Mon AlloCiné
Trance
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Trance" et de son tournage !

Une carrière qui bat son plein

Après 127 heures, Trance est le second film que Danny Boyle réalise après avoir obtenu l'Oscar du Meilleur réalisateur en 2009. Slumdog Millionaire avait, au total, remporté huit statuettes (parmi lesquelles l'Oscar du Meilleur film) ! C'est son dixième long métrage réalisé pour le cinéma.

Dream team

Danny Boyle avait déjà collaboré avec John Hodge, signataire du scénario, sur deux de ses précédents succès : Trainspotting et Petits meurtres entre amis. Après Trance, le scénariste britannique a également prêté sa plume à l'écriture de la suite de Trainspotting, dont la sortie est prévue en 2016.

Acteurs pressentis

Pour incarner le personnage de Franck dans Trance, rôle finalement joué par Vincent Cassel, Michael Fassbender avait été retenu, mais a finalement renoncé, son emploi du temps étant incompatible. Il aurait ainsi retrouvé James McAvoy, son partenaire et ennemi dans X-Men: Le Commencement. L'oscarisé Colin Firth a ensuite été pressenti.

Actrices envisagées

Avant que Rosario Dawson n'obtienne le rôle, plusieurs autres noms d'actrices avaient circulé pour interpréter la psychologue spécialisée dans l'hypnose, Elizabeth : parmi elles, Scarlett Johansson, Zoe Saldana et la Française Mélanie Thierry.

Engagé !

Avant que James McAvoy ne se présente devant lui lors des auditions, Danny Boyle était persuadé que du haut de sa petite trentaine, il serait trop jeune pour le rôle de Simon. Ce n'est que lorsque les deux hommes ont commencé à discuter qu'il a immédiatement remarqué que le rôle vieillissait le jeune comédien - un processus qui n'a cessé de se développer à mesure qu'il s'en imprégnait sur le tournage. James McAvoy a ainsi été engagé, et Danny Boyle a insisté pour qu'il garde son accent écossais, une demande qu'on ne lui fait pas souvent.

Le trio infernal

Dans la même veine que son Petits meurtres entre amis, Danny Boyle dispose à nouveau d'un arc composé de trois personnages principaux (ici Simon, Franck et Elizabeth), une dynamique intéressante car on ne sait jamais vraiment à quel personnage appartient l'histoire.

Vincent Cassel, gangster en anglais

Franck, un des personnages principaux, fait partie d'un gang de malfaiteurs. Pour intégrer le gang à l'histoire sans tomber dans la caricature, Danny Boyle s'est volontairement détaché des stéréotypes du genre relayés par Brighton Rock ou les films de Guy Ritchie. C'est pour cette raison qu'il a choisi Vincent Cassel et sa gueule cassée. Il a également insisté pour que l'acteur garde son accent français, pour lui permettre de se concentrer sur son interprétation et non pas sur la qualité de son accent.

Faire du neuf avec du vieux

Danny Boyle a cherché, avec Trance, à renouveler et moderniser le genre du film noir, principalement sur le plan émotionnel. Contrairement aux films de gangsters habituels, aucun des personnages du film n'a de plan B, ni de famille ou de structure pour soutenir ses actes : ils sont en dehors du cadre de la loi, mais irrémédiablement seuls. Trance surprend constamment dans ce sens, en revisitant les genres ou les fusionnant sans crier gare : par exemple, ce qui dans les premières minutes pourrait s'apparenter à un film de braquage prend une tournure totalement inattendue.

Queen Elizabeth

Les oeuvres cinématographiques de Danny Boyle ont toujours comporté d'importants rôles féminins (Virginie Ledoyen dans La Plage, Naomie Harris dans 28 jours plus tard, Clémence Poésy dans 127 heures ou encore Freida Pinto dans Slumdog Millionaire), mais dans des films portés par des rôles masculins. Dans Trance, le cinéaste a offert à Rosario Dawson un personnage au cœur de l'intrigue, fort et prépondérant, au même titre que James McAvoy et Vincent Cassel.

Problèmes de calendrier

Dès l'été 2011, le scénario du film était fin prêt, les acteurs avaient été choisis et le financement acquis. Cependant, les obligations professionnelles de Danny Boyle, qui s'était engagé à mettre en scène la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Londres, ont bien failli retarder le tournage du film. En effet, tourner en automne n'aurait pas laissé assez de temps au cinéaste pour achever le tournage, s'occuper du montage et travailler sur la musique. Par chance, le comité olympique lui a accordé quelques congés, ce qui lui a finalement permis de tourner Trance cette même année.

Changement de lieu

A l'origine, Danny Boyle avait pensé tourner le film à New York, et engager une actrice américaine pour le rôle d'Elizabeth. Il a finalement opté pour la situation inverse, c'est à dire transposer l'action à Londres et donner une autre nationalité au personnage. Il avait besoin qu'Elizabeth soit une outsider, une jeune femme isolée en pays étranger, sans personne vers qui se tourner.

Subtilité capillaire

Elizabeth (Rosario Dawson) est un personnage très intriguant, qui exprime très rarement ses sentiments. Cependant, un indice capillaire trahit les émotions de la jeune femme : selon la manière dont elle se coiffe, on peut percevoir différentes facettes de sa personnalité.

Method actress

Pour interpréter au mieux son rôle d'hypnothérapeute, l'actrice Rosario Dawson a lu de nombreux ouvrages traitant du sujet et a également assisté à des cours d'hypnose, en tant que simple observatrice : observer les échanges entre thérapeutes et patients a permis à l'actrice de s'approprier le ton calme mais autoritaire avec lequel les hypnotiseurs s'expriment dans le cadre de leur travail. La comédienne s'est également elle-même fait hypnotiser, et a demandé les services d'un professionnel pendant les répétitions.

Londres atypique

Danny Boyle adore tourner à Londres, mais a tenu sur ce film à ne pas insister sur les aspects typiques de la ville. L'équipe de tournage s'est donc installée à l'est de la capitale, entre Canary Wharf et les docks de Tilbury - des lieux reculés qui n'avaient encore jamais vu une caméra de cinéma.

Décors réfléchis

Les lieux d'habitation des personnages ont été choisis avec soin, et décorés de sorte à souligner leur caractère ou dévoiler des détails sans passer par les dialogues. Par exemple, Elizabeth habite dans la classique Harley Street, qui indique qu'elle gagne bien sa vie. En revanche, son appartement est dépourvu de photos ou de signes d'une quelconque relation amoureuse - on la croirait tout droit sortie d'un film de David Lynch ! Un autre détail concerne la couleur jaune des murs délimitant son couloir. En effet, en Occident le jaune est vu comme synonyme de trahison et de duplicité.

Un tableau significatif

L'intrigue du film tourne autour de la disparition d'un tableau de grande valeur, volé par un commissaire-priseur (Simon, joué par James McAvoy) et mis en lieu sûr avant qu'il ne prenne un violent coup sur la tête et ne perde la mémoire. Ce tableau, peint par l'Espagnol Francisco de Goya, s'intitule Le vol des sorcières. Un choix avisé lorsqu'on sait que la peinture représente un homme qui se cache sous une couverture, alors que des êtres vêtus de chapeaux pointus le survolent en soutenant une silhouette nue. Selon Danny Boyle, l'homme représente clairement le personnage de Simon, et le vol des sorcières illustre la sensation de contrôle surnaturel qui plane sur le film.

Danny & Rick

Le réalisateur a fait appel à un ami de longue date, qui avait notamment travaillé avec lui sur le film La Plage : Rick Smith, membre du groupe Underworld et auteur de la chanson Born Slippy, diffusée dans Trainspotting et devenue l'hymne officiel de la scène électro dans les années 90. Les deux artistes ont aussi travaillé en étroite collaboration pour la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Londres, et Rick Smith a lui-même suggéré à Danny Boyle de demander à la chanteuse écossaise Eméli Sandé de prendre part à deux morceaux particuliers de la bande originale de Trance, le timbre de sa voix lui rappelant le personnage interprété par Rosario Dawson.

Un souci de vérité médicale

Pour souligner la véracité des douleurs sous hypnose vécues par Simon, l'équipe du film a fait appel à des neurologues professionnels : "Nous avons enregistré l’activité cérébrale d’une personne sujette à une douleur réelle, puis celle d’une personne sous hypnose à qui l’expérience de cette même douleur était simplement suggérée, et avons démontré qu’elles étaient très proches. Cela indique que l’hypnose provoque une véritable activité cérébrale, il est donc tout à fait plausible que le personnage de Simon ressente une douleur bien réelle sous hypnose, comme c’est le cas dans le film."

Danger en hauteur

Une des scènes du film voit le personnage de Simon en équilibre en haut d'un immeuble. James McAvoy, qui voulait confronter Simon à sa propre mortalité, a lui-même proposé au réalisateur de faire le saut pour se retrouver dans cette situation précaire, mais les producteurs ont refusé l'idée de peur qu'il ne se fasse mal (ils ne disposaient pas de filets de sécurité ou de matelas pour amortir une possible chute). Cependant, juste avant de commencer à tourner la scène, Danny Boyle s'est tourné vers son acteur, lui a adressé un clin d’œil et lui a dit "Fais-le". Ce qu'il fit. Bien sûr, la scène a une nouvelle fois été tournée, cette fois-ci avec tout l'équipement nécessaire en cas de problème.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Les Bonnes intentions (2018)
  • Les Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald (2018)
  • Bohemian Rhapsody (2018)
  • Overlord (2018)
  • Le Jeu (2017)
  • Les Chatouilles (2018)
  • Le Grand Bain (2018)
  • A Star Is Born (2018)
  • Amanda (2018)
  • Millenium : Ce qui ne me tue pas (2018)
  • Fou d'amour (2015)
  • Mauvaises herbes (2017)
  • Un homme pressé (2018)
  • En liberté ! (2017)
  • La Chance de ma vie (2011)
  • Un Amour impossible (2018)
  • Sauver ou périr (2017)
  • Suspiria (2018)
  • Astérix - Le Secret de la Potion Magique (2018)
  • Les Filles du soleil (2018)
Back to Top