Notez des films
Mon AlloCiné
    Ghost In The Shell
    note moyenne
    3,3
    7715 notes dont 670 critiques
    répartition des 670 critiques par note
    54 critiques
    176 critiques
    225 critiques
    135 critiques
    49 critiques
    31 critiques
    Votre avis sur Ghost In The Shell ?

    670 critiques spectateurs

    T-rhy
    T-rhy

    Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 280 critiques

    2,0
    Publiée le 24 mars 2017
    Ghost in The Shell.... Adaptation live des films d'animation Ghost in The Shell et Ghost in The Shell 2 Innocence, sortis respectivement en 1995 et 2004, . Eux même adaptés du manga culte de Masamune Shirow sorti en 1989. Cette première version live est réalisée par Rupert Sanders, dont c'est le second long métrage après l'oubliable mais néanmoins distrayant Blanche-Neige et le chasseur. Bon, je ne vais pas y aller par quatre chemins. En sortant de la salle de projection IMAX pour l'avant première du long métrage, j'avais déjà un avis relativement tranché sur ce Long métrage, et même passé le temps de la réflexion et la nuit de sommeil, celui-ci n'a pas bougé d'un iota. Ghost in The Shell 2017 est une déception. Un film certes visuellement réussi, mais dénué d'âme, se plaisant à singer les scènes marquantes du premier film d'animation, au profit d'une histoire somme toute très classique, au dénouement convenu et ô combien déjà vu. Dans le film d'animation de 1995, le personnage du Major (incarné à l'écran par Scarlett Johansson) se questionne sur son existence. Elle est un cyborg. Son corps artificiel n'est pratiquement constitué que de pièces mécaniques. Ne lui reste que son esprit, sa mémoire, de ce que tout un chacun appellerai "âme", mais que dans ce monde où la frontière entre hommes et machines n'existe quasiment plus, tout le monde appelle "Ghost". Son Ghost est tout ce qui lui reste pour encore se définir comme humaine. Elle même fait l'analogie entre sa plastique quasi parfaite et un vide de plus en plus existentiel qu'elle ressent. Et malheureusement le film de Ruppert Sanders arrive véritablement à incarner cette idée, et ce dans sa totalité. C'est beau et bien réalisé, mais le reste est vide. On peine à s'investir dans l'histoire qui est extrêmement classique. Les personnages sont outrageusement caricaturaux. Pour exemple, (léger spoiler je préviens) dans l'œuvre originale, le personnage de Toguza, un des agents de l'unité spéciale du Major (connu sous le nom de Section 9) est l'un des seul qui a encore la quasi totalité de son corps fait de chair et de sang, sans augmentations physiques. Il demande au Major pourquoi elle l'a recruté dans son unité d'élite tactique, et elle lui répond qu'outre son expérience, sa présence et son point de vue son essentiels à ce que elle et toute son équipe ne perdent pas de vue leur objectif et par dessus tout leur humanité. C'est beau, intelligent, subtil et profond, en plus de servir le développement du Major. Dans le film de 2017, le personnage clame juste ne pas vouloir d'augmentations physiques, et.... Et c'est tout. Il est là parce qu'il est un des protagonistes de l'oeuvre d'origine. Il a à peine plus d'importance qu'un clin d'oeil appuyé. C'est triste, inutile au récit, et tient définitivement du détail anecdotique. Et je pourrai donner pléthore d'autres exemples de ce type. La réalisation est intéressante. Si les effets spéciaux sont assez impressionnants, et la mise en scène a ses moments de fulgurance, le tout reste tout de même assez passable. En particulier si l'on a déjà vu les films d'animation. La direction artistique est superbe, mais mis à part ça... Bof. Le scénario est, dans ses grandes lignes, extrêmement prévisible. L'idée d'avoir voulu explorer le "passé" du major était de base une mauvaise idée à mon sens. Ceci accentué par un concept supposé la rendre unique par rapport à ses coéquipiers, qui oscille entre le grotesque et le déjà vu. Une intrigue loin d'être mémorable, mais qui se laisse tout de même suivre. La bande son est relativement efficace. Elle sait porter les moments "contemplatifs" et les scènes d'action. On reconnait bien sûr les thèmes cultes de Kenji Kawai des films d'animation originaux, retravaillés ici par Clint Mansell (Requiem for a Dream). On a aussi un remix du thème principal des films d'animation par Steve Aoki à la mode dubstep. On aime ou pas. Moi j'ai trouvé ça correct, sans que ça me rebute. Ça ne transcende pas les musiques originales, mais ça a le mérite d'ancrer le film dans son temps. Les acteurs sont à mon avis tous passables. En particulier Scarlett Johansson. Malheureusement, la belle américaine, a travaillé son jeu, pour paraître la plus inhumaine et "robotique" possible. Un parti pris des plus étrange, faisant apparaître son jeu comme plus erratique et déstabilisant que "naturel" pour une "cyborg". Comme si elle avait des bugs faciaux. Si on peut comprendre la volonté derrière, l'exécution est plus que discutable à mon humble avis. Et je ne parle pas d la démarche excentrique qu'elle nous inflige durant le film. Pilou Asbeak (The Killing, The Borgias, Lucy, Ben-Hur 2016,...) qui joue Batou, le co-équipier de Major, s'en sors pas trop mal. Takeshi Kitano est clairement là pour empocher son chèque. Sans efforts, il ne prend même pas la peine de parler anglais comme ses partenaires à l'écran, et joue Aramaki (le chef de la section 9) en mode complet désintérêt pour tout ce qui se passe autour de lui. Ça en est triste. Le reste du cast n'est pas plus brillant (même Juliette Binoche), et aucuns d'entre eux ne reste en mémoire. Mais en définitif la question à se poser, est "Sans la connaissance de l'oeuvre originale, ce film vaut il le coup ?”. La réponse est "Oui et non. Tout dépend de vos attentes." Oui, si vous n'en attendez rien d'autre qu'un divertissement correct aux effets spéciaux et à la plastique aguicheuse. Un film pop-corn à l'histoire relativement originale en 2017, intéressant visuellement et porté par des acteurs tout justes corrects et impliqués. Non si vous avez déjà vu les films originaux, ou lu le manga, ou la série animée, et avez apprécié ces derniers à leur juste valeur. Bref, je n'ai pas aimé Ghost in The Shell. Et j'espère honnêtement que le film n'est pas précurseur de l'optique dans laquelle les studios américains vont adapter Akira (dont des rumeurs attachaient Christopher Nolan au projet) ou Gunnm ("Alita: Battle Angels" prévu en août 2018 et réalisé par Robert Rodriguez). Mais je ne le déconseillerait pas pour autant. Premièrement parce qu'il faut toujours se faire son propre avis. Et deuxièmement, car j'espère qu'à la sortie du film, des néophytes s'intéresseront à l'œuvre d'origine pour découvrir la richesse de l'univers créé par Masamune Shirow.
    x-worley
    x-worley

    Suivre son activité 102 abonnés Lire ses 346 critiques

    2,5
    Publiée le 2 avril 2017
    Scarlett Johansson elle est géniale en filc cyborg mais le problème de ce film, c'est qu'il est filmé comme "warcraft". Du coup on se tape des plans de folie sur une mise en scène complétement plate. C'est franchement malheureux se manque de virtuosité car ça contamine tout. Et comme le scénario met quand même pas mal de temps avant de vraiment décoller ça aide pas non plus et du coup on s'ennuie un peu. Après c'est sûr, c'est pas une grosse catastrophe non plus, y'a quand même de beaux restes, mais bon.
    Théo A
    Théo A

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 24 critiques

    2,5
    Publiée le 5 avril 2017
    Cette adaptation du célèbre manga est visuellement assez réussie et dans l'ensemble bien réalisée. Toutefois, elle demeure loin de l'original : scénario extrêmement simplifié et prévisible, bande son correcte mais incomparable avec celle des films de Mamoru Oshii, jeu d'acteurs inégal (principalement la démarche "robotique" de Scarlett Johansson et certaines réactions de Juliette Binoche). Nous sommes face à un film grand public et occidental, qui, sans être complètement mauvais, risque de décevoir les fans de l'œuvre de Masamune Shirow. Bref, il y a le shell, mais pas le ghost.
    Cineb[rec]
    Cineb[rec]

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 41 critiques

    4,0
    Publiée le 7 juin 2017
    Une chose est sûr, c’est que les studios Hollywoodiens ont adapté la franchise japonaise de Ghost in the Shell. A la base manga des années 90 puis animé de la fin du siècle dernier, cette nouvelle adaptation, maintenant américaine, aura fait polémiquer le monde entier. Est-elle convaincante ? C’est Dreamworks qui rachète les droits de Ghost in the Shell en 2008, et Rupert Sanders qui le réalise. Un film qui lui tenait à coeur, d’autant plus qu’il voulait participer à la conception de l’histoire de Ghost in th Shell. C’est pourquoi il a travaillé avec le réalisateur de la version animée (1995) pour être certain de rester cohérent. D’ailleurs, les deux sont d’accord pour valider Scarlett Johansson au casting dans le rôle principal. Alors oui, il s’agit d’un manga japonais, et oui Scarlett n’est pas très typée asiatique… On peut comprendre les polémiques qui trottent autour du film, mais le réalisateur ne voyait pas l’oeuvre de Ghost in the Shell comme exclusivement japonaise, mais universelle, d’où un casting multi-ethnique. On nous raconte l’histoire du Major (Scarlett Johansson) qui vient de naître. Seulement elle est déjà adulte. On apprend que c’est un cerveau humain greffé à un corps de robot. Aujourd’hui, plus de 75% de la population mondiale a des périphériques robotiques connectés à elle. Cela peut paraître compliqué, mais le scénario tient la route et est facile à comprendre. Les amateurs de science fiction seront ravis. Du côté du jeu d’acteur, rien à redire sur la performance de Scarlett Johansson, les autres acteurs tiennent la route et nous livrent de très belles prestations aidées par les costumes époustouflants. On appréciera également la bande originale, qui parfois innove et régale nos oreilles pendant que nos yeux apprécient la beauté des décors, et parfois rappelle, aux connaisseurs, l’animé des années 90, car oui, certaines musiques de l’animé ont été reprises. L’ambiance, vous l’aurez compris est magistrale. C’est une mégapole du futur qui accueille une histoire du futur. Tout est à l’aire de l’hologramme et de la machine. Une ambiance aux effets spéciaux de qualité (qu’on doit à Weta Workshop, la société de Peter Jackson). A Cine B[rec], on a pris partie, on approuve cette adaptation américaine. d’où notre label : A voir absolument !!!
    Hey Jude
    Hey Jude

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 14 critiques

    4,0
    Publiée le 16 avril 2017
    Ghost in the shell est une agréable surprise. Pour commencer sur le défaut du film, le scénario est assez classique et, même si je n'ai pas lu le manga, j'imagine qu'il a été lissé pour s'adapter au format d'un blockbuster. Pourtant, la simplicité de l'histoire lui permet aussi une certaine cohérence et laisse le temps au film de camper des personnages émouvants : celui du docteur joué par juliette binoche, bien que secondaire, se voit offrir une belle place par la mise en scène. Mais le vrai point fort du film, c'est le fantastique travail visuel. Pour la première fois, la 3D me paraît justifiée d'un point de vue cinématigraphique : au-delà du gadget immersif, elle se met ici au service d'une ambition artistique. Chaque plan, littéralement, semble faconné avec attention, comme les plongées dans les abimes d'une sorte de Tokyo futuriste, jouant sur les perspectives et les textures, ou encore la délicatesse d'un visage humain. Le visuel évoque aussi quelques belles métaphores, notamment l'image récurrente de cet acharnement du personnage principal à « briser la coquille », en pénétrant dans l'esprit d'un autre ou en se déchirant pour ouvrir le toit d'une machine de guerre. Bref, avec un scénario un peu plus surprenant, on aurait peut etre un chef d'oeuvre.
    romano31
    romano31

    Suivre son activité 146 abonnés Lire ses 1 463 critiques

    4,0
    Publiée le 31 mars 2017
    Adaptation du film d'animation culte de Mamoru Oshii, ce Ghost in the Shell version 2017 n'est pas aussi mauvais que certains critiques ou fans de l'animé veulent bien le faire entendre. Bien au contraire. A la fois identique et différent au film d'animation de 1995, cette version 2017 arrive à imposer sa patte et son histoire même si cela diffère de l'oeuvre originale. Sur le plan technique c'est visuellement bluffant. Les effets spéciaux sont vraiment top, le style visuel est très proche de celui de l'animé et la réalisation de Rupert Sanders est totalement maîtrisée en nous livrant des plans sublimement reproduits de l'animé. Côté casting, j'ai trouvé Scarlett Johansson vraiment impeccable dans le rôle du Major. Elle a une gestuelle et des expressions faciales qui font très cyborg ce qui colle parfaitement au personnage. Pilou Asbaek est plutôt bon dans le rôle de Batou, Juliette Binoche est convaincante dans son rôle de docteur et c'est toujours un plaisir de retrouver Takeshi Kitano dans un film. Cet acteur est tellement charismatique. En revanche, j'ai été un peu déçu de la musique composé par Clint Mansell qui a portant signé d'excellentes b.o comme celles de Requiem for a Dream ou Black Swan de Darren Anofnofsky notamment. Mais là aucune musique marquante ce qui est bien dommage quand on connait la magnifique b.o de l'animé signée Kenji Kawai. En conclusion, je dirais que ce n'est pas parce que l'on est totalement fidèle à l'oeuvre d'origine que c'est forcément mauvais et ce Ghost in the Shell version 2017 en est un bon exemple. D'ailleurs, pour ceux qui ne connaissent pas du tout l'univers de Ghost in the Shell, ce film est une bonne première approche avant de découvrir l'excellentissime film d'animation de Mamoru Oshii.
    nicothrash60
    nicothrash60

    Suivre son activité 88 abonnés Lire ses 1 801 critiques

    4,0
    Publiée le 13 avril 2017
    Avant même sa sortie, "Ghost in the Shell" divisaient déjà les spectateurs et ça ne s'est pas arrangé par la suite. Il y a d'un côté les puristes qui crient au blasphème et de l'autre les amateurs de SF qui ne connaissent pas forcément le manga éponyme et ont apprécié le film comme il se doit. Pour ma part je connais le manga et ai tout de même beaucoup apprécié cette adaptation qui soit dit en passant réussit à parfaitement nous transporter dans une atmosphère sombre et futuriste mais surtout maîtrisée. Alors bien évidemment l'ensemble est clairement moins envoûtant que le manga et le scénario, bien trop vulgarisé, manque de relief, en revanche, visuellement, il apparait bien difficile de critiquer en mal quoi que ce soit, c'est très beau et les effets spéciaux sont redoutables, certaines scènes, carrément aériennes, retiennent vraiment toute l'attention. Les acteurs, Scarlett Johansson en tête, collent parfaitement à leurs personnages, cette dernière campe le Major avec sobriété et talent tout en restant assez sublime à voir, mention pour Pilou Asbaek, enfin sur le devant de la scène et particulièrement intéressant en Batou. Il me semble vraiment que l'ensemble est au point et Rupert Sanders a sans aucun doute fait du très bon travail sur cette adaptation, je peux comprendre les déçus mais j'ai passé un très bon moment de ciné, et de SF, pour ma part.
    tony-76
    tony-76

    Suivre son activité 692 abonnés Lire ses 1 410 critiques

    2,0
    Publiée le 18 avril 2017
    Rupert Sanders repasse derrière la caméra (après un Blanche Neige et le Chasseur plutôt distrayant sorti en 2012, qui rencontrait un franc succès dans les salles), il réalise son second blockbuster qui est une adaptation d'un célèbre manga nommé Ghost in The Shell. Avec ce film, on est plus dans l'aspect technologique de la science-fiction plutôt que dans le fantastique ! Alors il est vrai que le public en prend plein les yeux et c'est très convaincant car visuellement, Ghost in The Shell a peu de défauts mais le problème vient d'un scénario basique et monotone... Il passe à côté de son propos, cela manque de profondeur, de spiritualité et surtout d'une âme parce que le film n'a pas de personnalité, ni de charme et s'oublie vite... spoiler: Après une introduction sur les origines de la protagoniste dans un laboratoire, le film nous plonge (pourtant) dans l'action, sur un conflit entre une compagnie robotique et un pirate informatique. Major (Scarlett Johansson) aura la mission de spoiler: retrouver le détracteur et ainsi le détruire. Et constatera que ceux qui l'ont créée lui ont menti sur son passé. Et, on échappe pas aux clichés du genre sur le passé du Major... L'actrice Scarlett Johansson - une habituée des films d'action - s'efforce d'avoir une âme torturée à son personnage mais cela n'est pas très crédible. Le Danois Pilou Asbæk incarne un allié attachant ! Ghost in the Shell nous offre un univers original qui n'est pas complètement étranger aux classiques du genre à savoir Total Recall et certains gros plans sont assez intelligents. Comme son nom l'indique, Ghost in The Shell possède une jolie coquille mais ça manque de contenu pour confirmer cette apparence. L'expérience a été laborieuse et décevante...
    L'Otaku Sensei
    L'Otaku Sensei

    Suivre son activité 193 abonnés Lire ses 225 critiques

    4,5
    Publiée le 1 avril 2017
    Ghost In the Shell (2017), qu'est ce que je l'ai attendu mais qu'est ce que je l'ai attendu ce film !!! Vraiment, ce film faisait parti de mon top 5 de mes plus grosses attentes ciné de l'année (avec SW8, Transformers 5, Pirates des Caraïbes 5 et Coco). Annoncé depuis 2014, je dois dire que j'ai très vite été hypé quand j'ai appris l'existence de ce remake du film d'animation SF Japonais culte avec Scarlett Johansson, la "Black Widow" des Avengers ^^. Entre temps, j'ai bien sur pris le plus grand soin de visionner l'oeuvre animée de Mamoru Oshii de 1995 au préalable, et les bande annonce m'avaient progressivement ultra hypé jusqu'à me faire croire à un futur chef d'oeuvre de la Science Fiction.. 22 ans après le dessin animé original, le manga Seinen cyberpunk-policier culte de Masamune Shirow se voit être de nouveau porté sur grand écran. Une actualisation que l'on doit au réalisateur Britannique Rupert Sanders. 5 ans après le remake de Blanche Neige à la sauce Dark Fantasy avec Bella de Twilight,Thor et Furiosa de Fury Road (XD), le gars revient en trombe en s'attaquant à un morceau de choix ! Ghost In The Shell, un classique du cinéma de science fiction mondialement reconnu, nous emmène à Tokyo. Dans le Japon futuriste des années 2030, pour combattre la Cybercriminalité, le gouvernement en coopération avec la société High Tech "Hanka Robotic", développe un projet visant à créer des cyborgs. De ces expérimentations est née le Major Mira Killian, une humanoïde cybernétique luttant contre les plus dangereux Hackers. Lorsqu'un nouvel ennemi répondant au nom de Kuze apparaît et révèle au Major que le gouvernement et Hanka Robotic lui cache la vérité, la cyborg décide d'enquêter en solo dans le but de découvrir ce qui se trame derrière ces projets top secrets.. Mais quels sont les véritables desseins de la société Hanka et du gouvernement ? Que cachent-ils ? Qui est réellement le Major ? Humain ou arme de haute technologie sans libre arbitre ? Voilà pour le pitch global sans spoiler. Qu'en est-il ?? Ghost In The Shell (2017), Un Kiffe ! J'avais des attentes parmi les plus élevées...et je n'ai pas été déçu le moins du monde. Pile poil dans la veine de ce que j'attendais: Un film de Science Fiction tout bonnement excellent et une Cyber bonne (XD) adaptation! C'est LE Blockbuster du moment à aller voir. Décidément, force est de constater que l'effet adaptation/reboot porte ses fruits en ce moment; nan sérieux, après La Belle et la Bête en film de chez Disney actuellement en salle, voilà une autre adaptation de très bonne facture. L'histoire original a été très soigneusement respectée par un réalisateur qui, on le sent, avait vraiment envie de rendre hommage à l'oeuvre première. Le récit de GITS (2017) à su garder toute la profondeur philosophique de la réflexivité scientifique d'origine intact, sans trace de rouille dans les circuits. Un Cyborg, mi humain mi robot, a t-il une âme ? des sentiments ? A-t-il besoin d'un vécu ? Doit il être considéré d'avantage comme l'un ou comme l'autre ? Cette hybridité entre la machine et 'homme constitue t-elle une menace pour l'humanité ? Ou plus globalement encore: un cyborg à -t-il sa place aux côtés des humains ? Des questionnements "Asimoviens" sans aucun manichéisme, qui ont même de mon point de vue gagnés encore plus d'épaisseur et une épaisseur émotionnelle plus grande. Les principaux défauts que je reprochais au film d'animation ont été corrigés, du moins je les ai trouvé nettement améliorés. Premièrement, le premier et principal défaut du film de Mamoru Oshii était sa durée....1h23 ^^....bien trop court pour expliquer les enjeux politico-scientifiques d'un univers aussi riche et complexe. Conséquence, le personnage du Major restait trop énigmatique pour que le processus d'identification marche et qu'on soit connecté à 100% avec. Avec une durée d'1h47, Sanders à su éclaircir les zones d'ombres et rendre le discours sur la thématique de la Machine et l'Homme plus abordables. Le découpage est meilleur, une narration meilleure qui permet de mieux représenter les tourments de cette héroïne robotique tragique au coeur du "logiciel" initiatique. L'interprétation de Scarlett Johnasson est plus qu'à la hauteur, l'actrice, toujours aussi badasse, a parfaitement réussie sa mission de décrypter la protagoniste du manga de Shirow pour en saisir les données et se les approprier dans un jeu d'acteur bien grandiose. Les autres acteurs, Pilou Asbaek et Juliette Binoche (pour une petite touche made in France) sont convaincants, et le fait d'avoir laissé Takeshi Kitano s'exprimer en Japonais dans le film est un bon choix car permet l'évitement d'une américanisation trop prononcée de l'oeuvre. Coincidence assez rigolote, le film dans son esthétique et son ambiance semble piocher à droite à gauche dans des films de SF...eux mêmes inspirés par l'oeuvre original de la fin des années 80. Une ville High tech futuriste bourrée d'hologrammes hauts en couleurs, des grattes ciel, des néons à la Blade Runner ou les Nouveaux Héros de Disney, et des scènes d'actions explosifs et intenses façon Matrix ou les films de Neil Blomkamp dans ce qu'il fait de mieux ! Après la déception amère que fut Assassin's Creed de Justin Kurzel en début d'année, Ghost In The Shell remonte largement le niveau côté blockbuster ! Une adaptation maîtrisée de bout en bout dans les moindres paramètres, sans virus ni bugs dans le système qui ravira les fans du film d'animation de Mamoru Oshii et plaira également aux néophytes, à aller voir d'urgence ! " Je suis le Major et j'approuve l'excellent travail de Mr Rupert Sanders".
    Rainfall_Shadow
    Rainfall_Shadow

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 391 critiques

    5,0
    Publiée le 24 avril 2017
    j'avais peur que ce film soit aussi complexe que Matrix mais ouf il n'en est rien : tout est esthétiquement sublime et bien mis en image, l'action vient soutenir une histoire de terminator japonais : hommes vs machines. superbement joué, la fin nous invite à la réflexion.
    Josh the Husky
    Josh the Husky

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 33 critiques

    4,0
    Publiée le 31 mars 2017
    C'est un film d'action et de science fiction honorable et de bonne facture. Effets spéciaux propres, quelques belles images. La BO est un peu décevante car... on ne l'entend pas ! Alors que la musique était si présente dans le film d'animation original. Cela reste somme toute de la science fiction édulcorée et sans innovation, qui laissera les fans sur leur faim.
    Ti Nou
    Ti Nou

    Suivre son activité 102 abonnés Lire ses 2 477 critiques

    4,0
    Publiée le 3 avril 2017
    Le pire était à craindre, mais finalement Rupert Sanders signe une adaptation respectueuse, dans son fond et dans son rythme, du film de Mamoru Oshii qui, si il en reprend les plans les plus iconiques, en réécrit l’intrigue en se centrant davantage sur son héroïne et sa quête d’identité. Il réalise un beau et bon film de science-fiction.
    kal-el 02
    kal-el 02

    Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 820 critiques

    4,0
    Publiée le 31 mars 2017
    L'une des series de mangas la plus marquante, l'univers de "Ghost in the Shell" fascine. Pas étonnant qu'une version Live soit réalisée regroupant les deux films et la série autour du personnage de Major. Le scénario est bien construit et reprend bien les éléments du manga. Le personnage de Major est bien exploité. L'ambiance visuelle correspond à ce qu'on a pu voir dans le manga, un esprit futuriste tel qu'il fut imaginé, en grande partie, dans les années 90.les décors du Japon futur et impressionnante, La réalisation est très maitrisée et nous emmène bien dans l'histoire. Scarlett Johansson, habituée des films d'actions et de super-héros est époustouflante et endosse très bien le personnage de Major. La présence de Juliette Binoche surprend, un peu comme dans Godzilla, mais c'est avec plaisir qu'elle voit dans ce genre de film. C'est donc une très bonne exploitation de l'univers du célèbre manga, très attendue, et qui annonce l'arrivée d'autres films inspirés des mangas japonais
    Marc Antoine L
    Marc Antoine L

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 20 critiques

    4,0
    Publiée le 2 avril 2017
    De la tres bonne science fiction . A voir en 3D . Le tout servit pas une Scarlet qui a bien appris son role .
    Franz A
    Franz A

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 18 critiques

    1,5
    Publiée le 21 avril 2017
    Film fantôme. Ce film souffre de nombreux défauts. Le principal est sans doute la médiocrité générale de l'interprétation. La palme à Scarlett Johansson qui semble victime d'une désincarnation plus profonde à chaque nouveau film (Lucy, Avengers, Under the skin, Her) au point de s'interroger : ses choix cinématographiques sont-ils aujourd'hui artistiques ou révélateurs d'une pathologie sur la relation qu'elle entretient avec son apparence et en particulier avec son corps (voir à ce sujet la critique Libé de J. Gester) ? Elle ne joue pas un rôle mais une paralysie générale : moue figée exaspérante ; mobilité d'un corps curieusement disgracieuse. C'est bien un robot, une coquille (shell), mais sans aucune trace humaine même fantomatique (ghost). Le film dès lors rate totalement son plongeon censément philosophique (dualité corps/âme) pour laisser de maigres sillons sur une surface glacée que jamais il ne rompra. Juliette Binoche ou Michael Pitt font dignement tout ce qu'ils peuvent pour transpirer d'humanité face aux robots qui les entourent sans jamais vraiment trouver l'équilibre entre excès et tâtonnements. Takeshi Kitano fidèle à son jeu robotique n'arrange rien à la congélation de l'ensemble... Seul Pilou Asbæk vibre d'humanité de son seul regard que le scénario gâchera dans un choix masochiste incompréhensible. Par ailleurs, le spectacle reste en deçà du déjà vu tandis que les décors peinent à sortir de l'abstraction laide et surchargée. Reconnaissons qu'une coquille, une seule, n'est pas vide : celle de l'escargot obèse auquel la mise en scène a été attelée. Le cinéphile assoiffé d'action meurt déshydraté et l'esthète est outragé. Enfin, la litanie "ce n'est pas tes souvenirs mais tes actes qui te définissent" finit par embarrasser le philosophe le plus profane ou vaguement existentialiste. Laid, superficiel et ennuyeux, voilà un film ni mortel, surtout pas immortel mais tout simplement mort. Vive le cinéma !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top