Mon AlloCiné
Maps To The Stars
note moyenne
3,1
3078 notes dont 419 critiques
5% (20 critiques)
25% (104 critiques)
35% (148 critiques)
20% (82 critiques)
10% (43 critiques)
5% (22 critiques)
Votre avis sur Maps To The Stars ?

419 critiques spectateurs

benoitG80

Suivre son activité 987 abonnés Lire ses 1 216 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 24/05/2014

"Maps to the stars" n'est pas un film facile par le sujet lui-même et encore davantage par le parti pris mis en place, mais la seule signature de David Cronenberg, en fait-elle un film réussi et à la hauteur pour autant ? De mon humble avis, j'ai très rapidement ressenti un malaise face à ce défilé de personnages venus du "star system" d'Hollywood... Malaise dû à une accumulation, à un catalogue de névroses, d'addictions, de pathologies mentales, de violence, partagés par chaque protagoniste au passé de plus effrayant, à un point où tout devient gratuitement sordide et nauséeux à ne plus être crédible du tout... Chacun est de plus doté d'un lot de défauts tellement impressionnant qu'on n'entre absolument pas dans ce film irréaliste au possible ! Le propos même de Cronenberg est à ce point outrancier, que le réalisateur passe à côté de l'enjeu apparemment visé et laisse ainsi le spectateur de côté ! Ce dernier ne ressent aucune émotion, aucun intérêt qui puisse le faire adhérer un minimum à cette histoire ou à ce milieu de stars toutes trop profondément perturbées ! De plus le scénario, encore par cette accumulation, ne semble pas crédible et nuit à la lisibilité et à la fluidité de l'ensemble... On peut bien sûr saluer la performance de Julianne Moore, car performance il y a, et en même temps son jeu ici aussi excessif, rend ce personnage caricatural et franchement peu crédible. Celui d'Agatha, plus dans le demi-mesure semble plus intéressant et énigmatique... Quant à la forme, l'excès est encore et toujours de mise et ajoute également à ce sentiment de rejet, comme ce poème d'Éluard déclamé tant de fois au point d'être galvaudé et inutile jusqu'à ne plus avoir aucun sens ! David Cronenberg a réalisé un film ou tout semble gratuit et infondé tel un catalogue de monstruosités, d'horreurs, librement montrées à l'écran avec juste l'idée de provoquer, sans qu'aucune histoire plausible, prenante et pertinente ne lie ces personnages entre eux ! Se situer une fois de plus dans le monde de l'argent et de la célébrité, renforce encore l'attrait que beaucoup ont pour cette société, qui au fond n'a rien de bien palpitant à dévoiler et à montrer... À ce titre et sans vouloir comparer, l'univers sinistre, misérable et donc totalement opposé du dernier film "Joe" de David Gordon Green, avait là de quoi nous faire frémir et également réfléchir, avec beaucoup de justesse, de talent et de style. L'exercice tenté ici peut certes plaire, mais pour mon compte, un sérieux élagage aurait permis de se concentrer sur un ou deux personnages importants, avec plus de finesse et de subtilité pour donner une vraie force, un véritable impact, indispensables et essentiels qui manquent énormément cette fois... "A dangerous method", "History of Violence", "Les Promesses de l'ombre" entre autres, étaient d'ailleurs bien plus pertinents et passionnants... L'univers envoûtant de David Lynch évoqué par certains ici, me semble bien éloigné de cet étalage de curiosités vraiment mal dégrossi et surtout totalement inabouti ! Une déception absolue...

chrischambers86

Suivre son activité 1099 abonnés Lire ses 9 995 critiques

3,5Bien
Publiée le 13/06/2015

Le cinèma de David Cronenberg dans toute son inquiètante ètrangetè! A travers les relations incestueuses et consanguines de tous ses personnages, le cinèaste èvoque le fonctionnement des studios hollywoodiens! Cela ne pouvait donner qu'un Prix d'interprètation fèminine pour Julianne Moore au Festival de Cannes 2014! Sans elle, cette satire de Hollywood aurait une autre saveur! Actrice vieillissante et dèsespèrèe qui rêve de refaire un film qui a rendu sa mère cèlèbre, Moore est à la fois extravagante, excentrique et drôle avec cette obsession pour la cèlèbritè! Quand Julianne Moore / Havana Segrand est à l'ècran, elle existe et en même temps elle est seule dans sa bulle, avec cette espèce d'enfermement permanent! il faut savoir que les films sur Hollywood parlent souvent de fantômes ("Sunset Boulevard" de Billy Wilder, "Mulholland Drive" de David Lynch...) et là l'idèe, c'est de relier les fantômes à quelque chose de personnel où chaque image ressemble à un miroir! Comme si Havana Segrand se voyait elle-même! C'est à dire que Havana est vraiment le fantôme de sa mère! Côtè distribution, Moore est entourèe de John Cusack, Robert Pattinson en chauffeur particulier et surtout de Mia Wasikowska, ètonnante (il faut la voir assise à quatre pattes sur Hollywood Boulevard avec des ètoiles dans les yeux). L'affiche en elle-même est fort rèussie et indique que Hollywood est en train de brûler! il n'est donc pas surprenant de voir que le film est une farce ironique, extrêmement fèroce avec un côtè très jouissif! Même si ce n'est pas le meilleur long-mètrage de Cronenberg, on y prend un plaisir fou parce qu'il y a quelque chose de outrageux dans cette histoire. "Maps to the Stars", c'est donc une cruautè, une drôlerie mais aussi une part èmouvante dans le rècit avec un jeune Evan Bird qui dègage un dèsenchantement de vieil homme! Mais aussi et surtout cette atmosphère chère à Cronenberg avec des acteurs sur la corde raide, qui peuvent chavirer sur l'autre versant à n'importe quel moment...

Alex*56*

Suivre son activité 198 abonnés Lire ses 315 critiques

4,0Très bien
Publiée le 31/05/2014

Ce nouveau Cronenberg est intéressant, ça faisait longtemps que je n'avais pas vu un scénario aussi travaillé, avec des protagonistes tout aussi bien ficelés niveau psychologie. Un film à l'ambiance schizophrénique, un film intelligent, noir, lugubre, incestueux... autant d'adjectifs qui pourraient identifier "Maps To The Stars". Cette satire d'Hollywood et de son milieu très "fermé" est mis à mal par David Cronenberg, expert dans l'art de captivé le spectateur, personne n'est épargné : Producteur, réalisateur, actrice, jeune premier, enfant(s) star, assistant de star... tous sont montrés de manière assez cynique, et c'est ce que j'aime chez Cronenberg. Les acteurs sont tous impeccables, en commençant bien sûr par Julianne Moore (qui à d'ailleurs cassé son glamour dans la scène des Spoiler: toilettes et de sa fameuse constipation !), qui joue une actrice vieillissante prête à tout pour rester au sommet, donc un personnage gâté d'avance niveau psychisme, laissez Julianne Moore vous guider. Les autres acteurs aussi ont des rôles à fort potentiels qu'ils exploitent parfaitement, Mia Wasikowska, John Cusack et surtout Evan Bird mon convaincus. La mise en scène est efficace, on décroche pas une seconde, même si le scénario est un peux complexe, il s'installe vraiment à partir de la 15ème minutes, en tout cas c'est à partir de là que je suis vraiment entré dans le film. En bref c'est une très bonne satire d'Hollywood, avec un lot de personnages aux cas pathologiques qui ferait pâlir les meilleurs H-P du pays, interprétés par de brillant comédiens. L'histoire peut paraître complexe, mais elle est intéressante et gênante à la fois, elle peut cependant en rebuter certains qui ne serait pas habitués au "genre Cronenberg".

De smet M.

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 44 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 09/09/2014

Maps to the Stars n'est absolument pas un mauvais film, ni un mauvais Cronenberg ; c'est un Cronenberg moyen. Cronenberg fait du Cronenberg, ressasse une nouvelle fois ses obsessions : la chair, le sang, le sexe, la pulsion. Programme sans surprises donc [...] Suite de la critique sur le blog de Pours-Culture. Pours-Cinéphilie.

elbandito

Suivre son activité 147 abonnés Lire ses 815 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 10/09/2015

David Cronenberg explore les déviances d’une famille américaine aisée qui vit au cœur du « star system hollywoodien » et subit en retour de bâton les conséquences désastreuses de ce milieu destructeur sur sa descendance. Ce portrait au vitriol serait intéressant si tout n’était pas aussi glacial, appuyé et caricatural. Chaque personnage est tellement atteint par bon nombre de pathologies que le brulot souhaité n’est pas crédible un seul instant. Quel dommage car les acteurs s’en donnent à cœur joie dans leur jeu excessif.

Estonius

Suivre son activité 170 abonnés Lire ses 2 575 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 21/03/2015

Certes le film est plus cronenbergien que Cosmopolis, mais il est aussi tarte. A quoi voulez-vous vous raccrocher quand tous les personnages sont laids, suffisants, horripilants, voire repoussants ? Si au moins l'histoire était intéressante, mais ce n'est même pas le cas.

Ramm-MeinLieberKritiker-Stein

Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 535 critiques

4,0Très bien
Publiée le 02/06/2014

Avec ce film, Cronenberg s'inscrit dans la lignée des réalisateurs qui ont critiqué le Hollywood d'aujourd'hui. Sauf qu'il déforme les règles concrètes grâce à sa réalisation incroyable... qui fait froid dans le dos. Les acteurs sont formidables, justes et (bien sûr) tout le contraire de prudes! Ils peuvent discuter d'inceste et manger en même temps, ou baiser à l'arrière d'une voiture, peu importe! Dès que la mise en scène est fabuleuse et le scénario bien écrit, tout passe! (façon de parler) Voici du vrai et pur cinéma, incontestablement le meilleur que peut nous offrir celui indépendant. Certes parfois gênant à souhait et surjoué, cette perspective du monde du business délivre un message intime, intéressant et réellement percutant. Tout comme les scènes de rêve, crédibles et tellement angoissantes à vivre pour nous, spectateurs... Du très bon Cronenberg, de qualité majeure.

Léo Mesguich

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 107 critiques

3,5Bien
Publiée le 20/07/2014

Hypocrites, cupides, mauvais, inconscients, dérangés, prétentieux, telle est la petite société d'Hollywood que nous décrit Cronenberg. Avec son côté choc, violent mais à la fois profond, il nous dresse une myriade d'histoires croisées dans la cité des Rêves, de l'actrice ratée à l'enfant-star, en passant par les incestes dégénérés. Le scénario est très bien ficelé, la violence est très présente et la folie aussi. La réalisation est simple, la musique de même. Le film est donc choc, puissant mais ne parvient selon moi pas à atteindre les sommets de par son manque d'originalité dans les personnages et cette absence totale de lumière. Un bon Cronenberg, mais pas forcément à la hauteur de ses classiques.

gimliamideselfes

Suivre son activité 833 abonnés Lire ses 3 583 critiques

4,0Très bien
Publiée le 22/05/2014

Cosmopolis m'avait vraiment marqué, sauf pour ses dernières minutes qui cassaient un peu le film, mais j'attendais quelque chose du même genre, une oeuvre aussi étrange que radicale et dérangeante. Et c'est ce que j'ai eu. Durant les premières minutes du film j'ai dû m'habituer à cette photographie numérique qui rappellerait plus INLAND EMPIRE que Mulholland Dr., à ce rythme lent, posé, quasiment sans musique, sans "bruit", juste avec ces gens qui parlent, qui disent des choses parfois atroces, incompréhensibles à ce stade du film en attendant et en espérant que le bizarre l'emporte et m'emporte avec. C'est ce qui s'est passé. Parler du film est assez vain vu qu'il faut le voir, c'est une expérience, un film qui ne ressemble pas à ce qui se fait d'habitude, un film qui dit des choses, qui montre des choses qu'on ne préférerait pas voir, pas savoir, pas entendre. Il serait sadique de parler de la "grosse" révélation du film, mais putain, faut être un gros malade, mais Cronenberg en est un, donc les choses sont normales… Ce film montre Hollywood et les gens qui le peuplent comment des abrutis, mais pas seulement, ça on le savait, mais comme des gens sales, avec une crasse que je ne pense pas avoir vu au cinéma depuis Killer Joe. Ils sont tous immondes, personne n'est à sauver, la seule purification possible serait de tous les brûler et de tout brûler. Cronenberg a dit qu'il ne voulait pas faire une satire, mais un film réaliste et que l'humour naîtrait de ce réalisme, du décalage entre ce qui se dit et le naturel avec lequel ils le disent. C'est assez terrifiant C'est vraiment un film à ambiance, c'est un truc viscéral qui se vit, on peut rester en dehors, mais ça serait dommage. On raterait l'un des trucs les plus puissants à n'en pas douter de l'année au cinéma.

Caine78

Suivre son activité 679 abonnés Lire ses 6 708 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 07/03/2015

Un Cronenberg qui a divisé, comme souvent ces derniers temps. Cela dit, après le quasi-calvaire qu'a été pour moi « Cosmopolis » (malgré de vraies qualités!), « Maps to the Stars » s'avère nettement plus proche du réalisateur qu'on aime : une odeur de soufre, des personnages ambigus voire carrément névrosés (pour rester poli), le tout porté par une atmosphère et un sens de la réalisation donnant parfois beaucoup de force à un scénario déjà assez dérangeant à la base. Il y a de s longueurs, certains rôles sous-exploités (celui de John Cusack, notamment) et on reste assez loin de « Boulevard du crépuscule » ou « Eve », ce qui est en soi plutôt normal. Mais on a au moins retrouvé un auteur fidèle à lui-même, excellent directeur d'acteurs (Julianne Moore est proprement stupéfiante, Mia Wasikowska pas mal du tout non plus) et capable de nous offrir des œuvres radicalement différentes de ce que l'on peut voir habituellement en salles, le tout porté par quelques scènes et idées mémorables, l'utilisation du « Liberté » de Paul Eluard en tête. Un bon cru.

Santu2b

Suivre son activité 95 abonnés Lire ses 1 354 critiques

4,0Très bien
Publiée le 30/01/2015

Une ancienne vedette has-been en souffrance, un chauffeur de taxi aspirant, un enfant star orgueilleux... Loin des paillettes et des tapis rouges, Cronenberg orchestre une véritable parade des monstres, un musée des horreurs exposé au moyen d'une mise en scène glaçante. Julianne Moore brille de mille feux dans sa composition hallucinée du désespoir, Norma Desmond des temps modernes. Effaçant l'errance "Dangerous Method", "Maps to the Stars" est la brillante incarnation d'un cinéaste au sommet de sa créativité, ajoutant une nuance de plus au panel déjà bien garni du Hollywood vampirique.

Myene

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 373 critiques

3,5Bien
Publiée le 05/08/2014

C'est du lourd à l'américaine au coeur d'une remise en cause familiale et sociale dont ils ont le secret et;;;l'habitude Si vous acceptez ces outrances vous passerez un bon moment car le casting est brillant et les situations bien "retricotées " sur une trame désormais classique de secrets si lourds ...à dévoiler Spoiler: porteurs non de résilience mais de destruction

aymericl

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 152 critiques

3,5Bien
Publiée le 19/06/2014

Que dire.... La prestation des acteurs et surtout celle de Julianne Moore sont à souligner. Le prix d'interprétation reçu à cannes est parfaitement justifié. Quant au film, Cronenberg met mal à l'aise le spectateur. Entre inceste, sexe, violence, démence... Un film déroutant qui peut laisser sur le côté certains spectateurs

Zoé B.

Suivre son activité 409 abonnés Lire ses 118 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 31/05/2014

Je le sais depuis "Peau d’Ane", Jacques Demy était très clair là-dessus : les enfants n’épousent pas leurs parents. Et voilà que David Cronenberg en rajoute une couche. Dans "Maps to the Stars", sorte de conte défait qu’il situe à Hollywood, il y va à son tour de sa mise en garde glaçante : Frères et sœurs, tenez vous tranquilles. Attention, danger ! C’est le grand message du film. Parce que pour le reste, l’argument marketing - le portrait au vitriol de la Mecque du cinéma, le regard sans appel que Cronenberg poserait sur la cité des rêves – tout ça est une blague, un raccourci hâtif à destination des journalistes. Assez commode au fond pour taguer leurs papiers après une projection cannoise qui les a laissés pour le moins décontenancés. Je trouve pour ma part la vision d’un Paul Schrader, dans le récent et sous-estimé "The Canyons", autrement plus intéressante. Mais si "Maps to the Stars" me déçoit autant, c’est que Cronenberg est sans doute le metteur en scène qui m’impressionne le plus. Par sa longévité, par la qualité incroyable de ses films, tous différents et pourtant cohérents, composant une œuvre absolument singulière de prototypes. Et surtout par la puissance de sa réalisation qui me laisse à chaque fois baba : "Spider", "Les Promesses de l’ombre" ou le très décrié "Cosmopolis" sont quelques exemples de cette maestria confondante, cette puissance de feu à mon avis sans équivalent. Mais qu’on se rassure, Cronenberg n’a pas perdu la main. Si "Maps to the Stars" est indéniablement plus sage, assez facheusement marqué aussi par son image numérique, il y a tous ces plans qui continuent de signer la suprématie du maitre. Cette façon redoutable de doser les durées, de mettre en scène le dérèglement, d'assumer la violence… Mais le script de Bruce Wagner - scénariste de "Wild Palms" et de "Freddy, les griffres du cauchemar" (!) - très habile pourtant dans sa mise en place, ne s’épargne aucun cliché. Collage en apparence idéal des grandes obsessions de Cronenberg, la chair et la psyché, il peine à faire autre chose que payer son tribut. Reste heureusement la captivante Mia Wasikowska.

Flaw 70

Suivre son activité 209 abonnés Lire ses 386 critiques

3,5Bien
Publiée le 24/05/2014

David Cronenberg est un cinéaste passionnant qui à marquer le cinéma par ses films avant-gardistes et intelligent mais depuis quelques temps il semble opérer une réorientation de sa filmographie, il s'adapte et évolue marquant clairement deux phases dans sa carrière. Durant une majeure partie de sa carrière il a eu cette fascination pour la dégénérescence des corps ainsi que le difformité et les malformations physiques qu'il a magnifiquement exploité dans des films de science fiction, fantastique et même poussant jusqu'au thriller érotique avec le troublant Crash. Pour autant il s'intéressait toujours autant à la psychologie et aux limites de l'esprit qui pousse parfois à la folie. Et après son visionnaire eXistenZ, il opéra un changement pour faire passer la folie et la dégénérescence de l'esprit avant celle des corps et s'orienta vers un cinéma plus psychotique et névrosé parfois de façon très réussi ( Spider ) parfois moins ( A Dangerous Method ). Il a donc persévérer dans cette voie jusqu'en 2012 ou il se plongea dans le métaphysique avec l'inspiré mais maladroit Cosmopolis qui permettait en plus de révélé Robert Pattinson comme un acteur solide et intéressant. Aujourd'hui avec Maps to the Stars il continue ce qu'il a entrepris avec Cosmopolis comme si les deux films formait un diptyque ( à la manière que le très bon A History of Violence et l'excellent Eastern Promises en formait un ). Pour être clair ce dernier film est plus abouti que Cosmopolis grâce à une intrigue mieux mené et plus pertinente mais à force de vouloir créer différents niveaux de lectures, des doubles sens, le scénario digresse et ce vide de sa substance à tel point qu'a un certain moment on se dit tout ça pour ça car il a tendance en faire trop pour dire peu. Pourtant la satire hollywoodienne est excellente et permet au film de livré ses meilleurs scènes grâce à un sens de la caricature et de l'ironie poussé à l’extrême qui se montre jubilatoire surtout que l'ensemble est soutenu par d'excellent dialogues. Mais c'est lorsqu'il se concentre sur son personnage central que le film devient moi intéressant pour ne pas dire chiant car au final on se contrefous de cette histoire familiale qui ne sait pas ou elle va et qui parfois ne semble être là que pour créer du choc et du drama. D'ailleurs c'est ce qu'on peut reprocher au film, c'est que parfois il crée le choc pour le choc Spoiler: ( Julianne Moore était vraiment obliger de ce faire sodomiser à l'arrière d'une limousine ? était elle obliger d'avoir une scène ou elle est sur les toilettes pour parler constipation ? La mère était elle obligé de s'immoler à la fin ? ). Néanmoins lorsqu'il explore la perfidie et l'incestuosité du milieu hollywoodien le choc est plus justifié et bien mieux employé mais malheureusement il n'exploitera jamais pleinement cela. Par contre les personnages sont tous très bien écrit, on a vraiment affaire à un festival de monstres au complexe œdipien hanté par leurs démons du passé ce qui permettra d'avoir quelques bons moments onirique. Malgré tout la vraie bonne idée du film est l'utilisation répété du poème d'Eluard "Liberté" qui donne une toute autre dimension au film rendant l'ensemble symbolique et qui est plus que pertinent dans un système qui broie les gens, les pousse à la haine et à la folie, il interpelle comme un cri de révolution et pousse les personnages à la transcendance Spoiler: ( surpasser ses parents incestueux pour le cas d'Agatha et surpasser sa mère en l'incarnant pour Havana ). C'est donc un propos très noir que nous offre le film mais parfois il se perdra dans ses métaphores et il pourra paraître vide de sens ce qui l'handicap grandement Spoiler: ( comme l'histoire des parents d'Agatha qui n'a pas grand intérêt ). Mais le vraie problème du scénario est d’être en retard sur son temps car les rouages d'Hollywood son connus de tous, la satire est parfois déjà vu et on ne sera jamais surpris par ou le film nous emmène surtout que dans le genre on à vu mieux et plus intelligent avec le culte Mulholland Drive. Pour le casting les acteurs sont tous très bon mais la seul performance qui marquera les esprits c'est celle de Julianne Moore qui est tous bonnement prodigieuse et qui livre une des ses meilleurs performances. Notons aussi que le jeune Evan Bird fait sensation et ce montre comme un acteur talentueux à suivre de près et que Robert Pattinson est décidément très bon hors de Twilight, il se crée une bonne réputation et même si ici il n'est que peu présent j'attend avec impatience de pouvoir juger de sa performance dans le très prometteur The Rover. Pour ce qui est de la réalisation, la photographie est léché mais il est dommage que Cronenberg ait laissé passer un effet visuel aussi hideux à la fin Spoiler: ( la femme en feu ) alors qu'il était dans les années 90 à la pointe de ce genre d'effets surtout quand on voit son travail sur Scanners et The Fly qui surpasse de loin ce qui est produit ici. Tandis que sa mise en scène est plate alors qu'il aurait du y mettre de la fantaisie pour transcender son scénario mais malheureusement il n'en faire rien, il se contente de filmer le tout avec froideur et détachement même si il y à quand même une grande maîtrise sur l'ensemble. En conclusion Maps to the Stars est une preuve de plus que le David Cronenberg que l'on a connu n'est plus, il a le mérite d'essayer quelque chose de nouveau ses derniers années mais malheureusement cela a tendance à entacher la qualité de son cinéma malgré tous il n'est pas pour autant devenu un cinéaste inintéressant car on est très loin du mauvais film et que malgré quelques tares vraiment dérangeantes son Maps to the Stars est un bon film et qui, lors de ses moments forts, s'apparente même à une belle réussite.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top