Notez des films
Mon AlloCiné
    The We and The I
    note moyenne
    3,2
    1380 notes dont 181 critiques
    répartition des 181 critiques par note
    11 critiques
    50 critiques
    60 critiques
    28 critiques
    21 critiques
    11 critiques
    Votre avis sur The We and The I ?

    181 critiques spectateurs

    Edgar L.
    Edgar L.

    Suivre son activité 165 abonnés Lire ses 271 critiques

    3,5
    Publiée le 2 décembre 2014
    Un conseil : ne regardez surtout pas ce film en version française, les doublages sont monstrueux, et les voix ridicules, ce film n'est qu'à voir en VO ! Un film qui nous plonge dans sa première partie, face à des comportements irrespectueux de ce groupe d'adolescents, pour les mettre ensuite face à leur propre responsabilité, leurs blessures, et leur amertume. Une sorte de leçon de vie prodiguée par Michel Gondry, à travers ce théâtre urbain savamment mené. Un film très spécial qui ne plaira pas à tout le monde, par son originalité et son ton parfois très (trop ?) cru, mais tellement baigné dans la réalité de certains jeunes.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 1431 abonnés Lire ses 4 339 critiques

    3,5
    Publiée le 4 décembre 2013
    D'une énergie folle et d'une intelligence de propos particulièrement bien dissimulée,"The We and the I" permet au touche à tout Michel Gondry de s'attaquer à un nouveau genre,le teen-movie,mais sous forme de huis clos mouvant(le bus traversant le Bronx d'arrêt en arrêt). Au départ,le bus est plein à ras bord d'adolescents dont les hormones les poussent à s'affronter,se défier,ou se moquer. Mais plus le véhicule se vide,et plus les jeunes restants dévoilent leur personnalité,complexe et mélancolique. L'âge de tous les possibles devient alors celui ou l'on s'invente un personnage en société,avant de se faire plus spontané en petit comité. Mais ce constat concerne tout le monde en définitive... Gondry insére quelques scènes bricolos de son cru,et dénonce frontalement tout ce qui tourne autour du bizutage ou de la moquerie inconsciente(il a bien raison). On s'attache à ces ados modestes,certes archetypaux,voire tête à claques pour certains,mais qui sonnent vrais grâce à leur physique passe-partout et leur gouaille à peine bridée. L'émotion pointe son nez alors,de façon presque nostalgique,du temps où être lycéen revenait à vivre des aventures quotidiennes au sein d'une communauté marquée. Presque un docu-fiction.
    conrad7893
    conrad7893

    Suivre son activité 154 abonnés Lire ses 1 658 critiques

    2,0
    Publiée le 30 décembre 2013
    film ou docu immersion dans un bus avec les lycéens du bronx chautages, insultes, bizutage ... tristement réel reflet d'une certaine jeunesse ce film se passe dans le bronx, mais pourrait bien être transposé dans nos bus de banlieues très très très bof
    landofshit0
    landofshit0

    Suivre son activité 172 abonnés Lire ses 1 745 critiques

    3,5
    Publiée le 24 janvier 2013
    Écrit en collaboration avec les acteurs du film,Gondry livre un film qui résume plutôt bien l’adolescence et ses préoccupations.Au cœur de celles-ci le rapport de chacun au groupe,le bus est un endroit parfait pour explorer tout ça.Gondry aurait pu rapidement être enfermé dans ce bus,l'exercice n'est pas nouveau vu que the big bus se déroulais lui aussi entièrement dans un bus.Le film est tout de même un peu long voir même agaçant dans ce début brouillon,tout fuse de partout.Mais au fil des arrêts le bus se vidant tout devient plus calme et la nature de chacun retrouve sa place.La réalisation est efficace et évidement on retrouve de temps à autre l'inventivité de Gondry,notamment pour annoncer les différents chapitres.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 9 janvier 2014
    Michel Gondry a toujours ce don de réaliser des films à petit budget réussis. "The We and the I" rentre parfaitement dans cette catégorie ainsi que dans la filmographie du réalisateur d'"Eternal Sunshine". Pour être franc, je pensais voir un Gondry mineur, sympathique mais sans plus. Et pourtant, "The We and the I" fut une très belle surprise. Prenant place dans un bus uniquement et se concentrant sur des élèves du Bronx, Gondry s'attarde avant tout sur leurs relations, leurs rires, leurs peurs. Au premier abord, le film commence comme un comédie. C'est bien, c'est drôle, et ça rappelle un peu "Soyez sympas, rembobinez" dans le type d'humour. Sauf que Gondry cache bien son jeu. De par ces portraits d'élèves, des bizuteurs aux victimes, des typées "cool" et d'autres moins "cool", c'est une véritable comédie humaine qui se joue dans ce bus, ou la vie plane au-dessus de ces adolescents, tout comme la mort. Pour ce film, Michel Gondry a l'intelligence de ne pas sombrer dans la simple "teenage comedy". Il traite son scénario avec une profonde réflexion et n'hésite pas à parler de choses graves, rappelant quelques fois le cinéma de Gus Van Sant ou d'Alan Clarke, en plus détendu toutefois. Mais ce qui captive dans ce film, c'est la générosité avec laquelle il est réalisé. Gondry est sincère aussi bien avec lui-même qu'avec les spectateurs, et de ce fait, le film qu'il réalise est orienté vers un certain humanisme envers les portraits qu'il dessine, même envers les plus turbulents. "The We and the I" est empathique envers ses personnages, ce qui fait que l'on parvient à s'attacher aisément à la galerie d'adolescents. Michel Gondry livre ici un huit-clos généreux, traitant de l'adolescence avec véracité et générosité, sans jamais être moralisateur ou quoi que ce soit. "The We and the I" filme la vie telle qu'elle est, avec cette touche de fantaisie que seul Gondry sait apporter. Une excellente surprise, je le répète.
    L'homme le plus classe du monde
    L'homme le plus classe du monde

    Suivre son activité 243 abonnés Lire ses 450 critiques

    5,0
    Publiée le 28 mars 2013
    En général, lorsqu'un "vieux" réalise un film générationnel, c'est une catastrophe. Le dialogue sonnent souvent faux et on est assommé de clichés. Mais "The we and the I" est un cas à part. Jamais, un film sur le jeunesse d'aujourd'hui, n'a sonné aussi juste. Le film montre la cruauté, l'immaturité mais aussi la grande tendresse qui habite ces jeunes lycéens du bronx, sans jamais tomber dans un mélo compassionnel et faussement compréhensif, ni dans la dégradation d'une génération ou d'un communauté. Michel Gondry reste relativement neutre sur son sujet, et c'est sans doute cela qui rend le film si crédible. Les dialogues sont savoureux, fluides et n'ont jamais l'air d'être récité comme dans certains films du même genre (le film est à voir en VO impérativement). Les comédiens sont tout aussi talentueux, qu'ils sont antipathiques (puis attachants au fur et à mesure que le bus se vide), et la BO est juste mortel ! Bref, le meilleur teenage-movie (si on peut l’appeler comme tel) qui n'ai jamais été tourné.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 1542 abonnés Lire ses 3 710 critiques

    4,0
    Publiée le 22 août 2013
    Lorsque je dis que les seuls réalisateurs qui font des trucs biens aux USA (sauf Fincher) c'est les étrangers ? C'est le seuls qui apportent une touche d'authenticité, y compris dans leurs films indépendants à la con (rien de plus calibré que ça). Or Gondry c'est un mec que j'adore, je le donne le bon Dieu sans concession. Il m'avait ému déjà cette année avec l'excellent L'écume des jours et là en voyant The We and the I il met les bouchées doubles. Je reviens sur ce que je disais, on a un film d'une grande authenticité, je veux dire par là que l'on y croit. Comment faire autrement ? Le rythme est soutenu, les dialogues, les personnages, les situations, tout sonne vrai. Et on n'est pas juste dans les clichés avec les caïds et les autres un peu plus réservés, etc. C'est autre chose, de moins manichéen, parce que les caïds ils sont ridicules aussi, on voit qu'il y a aussi une hiérarchie entre eux. Par exemple celui qui a les cheveux longs c'est un peu un paumé, le Big T c'est sa connerie qui le rend con. Et on voit la force du groupe sur eux. Mais le film s'attarde un instant sur chacun des occupants du bus et c'est ça qui est génial. Je trouve ça génial qu'un film comme ça puisse sortir, un film sans scénario, sans intrigue. On est juste dans le bus pour rentrer chez soi. Ici pas de spectaculaire, rien. Juste du vrai, du quotidien. Et ça c'est du cinéma. Le cinéma qui va capter l'intime. Qui fait ça ? S'intéresser réellement à ses personnages, ne pas les juger, voir des abrutis se comporter comme des abrutis, mais au premier degré. On rit car les blagues méchantes sont drôles, mais jamais on ne se moque. On est touché par cette galerie de personnage. Et avoir trouvé le concept du dernier bus avant l'été je trouve ça génial. Ces personnages ne se reverrons pas forcément tout de suite, s'ils se revoient. Le tout a un peu une atmosphère de dernière fois. Et la fin du film qui est à pleurer parce que justement on a eu tout ce qui avait avant. C'est un film d'une belle mélancolie et cette étreinte finale c'est presque aussi beau que du Dumont. J'ai rarement vu au cinéma un si beau dialogue entre deux personnages qui a l'air si vrai, on ne joue pas, on ne triche pas. C'est juste émouvant. Et pourtant c'est presque des banalités, mais pas tout à fait. Parce que ça fait 1h30 qu'on est dans le bus avec eux, qu'on les connaît, on les apprécie et on voit quelque chose dans le regarde de Teresa, quelque chose de beau qui l'anime. Grandiose. C'est vraiment un putain de film et si on retrouve à plusieurs moment la touche Gondry, il ne perd pas l'authenticité, l'intérêt pour les acteurs, jamais il ne se laisse déborder par sa propre inventivité et ça donne ce film sublime. Alors oui la dernière partie est bien meilleure que le reste parce que c'est l'accomplissement du film, mais le reste est malgré tout super bon également. Ne jamais perdre le vrai, le juste de vue pendant 1h43 pour nous offrir ce final somptueux, ça c'est magnifique.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 2682 abonnés Lire ses 7 217 critiques

    2,0
    Publiée le 24 octobre 2012
    Décidément, Michel Gondry n'est jamais là où l'on attend : avant se s'attaquer au classique de Boris Vian, « L'Ecume des jours », voilà ce dernier impliqué dans « The We and the I », faux-documentaire relatant le parcours en bus d'une bande de lycéens venant tout juste de terminer leur année scolaire. Hélas, si j'ai été un grand amateur du monsieur pendant longtemps, j'avoue qu'après un « Green Hornet » en demi-teinte, cette nouvelle expérience ne m'a pas vraiment convaincu. Cela commence pourtant bien avec ce générique typiquement « Gondryen », laissant présager le meilleur. Hélas, si les qualités sont réelles (on retrouve la patte du réalisateur à plusieurs reprises, celui-ci évite cette vision complètement erronée de l'adolescence gentille, bien élevée, respectueuse...), l'ami Michel commet une erreur fatale d'emblée : se focaliser presque exclusivement sur trois connards sans nom, face auxquels il est proprement impossible de s'attacher une nano-seconde. Alors je ne dis pas que ce genre de débiles n'existent pas, c'est évidemment le cas, surtout dans un quartier tel que Brooklyn. Mais franchement, se focaliser les deux tiers du temps sur de pareils nuisibles, quel est l'intérêt, le sens ? Du coup, les autres personnages nous paraissent presque adorables, ce qui est vraiment problématique tant ces derniers ne sont pas non plus des lumières, au point que l'on est sérieusement content de ne pas avoir à traverser toute la ville au milieu de ces tocards vraiment insupportables. J'étais d'ailleurs proche de m'énerver (voire de songer à quitter la salle) quand, enfin, le miracle s'est produit : nos amis les trois crétins ont enfin décidé de bouger leurs sales gueules du car ! A partir de là, et donc pendant une demi-heure environ, j'ai réussi à prendre du plaisir et de l'intérêt aux personnages restants, devenus alors infiniment plus fréquentables et attachants. On en serait presque énervé contre Gondry tant l'œuvre aurait gagné à virer dès les premières minutes les trois Stooges, car j'ai alors enfin compris où le réalisateur cherchait à nous amener, son discours prenant ainsi tout son sens. Cela nous permet de quitter le film sur une bonne impression, prouvant que le réalisateur qu'on aime est loin d'avoir disparu, mais pour autant assez frustré d'avoir attendu le dernier tiers pour enfin prendre du plaisir : un résultat en demi-teinte.
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1868 abonnés Lire ses 3 124 critiques

    3,0
    Publiée le 3 octobre 2012
    Comme souvent, j'ai débarqué dans la salle en ne sachant rien de ce film. Seul un nom a suffi pour me convaincre de tenter l'expérience "The We and the I" : celui de son réalisateur, Michel Gondry. Encore une fois, difficile de ne pas apprécier l'originalité plastique de l'artiste, où chaque film se distingue des précédents, même si on retrouve malgré tout toujours un peu de son univers. Rien que pour cela, je trouve que le film vaut le détour, même si, lorsque j'ai saisi que le film se déroulerait exclusivement dans un bus, j'ai compris qu'il faudrait autre chose que cette originalité formelle pour ne pas sombrer dans l’ennui. Or, à ce sujet, j’aurais un avis mitigé, même si dans l’ensemble, il reste positif. En effet, c’est clairement sur sa galerie de personnages et sur la capacité à leur donner de l’épaisseur et à les faire vivre que ce film trouve sa force et son intérêt. Souvent, l'imagination de l’auteur fait des merveilles, et je ne cache pas qu'au milieu du film, j'étais totalement séduit par la richesse qui émanait de ce microcosme à quatre roues. Les quelques passages de flash-backs d'ailleurs, par leur forme et par leur fond, font souvent mouches et m'ont garanti une immersion et une séduction totale. Seulement voilà – mais c'est le risque inhérent aux démarches de ce type – l'intérêt que l'on porte pour les différentes intrigues se montre parfois inégal. J'avoue que certaines d'entre elles m'ont d’ailleurs clairement laissées sur le trottoir... Pourtant, même si j'ai fait le yoyo entre des moments d'extase et des moments dubitatifs, je dois me rendre à une évidence : ce film laisse une trace. Même si je ne suis ressorti de là plein de sensations diverses (et parfois opposées), au final je reste tout de même agréablement marqué par cette histoire habile, qui sait à la fois créer et regarder. Alors, en guise de bilan, je ne laisse qu'un 3 étoiles car je ne peux m'empêcher d'avoir une sensation d’inachevé en pensant à ce film, mais que personne ne s'y trompe : pour moi, ce "The we and the I" est un vrai « 3 étoiles +++ » par rapport à la trace qu'il laisse. Un film à voir donc, vraiment...
    beautifulfreak
    beautifulfreak

    Suivre son activité 82 abonnés Lire ses 343 critiques

    2,0
    Publiée le 26 septembre 2012
    J'ai trouvé la première partie pénible (j'ai même failli quitter la salle): une bande d'ados têtes à claques (et plus stupides que des macaques) enfermés dans un bus comme ils pourraient l'être dans un loft, ça devient vite crispant, on a un peu l'impression d'assister à une de ces émissions de télé-réalité qui donnent envie qu'un psychopate masqué surgisse et décime tout le monde avec une machette, puis à mesure que le film avance au rythme du bus et que les personnages se réduisent - on passe progressivement du "We" au "I" - et prennent de l'épaisseur, ça devient un peu plus intéressant bien que moins rythmé. Mais c'est pour moi le moins bon de Michel Gondry, moins poétiquement créatif que d'habitude.
    vinetodelveccio
    vinetodelveccio

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 801 critiques

    4,5
    Publiée le 4 décembre 2013
    Un film passionnant d'une infinie justesse sur la jeunesse américaine et son apparente inconsistance derrière laquelle se cachent les espoirs et les doutes d'une génération bouillonnante d'énergie. Gondry délivre ici un film ancré dans une réalité mordante qui dénote avec son habituel goût pour le conte mais renoue avec son "épine dans le coeur". Rarement au cinéma, on a l'occasion de découvrir des personnages si finement ciselés qui évoluent avec tant de fluidité, au fil du scénario. Le cinéaste montre avec un talent fou l'influence de l'autre sur nos personnalités, comment le "je" est si influencé par le "nous". La mise en scène est d'une beauté saisissante, les plans frappent par leur intelligence et le bus offre un environnement que le réalisateur exploite avec brio. Le film, après un début étonnant d'énergie, se recentre au fil du temps pour devenir une œuvre confidentielle, poignante et bouleversante qui laisse une trace. Sublime !!
    AM11
    AM11

    Suivre son activité 2353 abonnés Lire ses 5 857 critiques

    1,5
    Publiée le 7 février 2013
    C'est vraiment pas terrible les personnages sont des têtes à claques donc difficile de s'y intéresser, le doublage est catastrophique mais c'est dommage car la dernière demi heure est surprenante et plutôt bien.
    Flex07
    Flex07

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 1 705 critiques

    2,0
    Publiée le 18 septembre 2012
    Dommage que le contenu soit un peu light. On se délecte quand même du style Gondry, ça fait plaisir.
    Val_Cancun
    Val_Cancun

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 764 critiques

    4,0
    Publiée le 13 décembre 2013
    Magnifique long'métrage de Michel Gondry sur les adolescents et l'adolescence. Un film qui reste en tête longtemps après son visionnage, qui réussit à rassembler les grandes émotions du septième art lors d'un simple voyage en bus d'une classe de lycéens du Bronx à la veille des vacances d'été : notamment le rire et l'émotion, qui vient vous cueillir quand vous ne vous y attendiez plus. Gondry déploie des trésors de mise en scène pour insuffler une énergie folle à "The we and the I", à l'image d'un humour omniprésent et d'une bande son hip-hop décoiffante. Un film unique, inclassable, d'une authenticité rare (les jeunes sont des comédiens amateurs, qui portent tous le prénom de leur personnage). Original, mélancolique et beau. A découvrir impérativement.
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 453 abonnés Lire ses 2 249 critiques

    1,0
    Publiée le 13 septembre 2012
    Et si, finalement, on en voulait à Michel Gondry pour avoir réalisé un film aussi répétitif, aussi déplaisant et aussi ennuyeux à partir d'une idée de départ aussi intéressante : montrer comment le comportement d'un même individu peut être différent selon qu'il est avec une bande de congénères et qu'il se croit obligé de jouer "son" rôle dans ce groupe ou qu'il se retrouve plus ou moins seul face à lui-même, sans aucune obligation de représentation. L'idée de ce film lui étant venu dans un bus se vidant petit à petit d'une bande de lycéens, Michel Gondry a choisi de la matérialiser dans un bus, un bus du Bronx de New-York, à la fin d'une année scolaire. On a donc droit à un huis clos mobile dans lequel insultes, chahut, incivilité sont la règle quasi-générale. Impossible de ressentir la moindre empathie pour les personnages, à l’exception, peut-être, de deux jeunes homosexuels au moment où on assiste à leur rupture. Au final, ce film animalier nous fait regretter ceux mettant en scène des lions ou des singes.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top