Mon AlloCiné
    Violette
    note moyenne
    2,6
    561 notes dont 105 critiques
    18% (19 critiques)
    37% (39 critiques)
    25% (26 critiques)
    10% (11 critiques)
    6% (6 critiques)
    4% (4 critiques)
    Votre avis sur Violette ?

    105 critiques spectateurs

    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2365 abonnés Lire ses 640 critiques

    3,5
    Publiée le 14 novembre 2013
    "Violette" portrait de Violette Leduc brossé par Martin Provost, après une première partie mi-figue mi-raisin, prend doucement de l'épaisseur pour devenir finalement bien plus intéressant que l'on ne pensait... En effet, d'emblée la personne de Violette est mal cernée, ce qui gêne un peu la compréhension, puis le découpage en plusieurs tableaux ou chapitres casse un peu la fluidité de l'histoire et paraît un peu scolaire bien qu'il puisse toujours se justifier... Ensuite, cette personnalité complexe est beaucoup mieux dépeinte, telle une femme meurtrie en contradiction avec elle-même, tiraillée, traumatisée par son enfance et en particulier sa mère à laquelle elle lui reproche d'en avoir fait une bâtarde et donc d'exister tout simplement ! Emmanuelle Devos passe curieusement du moins bon au début à ensuite, un jeu plus juste et plus profond pour donner corps à ce personnage en quête éperdue d'amour et de reconnaissance... C'est assez étonnant de remarquer que tout le travail d'écriture sera d'abord chez elle complètement destructeur pour devenir enfin libérateur au moment pile où elle sera à juste titre reconnue ! Ses rencontres successives et les rapports difficiles qui en découlent que ce soit avec les femmes ou les hommes sont révélateurs d'un profond malaise que Simone de Beauvoir va déceler à travers la découverte de ses différents manuscrits ! À ce propos, Sandrine Kiberlain est assez étonnante dans la peau de cette célèbre écrivaine et sa relation avec Violette est très bien montrée jusqu'à être l'élément essentiel du film. De Beauvoir impose en effet une terrible tension avec beaucoup d'exigence et de ténacité dans son obsession à soutenir sa protégée. Ce qui s'explique d'autant mieux car dans le contexte de l'époque, il est incroyable de penser que ces romans qui brisent bien des tabous, puissent avoir été écrits par une femme ! Même s'il n'est pas exempt de maladresses, ce film demeure une histoire passionnante et riche d'enseignement. Violette Leduc était vraiment à découvrir !
    brunetol
    brunetol

    Suivre son activité 127 abonnés Lire ses 103 critiques

    0,5
    Publiée le 15 novembre 2013
    Seul mérite de ce téléfilm congelé : donner envie de lire Violette Leduc. C'est déjà pas mal… Mais pour le cinéma, il faudra repasser. Certes, je n'attendais pas de l'auteur du très sage "Séraphine" une réelle audace, qui parait aux antipodes de ses préoccupations et c'est son droit. Martin Provost devait être premier de sa classe, et son rêve, c'est d'obtenir le prix du meilleur ouvrier de France. Sauf qu'avec de telles ambitions on peut faire de la cuisine ou de la menuiserie, mais pas du cinéma. "Violette" se contente d'illustrer platement un scénario amidonné qui respire la naphtaline. C'est un peu comme si le réalisateur nous faisait lire les pages mot à mot, l'une après l'autre. Dialogues terribles, littéraires ou théâtraux, c'est selon, mais du niveau de seconde. "J'ai enterré ma mère… dans la plus stricte intimité", articule Kiberlain, qui tente de rester digne de son personnage (Simone de Beauvoir) malgré la récitation que le réalisateur lui inflige d'un bout à l'autre, comme à tous les autres acteurs, massacrés, réduits au statut de trains électriques. Autre obsession : les plans de transition. Qu'il a dû apprendre à l'école, et dont il fait un usage immodéré : il faut toujours au moins quatre plans pour qu'Emmanuelle Devos puisse aller d'un lieu à un autre. Rue, porte cochère, escalier, couloir, portes. En cumulé, ces plans doivent bien représenter une demi-heure, fort coûteuse (car Provost s'est offert toute la collection des véhicules années 40 à 60 disponibles, a enneigé des rues...) et absolument inutile, sinon pour plomber une narration déjà poussive. Bref, un téléfilm poussiéreux, criblé de scènes ridicules (la crise de nerf de Violette traitée par trois bonnes sœurs à collerette en constitue l'un des sommets, comme la séquence où un grotesque imitateur de Louis Jouvet met en scène "Les bonnes" de Genet). On repense avec nostalgie à ce que Diane Kurys est parvenue à faire avec son biopic sur Sagan, d'une autre tenue cinématographique. Violette et Simone, décidément, méritaient mieux.
    Pourquoipas2
    Pourquoipas2

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 106 critiques

    2,0
    Publiée le 10 novembre 2013
    J'aurais voulu aimer ce film, malheureusement ce n'est pas le cas, je ne l'ai pas détesté non plus mais il a des longueurs qui n'apportent rien à l'histoire et les acteurs/trices ne jouent pas vraiment bien, notamment Devos et c'est bien dommage !
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 323 abonnés Lire ses 364 critiques

    2,0
    Publiée le 29 octobre 2013
    Avant-première de "Violette" hier soir à France Télévisions. Le nouveau film de Martin Provost, le réalisateur multi-césarisé de "Séraphine", a pour héroïne l'écrivain féministe Violette Leduc. Elle fut la protégée de Simone de Beauvoir. Mais elle souffrit aussi de cet encombrant patronage. Emmanuelle Devos est comme à son habitude parfaite. Mais était-elle la mieux placée pour incarner une femme réputée pour sa laideur ? Sandrine Kiberlain incarne le Castor avec la révérence due à l'auteur du Deuxième sexe. Je n'avais pas compris le torrent d'éloges qui avait accueilli "Séraphine" à sa sortie. Son académisme intemporel ne m'avait pas convaincu. J'adresserai les mêmes critiques à Violette qui lui ressemble par bien des aspects. Cette histoire trop longue (2h19) d'une femme aliénée qui trouvera son salut dans l'art trouvera-t-elle son public ? Sortie le 6 novembre
    Jean-Claude A.
    Jean-Claude A.

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 5 novembre 2013
    Il a fallu bien du courage et de la détermination à Martin Provost pour réaliser un film autour de Violette Leduc, écrivaine injustement méconnue de nos jours. Ce film retrace vingt-deux ans (1942-1964) de la vie d'une femme écrivain au talent exceptionnel. Un parcours émaillé de livres exigeants, audacieux, et dont la prose poétique n'a trouvé que très tard, après plusieurs échecs cuisants, un grand succès public. Avec " La Bâtarde", en 1964, qui aurait dû avoir le prix Goncourt s'il n'avait pas effrayé certains jurés le jugeant trop scandaleux. Quarante et un an après sa mort, Martin Provost nous offre un film rigoureux et raffiné ne cédant jamais à la facilité. Tout y est soigné, minutieux, précis et fidèle tant à l'oeuvre qu'au personnage baroque qu'était Violette Leduc. Emmanuelle Devos est une époustouflante Violette. Elle a tout compris du personnage et en restitue parfaitement toutes les facettes. Sandrine Kiberlain est une extraordinaire Simone de Beauvoir, qui a enfilé avec un bonheur évident les habits du "castor". Les autres acteurs sont également au rendez-vous. Aussi bien la grande Catherine Hiegel dans le rôle de la mère de Violette, que Jacques Bonnafé dans celui de l'écrivain-voyou Jean Genet, que le subtil Olivier Py dans l'écrivain canaille Maurice Sachs, ainsi que le troublant Olivier Gourmet dans le rôle du richissime parfumeur, collectionneur et mécène "radin" Jacques Guérin. Merci à Martin Provost de nous avoir rappelé ou convaincu que Violette Leduc est une des plus grandes voix de la littérature française du 20ème siècle. Jean-Claude Arrougé
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 523 abonnés Lire ses 1 387 critiques

    4,0
    Publiée le 6 novembre 2013
    Violette est une lointaine cousine de Séraphine, l'un des précédents films de Martin Provost. Violette Leduc ? Torturée, hypersensible, enragée. Mais à ses propres yeux, essentiellement une bâtarde et un être solitaire. Adoubée par Simone de Beauvoir, dont elle devint folle amoureuse, Violette connut le succès sur le tard avec un livre intitulé ... La bâtarde. Une fois encore, ce nouveau portrait de femme de Martin Provost s'impose d'emblée par la finesse et la densité de son écriture avec la volonté de ne pas plaire à tout prix. Tout aussi impressionnante est l'interprétation d'Emmanuelle Devos et, on a envie de dire surtout, de Sandrine Kiberlain, effarante de justesse en Beauvoir. La relation obsessionnelle de Violette pour son mentor et le combat féministe sont au cœur de ce film qui emporte en dépit d'une mise en scène bien trop sage.
    scrabble
    scrabble

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 323 critiques

    1,5
    Publiée le 6 novembre 2013
    Devos et Kerberlain jouent très bien mais le film est très inégal. pourquoi avoir coupé en plusieurs séquences aucun intérêt sauf pour saucissonner ce long métrage qui ne restera pas dans les annales
    islander29
    islander29

    Suivre son activité 294 abonnés Lire ses 1 133 critiques

    4,0
    Publiée le 8 novembre 2013
    Qui lit Violette Leduc ? Le film fait un pari audacieux, puisque l'écrivaine est semble t-il oubliée... A tort ou à raison ? je crois que la lecture d'un de ses livres s'imposent, quoique son œuvre semble très autobiographique. Pour en revenir au film, je l'ai trouvé gracieux et au fond assez précis sur les relations de Violette Leduc avec Simone de Beauvoir..... On suit un moment clé de sa vie, ses premières publications et le film avec sobriété et émotion pudique apporte une lumière surtout intime sur l'écrivaine (?) On retrouve la même dynamique que dans le précédent film de Martin Provost, mais avec deux actrices généreuses et fortes (Emmanuelle Devos et Sandrine Kiberlain).... Cette dernière est parfaite en Simone De Beauvoir..... Sans dévoiler le film leur amitié fut essentielle à la carrière de Violette Leduc...... Le travail photographique est sobre, ajusté à l'époque, les années 50, 60, et on note parfois de splendides plans qui interpellent le spectateur attentif.... Pas de sensations de longueur non plus, malgré les 2h 19, et au fond un film où la quête d'amour l'emporte sur l'œuvre à proprement parlé..... Sans être didactique, par ce film un auteur renait et nous est offert comme Séraphine et sa peinture.......Je conseille....
    alain-92
    alain-92

    Suivre son activité 240 abonnés Lire ses 837 critiques

    4,0
    Publiée le 16 novembre 2013
    Ce dernier film de Martin Provost, offre un magnifique, et incroyable face à face, entre deux femmes d'exception. Si le film, diminué de quelques minutes aurait gagné en intérêt, la mise en scène, toute en retenue, reste toutefois une belle réussite, et parfaitement nuancée face au sujet traité. On peut regretter que le scénario relate la seule période, couvrant vingt deux années de la vie de l'auteure, soit entre 1942 et 1964. Il aurait été intéressant d'en découvrir davantage, de cette enfance que l'on sait meurtrie, bien entendu, mais aussi ses ressentis au travers des découvertes faites dans sa jeunesse avec les écrits de Rimbaud, Gide et Proust, entre autres. Martin Provost définit son travail comme "une analyse profonde d'une artiste hors du commun." C'est très bien ainsi. L'époque d'après-guerre, est particulièrement bien reconstituée, le travail de Thierry François est tout à fait remarquable, et ce, dans les moindres détails sans qu'ils en soient pesants pour autant. Des cendriers "Byrrh", à une affiche de théâtre "La cuisine aux anges" avec Jean Paredes. Qui s'en souvient aujourd'hui ? Les costumes de Madeleine Fontaine sont à l'unisson. Les coiffures d'Aude Fidon particulièrement recherchées et appropriées. La photographie d'Yves Cape participe grandement à cette belle réussite. Tout en étant discrète, la musique d'Arvo Pärt m'a totalement envoûté. J'aime m'arrêter sur tous ces noms "de l'ombre" qui défilent trop vite au générique de fin quand ils, participent à la réussite du film. Trois femmes. Catherine Hiegel, tout à fait convaincante est excellente, une fois encore. Emmanuelle Devos, est, peut-être trop belle, pour interpréter Violette Leduc. Mais quel talent ! On le savait déjà, certes. Et enfin, Sandrine Kiberlain dans le rôle de Simone de Beauvoir. Elle est exactement "la Simone", ou en tout cas l'image que j'ai d'elle au travers de ce que j'ai pu lire. Au-delà de la troublante ressemblance physique il y a cette aura toute particulière des grandes comédiennes qui savent s'approprier un rôle, pour mieux l'habiter. Absolument magistrale. La recherche, ou simplement le manque du père. La non reconnaissance. L'extrême solitude. De l'aisance à la pauvreté. La perpétuelle quête d'amour. Violette Leduc, une femme hors du commun qui ne s'est pas cachée de ce qu'elle était. Avec ce magnifique appui de Simone de Beauvoir, la reconnaissance viendra très tard. Mais quel destin ! Quel courage aussi ! Un magnifique portrait de femme(s) sur nos écrans grâce à Martin Provost. Merci pour ce très beau moment de cinéma.
    Charlotte V.
    Charlotte V.

    Suivre son activité 9 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 7 novembre 2013
    Violette est un hommage à Violette Leduc, auteure injustement oubliée. A celle qui s'est livrée à Simone de Beauvoir et qui a osé parler de son homosexualité et de son avortement. A celle qui a puisé dans une solitude imposée toute la force de son écriture. Un grand bravo à Provost de réussir à dresser le portrait de cette femme et surtout, de nous plonger dans les textes de Leduc.
    anonyme
    Un visiteur
    2,0
    Publiée le 10 novembre 2013
    Encore un film d'une longueur et d'une lenteur inacceptables, compte tenu du manque de densité de son contenu : on finit par s'ennuyer ferme, malgré le talent des actrices... De plus, l'histoire tombe un peu comme un cheveu sur la soupe. Il y manque pour le moins la genèse de toute cette histoire. Comment Violette Leduc, apparemment d'origine modeste (en tout cas, c'est l'impression qu'on a), a-t-elle acquis son bon niveau de culture et établi des relations avec des personnes qui ne "cadrent" pas bien avec elle ? En bref : que s'est-il passé avant ? Par exemple, qui est ce "Maurice" du début du film ? Alors, à mon avis, il s'agit là d'un film dont le périmètre a été mal évalué par le scénariste et le réalisateur. Et le résultat est un peu navrant. C'est vraiment dommage, car mieux documenté et rendu plus nerveux dans son déroulement, cela aurait pu faire un bon film.
    Micha678
    Micha678

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    0,5
    Publiée le 16 novembre 2013
    Violette est un film d'un académisme ronflant et au scénario totalement bancal et anémique. Le jeu des deux actrices principales ne rattrape en rien la chose. E. Devos ânonne son texte comme un spectacle de fin d'année pour comédien du dimanche ! Un résultat bien navrant pour film qui ressemble à un téléfilm portant en écharpe ses alibis culturels.
    moreapacifique1
    moreapacifique1

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 59 critiques

    2,5
    Publiée le 9 novembre 2013
    Film soigné mais qui manque d'émotion. On n'y croit pas alors que l'histoire est réelle. Les deux actrices sont bonnes mais ne correspondent nullement aux personnages .L’intelligence de Simone de Beauvoir ne se lit pas dans les yeux de Sandrine Kiberlain.C'est dommage !
    Stevenin R.
    Stevenin R.

    Suivre son activité Lire sa critique

    1,0
    Publiée le 22 décembre 2013
    Un long métrage lent (dans le style provost) et avec un scénario qui donne l'impression d'être improvisé (idem), ce Violette est porté par une Emmanuelle Devos inégale et une Sandrine Kiberlain qui n'arrive pas à aligner deux répliques sans qu'on ait la désagréable impression qu'elles lisent un texte. C'est dire le niveau de l'interprétation.
    AM11
    AM11

    Suivre son activité 329 abonnés Lire ses 2 068 critiques

    1,5
    Publiée le 14 mars 2014
    Décidément c'est pas le genre qui est fait pour moi, j'ai trouvé ça long, poussif et ennuyeux malgré deux bonnes actrices ça manque vraiment d'émotion et l'histoire ne m'a jamais emballé. L'histoire est mal structurée, le chapitrage n'apporte strictement rien, un bon 1 heure 30 aurait largement suffit. En gros c'est un film fait pour les fans du genre ou pour ceux qui s’intéressent à Violette Leduc et Simone de Beauvoir ce qui est assez excluant pour les autres si ce n'est pas la cas.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top