Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Le Mur Invisible
note moyenne
3,7
278 notes dont 73 critiques
19% (14 critiques)
38% (28 critiques)
22% (16 critiques)
12% (9 critiques)
7% (5 critiques)
1% (1 critique)
Votre avis sur Le Mur Invisible ?

73 critiques spectateurs

Cédric Chardron
Cédric Chardron

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 4 critiques

5,0
Publiée le 18/03/2013
Une critique pour passer un gros coup de gueule... Nous sommes à Nantes et nous disposons de plusieurs grands complexes (UGC de 12 salles, Pathé de 14 salles, Gaumont de 12 salles et j'en passe). Aucune copie de ce film n'est présenté en Loire Atlantique! C'est juste scandaleux! Voilà une œuvre qui promettait de nous transporter, de la poésie, une réflexion... C'est si rare dans le cinéma moderne. Et non, ils préfèrent nous abreuver de films mille fois vus et revus où la surenchère d'effets spéciaux, d'hémoglobine et de répliques vaseuses sont leurs seuls atouts. Surtout éviter de montrer au public que le cinéma peut être aussi de l'art et une réflexion profonde! Imaginez un peu si les spectateurs se mettaient à réfléchir, ils en viendraient à réclamer qu'on leur servent encore de longs métrages artistiques. Ce serait la mort des grandes compagnies cinématographiques, des acteurs peroxydés et des actrices dont le silicone rivalise avec le botox. Toute une économie s'écroulerait! Alors ils évitent de distribuer les œuvres artistiques en espérant les tuer dans l’œuf. Désolé du coup de gueule, mais je suis écœuré! On va faire 200 kms aller retour pour le voir à Rennes...
Phil MacGyver
Phil MacGyver

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 57 critiques

5,0
Publiée le 14/07/2014
Magnifique ! Un film absolument magnifique à tous points de vue. Déjà formellement, où les images sont tout simplement à couper le souffle. La beauté de chaque plan, l'extrême soin accordé aux cadrages, à la lumière, aux espaces et à leurs couleurs est un émerveillement de chaque instant. Ensuite, la mise en scène d'une grande élégance, rigoureuse et fluide, totalement habitée par son propos, est une réussite totale. Le rythme lent ne pose aucun problème, tant il est en totale adéquation avec son histoire et les pensées de son personnage principal. Rarement on aura vu une caméra s'insurger aussi profondément dans la psyché de son héroïne, de façon aussi claire, limpide, évidente, presque palpable; sans avoir besoin d'ajouter des explications qui ne seraient que des scories indésirables ! Certains reprocheront au film de ne pas livrer d'explication à l'arrivée soudaine de ce mur invisible. Il faut qu'ils comprennent que ce n'est pas du tout le propos, que ça n'a que peu d'intérêt en fait. Et que la fin très ouverte, paraissant frustrante n'est en fait que la représentation d'un nouveau départ pour cette femme, qui a déjà accomplit un long chemin vers elle-même. Le mur est-il une simple invention de sa solitude ? La folie des hommes et leurs individualités forcenées ont-elles fini par créer une barrière physique autour de ceux qui ne se reconnaissent plus dans ce monde ? On peut imaginer plein de choses. Qu'elle est folle, ou bien plus saine que ceux qui l'entoure et que c'est ce qui l'a isolée... Le plus important est de comprendre le cheminement intérieur de cette femme, cheminement que nous devrions tous faire à un moment ou un autre de notre vie, si l'on veut y trouver un sens. Le film parle du rapport aux autres, de la connaissance et compréhension de tout ce qui nous entoure, mais aussi du rapport à soi-même. Les choses les plus importantes de prime abord peuvent finalement s'avérer bien futiles, et des choses d'apparences insignifiantes devenir une révélation. L'homme n'est pas fait pour vivre seul, mais il doit expérimenter la solitude pour se comprendre lui-même, pour tout épurer et aller à l'essentiel. Ce film parle de tolérance, du respect de la nature et de toute forme de vie, et aussi de tout ce qui sépare les hommes: la peur de ce qui leur est étranger. On parle de Dieu aussi. Mais nous sommes bien loin des notions naïves et primaires de la plupart des religions où Dieu serait un être unique, décideur et omnipotent; ici Dieu est tout. Dieu est le monde, la nature, l'univers... et nous-même ! Se rapprocher de Dieu n'est pas devenir individuel à tout prix, mais accepter de faire partie d'un tout cohérent et bienveillant. Nous devenons une partie de Dieu en nous rapprochant de ce qui nous est étranger, en l'acceptant, et en nous fondant dans une nature que la civilisation nous pousse à renier de plus en plus. Elle est là la vraie spiritualité, bien loin des inventions humaines destinées à masquer ignorance et obscurantisme. Et il est là tout le propos du film, bien loin du fait de savoir s'il s'agit d'un complot extra-terrestre ou autres banalités qui n'expliqueraient les choses qu'en surface ! Un très très grand film. Essentiel !!!
Patrick Braganti
Patrick Braganti

Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 425 critiques

4,0
Publiée le 19/03/2013
Le Mur Invisible ouvre des abîmes d’interrogations sur la capacité de l’Homme à s’adapter, à trouver en lui des ressources pour ne pas sombrer et penser à la mort, des raisons pour continuer. C’est aussi l’occasion pour la prisonnière de faire un bilan, de reconsidérer son existence à l’aune de ce qu’elle vit à présent, en questionnant sa place dans le monde et celle de l’amour. Grandes interrogations métaphysiques, magnificence des paysages et retour à la nature (par obligation), voix off et monologue : voici quelques éléments qu’on a vus il y a quelques jours dans À la merveille, le dernier film de Terrence Malick. Il est tentant de mettre les deux opus en parallèle et d’opposer la vacuité et l’inconsistance de l’un à la force et à la profondeur de l’autre. Le Mur Invisible parvient consécutivement à nous inquiéter, angoisser puis nous faire réfléchir et nous émouvoir – le chien constitue ici un personnage à part entière. Comment l’être humain s’accommode-t-il de sa solitude, de l’absence de liens sociaux, accepte-t-il sa finitude dont il ne prend le plus souvent conscience que dans des situations extrêmes. Des thèmes fondamentaux abordés avec subtilité, radicalité et panache (la photo est magnifique mais ne fabrique jamais d’inoffensives cartes postales, au contraire elle souligne l’aspect anxiogène des paysages faussement tranquilles) dans un film étonnant, porté à bout de bras par l’actrice Martina Gedeck, révélée par La Vie des autres.
Marc T.
Marc T.

Suivre son activité 100 abonnés Lire ses 403 critiques

2,5
Publiée le 15/07/2014
Tout était là pour faire de ce film un chef d’œuvre malgré les lenteurs attendues et (parfois) explicables, mais quelques points noirs l'empêche d'atteindre les 5 étoiles, à commencer par la fin. Note : n'ayant pas lu le livre, mes critiques concernent uniquement le film. La fin donc : je ne demandais pas un final hollywoodien avec explication sur la présence de ce mur (libre à chacun d'interpréter la métaphore qu'il voit en lui), mais j'aurais au moins souhaité un approfondissement sur la vie de l’héroïne spoiler: (se résigne t-elle à ne plus chercher à savoir si le mur est toujours là, préférant cette nouvelle vie d'isolement au milieu des animaux et de la forêt ?). La musique ensuite : je l'ai trouvée presque agressive, ces quelques notes de violon ne m'ont pas semblé appropriées aux paysages magnifiquement filmés par Pölsler. Le récit du journal en voix-off : il devient de plus en plus poético-philosophique au fur et à mesure du film et lasse quelque peu sur la dernière partie, je ne sais pas si le livre est écrit et structuré de la même façon mais il y avait peut être matière à choisir des passages moins plan-plan (pour ne pas dire chiants). Comme dit au début, certaines lenteurs sont explicables, d'autres non, on avait bien compris le principe, inutile de nous montrer 10 fois l'héroïne en train de marcher dans la neige pendant de longues minutes. Ça peut paraître beaucoup, mais ces points négatifs ne sont que peu de choses comparés au potentiel qu'avait ce film dès le départ. Dommage...
Yves G.
Yves G.

Suivre son activité 310 abonnés Lire ses 1 605 critiques

4,0
Publiée le 07/04/2013
Il y a 20 ans un ami m'avait prêté un Babel - la collection de poche d'Actes Sud en était à ses balbutiements - en me disant qu'il s'agissait d'un des romans les plus captivants qu'il ait jamais lus Son titre : "Le mur invisible" de Marlen Haushofer Son sujet : une femme venue passer le week-end dans un chalet de montagne est soudain isolée du reste du monde par un mystérieux mur invisible. Près de 50 ans après sa publication en 1963 ce roman est porté à l'écran. Le défi n'était pas facile à relever : comment donner vie à une histoire réduite à un unique caractère ? Car très vite, l'héroïne renonce à rechercher les causes de la fatalité qui la frappe. Au risque de frustrer le spectateur de la résolution d'une énigme intrigante, elle va se concentrer sur la dure tache de survivre. Martina Gedeck, l'héroïne de "La vie des autres" prête ses traits lisses à l'héroïne - dont on ne saura jamais - et pour cause - le nom. Elle est tour à tour effrayée, révoltée, effondrée, réconciliée. Dans la seconde moitié du film, on sent poindre une routine un peu lassante. Mais le récit est tendu vers un épilogue qu'on ne révèlera pas dont l'inquiétante sauvagerie dévoile la raison d'être. A voir et à (re)lire.
 victor-gavoille
victor-gavoille

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 103 critiques

3,0
Publiée le 03/04/2013
Le thème de la barrière invisible fut empoyé jadis par Luis Bunuel ("L'Ange Exterminateur") pour dénoncer les travers de la bourgeoisie. Ici, un mur invisible fait une femme assez ordinaire se transformer en une sorte de Robinson Crusoe des montagnes. Elle a tout le loisir de se livrer à l'introspection et de développer une philosophie de la nature proche de celle de Jean-Jacques Rousseau. D'aucuns s'extasient devant le premier film de Pölsler, cela me paraît excessif. Le scénario est parfois bancal (voir la scène de l'intrus). Pourquoi avoir introduit des cauchemars dans un histoire déjà cauchemardesque à souhait ? Et puis, vers la fin, un ralenti interminable, censé susciter l'émotion, m'a seulement agacé. "Die Wand" doit beaucoup au chien "Luchs", dont la performance éclipse par moments celle de Martina Gedeck. Wouahhh....
dodo67
dodo67

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Publiée le 29/03/2014
un film dont j ignorai meme l existance.. vu tout a fait par hasard par video a la demande!je l avai selectionne a 2h du mat pour m aider a m endormir. bon ben je me suis endormi finalement 1h 30 plus film est une vrai découverte, une poesie,un film etrange,attachant,du vrai cinema loin des canon d hollywood..
lafgodieu
lafgodieu

Suivre son activité Lire ses 7 critiques

5,0
Publiée le 18/02/2014
un pur plaisir pour les yeux et l'esprit ! du grand art comme nous désirerions en voir plus souvent au cinéma. Et dans ces cas rares, trop rares, on gomme les possibles défauts ! S'ils se présentent sans gêner l'ensemble de l'oeuvre. Ce qui m'a manqué à la dernière image de ce beau film, aventurier de terres à conquérir et découvrir que je suis, c'est la réelle certitude d'en connaître un jour la réelle fin ; d'apercevoir et appréhender l'envers de ce mur énigmatique et si concret pourtant pour nous tous les vivants qui défilons dans le temps immobile, sans début et sans fin ! Notre "réalité" serait-elle, en fait, toute centrée à l'intérieur même de ce mur... Invisible, au pur goût d'incommensurable infini... Une suite serait judicieuse, judicieusement possible en chacun de nos esprits, uniques chacun à leur mesure dans l'Univers sans fin et égrenant ainsi... Une suite sans [faim] !
marsenavril
marsenavril

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 36 critiques

4,0
Publiée le 24/11/2013
Etrange et beau. Quand la vie est débarrassée du superflu, des oripeaux, des distractions, et des autres, qu'est-ce qui reste. La vie ramenée à l'essentiel, le lien qui unit le personnage à ses animaux et à la nature, la subsistance arrachée de haute lutte, la menace diffuse au delà de son rayon d'action, la réflexion sur les prédateurs, la place de l'homme au milieu des animaux et la nature. Il reste une impression durable et triste, comme une ombre qui s'étend sur un paysage. C'est dense, minimaliste et prenant.
traversay1
traversay1

Suivre son activité 479 abonnés Lire ses 3 026 critiques

4,5
Publiée le 23/03/2013
Le postulat de départ est de l'ordre du fantastique mais Le mur invisible est avant tout métaphysique et ... physique. Dans le film, il n'y a pour personnages qu'une femme, un chien, un chat, une vache et quelques autres bêtes. Seuls dans les Alpes autrichiennes, isolés par une paroi infranchissable d'un monde qui semble figé dans la mort. Porté par une voix off envoûtante, quoique parfois envahissante, Le mur invisible captive pendant près d'une heure cinquante alors que rien, ou presque, n'arrive si ce n'est le passage des saisons qui rythment les états d'âme de cette survivante qui va changer radicalement, chercher sa part d'animalité en elle, se reconstruire une personnalité loin de tout modèle social, en accord avec la nature. Le film pourrait d'ailleurs être une sorte d'allégorie sur une lente guérison après une dépression mais qu'importe. La nature, justement, est filmée de façon magnifique, terrifiante d'abord dans sa part d'inconnu puis apaisante, au fil du temps. Dans un dispositif qui rappelle les derniers films de Terrence Malick, l'autrichien Julian Roman Pölsler donne une leçon de simplicité, loin de la pompe prétentieuse du cinéaste américain. La vraie merveille, elle est du côté du Mur invisible.
dominique P.
dominique P.

Suivre son activité 396 abonnés Lire ses 1 902 critiques

5,0
Publiée le 14/03/2013
On est complètement happés par cette histoire surprenante. C'est magnifique, rien à redire. Beaux paysages, excellente interprétation, tout est parfait.
Serge H.
Serge H.

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Publiée le 07/10/2014
Bonjour Je viens de voir par hasard ce film sur arte car je ne connaissais pas et ne savais pas qu'il passait. Des les premiers moments jai été captivé. Ce film ma entraîné dans un univers duquel je nai pas pu me detacher jusqu'à la fin. C'est impressionnant car il ne se passe pas grand chose quand on prend du recul mais c'est envoûtant et bouleversant. Les images sont au millimètre pour faire mouche a chaque seconde. Vraiment jai découvert un style que je ne connaissais pas mais que j'attendais. C'est une revelation.
Fan absolue de Romy !
Fan absolue de Romy !

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 234 critiques

4,5
Publiée le 13/04/2013
Ce film est terrifiant psychologiquement. Je suis sortie de la séance avec une drôle d'impression, et aujourd'hui encore j'en reste troublée. Une femme plutôt coquette qui venait passer la nuit dans un chalet de montagne autrichienne avec 2 amis, et qui au réveil se retrouve complètement seule sans explication, et qui pire encore va retrouver le chalet encerclé par un mur invisible... Cette histoire m'a fait un peu pensé au film "127 heures" où le héros se retrouve le bras bloqué par un rocher dans une grotte, ou encore "Buried" avec l'enfermement du héros dans une sorte de cercueil. Il faut accepter une petite part de fiction avec l'apparition sans explication de ce mur invisible, qui va séparer cette femme de toute forme de vie humaine et l'obligeant à survivre par ses propres moyens, mais hormis cela, le film reste terrifiant car on peut finalement tous se retrouver un jour suite à un accident ou autre, dans une situation d'isolement total. L'actrice est formidable et offre une magnifique prestation pour un rôle difficile. Elle ne parle pas (isolement oblige), et fait donc tout passer par le regard, les gestes, l'attitude de survie, mais sa voix off nous lit ses écrits qui lui permettent de rester connectée au temps réel. Ce film m'a profondément marquée...
Patrick Hell
Patrick Hell

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 14 critiques

5,0
Publiée le 01/04/2013
Ce film a fait un tabac lors du dernier festival "Augenblick" (festival du cinéma allemand en Alsace) ; il y récolta le prix du jury, distinction hautement méritée... L'ambiance du film flirte avec le fantastique, mais c'est surtout la beauté des paysages alpins (au fil des 4 saisons), la qualité de la lumière et bien évidemment l'interprétation renversante de l'actrice principale Martina Gedeck qui marquent l'esprit... Une nouvelle pépite de la nouvelle vague du cinéma allemand !
jacques B.
jacques B.

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Publiée le 24/03/2013
Bonjour, Je n'ai pas lu le roman "Le Mur invisible" de l'écrivaine autrichienne Marlen Haushofer (1963), mais le film a eu l'effet de la madeleine de Proust en évoquant ma jeunesse en montagne. Le début étrange rappelle le film "le territoire" de Raoul Ruiz (1980), et le climat général celui "Des nouvelles d'Agafia" de Vassili Peskov chez Actes Sud 2009 ou encore "Les enfants de Noé" de Jean Joubert (1988). Laissez-vous emporter ...
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top