Mon AlloCiné
    Shadow Dancer
    note moyenne
    3,1
    886 notes dont 166 critiques
    2% (4 critiques)
    23% (39 critiques)
    39% (65 critiques)
    30% (50 critiques)
    3% (5 critiques)
    2% (3 critiques)
    Votre avis sur Shadow Dancer ?

    166 critiques spectateurs

    Piwi47
    Piwi47

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 244 critiques

    2,5
    Publiée le 27 février 2013
    Lorsque le réalisateur de documentaires anglo-saxon James Marsh (« Le funambule », Oscar en 2009) s’attelle au drame format cinéma, cela donne « Shadow Dancer », film britanniquo-irlandais présenté dans divers festivals en 2012, et récemment sorti en France. Récompensé du Hitchcock d’or ainsi que du prix du public Studio Ciné Live au Festival du film britannique de Dinard en octobre dernier, « Shadow Dancer » réunit pour la première fois à l’écran le british Clive Owen et la jeune actrice qui monte, Andrea Riseborough. Thème abordé au cinéma sous différents angles (« Au nom du père », « Ennemis rapprochés », « Ordinary Decent Criminal », « Bloody Sunday »), le sujet brûlant de l’IRA continue son bonhomme de chemin sur les écrans en interrogeant les foules à chaque nouvelle mouture. Aujourd’hui, c’est James Marsh qui se charge de faire vibrer le public au son des balles de mitraillettes de ses activistes. « Shadow Dancer » commence sur les chapeaux de roue, enchaînant d'entrée successivement les deux séquences les plus fortes du film. La première nous fait faire connaissance avec la jeune Colette, militante de l'IRA, lors d'un attentat avorté dans le métro londonien, James Marsh ayant choisi, à juste titre, de filmer cette scène inaugurale de manière réaliste et hypnotique. La seconde est l'objet de la rencontre ténébreuse entre Colette et Mac, un agent secret britannique, interprété par un Clive Owen à l'éternel regard de cocker battu, lors d'un rugueux interrogatoire. Moins poignant qu’un Greengrass, moins alarmant qu’un Sheridan, moins percutant qu'un Pakula, le film de Marsh, à la mise en scène intrépide, authentique et élégante, souffre par la suite d’un défaut soporifique indéniable, débouchant sur un thriller politique doublé d'un mélodrame terne et sans l'ambiguïté attendue, dans une situation qui aurait dû la développer. Si Clive Owen se contente de faire le boulot dans un rôle pas évident à négocier, il faut surtout saluer la révélation Andrea Riseborough comédienne ayant débuté sur les planches londoniennes, puis fait ses preuves au cinéma, dans un premier temps avec le réalisateur Mark Romanek sur « Auprès de moi toujours », puis avec l'aide diva Madonna dans « W.E. ». L'actrice a, semble-t-il, conquis le cœur d’Hollywood avec cette brillante interprétation, et devrait la reconnaître, si tout va bien, en star étincelante grâce à sa participation dans le très attendu « Oblivion » de Joseph Kosinski, aux côtés de Tom Cruise. Domhnall Gleeson, plus roux que son père (l’acteur Brendan Gleeson), erre, quant à lui, sans panache dans les limbes de ce « Shadow Dancer ». À se demander s'il ne s'est pas perdu dans le film ! Bilan : Avis mitigé sur le premier long métrage de James Marsh, qui recèle un scénario habile et une mise en scène irréprochable, mais nous laisse frustrés quant à la vérité du cinéma !
    elbandito
    elbandito

    Suivre son activité 204 abonnés Lire ses 610 critiques

    3,0
    Publiée le 7 juin 2013
    La condition humaine est au centre de ce subtil drame politique contemporain, le conflit en Irlande du Nord servant de toile de fond. Clive Owen est relativement crédible en agent du Mi5 et le regard bleu et triste d’Andrea Riseborough convainc pleinement dans ce rôle de mère qui doit trahir les siens pour recouvrer la liberté. Néanmoins les enjeux limités et le rythme paisible font que l’on peut ne pas adhérer à l’histoire par manque d’intérêt.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 783 abonnés Lire ses 4 998 critiques

    4,0
    Publiée le 27 juin 2013
    L'IRA, son organisation et ses conséquences diverses et variées ont beau être passionnants, rares sont les réalisateurs à avoir su en tirer le meilleur parti sur grand écran (Ken Loach, Neil Jordan, Steve McQueen...). Nous pourrons désormais rajouter à cette « short-list » James Marsh, principalement réalisateur de documentaires et réussissant quasiment un coup de maître avec « Shadow Dancer », qui réunit quasiment toutes les qualités que j'aime au cinéma. Elégance, intensité, ambiguïté, intelligence, profondeur : en effet, les adjectifs ne manquent pas pour qualifier ce drame de haute volée, particulièrement secouant et nous faisant passer par plus d'un état. Ce n'est pourtant pas le fait de nous proposer des scènes d'action ou de violence implacables : elles sont quasiment absentes. C'est plus la volonté constante du réalisateur de nous raconter une histoire dense, subtile et même touchante qui fait toute la différence, notre implication étant immédiate et continue jusqu'à l'éprouvant, et pourtant fort logique dénouement. Il faut dire qu'il est devenu peu courant de voir des personnages avec autant d'épaisseur et de force, qui plus est interprétés royalement (mention spéciale à la fascinante Andrea Riseborough). Bref, s'il manque peut-être l'étincelle qui aurait permis au film de devenir un chef d'œuvre, « Shadow Dancer » n'en est pas moins un incontournable de 2013 : une réussite passionnante.
    Septième Sens
    Septième Sens

    Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 516 critiques

    4,0
    Publiée le 13 juin 2013
    Le terrorisme n'est pas seulement pratiqué par des personnes convaincues et sûres de la cause pour laquelle ils se battent. Certaines sont embarquées malgré elles par un réseau, ou même sa famille. C'est le cas de Collette, seule fille d'une fratrie activiste de l'IRA. Après un attentat loupé, elle est interpelé par un membre du MI5. Elle a le choix : espionner sa famille, ou faire de la prison. Très lent et silencieux, Shadow Dancer prend le risque de perdre certains spectateurs sur cette route terne, et pourtant très puissante. À l'image de la scène (magnifique) du métro, un stress et une tension montent au fur et à mesure que le scénario progresse, non pas par de quelconques artifices narratifs, mais bien par l'intelligence de la mise en scène et le charisme de ces personnages, toujours plus menaçants. La caméra est au plus près de ces derniers pour déceler ce qu'ils ressentent. Ils sont emprisonnés par ce conflit et ces murs qui semblent se refermer sur eux petit à petit. Le cadre de James Marsh les immobilise comme si aucune issue ne leur était offerte. Ces films britanniques ont l'art d'évoquer, avec poésie et pessimisme, les sentiments de manière profonde dans un paysage gris, dénué de vie. Shadow Dancer est peut-être plus un film sur la conscience de nos actes qu'un récit sur l'espionnage. Cela ne veut pas pour autant dire que la figure de l'agent secret (interprété par un Clive Owen au regard déchirant) n'est pas crédible. Loin du héros inatteignable et sans sentiments, on observe ici quelqu'un d'humain et de juste, tout le contraire de ce que sa profession attend de lui. C'est enfin une surprise à laquelle on ne s'attendait pas forcément. L'image nous offre une netteté splendide avec des lumières aux forts contrastes, prouvant par là que cette oeuvre a plus de qualités qu'il n'y paraît. Par sa discrétion et son genre intimiste, Shadow Dancer est un film singulier qu'il faut regarder avec attention pour en savourer toute sa subtilité.
    conrad7893
    conrad7893

    Suivre son activité 134 abonnés Lire ses 825 critiques

    2,5
    Publiée le 3 janvier 2014
    film relativement plat sans scènes d'actions et de violences contrairement à ce que l'on pourrait attendre de ce genre de film les acteurs sont justes dans leur rôle l'actrice qui joue colette est très convaincante à part cela je n'ai pas été convaincu
    Parkko
    Parkko

    Suivre son activité 70 abonnés Lire ses 2 020 critiques

    3,5
    Publiée le 5 mars 2013
    Shadow Dancer est un film réussi. Au début, on peut être inquiétant : une histoire d'infiltration, l'IRA etc etc. on a l'impression d'avoir vu ça une bonne dizaine de fois, décliné sous diverses formes. Sauf que Shadow Dancer surprend par deux choses. La première, la plus importante, est par sa mise en scène, qui ne cherche jamais à donner dans le spectaculaire. Il n'est jamais question de surligner le trait, de flatter l'appétit du spectateur pour tout ce qui serait de l'ordre du grandiose, non, avec sa caméra James Marsh cherche plutôt à installer une sorte d'ambiance sourde qui prendrait à la gorge les personnages et les immobiliserait plus ou moins. La seconde est le scénario qui ne va jamais vraiment où on l'attend. Il y a un travail d'écriture assez intéressant, qui, doublé par la mise en scène, permet de donner lieu à un film vraiment intéressant.
    Kilian Dayer
    Kilian Dayer

    Suivre son activité 66 abonnés Lire ses 516 critiques

    3,0
    Publiée le 17 juin 2013
    Une fois encore, le conflit entre britanniques et indépendantistes nord-irlandais est au centre d’un récit policier qui lorgne ici d’avantage vers l’espionnage. Prise sur le faite, une jeune femme est investie, faute de sombrer derrière les barreaux, de la lourde tâche d’espionner ses frères, les acteurs de sa cause, sous les ordres de très mystérieux agents du gouvernement de sa Majesté. A l’heure ou les deux camps, le gouvernement anglais et la partie modérée de l’IRA parle de la fin du conflit, le clan de Colette, est lui, en pleine rébellion, plus dangereux pour la couronne que tout autre. Coincée entre sa famille dite terroriste et sa nouvelle vie d’infiltrée, Colette peut-elle vraiment compte sur l’agent qui la chapote, au risque d’ajouter son nom aux nombreuses victimes du conflit? James Marsh est très précis dans sa démarche, n’altérant jamais son récit d’une violence inutile ou de surenchère visuelle. L’Irlande du Nord, Belfast, est une région grise, morne et ravagée par la haine. L’on sent dans le regard de chien battu de son personnage principal, en tant soit peu non expressive, Andrea Riseborough, tout le poids du fardeau qu’est sa condition de femme soldat au service d’une cause. De paysages pluvieux, de quartiers sordides de Belfast aux domiciles des intéressés, au bureau de la police locale, Marsh ne laisse jamais le soleil briller, donnant la sensation qu’aussi longtemps que durera cette guerre, l’air maussade persistera. Hormis de dresser un tableau peu reluisant de l’Irlande du Nord, James Marsh tente de mettre à jour les dessous d’une histoire d’espionnage, d’infiltration. C’est malheureusement là que son film prend légèrement l’eau. Si le centre de gravité du personnage de Colette est très bien défini, le contexte, l’IRA, sont que trop vagues. L’on peine à donner un rôle à nos personnages dans l’ensemble du conflit, Marsh ne nous laissant qu’imaginer leurs importances. Par ailleurs, le personnage de Clive Owen, pas mauvais du tout, semble lui-aussi issu d’un groupement policier dont l’on nous dit rien. L’on sait seulement de quel coté sont les personnages, sans approfondir les causes, leurs entourages. Si Gillian Anderson ne sert ici strictement à rien, les deux acteurs principaux sont toutefois très bons. L’austérité du personnage d’Andrea Risborough confronté au professionnalisme de celui de Clive Owen donne quelques têtes à têtes très pesants. Un film tout à fait correct qui souffre d’un manque d’ambition peut-être voulu, ne se concentrant que sur une poignée de personnes pour presque délaissé tout le reste, voir même le contexte. Dommage que James Marsh n’ait pas vu plus grand, il en avait sans doute les capacités. 12/20
    Hollywood-Biographer
    Hollywood-Biographer

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 777 critiques

    2,0
    Publiée le 24 novembre 2013
    Si l'idée de départ demeure intéressante, et le scénario habile, "Shadow Dancer" déçoit par sa platitude. Cette intrigue d'espionnage manque vraiment d'envergure... Le film manque aussi de rythme, et de nervosité. En dehors de cela, il faut, tout de même, reconnaitre que les acteurs sont convaincants : Andrea RISEBOROUGH et Clive OWEN forment un bon duo.
    Otakool-Ciné
    Otakool-Ciné

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 128 critiques

    3,5
    Publiée le 23 février 2014
    Sorti à moins de 6 mois d'intervalle du mastodonte Skyfall, il ne souffre pas pour autant de la comparaison. S'il reste autrement plus modeste que le film de Sam Mendes, il possède de solides arguments. Ancré historiquement dans une période propice aux conflits, le film y gagne en réalisme. Avec une tension de tous les instants et un scénario qui n'essaye à aucun moment d'embrouiller le spectateur, le film se tient bien sur la durée, écartant toute incohérence. Ca fait plaisir de se sentir au niveau pour comprendre un thriller parfois!
    Lockoss
    Lockoss

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 238 critiques

    2,5
    Publiée le 11 mars 2014
    Les premières minutes invitent le spectateur à prendre place et à s'installer dans l'action. La scène d'ouverture permet une immersion totale grâce à sa réalisation travaillée et à son ambiance forte. La suite va totalement à l'encontre de ce début quasiment parfait, les minutes suivantes sont hostiles, l'intérêt porté en prend un sacré coup et le rythme devient beaucoup plus lent. Heureusement que les acteurs sont convaincants. Ce film traitant de L'IRA avait toutes les cartes en main pour faire un carton, James Marsh les a mal jouées.
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 15 février 2013
    Dans cette époque paranoïaque, envahie par le pouvoir des images, une surmédiatisation ambiante et des peurs fabriquées de toute pièce, une nouvelle œuvre sur l'IRA est plus que jamais d'actualité. Sans surprise mais traité avec simplicité, efficacité et sincérité, "Shadow Dancer" est une balade dans une Irlande ravagée par un conflit qui la dépasse, où l'ombre de la mort plane, et déambule à chaque coin de rue, prête à attraper n'importe qui, homme, femme ou enfant. Loin du glamour et du spectaculaire, le film s'ancre dans un contexte ordinaire concret avec ses trahisons, ses luttes, ses conflits d'intérêt, ses deuils obligés et cette notion de clan, de famille, d'identité sans cesse remise en question. Dommage que Marsh n'est pas exploité totalement le potentiel de son histoire malgré un bon casting, et de belles images.
    Béatrice G.
    Béatrice G.

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 457 critiques

    4,0
    Publiée le 16 décembre 2013
    Un film plutôt sobre mais néanmoins captivant. L'histoire est prenante, avec une bonne dose de suspense et de tension ainsi qu'une fin qui laisse pantois; la réalisation est soignée et adéquate, avec beaucoup de plans serrés. Le vrai point fort du film est cependant, les acteurs qui nous offrent une performance intense mais maîtrisée de bout en bout. Ce film vaut vraiment le détour!
    DanielOceanAndCo
    DanielOceanAndCo

    Suivre son activité 348 abonnés Lire ses 2 397 critiques

    4,0
    Publiée le 8 avril 2016
    Premier film de James Marsh que je découvre mais loin d'être mon premier film d'espionnage, "Shadow Dancer" est une oeuvre très réussie portée par une mise en scène minutieuse, un scénario intelligent et très bien mené et un casting 4 étoiles avec la présence du très charismatique Clive Owen entouré d'Andrea Riseborough, Aidan Gillen ou Domhnall Gleeson. Surtout, en parlant de sujets sensibles comme le terrorisme, de l'IRA et du conflit entre l'Irlande et l'Angleterre, James Marsh aurait pu mettre de l'huile sur le feu mais bien au contraire, c'est avec sensibilité et en donnant un visage humain à tous les partis et qui rend le film aussi réussi, surtout qu'il respecte à la lettre les différents codes de son genre tout en restant crédible. Avec notamment une fin très intense et puissante émotionnellement. Bref, "Shadow Dancer" est un excellent film!!
    LEPELTIER E
    LEPELTIER E

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 1 142 critiques

    4,0
    Publiée le 11 février 2013
    Une parfaite immersion dans une famille Nord Irlandaise déchirée par des années de guerre , d'une noirceur et d'une tension permanente ,le scénario et la sublime interprétation du casting vous tiendra en haleine jusqu'au coup de théâtre final .
    titi78350
    titi78350

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 181 critiques

    2,0
    Publiée le 16 février 2014
    je ne connaissais en rien les faits de ces révolutionnaires irlandais, et il s'est avéré qu'on en connait un peu plus à la fin du film. En ce qui concerne le film, je l'a trouvé lent par moment et j'ai pas été super emballé. Le scénario est assez classique avec une fin pas vraiment surprenante. C'est surtout que rien m'a surpris, ni les acteurs, ni les péripéties, ni la bande son...il reste tout de même intéressant de le voir pour mieux comprendre la scission entre irlandais et anglais.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top