Mon AlloCiné
    Mademoiselle Julie
    note moyenne
    2,6
    195 notes dont 39 critiques
    5% (2 critiques)
    28% (11 critiques)
    21% (8 critiques)
    31% (12 critiques)
    10% (4 critiques)
    5% (2 critiques)
    Votre avis sur Mademoiselle Julie ?

    39 critiques spectateurs

    alain-92
    alain-92

    Suivre son activité 240 abonnés Lire ses 837 critiques

    4,0
    Liv Ullmann souhaitait interpréter cette "Mademoiselle Julie". Une envie jamais concrétisée. Elle choisit d'en faire une nouvelle adaptation cinématographique. Minimaliste et glaciale à l'extrême, rien ne vient perturber le spectateur de ce texte que certains pourront trouver daté. "L’incompréhension et la difficulté de communication véritable entre hommes et femmes sont renforcées par l’illusion que grâce aux téléphones portables ou à l’ordinateur, tous ces problèmes sont résolus." Confie la réalisatrice pour mettre en avant l'actualité que ce texte représente encore aujourd'hui. D'emblée la photographie de Mikhaïl Krichman s'impose. Douce, souvent violente, elle magnifie les visages et les expressions des trois principaux protagonistes. La musique répétitive finit par alourdir le film et pèse très lourdement sur des longueurs parfois excessives. Samantha Morton, tout en émotions retenues, s'impose naturellement dans un rôle qui repousse un dénouement attendu. À ses côtés Colin Farrell est tout à fait excellent dans cet affrontement verbal, cruel et méprisant. Jessica Chastain, dans le rôle titre est souvent étonnante. Je retiens cette longue scène dans laquelle, le visage blafard et maculé de sang, son regard ne retient déjà plus la vie. Elle vient de perdre le pouvoir fragile et totalement illusoire d'une prétendue supériorité de classe sociale.
    tixou0
    tixou0

    Suivre son activité 268 abonnés Lire ses 1 098 critiques

    2,5
    Liv Ullmann la Norvégienne a beaucoup côtoyé l'oeuvre du Suédois Strindberg, avec Ingmar Bergman. Aujourd'hui septuagénaire, la grande actrice, devenue aussi réalisatrice (dès 1982), adapte pour le grand écran le célèbre "Mademoiselle Julie" du dramaturge scandinave (15e film tiré de la pièce !). L'action est transposée de Suède en Irlande, mais à la même époque (1890 - la nuit de la St-Jean), et dans le même milieu aristocratique, très codifié. La scène est dans un château (et son parc), principalement dans les cuisines de celui-ci (comme dans le texte d'origine). Les personnages sont John et Kathleen, valet et cuisinière, et la fille du propriétaire des lieux (un baron), Mademoiselle Julie. Ce resserrement du drame à trois protagonistes seulement conduit d'emblée à apprécier le casting du film. L'Irlandais Colin Farrell est l'ambitieux domestique John, cynique et veule - un rôle peu reluisant, où il convainc à moitié. La Britannique Samantha Morton est la figure digne et équilibrée du trio, "fiancée" bafouée de John, Kathleen - et elle est excellente (jeu très nuancé). Le rôle-titre revient enfin à l'Américaine Jessica Chastain (au physique éthéré de modèle préraphaélite - sa fin étant d'ailleurs digne esthétiquement des meilleures oeuvres de Rossetti ou Millais) - un rien inégale, mais magistrale dans les dernières 20 minutes. Plastiquement parlant, le film de Liv Ullmann est une réussite de chaque instant, mais la chronique de moeurs (décapante chez Strindberg) est ici affadie par la mise en scène trop sage, et trop "illustrative", et, plus encore, la corrosité du ballet de séduction entre maîtresse et valet, voulue et développée dans la dramaturgie originelle, passe largement à la trappe.... Bilan en demi-teinte.
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    J'ai vu ce film uniquement pour Colin Farrell. Le film est dirigé à la manière d'une pièce de théâtre. Le thème était intéressant (jeu de pouvoir entre une comtesse et son valet). Cependant, j'ai eu du mal à y croire et même la fin ne m'a pas convaincue.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 467 abonnés Lire ses 2 991 critiques

    2,0
    Quinzième adaptation cinématographique de la pièce d'August Strindberg, "Mademoiselle Julie" est un film relativement hermétique mais tout de même fort intriguant. L'histoire, qui ne réunit que trois personnages dans une immense demeure irlandaise en 1890, voit la fille d'un baron et le valet de son père s'adonner à un terrible jeu de séduction qui tourne mal, le tout sous les yeux de la cuisinière, fiancée du valet. Si Liv Ullmann est tout à fait passionnée par l'histoire, le film n'échappe pas aux dangers du théâtre filmé et se retrouve vite enfermé dans des conventions et dans des longueurs. Si la relation entre Mademoiselle Julie et le valet John est complexe, abordant de nombreux thèmes (dont celui, forcément, de la différence sociale), elle est aussi relativement difficile à suivre. En un peu plus de deux heures, les personnages se séduisent, se rejettent, se font des déclarations d'amour, s'humilient... Il n'est pas facile du tout de s'accrocher à l'ensemble tant les personnages nous sont inaccessibles. Dans un rôle complexe, Colin Farrell tente tant bien que mal de nous livrer une composition pleine de justesse. L'acteur se débrouille comme il peut, tantôt juste tantôt beaucoup moins. Jessica Chastain s'en sort aussi bien, nous délivrant quelques beaux moments de grâce mais le fait est que le film enferme trop ses acteurs dans des rôles trop complexes pour qu'on puisse comprendre l'étendue des propos de l'ensemble. Résultat : on s'ennuie à plusieurs reprises...
    ffred
    ffred

    Suivre son activité 331 abonnés Lire ses 2 110 critiques

    2,5
    A l'instar de N.B. Ceylan, c'est le premier film de Liv Ullmann que je vois (je ne savais même pas qu'elle réalisait). Les deux films sont d'ailleurs assez comparables. Une mise en scène soignée, des bons acteurs, une photo superbe. Visuellement, Mademoiselle Julie est somptueux. Très belles images, très beaux décors et costumes. A côté de cela, c'est adapté de la célèbre pièce de Strindberg (transposé en anglais de Suède en Irlande) et cela reste du théâtre filmé. Huis clos très bavard à trois personnages, où comme pour Winter Sleep, on a du mal à s'attacher à eux (à part peut être celui de la cuisinière mais le rôle est moindre). Le tout manque malheureusement de puissance, d'émotion, de passion. On ne sent pas vraiment la fièvre qui anime les protagonistes. Même si le tout s’accélère et prend un peu plus d’intérêt et d'épaisseur dans la dernière partie. J'ai eu un peu de mal avec l’interprétation de Jessica Chastain que je n'ai pas toujours trouvé très juste ni convaincante. Colin Farrell est lui vraiment très bien et Samantha Morton s'en sort la mieux (mais c'est le rôle le plus court). Malgré ses qualités formelles, Mademoiselle Julie reste un peu trop lisse, trop long (2h13) et trop figé. Dommage.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Voyant deux de mes acteurs préférés dans un film (Jessica Chastain et Colin Farrell) et un synopsis plutôt intéressant (bien que la bande-annonce n'était pas des meilleures), je me suis dis qu'il faudrait que je vois ce film, même s'il me paraissait tout de même un peu étrange (une pièce de théâtre filmée quasiment, la seule différence est qu'on a un vrai décors), eh bien au bout du compte je n'ai pas été déçue, Mademoiselle Julie est même somme toute un film bien agréable à regarder! Bien-sûr il faut avoir un certain goût pour la lenteur (peut-être légèrement trop présente en première partie de film) et le minimalisme, mais il a quand même un grand nombre de qualités, à commencer par les prestations des acteurs, tous les trois justes voire même excellents (Colin Farrell) et même au-delà époustouflants (Jessica Chastain est tout bonnement admirable dans certaines scènes). S'ensuit bien entendu l'écriture et du texte et des personnages, exquise, on ressort de ce métrage avec un léger goût amer et un souvenir d'une sublime cruauté, et c'est assez fort pour le souligner. La musique qui accompagne quelques scènes est elle aussi parfaite et s'associe élégamment à l'ensemble. Bref, Mademoiselle Julie est donc un bon film, peut-être difficile à aborder à la première impression mais qui mérite qu'on s'y attarde.
    César D.
    César D.

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 408 critiques

    2,5
    hyper académique et théâtral (normal, c'est l'adaptation d'une pièce). et pour tout dire, plutôt ennuyeux. les 3 acteurs s'en sortent bien, il faut le reconnaître, mais ça ne sauve pas le film de la torpeur et aussi un brin d'agacement qu'il provoque.
    ninilechat
    ninilechat

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 334 critiques

    4,0
    Je vous le dit tout net: j'ai adoré Mademoiselle Julie, film pas mal massacré par la critique. Bien sûr, il est: trop long, trop théâtral, trop bavard, trop confus. Mais la confusion -elle était déjà chez Strindberg, ce me semble! Rien n'est clair, chez Strindberg, dans cet étrange mélange de domination sexuelle et de domination sociale. C'était un sujet pour Ingmar Bergmann. Il ne l'a pas traité. C'est une de ses compagnes qui s'en empare maintenant, Liv Ullmann, une de celles qui sait le mieux, certainement, ce que le grand maître aurait voulu! Elle se permet d'aérer l'action par quelques scènes qui se passent dans le parc du château, une nature frémissante, autour d'un petit torrent. Elle se permet aussi de filmer un prologue. Une petite fille, seule dans une maison en deuil. Elle sort, elle fait corps avec cette nature secrète. Du coup, on comprend mieux Julie. Son enfance solitaire aux côtés d'un père aristocrate. Avant de mourir, sa mère, qui ne l'aimait guère, lui a quand même inculqué la haine des hommes. Lignées de femmes vendues, viandues pour des considérations sociales, qui subissent la conjugalité, et qui transmettent à leurs filles ce qui sera leur destin: accepter le poids du corps d'un homme qu'on n'aime pas. C'est la nuit de la Saint Jean. La nuit qui s'est couchée devant le jour -surtout au Nord, la nuit où la nature exulte, où tout est possible, où les génies sortent des bois pour entraîner les filles dans une ronde brûlante, quand la sexualité ne se dissimule plus. La nuit de tous les instincts. Cette nuit là, les domestiques ont le droit de tout faire, les maîtres organisent pour eux un bal, où eux même passent pour honorer d'une valse telle ou telle servante. La baron est absent: Julie, sa fille, le représente, et danse avec John, le valet de chambre de son père. John n'est pas un valet comme les autres: d'une misérable extraction, et poussé par une volonté farouche de s'en sortir, il a lu, il a été au théâtre, il a voyagé, il a même été sommelier dans un grand hôtel, en Suisse (il connait et apprécie le bordeaux..... du Baron).Il parle comme un bourgeois, avec des mots savants. Puis, la livrée bien coupée d'un valet de chambre de grande maison peut être aussi seyante qu'un habit d'officier.... Quelque chose s'est éveillé chez Julie, quelque chose dont, sans doute, elle n'a pas conscience elle-même. Alors elle poursuit John dans la cuisine, elle veut retourner au bal avec lui, elle le harcelle, devant les rebuffades de cet homme qui sait très bien qu'à ce jeu dangereux, il risque de perdre sa place, elle l'humilie, tandis que la tension érotique monte entre eux, -jusqu'au lit du valet. Tout cela, c'est la pièce, que l'on connait tous. Et honte au critique spoiler: de téléobs qui trouve qu'Ullmann n'a pas rendu la "bestialité érotique".... Certes, elle est pudique et a refermé la porte de la chambre. On ne voit pas les protagonistes en pleine séance de rhaorgh, rhaorgh.... mais j'ai trouvé toute cette première partie très lourde d'érotisme primaire.... Puis, au retour dans la cuisine, il y a une interversion complète des rôles. C'est le retour d'une fille paumée, perdue, désespérée, devant cet homme qui le prend de haut. C'est qu'avec sa virginité, elle a perdu son statut d'aristocrate. Ce n'est plus qu'une pute. Moins qu'une domestique. Car non seulement elle a couché -mais elle a couché avec un valet. Elle s'est doublement salie. Et ne voulait elle pas, elle même, la veille, faire avorter sa petite chienne qui avait fauté avec le bâtard du jardinier! Nous tous, fans de Broadchurch Abbey, nous savons que les domestiques de grande maison sont souvent beaucoup plus snobs que leurs maitres. C'est là que le film est très fort, et on comprend que la pièce ait été mal reçue en son temps: plus forte encore que la ségrégation par classes sociales, il y a la ségrégation par le sexe. John n'est plus le valet: c'est devenu le mec. Donc, celui qui a le pouvoir. Rien n'est clair dans le personnage de John. spoiler: A t-il, machiavéliquement, conduit Julie à sa perte pour pouvoir s'enfuir avec elle et l'argent du baron? Ou, comme il l'a dit, a t-il vraiment été très amoureux d'elle, lorsqu'elle était la lointaine jeune fille, marchant parmi les roses du jardin? Je le crois. Mais cet amour a cessé quand la pure petite aristocrate est devenu juste un corps sous lui. Jessica Chastain est Julie comme aucune autre ne l'a été avant elle. Bien qu'issue d'un milieu modeste, fine et racée, elle est plus aristocrate qu'aucune des nobliautes qui font parler d'elles chez les pipeules. Elle est magique. Le problème vient de Colin Farrell. Il ne sent pas la sueur. Il ne sent pas le sexe. Ohoh, me direz vous, y a maldonne! On n'est pas chez Lord Chatterley! John n'est pas garde-chasse! Certes, mais je pense qu'il doit y avoir quand même, chez ce personnage, quelque chose d'un peu brute, d'un peu animal, dont le pauvre Farrell est complètement, mais alors complètement, dépourvu. Le troisième personnage, évidemment, c'est la cuisinière, témoin muet et désespéré du naufrage de ses fiançailles avec John. Samantha Morton est très bien, mais vraiment pas jolie, ce qui rend le duel avec mademoiselle Julie par trop inégal..... En dépit de ses défauts (trop théâtral /trop bavard /trop confus), allez voir ce film. Il est envoûtant. Je l'aime.
    SRSL
    SRSL

    Suivre son activité 84 abonnés Lire ses 94 critiques

    2,5
    Adapté une pièce à l'écran n'est pas toujours évident, il faut bien le dire. Mademoiselle Julie doit être une pièce très intense et dramatique compte tenu de l'histoire. Contrairement à la pièce originelle et à la mécanique habituelle d'adaptation d'une pièce sur grand écran, la réalisatrice a voulu en faire un huit-clos. Trois personnages, trois décors principaux, c'est peu pour garder l'attention du spectateur, malgré l'intensité de la pièce. Cependant, on arrive à suivre et à s'y intéresser grâce aux très belles performances de Jessica Chastain et de Colin Farrell. La réalisation aide également avec de très beaux plans et une musique classique bien choisie. Tout ceci crée une ambiance digne des grands films en costumes. Étrangement ce qui fait la force de la pièce, son histoire nous repousse ici dans le film et il faut donc s'accrocher. On sort de la salle mitigé, autant les acteurs et la réalisation nous ont ébloui, autant l'histoire nous a très peu intéressé.
    NoPopCorn
    NoPopCorn

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 214 critiques

    2,5
    Ménage à trois ! Mademoiselle Julie est un film à la mise en scène originale mais qui ne plaira pas à tous le monde. Amateurs de théâtres, de décors d'époque et d'histoire de ménage à trois dramatique y trouveront leur compte. Les autres ont l'embarras du choix avec les sorties ciné du moment... Pour en savoir plus, lisez notre critique complète NoPopCorn !
    islander29
    islander29

    Suivre son activité 294 abonnés Lire ses 1 131 critiques

    4,0
    C'est vrai que dans un premier temps on est frappé par la froideur de la mise en scène, et de la caméra......Les plus anciens pourront imaginer les drames de Claude Santelli dans les années 60 ..... ça c'est pour l'aspect formel du film qui n'est rien d'autre qu'une pièce de théâtre entre trois figurants.... Mais il faut évidement parler du fond du film qui après 20 minutes, il faut l'avouer devient captivant..... Tout y passe de la condition humaine et il faut le dire comparé à Strindberg, Sartre semble un auteur comique......Vous l'aurez compris, la noirceur peut être fulgurante, et elle atteint ici des paroxysmes dans ce dialogue lancinant entre un homme (Colin Farrell) et une femme (Jessica Chastain)..... l'amour surtout, mais aussi la lutte des classes, l'égalité hommes femmes, la religion, la psychologie, tout est passé au crible dans cette pièce de théâtre (avec une profondeur qui peut effrayer le spectateur néophyte).....Clairement, si vous n'avez pas le moral, évitez le film.....Ce ne sont pas le exquises pièces musicales de Schubert ou Chopin qui sauront vous distraire du propos......Si vous n'allez pas voir le film, vous pouvez acheter le livre, vous ne serez pas à priori pas déçus..................
    framboise32
    framboise32

    Suivre son activité 79 abonnés Lire ses 832 critiques

    3,5
    Miss Julie est un film "théatral", un huit clos ou s’affrontent un homme, John, et Julie une jeune femme. Une troisième personne vient compléter le huit clos, Kathleen. Les personnages sont isolés, et nous aussi, du monde extérieur. Rien ni personne ne vient troubler ce (presque) tête à tête sans seules respirations sont les scènes extérieures qui viennent aérer le film. Il s’agit ici d’un affrontement de classes et de sexes. La réalisatrice a respecté l’ordre du scénario pour respecter l’évolution des personnages. Elle a également beaucoup travaillé avec son chef opérateur sur la lumière du film. La lumière joue une grand rôle. Elle intensifie les expressions des acteurs. La pièce date de 1888 mais le sujet n’est pas éloigné de ce qui se passent aujourd’hui. Miss Julie peut sembler ennuyeux dans les premières scènes mais très vite on est captivé par le film et ce qu’il s’y passe. (Aucune "action", beaucoup de dialogues, d’affrontements..) Même si il ne semble pas se passer grand chose, ce qui se joue devant nous est d’une grande violence. Le jeu (dangereux) à laquelle se livre la jeune femme va vite tourner au drame. Jessica Chastain joue Julie, la fille (névrosée) unique d’un baron. J’avoue avoir eu un peu de mal à voir Jessica Chastain comme une jeune femme de 25 ans. Malgré cela, Jessica Chastain est parfaite dans son rôle. Colin Farrell est le valet du baron, pauvre, frustré, plutôt beau garcon, et fier. Il n’a qu’une ambition, évoluer socialement. Il se cultive en écoutant les discussions du Baron ou en lisant. Colin Farrell n’est pas mauvais mais il surjoue certaines scènes. Quel dommage ! Samantha Jane Morton est parfaite. Elle est la cuisinière, Kathlee, la seule qui sache vraiment ou est sa place et qui ne cherche pas à en changer. Elle joue tout en sobriété. Quant à la musique, on y entend Schubert, Tchaikovsky, Schumann, Chopin, Arensky, JS Bach et quelques morceaux de musique Folk Irlandaise Miss Julie est une tragédie tirée d’une pièce de théatre classique. N’ayant pas vu la pièce au théatre ou n’ayant pas vu une autre adaptation, je n’ai pas de point de comparaison. Miss Julie est passionnant, le drame qui se joue devant nous est très cruel. Le huit clos est parfois étouffant mais finalement nécessaire à l’intensité. Pas facile mais passionnant
    kristin75
    kristin75

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 30 critiques

    4,0
    Si le film peut paraître classique, j'ai eu la même impression qu'en voyant Winter Sleep. Il faut se laisser emporter par les acteurs et la beauté du texte. Jessica Chastain est excellente. Après Tree of Life et Zero Dark Thirty, c'est dans un registre complètement différente qu'on la retrouve. Un grand classique du théâtre... et du cinéma!
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 437 abonnés Lire ses 3 529 critiques

    4,0
    Une tragédie puissante où les sentiments restent otages des convenances sociales. Aussi beau dans la forme que terrible dans le fond.
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    du théâtre filmé, rien de plus, c'est ennuyant, on se lasse vite de regarder ce film, impossible d'aller jusqu'au bout !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top