Mon AlloCiné
Belgica
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
note moyenne
3,7
649 notes dont 75 critiques
4% (3 critiques)
33% (25 critiques)
43% (32 critiques)
16% (12 critiques)
3% (2 critiques)
1% (1 critique)

75 critiques spectateurs

closer444

Suivre son activité 270 abonnés Lire ses 598 critiques

3,5Bien
Publiée le 02/03/2016

L’adage « sexe, drogue & rock’n roll » est pleinement d’actualité ici et certainement moins galvaudé que dans beaucoup de taglines promotionnelles de long-métrages. On y suit l’aventure de deux frères qui se retrouvent, d’ailleurs un peu comme par magie pour enclencher le scénario et que le film débute, d’où une entrée dans le vif un peu brutale. Leur but : s’associer dans le café de l’un d’eux pour le faire prospérer sans se douter qu’il va devenir l’antre de la fête à Gand. La musique n’emprunte pas les voies de la techno mais plutôt celles du rock et de la scène alternative mêlée à une pointe d’électro. Hormis cela, la trame s’apparente à tout un pan de l’histoire récente belge du clubbing, réduite à un grand bar plutôt qu’un mega-dancing. Pour les connaisseurs, l’ambiance de la nuit (et de ceux qui la peuplent), des clubs et des afters est très bien rendue. Mais surtout, ce qui frappe dans le nouveau film du réalisateur d’« Alabama Monroe » c’est cette énergie folle qui déborde à chaque plan, cette fièvre contagieuse dans les rapports humains mais surtout dans les incroyables scènes de nuit dans le café/club. L’euphorie est telle, notamment dans l’incroyable scène de l’inauguration, qu’on est à la limite de se lever pour danser avec les clients du Belgica. En cela, la bande originale de Soulwax (aka 2 many dj’s pour les puristes) est un petit bijou mêlant sonorités en tous genres pour aboutir à un mix éclectique de rock et d’électro. D’ailleurs ces scènes sont les meilleures du film et celles entre les différents protagonistes paraissent, de fait, un peu plus ternes. Surtout si on les compare à la puissance émotionnelle du précédent film du réalisateur flamand. On suit donc avec attention la montée en grâce de ce lieu nocturne puis son déclin, les moments d’allégresse généralisée puis de doute de ses deux frères en arrivant à une étrange conclusion. D’un côté la dernière partie du film semble moins bien négociée, a du mal à se clôturer, comme si le film avait la gueule de bois de ses protagonistes. On se dit donc que le film aurait pu être un peu écourté. D’un autre côté, on se dit qu’une telle histoire aurait pu donner lieu à une série passionnante tant certains seconds rôles sont peu esquissés et qu’on aimerait passer plus de temps dans l’enceinte du Belgica. Un curieux constat, paradoxal même, qui n’enlève rien à la performance intense des deux acteurs principaux, toute aussi fiévreuse et enragée que le lieu où ils officient, et à la sympathie éprouvée envers ce film.

https://www.facebook.com/cinemapassion4444/

alain-92

Suivre son activité 213 abonnés Lire ses 1 081 critiques

4,0Très bien
Publiée le 08/03/2016

Après le superbe Alabama Monroe, Felix Van Groeningen impose, dans Belgica, une belle bande son composée par Soulwax. Au cœur même de l'intrigue, elle fait partie intégrante d'un scénario parfaitement construit. Le réalisateur commente : "À mes yeux, le film raconte en même temps quelque chose sur la façon dont notre société à changé ces 20 dernières années, comment elle est devenue plus sévère, peut-être aussi comment elle a un peu perdu ses idéaux … le café est comme une mini société". Au travers de dialogues souvent violents Felix Van Groeningen appuie avec force sur ce changement, dans lequel l'austérité vient balayer une certaine idée de la fête. Les dernières images du film sont, en ce point, éloquentes. Des caméras comme autant de frontières entre les individus. La réalisation parfaitement maîtrisée est superbe de minutie. À la tête d'un casting d'une grande justesse, les deux principaux protagonistes, Stef Aerts et Tom Vermeirs s'imposent avec talent et donnent à leur personnage respectif un relief tout particulier. Je suis sorti de la salle stupéfait par la virtuosité d'une mise en scène qui vous entraîne, là où vous ne voudriez pas, ou ne pourriez pas être. Le dernier mot au réalisateur :"Le fait de raconter des histoires sur d'autres est aussi une agréable façon de na pas devoir parler de moi".

http://cinealain.over-blog.com/2016/03/belgica.html

vincenzobino

Suivre son activité 69 abonnés Lire ses 390 critiques

4,0Très bien
Publiée le 21/04/2016

Assez flippante thérapie que ce Belgica. Frank et Jo sont frères avec comme héritage paternel le Belgica, sorte d'Amnesia miniature située a Gand. Le second cité répond a l'invitation du premier pour gérer l'affaire familiale. Mais lorsque il s'agit de se mettre d'accord sur les mesures a prendre, notamment sur un plan sécuritaire, gérer sa vie privée (avec la drogue en toile, bonjour les dégâts) et les "clubbers" souvent turbulents, la mission s'avère quasi impossible. Félix Van Groningen avait, avec the broken circle Bluegrass (Alabama Monroe en France), réussi a nous transmettre a la fois une empathie sur son duo de parents musiciens et une véritable analyse psychologique sur la gestion d'un deuil. Avec Belgica, l'empathie n'est certes pas de la partie sauf si vous aviez connu la drogue et en étiez sortis (dans ce cas l'un des frères va fortement vous procurer un effet miroir assez déroutant). Mais l'étude psychologique proposée s'avère une véritable thérapie. Et de Frank et Jo, les deux connaissent a leur tour une lucidité et une plongée abyssale représentée par des prises de vues "floues" de toute beauté et des traits de caractères a la limite de la rupture. Pour incarner nos frères, deux acteurs magnifiques: Tom Vermeir et Stef Aerts. Chacun exprime a merveille les ressentis de leurs personnages et l'absence de sentiments par des regards (notamment celui de Aerts) assez saisissants. Mais la musicalité du film est sans doute le point fort : si vous avez fréquenté les discothèques durant les années 1990, vous allez replonger dans diverses ambiances et danses (notamment un pogo de toute beauté ainsi que quelques envolées techno) et la chanson du générique de fin pourrait bien vous donner des envies de replonger 20-25 ans en arrière. A recommander vivement...

Alain D.

Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 1 014 critiques

3,5Bien
Publiée le 21/06/2016

Une comédie dramatique émouvante et peu commune signée Felix Van Groeningen. On est très vite envouté par le ton particulier donné par le cinéaste Belge. Sur une bande son d’enfer, à majorité électro-pop, les scènes délirantes défilent avec une mise en scène rythmée. Sexe, drogue, alcool, violence côtoient les séquences d’émotion dans la connivence des deux frères. Le casting, lui aussi est très brillant : Stef Aerts en tète, réalise une très belle performance d’acteur dans le rôle de Jo, étant hyper efficace dans la sensibilité comme dans la violence. Il est bien épaulé par Tom Vermeir dans la peau de Frank, son frère, et Hélène De Vos dans le rôle de Marieke la compagne de Jo. Une pointe de déception tout de même, car cette réalisation n’atteint pas l’excellence de « Alabama Monroe (2012 - 4.5*) » et « La Merditude des Choses (2009 - 4,5*).

traversay1

Suivre son activité 307 abonnés Lire ses 2 487 critiques

3,5Bien
Publiée le 03/03/2016

Après le triomphe d'Alabama Monroe, Felix Van Groeningen avait tous les choix, en particulier celui de tourner un film à gros budget avec des stars. Mais le cinéaste flamand n'est pas de cette race-là visiblement et il a préféré réaliser quelque chose de plus personnel, puisant dans ses souvenirs de gantois. On peut lui tirer son chapeau pour cela. Belgica raconte l'histoire d'une fratrie de sa bonne ville au sein d'un bar célèbre pour son atmosphère effervescente et allumée. Le réalisateur a le don de donner une authenticité quasi palpable à ce lieu sulfureux, temple de la fameuse trinité : sexe, drogue et rock 'n' roll. La première heure de Belgica est excellente, la deuxième beaucoup moins. Parce qu'on a compris où le film voulait en venir et que l'on s'aperçoit, plus le temps passe, qu'il manque une intrigue autre que celle des divergences des deux frères et puis, aussi, un véritable personnage féminin qui s'intercalerait dans cette binarité. Trop long, sans réelle émotion, le film perd en route de son intérêt. Et pourtant, quel magnifique duo d'interprètes et, surtout, quelle BO somptueuse de Soulwax.

Lula S.

Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 02/03/2016

Je viens de créer un compte Allociné juste pour poster une critique ici, c'est dire ! Je vais faire bref : c'est bien simple, il y a tout dans ce film. Une réalisation majestueuse, parfaitement maîtrisée, d'une maestria à toute épreuve. De supers comédiens (à regarder en VOST bien entendu). Des personnages très attachants. Une richesse de thèmes abordés, des messages, des pistes de réflexion.... On se rend aussi compte de la galère que représente la création d'un bar. Étant une habituée des lieux de la nuit, je m'y suis retrouvée, les différentes ambiances dépeintes par le réalisateur sont toutes réalistes. Et bien sûr, une bande-son juste magique... Un film qui sonne juste, qui ne tombe jamais dans le cliché ou la facilité. Un film dynamique, furieux même, qui donne une rage de vivre. Une bouffée d'air frais. Merci !

Caine78

Suivre son activité 648 abonnés Lire ses 6 570 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 04/03/2016

J'avais beaucoup aimé « La Merditude des choses », j'avais adoré « Alabama Monroe », j'aurais donc dû me régaler devant « Belgica » : et bien pas du tout... D'emblée, j'ai d'ailleurs senti que quelque chose n'allait pas, tout en pensant que les choses iraient forcément en s'améliorant... A tort. Après, je ne dis pas : Felix Van Groeningen a ses moments, cette volonté d'emprunter des éléments à la tragédie grecque étant à saluer, le réalisateur gardant un certain talent pour nous offrir quelques scènes intimistes touchantes et de bonne facture Spoiler: (le monologue de Marieke est notamment un beau moment) et évitant globalement un moralisme de mauvais goût, tout en confirmant son excellente direction d'acteurs, à l'image de Stef Aerts, seul interprète au personnage vaguement digne d'intérêt. Malheureusement, pour quasiment tout le reste, c'est la débâcle. Même les scènes de foule et d'hystérie collective, sympas au début, finissent par lasser et même provoquer un réel sentiment de vide, l'ami Felix ne semblant absolument pas quoi savoir faire de cette relation entre deux frères créant un un nouveau bar, même leurs galères et leurs conflits devenant rapidement inintéressants. Cela a deux raisons principales : le choix de la musique, vite épuisante (on est loin de la splendide « country » d'« Alabama Monroe »!) et surtout, le personnage de Frank, sans doute l'un des plus pénibles et antipathiques qu'ils m'aient été donné de voir depuis longtemps, d'autant que cela ne s'améliore pas du tout au fil des minutes. Alors je veux bien qu'au vu du sujet et de l'intrigue on ne puisse pas nous présenter un héros trop « clean », mais là, celui-ci est juste insupportable et pathétique, d'autant que rien ne justifie réellement son comportement. Enfin, autant cela ne m'avait pas trop dérangé dans « La Merditude », autant cette façon de filmer ressemblant régulièrement aux délires alcoolisés des principaux protagonistes, cela a fini par me gonfler un peu, surtout lorsque le film dure plus de deux heures, conclu qui plus est de façon Spoiler: très proprette, à base de rédemption bon teint et franchement pas crédible dans son déroulement... En espérant que ce « Belgica » ne sera qu'un accident de parcours, ma deuxième étoile étant encore généreuse devant ce qui est ma première grande déception de l'année. À oublier.

dominique P.

Suivre son activité 93 abonnés Lire ses 1 233 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 13/03/2016

J'avais adoré "Alabama Monroe" et j'ai souhaité voir donc "Belgica". C'est pas mal dans l'ensemble, il y a vraiment de l'excellente musique. Cependant, c'est triste comme histoire. Le frère aîné, suite à son investissement dans le bar, change de comportement, trompe sa femme, prend de la drogue, picole. Et le petit frère a des problèmes de couple, n'est pas fidèle non plus et doit gérer le comportement de son grand frère. Sans oublier les comportements de certains clients très difficiles à gérer. Donc pour résumer c'est un film intéressant mais un peu pénible à suivre.

BF2070

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 146 critiques

2,5Moyen
Publiée le 02/03/2016

Belgica est le nom du bar, dont l’enseigne prête à sourire, tenu par Jo. Il va s’associer avec son frère Frank, au tempérament bien opposé, afin d’agrandir ce bar pour le transformer en club branché. L’ambiance de ce club est parfaitement donnée par le réalisateur Felix Van Groeningen, à qui l’on doit Alabama Monroe, mais, on ne retrouve pas dans Belgica l’émotion d’Alabama Monroe (film puissant dans ce domaine). Belgica est avant tout une œuvre formelle. Les scènes de fêtes de nuit sont principalement l’intérêt du film, le jeu des lumières, les performances des groupes de musique, une très bonne bande son. On s’y croirait. Malheureusement à côté c’est quasi ennuyeux. Il n’y a pas vraiment de fond. la relation entre les deux frères n'est pas vraiment intéressante.

JimBo Lebowski

Suivre son activité 178 abonnés Lire ses 726 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 14/06/2016

Je suis un peu partagé, je trouve que le rapport entre les deux frères sonne juste, van Groeningen arrive à mettre en scène des séquences de fêtes étourdissantes avec une maitrise géniale (une des premières avec "J’aime regarder les filles" sous coke et la foule déchainée est superbe niveau immersion), la musique emporte, il y a une dramaturgie et des contre-poids … mais il y a aussi et surtout un réel problème de rythme à mes yeux, personnellement j’aurais préféré avoir affaire à un style disons plus scorcesien dans ce schéma ascension/chute, quelque chose de plus fluide, à la place c’est un jeu constant de montagne-russe émotionnel et ça a fini par provoquer chez moi une certaine lassitude. Ça manque également sans doute d’un petit enjeu qui traine entre deux séquences pour pimenter les relations/situations, sortir du carré familial, ou alors vraiment mettre les deux pieds dedans parce qu’on reste un peu trop sur des sous-entendus jusqu’au bout, c’est dommage, mais globalement le film reste sur un ressenti plus positif que négatif, enfin j’ai tout de même assez largement préféré ses précédents.

orlandolove

Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 1 316 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 08/04/2016

Certes c'est sans doute moins bouleversant que le génial "Alabama Monroe" mais l'énergie incroyable de la réalisation et la pêche des acteurs (tous épatants) emportent le morceau. Et la musique est bonne...

Marilou M.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 19 critiques

3,5Bien
Publiée le 08/04/2016

Un peu dur mais profondément humain, de ces personnages vrais qui tombent les erreurs vraies, elles aussi. Des acteurs tellement dans leur rôle qu'on imagine qu'ils ne sont pas ... des acteurs !

Christoblog

Suivre son activité 286 abonnés Lire ses 954 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 27/03/2016

C'est avec une tendresse particulière que je suis la filmographie de Felix van Groeningen. Il y a chez ce réalisateur flamand un goût du mélodrame de mauvais goût qui rappelle parfois celui de Jean Marc Vallée, et un penchant énergique pour les histoires tordues et les marginaux qui me fait penser fugitivement à Xavier Dolan. Dans Belgica, les points forts du cinéma de van Groeningen apparaissent très nettement : un brio incomparable pour créer des ambiances, un don inné pour observer les visages en plans très rapprochés, une façon de filmer la musique qui génère une sorte d'euphorie immédiate. Malheureusement, le film expose aussi les carences actuelles de son cinéma : des faiblesses criardes dans le scénario, une tendance à s'étaler un peu trop et une certaine miévrerie, qui peut flirter avec le mauvais goût. Au final cette histoire de fratrie laisse tout de même une impression plutôt favorable, qui résulte surtout de l'incroyable intensité qui se dégage des deux acteurs principaux, dont on aimerait que l'énergie soit tout de même mieux canalisée.

http://www.christoblog.net/2016/03/belgica.html

Emma Schell

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 80 critiques

4,5Excellent
Publiée le 07/03/2016

Avertissement aux Oreilles Sensibles, n’oubliez pas vos boules-quies Et rejoignez moi au Belgica ! Quel Son, Quelle Atmosphère, Quelle Ambiance… Ce film respire la musique, la danse, la sueur, l’alcool et le tabac froid des lendemains de fêtes ! J’ai plongé, tête la première, dans ce bijou cinématographique et me suis laissée embarquer par le réalisateur –un virtuose- qui filme le monde de la nuit sans filtre, avec son lot de sexe et de drogue (à priori l’un ne va pas sans l’autre). Filmé, tantôt comme un clip-vidéo, tantôt comme un docu-amateur, on assiste à la montée en puissance des deux frères puis aux inexorables difficultés de la cogérance. Etre au sommet, c’est bien ; Y rester, beaucoup plus difficile… La chute, souvent, Inévitable. Belgica ne plaira pas à tout le monde, trop d’excès, trop d’excentricités, trop de sons mais d’un film, j’attends qu’il me transporte dans une autre « galaxie », me fasse vibrer, me fasse rêver, me dérange aussi. Avec Belgica, le Pari est réussi !

http://quelcinemma.canalblog.com/

Laurent Cambon

Suivre son activité 90 abonnés Lire ses 735 critiques

4,0Très bien
Publiée le 06/03/2016

Il aurait pu s'appeler Auguste Lantier et le Belgica aurait pu être une succursale de l'Assommoir chez Zola. Sauf qu'ici on est en Belgique, la Belgique flamande, que le propriétaire du bar est une jeune-homme à l'œil fermé, et que le grand frère, celui par qui le bonheur et le malheur arrivent, c'est Franck. Tout va vite dans ce film. Le montage est serré, les dialogues sont courts, comme pour mieux marquer l'inexorable montée vers le succès du petit bar de quartier dont la plomberie est chroniquement bouchée. Les choses vont à un rythme effréné, avec en toile de fond, une bande-son incroyable, mais le rythme est tel qu'on se demande à partir de quel moment la chute va poindre son nez. Felix Van Groeningen réalise ici une fresque alternative et musicale. Le spectateur en prend plein les yeux, les oreilles, le cœur, tant les voix, les sonorités, les dialogues sont intenses, sinon parfois excessifs. Le Belgica devient très vite un espace de drogue et de création, où le sexe côtoie l'argent et la violence. Le réalisateur parvient à faire œuvre d'une mise en scène efficace, précise, que le montage, la lumière et la photographie rehaussent en intensité. Le spectateur est pris dans ce mouvement de rage, où les protagonistes se confrontent à la répétition du passé et à des choix de vie qui marqueront leur existence à jamais. "Alabama Monroe" était déjà un film sur un avenir à reconstruire, la promesse d'une vie. Les héros de Belgica rêvent d'argent, ils rêvent d'une vie meilleure, et surtout ils rêvent d'échapper au déterminisme de leur propre histoire familiale. Mais le destin rattrape toujours les personnages. Or la grâce du film se situe dans le fait qu'ils ne sombrent jamais dans la désespérance, au risque même de certaines incohérences du scénario. Et c'est dans ces incohérences que se niche la beauté de ce long-métrage car fondamentalement, cette histoire-là, ça pourrait être la nôtre, c'est un film qui apprend l'espoir et la nécessité de vivre.

Les meilleurs films de tous les temps
Back to Top