Mon AlloCiné
    Elles
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Elles" et de son tournage !

    Le regard d'une cinéaste polonaise sur la société, original et instructif

    Juliette Binoche épatante dans un rôle particulièrement délicat

    Une scène de dîner, à la fin du film, totalement surprenante et troublante...

    Cherche une réalisatrice

    Le projet ELLES a commencé avec la productrice Marianne Slot et la scénariste Tine Byrckel, qui cherchaient à produire un film sur les jeunes filles contraintes à se prostituer afin de payer pour leurs études. L'idée était de réfléchir sur le sujet sans fournir un jugement. C'est après avoir regardé le long-métrage 33 scènes de la vie, réalisé par Malgoska Szumowska, que les deux femmes ont décidé d'inviter la jeune cinéaste à réaliser le film.

    Virginia Woolf et les femmes au quotidien

    La romancière et féministe britannique Virginia Woolf a été une source d'inspiration déterminante pour la scénariste d'ELLES, grâce à une description pointue de la condition des femmes dépeinte par l'auteure dans Mrs. Dalloway. Tine Byrckel a en effet beaucoup puisé dans ce portrait centré sur le parcours d'une femme suivie sans arrêt, dans ses actions les plus banales.

    Un choix

    Pour la construction du scénario, des enquêtes ont été menées en France et en Pologne auprès de jeunes filles s'étant volontairement lancées dans la prostitution. Le résultat a choqué la réalisatrice et la scénariste, ces dernières ayant davantage trouvé, dans ces recherches, des femmes prenant du plaisir à avoir des rapports sexuels pour de l'argent, plutôt que de "simples" victimes. Tine Byrckel et Malgoska Szumowska ont ainsi décidé d'éviter l'imaginaire de la drogue et du trafic, pour raconter la prostitution par rapport au choix des deux filles.

    Le spectateur complice

    ELLES cherche à séduire et à exciter le spectateur, pour le transformer en une sorte de complice de la prostitution. La réalisatrice Malgoska Szumowska considérait que ce point de vue provocateur représentait une bonne façon de susciter la réflexion du public.

    Un travail comme les autres

    Malgoska Szumowska tenait à mettre en parallèle le travail des jeunes prostituées avec celui de la journaliste qui enquête sur elles. Pour la réalisatrice, tout travail implique des concessions : "Moi-même, en tant que réalisatrice, je suis parfois amenée à accomplir, pour financer mes films, certaines démarches déplaisantes… Pourquoi le sexe est-il à part ? Les gens font parfois de lourds compromis. Peut-on comparer cela avec le fait de se prostituer ?", explique-t-elle.

    Le bon mensonge

    Pour les rôles des deux étudiantes qui se prostituent, Malgoska Szumowska a fait appel à Anaïs Demoustier, actrice de plus en plus sollicitée, et à Joanna Kulig (La Femme du Vème). Cette dernière avait tellement envie de décrocher le rôle qu'elle a menti à la réalisatrice, en lui disant qu'elle parlait français. Lorsque Malgoska a découvert que cela n'était pas vrai, la cinéaste a trouvé cette attitude tellement osée qu'elle a finalement pensé que cela correspondait parfaitement au personnage.

    Le poids de la publicité

    L'actrice Juliette Binoche explique que le film représente bien cette idée issue de la publicité, selon laquelle le sexe et le luxe "se mélangent assez bien", et que se prostituer serait par conséquent moins grave que d'accepter des petits boulots...

    Un film féministe ?

    Malgoska Szumowska se définit comme une "féministe née", bien qu'elle ne fasse pas partie des mouvements militants pour les droits des femmes. La cinéaste estime qu'ELLES peut ne pas plaire aux hommes, "car il leur renverra une idée d’eux-mêmes qu’ils n’aimeront pas. Il est possible que les hommes sachent qu’à travers la prostitution, ils exploitent les femmes, mais l’idée qu’ils y sont peut-être eux-mêmes exploités ne leur vient pas à l’esprit", analyse-t-elle. En ce qui concerne Juliette Binoche, l'actrice refuse l'idée d'un film féministe car "parler de la femme, du féminin, d'une intimité, ce n'est pas être féministe."

    On ne naît pas femme, on le devient

    Avec ELLES, Malgoska Szumowska avoue avoir tellement appris sur le sexe, l'intimité et la solitude des femmes qu'elle estime qu'il s'agit de son film le plus marquant : "D’une certaine manière, ce film m’a fait devenir une femme !"

    Berlin et Toronto

    ELLES a été sélectionné aux Festivals de Toronto 2011 et Berlin 2012.
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Once Upon a Time… in Hollywood (2019)
    • La Vie scolaire (2018)
    • Deux moi (2018)
    • Ça : Chapitre 2 (2019)
    • C'est quoi cette mamie?! (2019)
    • Wedding Nightmare (2019)
    • Inséparables (2018)
    • Le Roi Lion (2019)
    • Roubaix, une lumière (2019)
    • La Chute du président (2019)
    • Une fille facile (2019)
    • Ad Astra (2019)
    • Good Boys (2019)
    • Fast & Furious : Hobbs & Shaw (2019)
    • Scary Stories (2019)
    • Fête de famille (2019)
    • Fourmi (2018)
    • Les Hirondelles de Kaboul (2019)
    • Parasite (2019)
    • Frankie (2019)
    Back to Top