Mon Allociné
Lolita
Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD Blu-Ray, DVD
Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
4,0
3189 notes dont 223 critiques
34% 76 critiques
38% 84 critiques
14% 32 critiques
9% 19 critiques
5% 11 critiques
0% 1 critique

223 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Par les membres ayant fait le plus de critiques
  • Par les membres ayant le plus d'abonnés
Nagix Stumpy

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 327 critiques

4,0Très bien
• Publiée le 08/03/2014

Lolita donne du fil à retordre. D'une part, Kubrick ne montre rien. Rien. On comprend bien que Humbert se la tape, mais on ne comprend pas pourquoi. En effet, pourquoi cette petite traînée de Lolita se le tape alors qu'elle en aime éperdument un autre -qu'elle se tape au passage. Il ressort de ce film un profond malaise pour tout être normalement constitué, due au fait que cette petite Lolita, figure de l'innocence blonde, est l'objet de toutes les convoitises, même de la part d'hommes beaucoup trop vieux pour elle, et prêt à tous les stratagèmes imaginables pour parvenir à leurs fins. James Mason est tout à fait malsain, et Peter Sellers excelle dans le burlesque, notamment dans la scène introductive où il nous gratifie d'une intervention qui place le film dans une atmosphère burlesque et grave. Kubrick, dans un portait trop long, s'attache à nous raconter l'histoire de Lolita et de la convoitise de Humbert, avec une virtuosité dans les mouvements de caméra et dans la mise en scène qui laisse pantois. Ouais. Finalement, Lolita est un beau film, trop long, et qui souffre de la censure de l'époque en même temps qu'il en tire sa force. Un film bien étrange et intrigant...

Shephard69

Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 1 513 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
• Publiée le 07/03/2014

Encore une œuvre de Stanley Kubrick qui semble en avance sur son temps en évitant habilement les écueils de mise en scène de l'époque. Un chef d'œuvre de génie, troublant, ambigu, presque dérangeant. Les interprétations de James Mason et Peter Sellers sont exceptionnelles Un film qui laisse une tenace impression de solide référence.

Docteur Gaius Jivago

Suivre son activité 236 abonnés Lire ses 1 616 critiques

4,5Excellent
• Publiée le 02/03/2014

"Comment a-t-on osé faire un film de Lolita ?" Kubrick éleva l'âge de Dolores "Lolita" Haze de douze à quatorze ans mais parvint à déjouer la censure tout en réalisant un film érotique et obsessionnel et fit de Lolita est excellent drame, non dénoué d'humour (noir et parfois cynique). La grande force de Kubrick est là, il ne montre rien, mais on comprend tout, en plus d'être très bien mis en scène, c'est brillamment adapté et écrit, de manière très subtile. Sue Lyon dans le rôle-titre est époustouflante, tout comme James Mason en universitaire quinquagénaire tombant amoureux de Dolores tout en étant poursuivie par sa mère ! Le film passe brillamment de la farce à la tragédie (et vice-versa), comme en témoigne cette superbe scène d'ouverture. L'atmosphère est toujours envoutante, et si comme moi on n’a pas lu le livre, le suspense est présent tout comme le déroulement avec parfois inattendus péripétie. Un grand film signé Stanley Kubrick, l'un de ses meilleurs, intelligent, subtile et captivant.

Kloden

Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 996 critiques

4,0Très bien
• Publiée le 12/02/2014

Après Spartacus, voici le retour de Stanley Kubrick à un cinéma plus personnel (bien que cette oeuvre soit tirée d'un roman de Vladimir Nabokov), et tout un symbole, au noir et blanc, avec Lolita. Tout un symbole, car le noir et blanc est sans le moindre doute très à même de porter le talent de Kubrick pour la photographie, et peut à nouveau contribuer à rendre ses galons d'obsessionnel à son signataire. La verve psychologique et artistique de l'américain s'est malheureusement cette fois retrouvée confrontée à un nouvel écueil ; celui de la censure et du refus des producteurs de lui laisser libre-cours dans l'adaptation d'un roman sulfureux totalement à contre-courant des bonnes mœurs sur l'amour déchirant, incoercible et assez insaisissable entre un homme mûr et une jeune fille (dont Kubrick rehaussera l'âge de deux ans pour calmer la tempête médiatique). Premièrement, je fais le constat amusé qu'à chaque film de Kubrick ou presque, on note une histoire, un destin particulier, et que sa filmographie pourtant quasiment reconnue comme brillantissime à l'unanimité ne s'est pourtant pas déroulée sans accroc. La marque d'un réalisateur aux projets complexes, jusqu’au-boutiste et viscéral. Mais venons-en plutôt au film à présent. J'ai parlé de censure, certes censure il y eu, et Kubrick a avoué lui-même qu'elle l'avait bridée, l'empêchant de mettre en scène des plans explicites du couple dépareillé. Pourtant, moi qui n'ait pas lu le bouquin de Nabokov et ait du mal a avoir une idée de l'impact que pourrait avoir la lecture ou la vision de ses scènes explicites et crues, je ne regrette pas le moins du Monde la tournure prise par le long-métrage. Car si Kubrick ne peut rien montrer, rien ne l'empêche de sous-entendre, et ça, bordel, il sait le faire, via une mise en scène de tous les instants et de toutes les idées, ainsi que des fondus au noir qui cachent juste à temps bien des situations ambiguës avant que celles-ci ne se décantent. En résulte une atmosphère pesante et non moins malsaine que si tout était dévoilé, où le rôle de chacun est difficile à cerner et ou rien ne semble rose ou noir, rien ne semble vrai ou faux. Lolita - le film comme le personnage - prend des allures troublantes, et même désarmantes, pour provoquer un sentiment particulier que je ne me rappelle pas avoir ressenti devant un autre métrage, court, long ou moyen (quand je vous dit que Kubrick est à part). La palette des sentiments et la complexité du psychisme humain est illimitée, et c'est une des fonctions essentielles (car exclusives) de l'art et donc du cinéma, que de nous la faire explorer. A cette enseigne, qu'on se le dise, Lolita est une oeuvre d'art accomplie. Côté casting, James Mason est insupportable, et c'est un bien puisque son personnage est censé l'être, mais aussi sympathique (au sens littéral du terme) tant la Lolita jouée par Sue Lyon est proprement désarçonnante et qu'on finit donc par compatir à ses déboires. L'actrice signe une performance époustouflante, dont je me souviendrai longtemps. Peter Sellers, quant à lui, signe une prestation complexe et pluristrate, qui me donne envie de le retrouver au plus vite dans Dr Strangelove, sorti deux ans plus tard. Bref, des acteurs exemplaires dans des rôles typiquement Kubrickiens, de névrosés ou de schizoïdes, la limite entre les deux étant encore plus amincie que d'ordinaire dans ce "Lolita" si complexe et border-line. Je mettrai cependant un bémol ; une durée légèrement excessive qui amène certaines longueurs et fait, c'était immanquable, perdre au film en pouvoir psychologique et en force. Une force qui demeure quand même incroyable, puisqu'elle dérive d'un sujet qui flirte avec la pédophilie, mais dont on retiendra plutôt le message sur la toute-puissance de l'amour, autodestructeur quand il vous détruit de l'intérieur comme de l'extérieur. A noter qu'une fois de plus (après Fear and Desire, Killer's Kiss et The Killing), Kubrick met en scène l'incapacité d'un homme à résister à l'attrait d'une femme. Au final, c'est peut-être à cause de mon côté pervers psychotique, ou plus probablement parce qu'il est à la fois subtil, malsain, atypique, très révélateur et bien filmé, mais j'ai réellement apprécié ce Lolita, qui eut tout juste été meilleur écourté de quinze minutes et amputé d'une ou deux maladresses narratives. Bref, on a bel et bien là la confirmation que certains films vieillissent bien mieux que d'autres. Et parmi eux, Lolita trouve une place de choix.

Maitre Kurosawa

Suivre son activité 118 abonnés Lire ses 918 critiques

4,0Très bien
• Publiée le 27/12/2013

S. Kubrick s'empare du célèbre roman de V. Nabokov en adaptant "Lolita". Drôle par son cynisme, délicat par son érotisme, et plus dramatique en évoquant la jalousie, le film possède une richesse de tons et de thèmes qui le fait devenir singulier. Fascinant sur un bon nombre de points, notamment dans le portrait de Humbert (remarquablement joué par J. Mason), homme naïf et minable, et dans le mystère qu'il apporte sur le personnage de Claire Quilty, dont les apparitions sont rares mais déterminantes. Quant à Lolita, sa figure laisse plus de questions que de réponses. Fille libertine, rebelle, manipulatrice, ou tout simplement normale? Kubrick joue continuellement avec cette problématique en ayant lui-même une certaine admiration devant ce personnage, mais aussi pour Sue Lyon absolument époustouflante. Et sans une dernière partie moins enlevée, nous parlerions certainement d'un chef-d'œuvre.

JDepp185

Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 3 critiques

3,0Pas mal
• Publiée le 17/11/2013

Pour une époque au mœurs pudiques, se film à du faire polémique. Mais il faut dire que ce film est très bien interprété. Sue Lyon est convaincante dans son rôle de provocatrice et de séductrice. James Mason tombe sous le charme de cette jeune fille et ça psychose est d'une froideur austère. Quelques lenteurs hélas mais un plaisir à voir pour les amateurs de cinéma.

Smilee

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 20 critiques

3,0Pas mal
• Publiée le 19/10/2013

Lolita est un bon film, on ne peut le nier, mais pas le meilleur Kubrick, loin de là. Certes, la mise en scène est magistrale (c’est du Kubrick, quoi), les acteurs sont bons et la réalisation est très fine. Ayant dans les mains un sujet très sensible, Kubrick est sans cesse sur la corde raide, tournant en ridicule les différents personnages de manière très subtile (la mère de Lolita, les amis de la mère, le personnage principal lui-même) et menant la première demie heure du film d’une main de maître, en prenant un malin plaisir à glisser d’ironiques sous-entendus et en retardant le plus possible l’arrivée de l’héroïne, la « nymphette » dont on entend parler depuis le début. Son apparition n’est pas décevante et surpasse ce à quoi on s’attendait. Peut-être est-ce dû au fait que l’on voit la jeune Lolita depuis les yeux de Humbert Humbert, homme d’âge mûr séduit par une bien jeune fille. L’ascension du profiteur est assez plaisante, bien que malsaine, et le film suit son court logiquement jusque là. Mais à partir du moment où Humbert a mis la main sur la jeune fille, le film s’alanguit, pâtit de nombreuses longueurs et la fin arrive un peu trop lentement. Bien que rien ne soit explicite dans le film, ce dernier a fait scandale du fait de son sujet sulfureux et de son contenu sous-jacent. Mais le scandale vient peut-être aussi du point de vue adopté : celui d’un homme séduit par une jeune fille capricieuse, vulgaire et irrésistiblement charmante. Comment en vouloir à Humbert si c’est Lolita qui l’a séduit ! Un point de vue assez dérangeant quand on pense que le roman dont le film est l’adaptation traite avec plus de précision le problème de la pédophilie. Spoiler: La « moralité » du film paraît toutefois sauvée quand Humbert, semblant prendre conscience de ses péchés, cherche à se repentir auprès de Lolita en supprimant son dernier agresseur (mais son premier agresseur, Humbert, reste lui libre). Hormis ces considérations propres au contenu « moral » du film, ce dernier reste très bien réalisé, même s’il ne rend pas vraiment hommage à l’héroïne qu’il met en scène.

Paulschutz1234

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 165 critiques

4,0Très bien
• Publiée le 28/09/2013

Je viens de le voir en Dvd à l'instant,c'est un tres bon film.

LeddyZ

Suivre son activité 72 abonnés Lire ses 67 critiques

4,0Très bien
• Publiée le 06/09/2013

Stanley Kubrick réalisa avec Lolita une oeuvre fascinante, car osée, tragique et burlesque à la fois. En effet, le film est profondément dérangeant par l'histoire qu'il relate, celle d'un homme mûr fou amoureux d'une jeune adolescente, à tel point qu'il serait prêt à tuer pour rester à ses côtés. Par ailleurs, si Lolita est un drame, on y trouve plusieurs scènes à fin comique qui font mouche, et c'est là que le long-métrage subjugue: le réalisateur est parvenu avec brio à façonner des ambiances antagonistes dans un même film et le résultat est stupéfiant. Kubrick, comme toujours, a choisi avec attention et exactitude ses acteurs: James Mason incarne de manière brillante l'amoureux possessif, Sue Lyon interprète quant à elle magnifiquement Lolita, mais c'est surtout Peter Sellers qui excelle à mon sens, irrésistible en journaliste délirant et mystérieux (il conservera le même jeu déjanté dans Dr Folamour). Lolita est un long film, un peu trop même, si bien qu'il peut arriver que l'on décroche de temps à autre. Cependant, cette oeuvre ne fait aucunement tache dans la filmographie du génie Stanley Kubrick et demeure un classique indémodable, intelligent et troublant.

Truman.

Suivre son activité 114 abonnés Lire ses 1 348 critiques

3,5Bien
• Publiée le 23/08/2013

En 1962 Stanley Kubrick ose s'attaquer a un sujet très délicat et osé que l'on voit encore peu sur grand écran, il s’attaque a ce sujet non pas avec un gros pervers pédophile mais sous la forme d'un homme qui va devenir malgré lui le beau père d'une jeune fille et qui éprouvera des sentiments pour elle . Le sujet est maitrisé et ne joue pas sur une quelconque surenchère, on parle avant tout d'amour que de sexe même si par moment le flm sombre dans des scènes malsaine qui nous sont suggérés . Qui dit Kubrick dit réalisation au poil, une fois de plus il démontre quelque chose de soignée, jouant parfois avec les ombres et la lumière ( la scène d'intro par exemple ) donnant lieu a de magnifique plans . Les acteurs sont excellent et on remarque une chose très intéressant, c'est que la jeune Lolita fait vraiment 16 ans, pourquoi ? Ben parce qu'elle avait vraiment 16 ans lors du tournage c'est dingue comment c'est simple de rendre une chose crédible ( petit coup de gueule sur Hollywood et ses acteurs de 35 ans qui jouent des ados ) . Ensuite je dois dire que le film ne percute pas autant qu'il le devrait ou qu'il a du le faire dans les années 60, principalement a cause de la tournure du sujet, de la pointe d'humour très présente, mais aussi car on suggère beaucoup de scènes . Le film enchaine beaucoup de longueurs 2h30 que l'on sent bien passer, des scènes a rallonge et quelques lenteur viennent a faire décrocher le spectateur a plusieurs reprise . Un bon film malgré ses quelques défauts, un bon Kubrick mais probablement pas le meilleur .

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top