Mon Allociné
Midnight Special
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
3,4 2141 notes dont 286 critiques
7% 20 critiques 27% 78 critiques 31% 88 critiques 19% 55 critiques 10% 28 critiques 6% 17 critiques

286 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus utiles
benoitG80

Suivre son activité 861 abonnés Lire ses 953 critiques

3,0Pas mal • Publiée le 17/03/2016

"Midnight Special" du talentueux Jeff Nichols, après son excellent "Mud" et un "Take Shelter" pas mal du tout, semblait à l'évidence le troisième long métrage qui confirme la règle jamais deux sans trois ! Alors de plus encouragé par le très bon accueil de la presse, on y fonce tête baissée pour enfin découvrir cette merveille... Et tout démarre en effet très bien, le style de Jeff Nichols un peu Seventies dans sa vision du monde est bien ressenti, et ainsi cette histoire d'enlèvement se présente bien avec une part de mystère bien dosée, les différents enjeux entre la secte, le FBI aux trousses des ravisseurs bien, eux bien amorcés ! Alors comme sur des rails, on est lancé pour l'aventure avec des ambiances souvent superbes, des plans et des tons qui composent de belles images d'artiste... Puis le surnaturel à travers Alton cet enfant si convoité, se met en place, avec des événements spectaculaires qui annoncent une suite palpitante ! Au delà de ses yeux qui émettent une lumière blanche éblouissante, qu'il protège avec des lunettes de piscine, c'est encore plus sa seule présence, même vu de dos, qui inquiète et fascine à la fois... Côté interprétation des rôles principaux, Kirsten Dunst est délicate, sensible comme l'est aussi, ce père meurtri joué par Michael Shannon tandis que le jeune Jaeden Lieberher assure étonnamment. Puis en dépit de tout, doucement l'histoire tourne en rond avec un scénario peu développé, le film se met à ronronner doucement, ne comptant que sur les petits cailloux que le cinéaste s'est contenté de disposer sans nous en donner plus, sans proposer de réelles et nouvelles pistes qu'on assemblerait pour comprendre le pourquoi du pourquoi ! Tout s'essouffle donc vite, par manque d'inspiration, on comprend certes en filigrane les raisons de cette fuite en avant mais cette histoire de science fiction a pour le coup un goût de déjà vu, et ne semble pas aboutie dans sa finalité... Le FBI, et cette secte religieuse sont au coude à coude, se surveillent, ont le même enjeu sans que ce point ne soit vraiment approfondi, alors qu'il était essentiel. Alors après un début en fanfare, presque trop beau, on se repose ensuite, on attend et on s'ennuie un peu ! La fin est de plus attendue, étonnante sans doute dans ce qu'elle nous donne à admirer mais n'a pas l'effet escompté. Et donc une déception tout de même, qui confirme la règle de ce fameux adage...

Espace-Critique

Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 32 critiques

3,5Bien • Publiée le 17/03/2016

A l’origine de Midnight Special, il y a la crise de convulsion fébrile dont a été victime le fils de Jeff Nichols lorsqu’il était encore un nourrisson. Le cinéaste explique avoir voulu traduire, avec ce nouveau film, le sentiment d’inquiétude et de dépossession inhérent à l’expérience de la paternité. La réponse à ce sentiment, affirme-t-il, est de chercher à comprendre son enfant, à l’accompagner vers la destination qui est la sienne, voyage dont Midnight Special se fait le reflet teinté de fantastique. Mud abordait déjà le thème de l’enfance comme un point de vue depuis lequel l’imaginaire peut se libérer et construire ses propres histoires. En prolongeant ce mouvement sous la forme d’un thriller de science-fiction, traversé par des rayons lumineux et des portails vers d’autres dimensions, Nichols marche bien sûr dans les pas de Spielberg, référence absolue lorsqu’il s’agit de marier le fantastique à une inspiration juvénile. Midnight Special étant son premier film de studio (produit par la Warner pour un budget de 18 millions de dollars, contre 5 à l’époque de Take Shelter), le réalisateur a désormais les moyens de donner à l’enfance et à l’imagination toute la latitude dont elles ont besoin pour se déployer à l’écran. Alors que Take Shelter se fondait sur le doute quant à la santé mentale de son héros, les pouvoirs et les visions qui habitent le jeune Alton sont ici acceptés et pris comme point de départ à la traque qui met à ses trousses la NSA, le FBI et une secte religieuse (excusez du peu). Mieux, le petit garçon commande littéralement au film et à son scénario, qu’il fait bifurquer à son gré vers le policier, l’horreur, la science-fiction ou le drame familial. C’est cette détermination à accompagner l’enfant jusqu’au bout de sa quête qui fait la réussite du film et rend les personnages de parents (Kirsten Dunst et Michael Shannon) si touchants malgré leur relatif manque d'épaisseur. C’est aussi ce qui fait la limite de Midnight Special, dont l’apparente fuite en avant relève en fait du faux mouvement. Course circulaire retrouvant toujours les mêmes motels et les mêmes paysages du Deep South, le territoire fétiche de Jeff Nichols, le film radiographie avec précision la fébrilité de l’amour parental, mais se condamne lui-même à n’être que cet instantané, cette constante valse-hésitation entre l’instinct de protection et la lucidité du renoncement, une sorte d’agitation immobile qui donne au film sa singularité tout en limitant sa portée. Il faut attendre le final, inattendu et grandiose, pour emporter définitivement Midnight Special au-delà de la série B et donner à l'argument initial du film un miroir qui le transcende véritablement. Jeff Nichols peut enfin s’offrir le luxe de rendre manifeste l’invisible qui vibrait sous la surface de ses précédents films et on peut espérer que le surgissement de ce nouveau monde présage d’une sortie de territoire pour un cinéaste passionnant, qui perdrait sans doute à se laisser enfermer dans la géographie très circonscrite du cinéma d’auteur et des marais du Deep South. Analyse plus détaillée ici: http://www.espace-critique.fr/critique-midnight-special/

MesMotsEn16/9

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 146 critiques

3,5Bien • Publiée le 23/05/2016

Jeff Nichols commence à se faire un beau petit nom de le monde et Midnight Special n'est pas étranger à cela. On ne peut que saluer la force de la mise en scène du film de Nichols avec cette ambiance très old school absolument savoureuse. Jouant constamment avec la lumière naturelle du jour et de la nuit, le réalisateur se sert du genre de la science fiction uniquement pour servir son film et à aucun moment ce n'est l'inverse. Un road movie sous forme de SF uniquement pour donner vie au lien qui unit cette famille, thème central du film. Pas de passé ni de futur, uniquement l'instant présent. Peu de dialogues et une ambiance unique, lourde, qui ne cesse de monter pour atteindre son final. Certains crieront au génie, d'autre risquent bien de s'ennuyer et c'est bien là le problème difficile de se faire une idée précise la dessus tant les deux camps ont raison l'un comme l'autre. Ma critique complète sur mon blog: mesmotsen169.blogspot.fr http://mesmotsen169.blogspot.fr/2016/03/midnight-special.html

ER9395

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 1 287 critiques

3,5Bien • Publiée le 22/05/2016

De la science-fiction comme on aime : un bon scénario avec un questionnement perpétuel qui nous tient en haleine jusqu'à bout , une ambiance lourde et pesante , des effets spéciaux minimaliste , voila une belle surprise .

Le Cinéma avec un grand A

Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 74 critiques

4,0Très bien • Publiée le 16/05/2016

Le pari est réussit pour Jeff Nichols ! La science-fiction lui va comme un gant et on espère qu’il réitérera l’expérience. Cela fait du bien de voir du cinéma comme ça, à contre-courant des gros blockbusters hollywoodiens. Autant vous prévenir tout de suite, ne vous attendez pas à un film de SF du genre « Independence Day » (c’est le premier qui m’est venu à l’esprit). Ici, c’est plus un cocktail science fiction/fantastique intimiste, en même temps c’était prévisible avec Jeff Nichols à la barre. Il y a énormément de choses à dire sur ce film, mais je vais tout faire pour ne pas vous spoiler, car c’est vraiment un grand plaisir de découvrir cette pépite. On commence avec la mise en scène. Jeff Nichols garde les fondamentaux de façon de travailler, tout en les faisant évoluer à travers ce genre et cette histoire. Le rythme est posé, mais reste constamment sous tension. Il y a un petit côté Spielberg/Carpenter à l’ancienne. Le réalisateur joue avec le spectateur et arrive à le surprendre au fur et à mesure que le film avance, il est difficile de prévoir ce qui va se passer. Comme a son habitude, Nichols est au plus près de ces acteurs pour nous montrer leurs émotions et les liens qu’ils ont entre eux (principalement en ce qui concerne le jeune Alton). Le travail sur les scènes de nuit, de jour et d’intérieurs est minutieux et bien pensé. La luminosité a également son importance, le cinéaste capte à merveille la lumière naturelle et utilise à bon escient celle qui est artificielle. Les effets spéciaux sont habilement aseptisés, on est pas du tout dans le bling bling et la surenchère. La photographie d’Adam Stone est en adéquation parfaite avec la vision de Nichols et c’est pareil en ce qui concerne la musique de David Wingo. L’un se fond dans l’autre… C’est sublime ! Au niveau de l’écriture, Jeff Nichols a composé un véritable petit bijou. On retrouve la mise en avant des rapports humains, qui sont chers au cinéaste, notamment la relation père/fils. La finesse autour du personnage d’Anton est sublime. Le regard que le cinéaste lui porte, ainsi que les autres personnages est très intéressant. La religion tient aussi une place et ce sous différentes formes. Nichols laisse également la place à l’imagination du spectateur, chacun peut avoir son interprétation. Tout est réglé comme du papier à musique et le résultat à l’écran est magnifique. Je m’attendais à quelque chose de beau et d’original, et je n’ai pas été déçu. Jeff Nichols livre sans aucun doute son meilleur long métrage à ce jour. Un road trip courageux, fantastique et poétique. Est ce un chef d’oeuvre ? La réponse est… OUI ! Je l’ai même regardé une deuxième fois juste après la première. N'hésitez pas à venir faire un petit tour sur notre blog pour y découvrir d'autres critiques... https://lecinemaavecungranda.com/2016/05/11/midnight-special-2016/

TchoSensei97

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 94 critiques

3,5Bien • Publiée le 15/05/2016

Film de science-fiction très intrigant ! On se pose des questions sans cesse sur cet enfant, sur ses pouvoirs, de sorte que l'on soit extrêmement impatient de découvrir la suite de l'intrigue. Mais malheureusement, cet aspect pourrait presque nous perdre par moment, car les enjeux de l'histoire sont finalement très abstraits durant presque tout le film, et ne se révèlent qu'à la fin. Mais Midnight Special réactualise parfaitement le surnaturel, en en faisant quelque chose de très esthétique, de fort, et d'impressionnant !

Loukas123

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 40 critiques

3,5Bien • Publiée le 13/05/2016

Jeff Nichols réalise une nouvelle fois une oeuvre propre à lui même, maîtrisé de bout en bout, un film mystérieux, d'auteur avec une certaine âme, de très bon acteur, mais qui possèdent un rythme assez sacadé qui je trouve pénalise le film et empêche une immersion totale. Ceci dis Midnight Special est un très bon film http://fandecine.webnode.fr/midnight-special/

Docteur Gaius Jivago

Suivre son activité 212 abonnés Lire ses 1 573 critiques

4,0Très bien • Publiée le 23/03/2016

Première aventure au coeur de la science-fiction pour le jeune et prometteur Jeff Nichols après trois oeuvres parfaitement réussies et maitrisées, Midnight Special nous emporte au coeur d'une cavale mêlant gouvernement, secte et cachant de bien nombreux mystères… Dès les premières secondes Jeff Nichols nous immerge dans la nuit et l'ambiance texane, posant doucement les bases de son récit et proposant déjà une plongée réussie pour le spectateur. Assez vite il pose les interrogations principales de son oeuvre (Qu'est capable de faire ce gamin, pourquoi il est recherché, où vont-ils etc) et tout le long, il captive, soulevant au fur et à mesure ces interrogations et se basant sur un scénario de grande qualité, tant dans les personnages que les péripéties et le déroulement du récit. Il reste d'ailleurs régulièrement braqué sur le trio principal qui deviant assez vite attachant pour finir par nous faire passer par tout un panel d'émotion. La construction du récit est tout simplement remarquable et surtout sublimée par la mise en scène de Jeff Nichols. Ce dernier met une très vite en place une ambiance prenante, alliant mystère, tension et dimension dramatique, qui ne va que faire s'accentuer plus on avance dans le récit jusqu'à une dernière partie fort mémorable. L'intrusion d'éléments fantastiques et de science-fictions au coeur d'une intrigue prenant acte dans un monde réaliste est toujours réalisée de manière subtile et réusie. Il y mêle un aspect thriller, ainsi qu'un autre plus intimiste autour d'une famille séparée qui va se retrouver. Il aborde de nombreuses thématiques (la famille, ici au coeur du récit, la religion...) sans jamais qu'elles fassent halte au récit, tout est toujours fluide et avec une réelle impression de se retrouver au coeur même du récit et au plus près des protagonistes, pour mieux y partager cette sensation de dangereuse, douloureuse et mystérieuse aventure. Le jeu de lumière est remarquable, tout comme l'ensemble de la réalisation de Nichols où de nombreuses séquences sont mémorables, que ce soit celles nocturnes (à l'image des premières scènes) ou de jours. Il démontre une vraie subtilité derrière la caméra, notamment dans la mise en scène de l'émotion, jamais tire-larme mais toujours d'une grande justesse. Midnight Special se révèle parfaitement maitrisé sur de nombreux points et plusieurs composantes viennent sublimer cet ensemble. La bande-originale est adéquate aux images et participe à l'ambiance et la tension instaurée tandis que la direction d'acteurs est impeccable, que ce soit l'enfant, ou Michael Shannon, Kirsten Dunst ou Joel Edgerton. Renvoyant directement à ses glorieux ainés tel Spielberg et son Rencontre du 3ème Type, Midnight Special se révèle être d'une grande justesse, force et mystère, confirmant tout le talent que Jeff Nichols avait déjà montré jusque-là et se manifestant être l'une des plus elle surprise que la science-fiction est proposée depuis bien longtemps.

Maître Kurosawa

Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 770 critiques

4,0Très bien • Publiée le 18/03/2016

Ceux qui attendent de "Midnight Special" un film plus "grand public" que les précédentes créations de Jeff Nichols risquent d'être déçus. Car le détour par la science-fiction n'est en aucun cas un moyen de se diriger vers un cinéma plus spectaculaire mais, au contraire, de continuer à creuser un univers intimiste où les relations au sein de la famille sont obscures et complexes. Mais avant que le film ne déploie cette réflexion, au moment où les trois personnages (Roy, Alton et Lucas) rejoignent la mère (Kirsten Dunst magnifique), il aura dérouté par son absence d'explications et de pauses rythmiques, deux aspects qui l'auront empêché de véritablement respirer. "Midnight Special" commence donc de façon mystérieuse mais sans faire évoluer son opacité, sans donner de relief à ses personnages, en somme il manque de nuances. Mais l'apparition de la figure maternelle va tout changer dans la mesure où elle fait naître une émotion nouvelle, celle des retrouvailles avec le fils. Par un regard, on sent le soulagement de retrouver l'enfant en même temps que la crainte provenant de la situation présente et du futur à affronter. La famille réunie, elle va enfin énoncer le but et le point d'arrivée de cette longue traversée en voiture; en même temps que le fantastique devient de plus en plus explicite, l'intime inonde le récit : s'il faut dans l'immédiat garder l'enfant et le protéger, il faut peut-être se préparer à l'abandonner et le laisser accomplir son destin. C'est précisément grâce à ce double mouvement que "Midnight Special" finit par bouleverser - dans le dernier tiers du film - en nous racontant avec une profondeur inouïe l'angoisse d'un père et d'une mère qui s’inquiètent pour leur fils mais qui devront pourtant lâcher prise. Cette anxiété était déjà marquée dans "Take Shelter" par la folie du père qui voyait s'écrouler l'équilibre familial qu'il avait en partie construit; elle déborde également dans ce film qui, s'il finit par entrevoir la lumière dans un final qui fait écho à celui de "Rencontres du 3ème type", n'a pas grand chose à voir avec le cinéma de Spielberg, indéniablement moins douloureux que celui de Nichols. Si on pourra toujours trouver des points communs entre "Rencontres..." et "Midnight Special", notamment avec le personnage de Paul Sevier, joué par un Adam Driver qui émeut par sa voix douce et fragile, qui ressemble à celui de Claude Lacombe (François Truffaut), il reste que le quatrième long-métrage de Nichols est éminemment personnel, vibrant parce qu'inspiré d'une expérience réelle, habité par une anxiété qui se lit parfaitement sur le visage de Michael Shannon et qui nous laisse sans voix après un dénouement déchirant, précisément parce qu'il était attendu et que la deuxième partie du film nous y prépare. Peu de cinéastes possèdent aujourd'hui une telle intelligence d'écriture et de mise en scène, de finesse dans leur approche des personnages : des qualités qui signent l'indispensabilité et la singularité de Jeff Nichols.

callthepolice B.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 17 critiques

4,5Excellent • Publiée le 02/05/2016

Serieusement 3,4 pour" midnight special"c'est vraiment tres mal paye,certes la critique est subjective...Ayant eu beaucoup de mal a me remettre de ma notation excessive (le chiffre 23) ce film que j'ai vu il y a tres longtemps et que (oui,oui) j'aurai du re-visionner,mais bon le mal est fait, je ne devrais pas m'attacher autant aux prestations artistiques et bluffantes de certains acteurs dans des roles a contre-emploi. Le dernier opus de jeff nichols,est grandiose,magistral et michael shannon (oups i did it again) nous offre encore une fois une interpretation magique . le tracé psychologique des protagonistes est fin,jeff nichols ne tombe jamais dans le piege des insuportables effets speciaux hollywoodiens,non,tout est dose avec la subtilite qu'on lui connait (take shelter).Certes,"midnight special" pourrait decontenancer les aficionados de ce grand realisateur , il prend des risques mais ne cede jamais aux superlatifs et aux cliches de film sf-action,la tension dramatique est omnipresente et les acteurs sont diriges de main de maitre. La comparaison (meme s'il y a du e.t dans l'air) avec spielberg me gene , un peu de science fiction et l'amalgame se fait,franchement ces deux phenomenes n'ont rien en commun si ce n'est le talent .Allez donc le voir et vous comprendrez que ce film est unique,remarquable et sans egal.

Les meilleurs films de tous les temps