Mon AlloCiné
Populaire
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Populaire" et de son tournage !

Une Première !

Après avoir réalisé des publicités et des clips musicaux pour Jean-Louis Murat ou Jane Birkin, Regis Roinsard réalise avec Populaire son premier long métrage.

Production

Le film a couté environ 15 millions d’euros, ce qui représente un important budget pour une première réalisation. Pour convaincre les partenaires financiers, il fallait une tête d’affiche solide et "par chance, Romain Duris a adoré le scénario et s’est engagé tout de suite."

Point de départ

Le réalisateur Regis Roinsard a eu l'idée de Populaire en 2004 lorsqu'il est tombé sur un documentaire autour de l’histoire de la machine à écrire. Ce reportage "comportait une très courte séquence sur les championnats de vitesse dactylo, raconte le cinéaste. Ces trente petites secondes m’ont tellement fasciné que j’en ai tout de suite perçu le potentiel cinématographique et dramaturgique."

Romain Duris s'improvise coach

Devenir coach à l’écran a nécessité de la part de Romain Duris une préparation particulière. Avec Régis Roinsard, le comédien est allé à la rencontre de Régis Brouard, qui était alors l’entraîneur du club de foot de Quevilly. "Il avait déjà créé l’exploit en amenant cette "petite" équipe de National jusqu’aux demi-finales de la Coupe de France", confie l'acteur, en poursuivant : "Et il a récidivé, depuis, en atteignant la finale. J’ai donc pu observer en détails comment il parlait à son équipe, les mots qu’il choisissait de mettre en avant dans le vestiaire, son action au jour le jour. En fait, tout est question d’autorité. Il faut savoir à quel moment on peut être très froid avec ceux qu’on coache pour doper leur motivation et jusqu’où on peut aller sans briser leur confiance en eux. Comment créer une émulation sans écraser personne. C’est une mécanique de précision fascinante à observer."

Préparation au rôle

Pour incarner une jeune femme des années 50, Déborah François a visionné plusieurs films avec Audrey Hepburn, dont la coiffure est inspirée, comme que Sabrina, Ariane, Drôle de frimousse ou My Fair Lady.

Déborah François à l'entraînement

Pour son rôle, Déborah François s'est énormément entraînée à la dactylographie : "Je m’y suis consacrée deux à trois heures par jour pendant trois mois dans la phase de préparation, et ensuite pendant le tournage, mais pas tous les jours, confie la comédienne. Lorsque je devais taper à la machine pour une scène, je ne m’entraînais pas le soir, parce que j’avais peur de me faire mal. Au début, d’ailleurs, j’ai failli avoir un "Dactylo Elbow", car ce n’est pas une posture naturelle et les touches des machines à écrire sont difficiles à enfoncer. C’est un geste à prendre assez particulier. Le fait d’utiliser l’auriculaire était d’autant plus compliqué pour moi que je n’avais l’habitude de taper avec tous les doigts", explique la comédienne.

Musique

Pour le choix des chansons dans la B.O, l’équipe a puisé dans le répertoire du milieu des années 50 du jazz américain, avec des artistes comme Les Baxter et Jack Ary, interprète de la chanson "Le tcha-tcha de la secrétaire".

Directeur de la photographie

C’est Guillaume Schiffman qui assure la photographie de ce film. Il a notamment travaillé avec Michel Hazanavicius pour The Artist où il a croisé Bérénice Bejo qui tient l’un des seconds rôles de Populaire.

Couleurs d'inspiration

Pour le travail des couleurs, le réalisateur Regis Roinsard a consulté beaucoup de publicités américaines et françaises des années 50 et a visionné la plupart des films en couleurs qui avaient été tournés à l’époque en France : "Ce n’était pas évident, car on tournait en France encore essentiellement en noir et blanc, et les rares films en couleurs étaient eux-mêmes des films d’époque réalisés en studios", raconte le cinéaste, en poursuivant : "Le Ballon rouge ou Zazie dans le métro nous ont servi de sources d’inspiration. Mais on a un peu triché puisqu’on a aussi vu les films en couleurs de la Nouvelle Vague, comme Une femme est une femme de Godard."

Casting

Le réalisateur voulait que son casting soit composé d’acteurs aux références diverses. Pour le rôle principal, "Romain Duris s’est imposé tout de suite car son sens du rythme et de la comédie m’impressionne", explique-t-il. Pour celui de Rose Pamphyle, Déborah François a été choisie parmi les 150 comédiennes auditionnées. Selon Regis Roinsard : "Elle mêle une vraie fragilité et une étourderie touchante qui peut évoluer vers quelque chose de glamour".

Sueurs froides

Un clin d’œil à un film d’Alfred Hitchcock s’est glissé dans Populaire, avec les dominantes de rouge et de bleu. Mais également à travers la scène où Déborah François sort de la salle de bain, comme Kim Novak dans Sueurs froides.

Jacques Demy

Regis Roinsard revendique l’influence du réalisateur des Parapluies de Cherbourg pour l’identité visuelle de Populaire. Le scénario de Jacques Demy s'apparente pour lui à des "histoires qui semblent assez roses en apparence, mais qui ne le sont pas tant que ça au fond."

Travail de documentation

Pour préparer ce film, le réalisateur Regis Roinsard a enquêté sur le "sport" de la vitesse dactylographique et sur les écoles qui enseignent la sténo et la dactylo : "C’était en 2004 et c’était un travail difficile, parce que toutes les écoles étaient en train de disparaître et que presque aucun document d’archive n’avait été conservé", explique le cinéaste. "Sur Internet, je n’ai trouvé que de courtes vidéos sur les concours de vitesse de dactylo. Parmi les documents les plus intéressants, j’ai découvert une photo d’un championnat américain qui se déroulait dans une salle semblable à un vélodrome devant des milliers de spectateurs. J’ai aussi déniché des éléments de publicité Japy – les fabricants de machines à écrire organisaient les concours de vitesse dactylo – qui recensaient des championnats régionaux et j’ai rencontré d’anciens champions et championnes de vitesse", termine-t-il.

Costume

C’est Charlotte David qui était en charge des costumes de Populaire. Les années 50 est une époque qu’elle connait bien, puisqu’elle a créé les costumes des deux films OSS 117.

Tournage

C'est à partir d'octobre 2011 et pendant trois mois que l'équipe a tourné Populaire, posant ses valises en Normandie, en région parisienne et en Belgique, plus précisément à Liège.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Mortal Engines (2018)
  • Astérix - Le Secret de la Potion Magique (2018)
  • Bienvenue à Marwen (2018)
  • Une Affaire de famille (2018)
  • Spider-Man : New Generation (2018)
  • Rémi sans famille (2018)
  • Pupille (2018)
  • Les Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald (2018)
  • Sauver ou périr (2017)
  • Bohemian Rhapsody (2018)
  • Robin des Bois (2018)
  • Le Grinch (2018)
  • Aquaman (2018)
  • Le Retour de Mary Poppins (2018)
  • Les Veuves (2018)
  • Casse-noisette et les quatre royaumes (2018)
  • Hunter Killer (2018)
  • L'Empereur de Paris (2018)
  • A Star Is Born (2018)
  • Oscar et le monde des chats (2018)
Back to Top