Mon AlloCiné
Welcome to New York
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
note moyenne
1,5
935 notes dont 327 critiques
13% (43 critiques)
8% (26 critiques)
11% (37 critiques)
10% (33 critiques)
19% (61 critiques)
39% (127 critiques)
Votre avis sur Welcome to New York ?

327 critiques spectateurs

C.connu

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 35 critiques

4,0Très bien
Publiée le 18/08/2017

Cet excellent film, remarquablement interprété, apporte toute la cohérence nécessaire pour comprendre le déroulement d'une affaire complexe qui a surpris bien des français. Malheureusement, le scénario n'apporte pas de réponse quant à l'identité de ceux qui sont à l'origine du piège dans lequel est tombé le héros.

tyler57

Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 1 203 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 03/06/2017

Relatant l'affaire de directeur du fond monétaire international, ou se dernier fut arrêté et jugé a new york pour tentative de viol, Ferrara réalise encore une fois une oeuvre sulfureuse. Mais loin de ses talentueux "prince de new york", ou "Bad lieutenant", Welcome to New York a plus l'aspect d'un mauvais documentaire sur le libertinage bourgeois dans le milieux de la finance. Un portrait cru et sexuel que dresse le réalisateur sans se soucier de la moindre mise en scène. Ou les dialogues semblent etre improvisés tant ils sont mauvais et creux. D'ailleurs le doublage français est horrible. Welcome to New York est une suite de scène de sexe avec notre Gégé très hot ( sarcasme quand tu nous tiens ) suivi de dialogues à deux dans différentes pièces sans rebondissements ni le moindre souci artistique. Vu le sujet maladroit, on ne peut pas dire que ce fut une déception mais Abel Ferrara nous avait présenté la faiblesse humaine de meilleure manière.

I'm A Rocket Man

Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 944 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 11/12/2016

Je ne sais quoi penser de ce Welcome To New York !!! A la fois fascinant et scandaleux, je reste mitigé... Bon déjà il faut zapper la 1ère demi heure qui n'est que prétexte à montrer des scènes d'orgies sexuelles et c'est insupportable. De plus Depardieu est comme, à son habitude, ''too much'' et ses cris bestiaux pendant qu'il fornique m'ont gêné et agacé. Il joue mal, en fait des caisses et ça m'a dérangé. En contrepartie la deuxième partie du film est nettement plus intéressante et je n'ai pas réussi à arrêter. Au final je dois avouer que j'ai bien aimé même si ça m'écorche la bouche. Intéressant mais horripilant !

Marian88

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 99 critiques

0,5Nul
Publiée le 15/10/2016

Affligeant. Un soft porn médiocre et malsain qui se rapporte à l'affaire du pervers Strauss-Kahn. Depardieu devrait arrêter le cinéma plutôt que d'accepter ce genre de film alimentaire. Il n'est plus que l'ombre de lui-même. Il fait peine à voir tant son rôle est réduit à celui d'une bête de foire. Il n'est plus rien en fait.

Cinéphiles 44

Suivre son activité 74 abonnés Lire ses 1 717 critiques

0,5Nul
Publiée le 30/09/2016

90 00 personnes aurait vu Welcome to New York le jour de sa sortie, combien auront prit plaisir à le regarder ? Ce film, si on peut l’appeler ainsi, s’inspire de la vie de Dominque Strauss Kahn et de ses ennuis judiciaires suite à l’affaire du Sofitel. Cinématographiquement que peut-on en retirer ? Rien, la caméra est amateur, le jeu est plus qu’improvisé, la lumière est sale, les dialogues sont lamentables et la musique est inécoutable. Depardieu est un excellent acteur et on aurait pu attendre un minimum de sa part au-delà de la médiatisation du film. Or, son jeu n’est que grognements insupportables et gênants. Welcome to New York fera très certainement son succès grâce à sa polémique, mais rare seront les spectateurs qui trouveront du bon dans cette histoire indigeste. Vous voulez du porno, vous en trouverez facilement sur Internet. Mais ne dépensez pas sept euros dans cette ignoble exhibition gratuite. D'autres critiques sur ma page Facebook : Cinéphiles 44

http://www.facebook.com/Cinephiles44

MickJagger

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 110 critiques

3,5Bien
Publiée le 27/09/2016

Comment représenter le réel au cinéma ? Comment interpréter un personnage ? Le préambule indique la philosophie suivie par Abel Ferrara pour développer son histoire. L'acteur (Depardieu) déclare dans un interview qu'il faut être le personnage (Dereveaux) et non pas jouer le rôle pour représenter un personnage (DSK), et pour cette raison, il déteste les politiciens car ils trichent. Cette déclaration servira de fil conducteur à la fiction développée par Abel Ferrara. La difficulté sera alors pour le spectateur de différencier le fait réel de l'oeuvre fictionnelle. Abel Ferrara orchestre avec maestria sa démonstration, passant d'un monde à un autre avec beaucoup de subtilité et de savoir faire.L'utilisation des couleurs n'est pas facilement repérable mais permet de caractériser les personnages et leur univers. On passe ainsi de couleurs chatoyantes, évoquant le plaisir de vivre (son animalité) à une absence de couleurs vives pour refléter la privation, l'obligation de se soumettre aux règles de la société (police, justice, épouse). Le réalisateur utilise l'aspect documentaire dans son film pour indiquer que les victimes sont également manipulées et pour dénoncer l'influence du pouvoir de l'argent sur la condition et le devenir des gens On peut lui reprocher son absence de point de vue sur la victime, ainsi que le dénouement peu lisible et un peu trop axé sur la condition du personnage-acteur. Belle œuvre tout de même.

cheyennehondo

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 250 critiques

0,5Nul
Publiée le 19/08/2016

En général les films de Gérard Depardieu sont plutôt bons, mais là j'ai vraiment pas aimé. L'histoire d'un politicien très connu et dont les médias on en fait la une un bon moment. J'ai trouvé ça trop longuet. Pour ma part la vie privée de ce personnage ne nous regarde pas. La première heure est de trop. Reste plus grand chose. Un film sorti sur internet sans passer par le cinéma. Je ne sais pas s'il y a un rapport avec la qualité d'un film , mais pour l'heure c'est raté. A éviter.

Eselce

Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 3 540 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 06/07/2016

Ecoeurant comme film ! Entre les grognements et les scènes X jouées par Depardieu, son langage cru et volontaire visant à rendre abominable le politique "DSK" dont le film est inspiré, le retrace avec un surplus de détail et des dialogues inspirés l'affaire DSK de l'entrée dans l'hôtel à l'arrestation en suivant quelques ébats du personnage sans parler du procès. La fiction va trop loin dans la perversion et le voyeurisme du personnage. On imagine davantage l'acteur principal se comporter ainsi dans la vie que le véritable "Devereaux" agir en bête de sexe et parler de façon aussi crue avec le copain de sa fille. Décevant compte tenu du marketing autour du film malgré quelques débats soulevés (Comme la candidature à la présidence française). Trop de vulgarité et une analyse crue et sans pitié de DSK. Il aurait été intéressant d'aller plus loin dans l'historique du personnage. Ce qui l'a conduit à son addiction pour le sexe, peut-être une partie de son enfance troublée et le comment en est-il arrivé là. L'oeuvre est mal construite et insuffisante mais je ne vois pas bien en dehors de G. Depardieu pour incarner "Devereaux".

Matthias T.

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 438 critiques

4,0Très bien
Publiée le 30/04/2016

"La bouillabaisse, c'est la partouze des poissons." (Gérard Depardieu/ Georges Devereaux Une histoire inspirée d'un fait-divers sordide, une campagne médiatique jouant sur l'aspect scandaleux et choc du film, une bande-annonce dont on ne retenait que les scènes de sexe : c'est peu dire que Welcome to New York pouvait susciter le scepticisme. On croyait avoir affaire à un objet vain et vaniteux, dissimulant derrière sa provocation tapageuse une profonde vacuité, et qui, bien loin de sa promesse de "film-choc de l'année" retomberait très promptement tel un pétard mouillé. Une bonne partie de la presse lui était d'ailleurs déjà tombée sur le dos ; les accusations d'Anne Sinclair et l'intention de DSK d'intenter un procès au réalisateur Abel Ferrara et au producteur Vincent Maraval - alors même qu'il n'a pas vu le film - donnaient aussi, d'ores et déjà, une mauvaise image du film au spectateur. Le film nous paraît pourtant mériter un peu plus de considération et d'intérêt que le traitement dédaigneux et avilissant auquel il a eu droit. Outre ses conditions inhabituelles de visionnage (seulement sur Internet en vidéo à la demande et non en salles) - qui feront sûrement date dans l'histoire de l'exploitation et de la distribution des films - ce Welcome to New York se révèle (bien) davantage que la simple provocation grossière et bas de gamme à laquelle il a été souvent réduit. Le premier écueil dans la réception du film de Ferrara nous semble avoir été de s'attarder sur son adéquation (ou non) au fait divers dont il s'inspire, celui de l'accusation de viol d'une femme de ménage afro-américaine vis-à-vis du directeur du FMI Dominique Strauss-Kahn en mai 2011. La décision - prise par Abel Ferrara et Christ Zois, auteurs du scénario - de changer les noms des protagonistes (Georges Devereaux pour Dominique Strauss-Kahn, Simone Devereaux pour Anne Sinclair) est à elle seule éloquente. Plus qu'une simple évocation d'un fait-divers, Welcome to New York nous semble au contraire une fable sur la vanité des plaisirs de la chair, et la tristesse de la jouissance physique. Ce n'est pas un film sur DSK (en particulier), mais sur la tristesse de la chair et de ses plaisirs (en général). Rarement (enfin cette année aussi dans le diptyque Nymphomaniac de Lars Von Trier), le sexe aura été aussi triste au cinéma ! On peut certes déplorer plusieurs défauts : un scénario parfois simple voire caricatural, des scènes d'orgie pas toujours inspirées - avec leur côté porno amateur, leur fondus enchaînés racoleurs et leur mauvais éclairage -, des longueurs par-ci par-là (le film dure tout de même deux bonnes heures), une mise en scène qui, parfois, lorgne avec un mauvais téléfilm (découpage de temps en temps plan/plan dans les scènes de confrontation entre Devereaux et son épouse dans la seconde partie). Néanmoins, c'est avant tout pour Gérard Depardieu l'occasion de revenir sur le devant de la scène avec un rôle vraiment digne de ce nom - pas une apparition ou une caricature de lui-même dans un navet français, américain ou russe, mais un rôle, un vrai. Mis à part des grognements de jouissance porcins dont on aurait aisément pu se dispenser dans la première partie consacrée à ses orgies dépravées, l'acteur crève l'écran avec une simplicité et une évidence désarmantes. Plus que jamais, il s'impose comme un acteur qui ne se protège pas, et ne prend pas de filet lorsqu'il joue. Belle est cette absence totale de protection, beau sans conteste ce don illimité de soi. C'est par ailleurs avec un incomparable panache que Depardieu sait rendre l'infinie tristesse de la chair ; car si, dans ce rôle, il se montre grossier, pervers, cochon, malsain, il a aussi cette part de grandeur qui parvient à élever au tragique la destinée de Georges Devereaux, le personnage qu'il interprète, et qui confère à son jeu une grande richesse et une grande densité. A cet égard, la dernière scène du film est tout simplement magistrale. Après s'être longuement confronté avec son épouse en huis-clos et lui avoir en vain expliqué que rien (ou presque) de ce dont on l'a accusé ne s'est vraiment déroulé, Devereaux se retrouve seul avec une autre femme de ménage, une hongroise du nom de Martha, auprès de laquelle il entreprend une nouvelle fois la même tentative d'approche, par habitude mécanique, oisiveté prolongée ou cynisme. La tentative d'approche se solde par un échec, et le film se finit de manière forte et poignante par un regard-caméra de Depardieu/Devereaux/DSK, à la tristesse vertigineuse et abyssale qui nous prend à témoins... Dans ce regard semblent se mirer mille choses, et avant tout la conscience de la vanité de tout ce qui a été filmé et vu par le spectateur précédemment : les cocktails "vodka - viagra - glace", les parties de fesse interminables, les éjaculations multipliées au milieu de la nuit, la blague vulgaire faite au petit ami de sa fille sur la bouillabaisse - qui serait, pour reprendre son analogie hautement raffinée et poétique, en tous points égale à "une partouze de poissons"... Ce regard-caméra opère en somme comme une confession, bouleversante et très forte faite à l'égard d'un spectateur, qui a assisté à la chute que le film a dépeint. Ce ne sont donc pas ses défauts qui demeurent le plus prégnants. Bien plus qu'un film de seconde zone racoleur et grossier, Welcome to New York parvient en effet - par certains moments de magie dans la mise en scène de Ferrara et l'interprétation de Depardieu, bien secondé par une impeccable Jacqueline Bisset, et par une grâce tout autant mystérieuse que fragile - à atteindre par intermittences une notable puissance, voire la grandeur et l'ampleur d'une tragédie shakespearienne étouffante et d'ailleurs toute en huis-clos, ce qui rend entre parenthèses son titre d'autant plus ironique. critique parue sur le site inthemoodforwatchingmovies.blogspot.fr)

mysticall666

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 89 critiques

4,0Très bien
Publiée le 20/04/2016

Welcome to new york, n'est pas seulement un film sur l'affaire DSK, il s'agit également de la chute d'un colosse finalement aux pieds d'argile. Le film se veut sulfureux mais il s'agit uniquement de quelques scènes en début de film. j'aime particulièrement le moment ou il se retrouve en cellule, sans même pouvoir téléphoner.

Redzing

Suivre son activité 97 abonnés Lire ses 3 048 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 11/03/2016

Abel Ferrara s'intéresse à l'affaire DSK (en prenant soin de changer les noms pour s'éviter des soucis judiciaires), et réalise un film qui fit pas mal de bruit à sa sortie, de par son sujet, et par le fait qu'il fut uniquement diffusé en ligne car refusé par les distributeurs de salles. A l'arrivée, "Welcome to New York" se focalise sur la chute d'un homme ambitieux, consumé par son appétit sexuel et son égoïsme. L'intrigue politique ou judiciaire est en effet complètement laissée de côté. Cependant, le film traîne pas mal en longueur, entre des scènes de sexe pas toujours utiles, et les détails de l'arrestation, un peu trop appuyés. La réalisation de Ferrara n'est quant à elle pas très inspirée, avec une mise en scène très statique et des éclairages assez moches. Question interprétation, on appréciera Jacqueline Bisset en ersatz d'Anne Sinclair. Gérard Depardieu, lui, est convaincant en égocentrique qui tombe en déchéance à cause de ses névroses, mais à tendance à en faire des tonnes quand il s'agit de débauche, à tel point que l'on se croirait parfois dans une parodie.

chrischambers86

Suivre son activité 1039 abonnés Lire ses 9 998 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 20/02/2016

Certains films èmergent d'une idèe, d'un rêve, et "Welcome to New York" d'Abel Ferrara est venu d'un travail collectif Spoiler: même s'il n'ajoute strictement rien à l’affaire DSK! Fondamentalement, le cinèaste de "Bad Lieutenant" raconte ici ce qui l'intèresse, se donne une trame, puis ècrit le scènario en explorant la dynamique psychologique des personnages! Ferrara prend aussi en compte les questions socio-èconomiques et philosophiques, qui sous-tendent cette tragèdie humaine! C'est ce qui en fait l'intèrêt et l'attrait! Et aussi le dèfi d'essayer de faire comprendre aux gens l'omniprèsence des forces qui font et dèfont des vies! Le personnage principal en lui-même est un personnage fascinant, un peu shakespearien (le pouvoir, l'argent et le sexe). Le sujet central, c'est ce qui arrive dans une relation de couple (l'un des èlèments de l'histoire), ce qu'il advient dans une relation quand une catastrophe survient! Comment un couple gère t-il cela ? Quand on vit avec une femme et qu'on la trompe, quels qu'aient ètè les arrangements avec elle, c'est un sacrè chamboulement! Bref, tout le monde a ètè touchè par les problèmes que le film d'Abel soulève, de près ou de loin! Sauf que "Welcome to New York" n'est pas un bon film! On n'est plus dans le règlement de comptes gratuit qu'autre chose, d'un metteur en scène qui change la chronologie des èvènements en ajoutant et en enlevant des scènes! Au bout du compte, le scènario se conforme à sa vision : un ramassis d'images choc (et de sexe) où Gèrard Depardieu (« Alors papy c'est fini ? ») n'a pas peur du ridicule et du qu'en-dira-t-on en exhibant sa nuditè! Ferrara appâte le client comme il peut et nous pond un film provocateur et caricatural dans lequel Depardieu dèfie constamment le public avec des improvisations très longues! Au final ? On s'attendait à pire quand même! A noter l'excellente chanson de Paul Hipp (« The Beautiful »)...

Karim A.

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 593 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 26/01/2016

Un film fait dans la précipitation scénario qui tient pas la route, Depardieu n'est pas assez proche du personnage qu il est censé interprété.

Marc H.

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 28/12/2015

Très bon film qui a fait l'objet d'un tir groupé de la critique bien pensante. L'analyse de la personnalité du personnage dans ce film est très bien faite - je crois sincèrement que le véritable DSK n'est pas loin de lui. Scène du viol très réaliste à mon sens. Un homme qui méprise les femmes à un te point doit se détester lui même. Une victime plutôt qu'un monstre.

Anne L.

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

0,5Nul
Publiée le 27/11/2015

Gégé! que fais-tu dans un si mauvais film?!! quelle déception! Ennuyeux, des plans beaucoup trop longs, rien de nouveau, bref, on s'ennuie à mourir. Et puis.... c'est du véritable porno durant les 20 premières mn du film. Inadapté au plus de 12 ans!!

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top