu'il existe Spoiler: un « ordre des gargouilles » sensé protéger les humains de tous les démons aux ordres du prince Naberius, ou encore changer la croix latine par une sorte de croix de lorraine à laquelle on a rajouté une barre ; tout cela fait partie des arguments et enjeux proposés par les "scénaristes" de ce film... Spoiler: Essayer de nous faire gober que le combat de Frankenstein est religieux et altruiste est une idée couillue d'autant plus qu'elle est aussi débile que biscornue ! Après, il y a la mise en scène aussi kitch que bordélique, avec un style dépassé et une caméra indécise... Les effets spéciaux devraient rehausser le tout, eh bien même pas, ils sont immondes, n'importe quel olibrius sachant se servir d'un ordinateur serait capable de faire mieux avec un peu de moyens... Les dialogues sont carrément affligeants, voyez vous-même : Spoiler: « Je croyais que c'était la fin, mais en fait ce n'était que le début... », « Le monde des humains avait changé pendant mon absence, mais des choses n'avaient pas changées... ». Ne parlons pas des acteurs... Tiens si en fait. Aaron Eckhart semble s'amuser de jouer dans pareille daube et Bill Nighty est caricatural et pâle au possible. Je ne parlerais pas des autres puisque je ne les considère pas vraiment comme des acteurs... L'intro est sympathique, mais le film part tellement en live que ça en devient difficilement supportable !

DanielOceanAndCo

Suivre son activité 283 abonnés Lire ses 3 475 critiques

0,5Nul
Publiée le 22/04/2014

Bon j'avoue que j'y allais par envie de voir un spectacle fantastique à effets spéciaux mais "I, Frankenstein" est un bousin à tous les niveaux, à commencer par une histoire d'une confondante stupidité qui reste le principal foutage de gueule du film même si la mise en scène impersonnelle de Stuart Beattie et un casting qui n'est là que pour le chèque font partie des nombreux défauts du film. Une honte!!

conrad7893

Suivre son activité 113 abonnés Lire ses 1 514 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 18/05/2014

film avec effet spéciaux très bien réalisés , FRANKENSTEIN , remis au gôut du jour, la créature (en passant trop beau pour être franskenstein) arrive dans notre monde , au milieu d'une guerre entre les anges (les gargouilles) et les démons du mal du grand cinéma très loin du frankenstein original

Sylvain. V

Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 371 critiques

4,0Très bien
Publiée le 04/02/2016

Malgré un scénario en manque d'originalité, les scènes d'actions et les effets spéciaux n'en restes pas moins spectaculaires. I, FRANKENSTEIN bénéficie d'une mise en scène dynamique et d'un casting très performant. 4/5 ****

Raptor Bonaparte

Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 253 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 15/03/2014

Pas terrible. Stuart Beattie fait partie de ses réalisateurs qui tentent leurs chances très vite après un direct to vidéo (DTV). En effet, son film Demain, Quand la Guerre a Commencé a peine sorti dans les magasins, le voici de nouveau qui déboule avec un long-métrage qui, cette fois-ci, obtient le précieux sésame de la diffusion sur grand écran. Habitué à rédiger des scénarios (la saga Pirates des Caraïbes, Collateral, 30 jours de Nuit), il tente le coup pour la deuxième fois derrière l'objectif. Alors que le film laissait présager quelque chose de bon, nous sommes en face d'un pur produit marketing décevant. Tom Rosenberg, James McQuaide, Richard S. Wright ou encore Gary Lucchesi. Ces noms ne vous disent sans doute rien, pourtant cette belle brochette de bonhomme produit notre film I, Frankenstein. Martelé par l'affiche sous un slogan "Par les producteurs de Underworld", on se rend vite compte que ce film comporte énormément de similitudes avec la saga vampiresque. En effet, on retrouve deux camps qui s'affrontent dans des combats épiques où les loups-garous sont remplacés par des démons, tandis que les vampires sont eux aussi remplacés par des gargouilles/anges. La comparaison ne s'arrête pas là puisque dans Underworld, on retrouve un personnage au cœur du conflit entre les deux factions, ici il s'agit de la créature de Frankeinstein. Cherchant à envahir le monde grâce à son armée de super guerrier modifié (non, aucune allusion aux super loup-garou dans Underworld Nouvelle Ère), le grand méchant va tout faire pour détruire la faction qui s'oppose à ses sombres dessins. Qu'on ne s'y trompe pas, ce film est comme la saga dont il s'inspire : un film reprenant des thèmes antiques (lutte démon-ange) en y incluant des thèmes horrifiques (ici la créature de Frankenstein et le mythe qui s'y rapporte) en apportant quelques idées pour le moins intéressantes. On retrouve les combats au ralentis avec du sang, des effets spéciaux colorés et très jaillissants avec des armes badass et bien affutées. Pas de prise de risque, on nous ressert le même schéma narratif que dans un Underworld avec son lot de rebondissements lourd et sa fin décevante. Voilà, vous savez à peut près tout de ce film qui se résume à une succession de combats mous, une histoire inintéressante qui est brodée sur trois fois rien, une créature de Frankenstein qui développe trop vite des sentiments (on est très loin du chef d'œuvre Frankenstein de Kenneth Branagh) et une utilisation plus que douteuse du roman de Mary Shelley. Un gros méli-mélo qui ne se démarque pas du tout du lot par son manque d'originalité et de prise de risque. Le trio d'acteur principal est très impliqué dans le film, sans doute ce qui le sauve un peu de la catastrophe. On retrouve Aaron Eckhart (Thank you for smoking, The Dak Knight) en tant que héros du film malgré lui même si faire le gros bras n'est pas son type de personnages habituel. Bill Nighy (la saga Underworld et Pirates des Caraïbes) hérite encore du titre de grand méchant, à croire qu'il a décidément la tête de l'emploi. La sympathique Yvonne Strahovski (la série Dexter) s'offre un rôle pas trop mal mais assez peu mis en avant. Idem pour Miranda Otto (Eowyn dans la saga Seigneur des Anneaux) qui ne tire pas assez son épingle du jeu alors qu'il y avait moyen de faire autre chose. Un véritable blockbuster peut, même si son histoire n'est pas très bien ficelée, se rabattre sur des moyens XXL. C'est bien entendu le cas ici avec un budget impressionnant (65 millions de billets verts). Effets spéciaux colorés et omniprésents, décors vastes et sombres, église insalubre et inhospitalière, laboratoire très lumineux et spacieux, tout est fait pour créer des ambiances différentes. Ajoutez à cela des musiques épiques bien en lien avec les séquences d'action et l'on obtient un film à la plastique de rêve, mais pauvre à l'intérieur. __________________________________________ Les + : les acteurs sont bons, la réalisation est excellente Les - : mais une histoire totalement inintéressante accompagnée de combats mous qui manquent de rythme ! I, Frankenstein est le parfait exemple du blockbuster gonflé aux effets spéciaux pour cacher une histoire décevante et pas intéressante. Difficile d'accorder des points à un film qui se veut novateur alors qu'il reprend depuis le début des codes et séquences de la saga Underworld en changeant quelques éléments pour nous faire croire que c'est original. Heureusement que les acteurs assurent, tout comme la réalisation, ça permet de faire passer un peu la pilule qui a déjà du mal à être avalée, surtout pour les fans du roman de Mary Shelley.

Jerome S

Suivre son activité 273 abonnés Lire ses 3 081 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 10/02/2014

Après les vampires et les loups-garous de la saga Underworld, revoici donc Kevin Grevioux dépoussiérant le mythe de Frankenstein afin d'offrir aux amateurs de sensations fortes une relecture de l'histoire de Mary Shelley où la créature aurait survécu au temps et combattrait aujourd'hui des démons venus des Enfers aux côtés de gargouilles bienveillantes... Nanar en puissance dont le seul pitch amène à sourire, I, Frankenstein aurait pu être un poil plus réussi si tout le monde s'était tiré le doigt du cul et surtout si aucun rapport avec la créature légendaire n'avait été ne serait-ce que pensé. Faire affronter le monstre de Frankenstein (rebaptisé ici Adam) contre des démons soucieux d'extirper en lui-même son immortalité, placer des gargouilles polymorphes à ses côtés et le tout dans un décor contemporain, ça relève soit de l'absurdité, soit de l'inconscience, soit des deux. Bref, le scénario est d'une bêtise fatigante, empruntant autant à Van Helsing qu'à Daybreakers sans oublier Underworld, forcément, ne proposant jamais une scène ou un dialogue mémorable et s'enfonçant dans la médiocrité minute après minute. Viennent ensuite les autres principaux défauts du long-métrage, à savoir des scènes d'action noyées dans une mélasse d'effets numériques parfois incompréhensibles, des combats chorégraphiés façon Matrix, des incohérences à foison et une interprétation ringarde où, si on ne s'étonne plus de voir Bill Nighy froncer les sourcils en méchant de pacotille, voir l'excellent Aaron Eckart tomber aussi bas mettrait presque la larme à l'œil. Lui qui campe le protagoniste du titre n'arrivera même pas à nous enticher de la sympathie à son égard, juste un réel mépris. Bref, I, Frankenstein aurait du rester à l'état de bande dessinée, cette adaptation nous offrant malheureusement le premier nanar de l'année.

gimliamideselfes

Suivre son activité 836 abonnés Lire ses 3 635 critiques

0,5Nul
Publiée le 15/03/2014

J'ai lu Frankenstein lorsque j'étais en 6° et je ne me souviens pas qu'il y avait un combat entre les gargouilles et les démons à l'époque moderne, mais je dois avoir des trous de mémoire parce qu'il est inutile de dire que cette idée géniale et qu'elle doit forcément venir du matériau de base. En fait pendant tout le film j'ai pensé à Underworld (en fait c'est les mêmes producteurs qui refont le même film mais avec Frankenstein) et je déteste Underworld on a cette fausse atmosphère gothique numérique complètement fausse qui ne fonctionne pas et une lutte inutile entre deux factions débiles avec des enjeux perchés qu'il est impossible de prendre au sérieux. Pire ! En plus le fait que ça se passe à l'époque moderne n'apporte strictement rien, le film ne réactualise en rien l'histoire puisqu'on a un bref résumé du bouquin au début et puis tout se passe après (ce qui ne pose pas de problème à priori), sauf que ça ne sert à rien. Tout se passe dans des intérieurs laids qui n'existent pas vu que tout est faux. Il aurait été plus intéressant de mettre toute l'histoire à l'heure actuelle, non parce que là c'est juste le néant total, ressortir une sorte de remake d'Underworld quel intérêt ? C'est très mauvais à la base. On a donc juste un banal film d'action avec un héros surjoué par Aaron Eckhart et qui se croit badass. Il utilise une voix grave, il se bat au ralenti avec des armes soi-disant trop dures à maîtriser. Bref imaginer l'étendu du ridicule. Mais le pire reste malgré tout le concept de prendre un bouquin qui est présent dans la culture populaire depuis des décennie pour en faire un truc sans âme complètement lambda et n'ayant aucun intérêt, aucune ambition artistique, juste donner à un public d'ados un moyen de dépenser inutilement leur argent. Et puis merde quoi mélanger Frankenstein avec un combat entre gargouilles et démons mais il ne faut avoir aucun respect, aucune éthique ! C'est juste se moquer du monde. Et si encore c'était un film fun, bien fait, qui visait uniquement le fun. Mais non, bien sûr que non ! C'est mou, cliché, prévisible. C'est rien du tout et c'est tellement honteux !

Olivier D.

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 8 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 29/01/2014

Une fois digéré le concept selon lequel Frankenstein est là pour sauver le monde et tuer les méchants, on a envie de se laisser porter par les effets spéciaux. Malheureusement, bien qu'impressionnants, la minceur du scénario empêche d'y prendre du plaisir. L'ensemble est donc bien décevant.

MaCultureGeek

Suivre son activité 729 abonnés Lire ses 1 032 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 28/12/2014

Comme vous le savez surement, j'apprécie particulièrement les films fantastiques, et plus particulièrement les films de monstres ( qu'ils soient vampires, loups-garous, zombies, ou je ne sais trop quoi ). Et depuis quelques temps déja, je me suis lancé dans une longue rétrospective ayant pour but de me faire voir ( et de vous criiquer, par la même ) la majeure partie des métrages du genre, qu'ils soient bons, ou mauvais ( encore que surement plus sont mauvais que bons, mais ce n'est qu'une supposition ). Et donc, après avoir commencé à m'attaquer aux "Dracula" de la Hammer et à la saga Underworld, j'en viens à une drôle de curiosité qui promettait beaucoup sur le papier : "I, Frankenstein", que j'attendais tout particulièrement étant donné que c'étaient les mêmes mecs à la base d' "Underworld" qui avaient pour intention de nous le pondre. Sauf que n'est pas "Underworld" qui veut... En effet, après nous avoir imaginée cette géniale saga en question, il fallait bien trouver quelque chose pour combler un certain vide, d'autant plus que le cinquième ( quatrième ) volet des aventures de Selene ne devrait, pour l'instant, jamais voir le jour. Et quand on part sur des bases solides, il est bien dur de pouvoir innover une nouvelle fois, pour ne pas que la précédente soit la dernière. Les vampires et les lycans étant out ( encore que j'aurai bien vu une nouvelle saga sur des personnages différents, mais en gardant cet univers spécifique, ce dernier étant tellement bon et cohérent... ), il fallait leur décoter un remplaçant de taille. Et qui de mieux que la créature de Frankenstein, ou de son vrai nom Adam, pour redorer un blason perdu? Pas grand monde! Ainsi, après nous avoir proposé un comic book sur ses aventures ( que je n'ai personnellement jamais lu ou ne serait-ce qu'aperçu à la vente ), Kevin Grevioux ( et non pas que Grievous ) l'a sorti en film. Vous ne voyez pas qui est cet homme? Mais si, le grand black lycan bien baraqué de la saga "Underworld"! Oui, moi aussi j'ai halluciné quand j'ai appris qui il était... Et donc, il avait comme l'envie de nous proposer une nouvelle aventure épique via une idée de base assez alléchante. Le problème? L'imagination dont jouissait "Underworld" s'est fait la mal en même temps que Len Wiseman. Comme on dirait, c'est balot. Mais carrément quoi! Et donc, voilà qu'un yes man se pointe : Stuart Beattie. Visiblement, il n'a rien d'un passionné du genre, à l'inverse de Wiseman, et sa mise en scène cotoie le bon comme le mauvais. Sauf que le problème, c'est qu'elle plombe le film, ou tout du moins toute sa première partie. Car oui, aussi étonnant que cela puisse paraître, le premier acte de ce nouveau "Frankenstein" n'a rien à voir avec les deux autres qui le succèdent. Il est tout bonnement lamentable. En fait, il parait tellement mauvais que j'avais comme envie d'arrêter le massacre. Le récit ne prend pas, les acteurs y jouent comme des pieds, leurs personnages ne sont pas approfondis, la mise en scène fait peine à voir, les CGI sont à jeter, et l'histoire est en elle même survolée : c'est un personnage tout entier qui en ressort bafoué. Car oui, cela fait mal que de voir Frankenstein dans pareille désinvolture : lui qui avait fait les joies de la Universal ( puis de la Hammer, pour une nouvelle fois revenir à eux ) n'est plus qu'un être sans aucune personnalité et qui passe son temps à vouloir pourchasser des démons. Oui, c'est bizarre dit comme cela, mais c'est exactement la trame du film. Comme pour "Underworld", notre héros est pris entre deux feux, et participe à une guerre entre deux clans immortels : vampires contre lycans pour "Underworld", anges contre démons pour "I, Frankenstein". Le soucis? Le manichéisme. L'intérêt principal de la guerre d' "Underworld", c'est qu'on ne savait pas réellement qui étaient les gentils, et l'on suivait les retournements de situation avec intérêt car ils venaient modifier le récit en lui même. Ici, on suit le tout de manière linéaire, comprenant aisément que les anges sont les tout gentils et les démons les tout méchants. Oui, c'est une démarche simpliste et simplette, et cela ruine le scénario tout entier. Mais l'inspiration ne tient pas que sur cette saga que je ne cesse de vous citer depuis le début. Non, cela aurait été trop simple. Car il faut bien l'avouer, il pioche également dans la trilogie des "Blade" ( on me dira ce que l'on voudra, mais les démons sont tout simplement des vampires en herbes), et ce dans la disparition des méchants, franchement ratée, il faut l'admettre. La mise en scène, en plus d'être grandement inspirée des autres oeuvres du genre, est à la fois bonne et mauvaise. Elle commencera enfin à nous proposer de jolies choses dès que l'on aura passé les quarante minutes. Sauf qu'il aura quand même fallu attendre longtemps avant d'apercevoir des plans un tant soit peu joli. Les CGI, comme je le disais, ne sont pas terribles. Je dois bien avouer que les anges ( ou gargouilles, Spoiler: encore qu'ils auraient franchement pu trouver mieux que "La Confrérie des Gargouilles" ) ont un aspect assez réussi numériquement parlant, mais pour ce qui est du reste, c'est tout simplement un gâchis monstre ( sans jeu de mot )! Franchement, les mecs, votre look des démons, vous pouviez pas trouver mieux? Non parce que là, j'en viens même à plaindre ce pauvre Bill Nighy! Magnifique transition pour en venir au jeu des acteurs. Et là, y'a rien de bien mirobolant. En fin de compte, le seul un minimum bon et impliqué, c'est l'interprète de Frankenstein, soit Aaron Eckhart, acteur que j'aime bien ( mais vous le savez surement si vous avez lu mon premier top sur "Les Acteurs que j'apprécie le plus" ). D'une certaine façon, c'est logique, vous direz-vous surement. Dans un sens, oui, c'est logique. Mais est-ce une raison pour que même Bill Nighy, grand acteur ( et grand méchant ) du film fasse preuve d'un grand désintérêt à l'égard de son rôle? Il est monolithique au possible, fade, et ne semble pas vouloir ressortir outre mesure. En même temps, il n'est pas aidé par la platitude de l'écriture de son personnage, son temps trop restreint à l'écran et le costume ridicule de son aspect de démon. Pauvres effets-spéciaux... Kevin Grevioux est comme dans "Underworld" Spoiler: ( mais mon dieu que sa mort est ridicule et bâclée... ) et Jai Courtney est, comme à son habitude, doté d'un charisme d'ours en peluche ( le genre Winnie l'ourson ). L'écriture de ce Frankenstein n'est vraiment pas fameuse. Outre des dialogues parfois ridicules, le constat qui revient le plus souvent est le trop grand nombre de stéréotypes et d'incohérences. Encore un argument pour prouver qu' "Underworld", c'est bel et bien du passé! Niveau action, c'est pas terrible. Je n'ai pas ressenti particulièrement de tension, et je ne me suis jamais inquiété pour les personnages. Spoiler: Par contre, et c'est purement du spoiler, mais quand j'ai vu que la femme commençait à se profiler dans le récit, j'ai osé espéré qu'ils ne tombent pas si bas dans le plagiat d' "Underworld". Naïf que je suis.... Que retenir de ce pastiche d' "Underworld"? Les effets spéciaux oscillent entre le bon et le mauvais à la manière de la réalisation, il n'y a qu'un seul bon acteur ( les autres n'y croient pas ), le scénario est bâclé et invraisemblable, les incohérences se multiplient au rythme des clichés, sans intensité aucune, le look des bad guys et de Frankenstein est douteux, les méchants sont des vampires "made in "Underworld" en herbe, complètement manichéen et vide de toute réfléxion. On tient là une grosse, très grosse déception. Seuls points positifs, certains plans sont assez jolis, l'interprétation d'Eckhart est honorable et la bande sonore offre un mince souffle épique à une narration qui en a grand besoin. En gros, si vous ne cherchez pas à réfléchir ( et que vous ne connaissez pas trop le personnage ), "I, Frankenstein" n'est pas forcément un mauvais divertissement, mais en tant que film, il est loin d'être regardable. Frankenstein n'est clairement plus ce qu'il était...

gregory D.

Suivre son activité Lire ses 9 critiques

2,5Moyen
Publiée le 26/05/2014

que dire film d'action sans plus comme il en sort chaque année .on a l'impression que les acteurs joue sans y croire ,c'est dommage cela méritais mieux.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top