Mon AlloCiné
Astérix - Le Secret de la Potion Magique
note moyenne
4,1
874 notes dont 121 critiques
21% (26 critiques)
42% (53 critiques)
27% (34 critiques)
6% (8 critiques)
2% (3 critiques)
2% (2 critiques)
Votre avis sur Astérix - Le Secret de la Potion Magique ?

121 critiques spectateurs

Lokdu B.

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 214 critiques

4,0Très bien
Publiée le 02/12/2018

Décidément il n'y à rien dire alexandre astier à vraiment réussi à imposée sa patte dans le monde des Astérix tout en gardant l'âme des début.La preuve avec se deuxième opus vraiment très très réussi. Histoire est vraiment prenante on reconnaît la plume aussi de astier dans les blagues et c'est très drôle. L'animation est aussi très belle et pour les fans de kaamelot on retrouve plusieurs membres de l'équipe au doublage ce qui donne un côté encore plus drôle. Bref très bon fim d'animation qui jongle parfaitement avec le public petit est Grand. il y a quand-même petit défaut la durée 1h25 je trouve ça un peu court.

Chris46

Suivre son activité 186 abonnés Lire ses 897 critiques

3,5Bien
Publiée le 07/12/2018

" Astérix , Le secret de la potion magique " dixième adaptation animée de " Astérix " . A la suite d’une lourde chute lors de la cueillette du gui le druide Panoramix décide qu’il est tant pour lui de trouver un remplaçant . Avec l’aide de Astérix et Obélix il va se lancer dans une quête pour trouver son successeur et lui transmettre le secret de la potion magique ... " Astérix , Le secret de la potion magique " est la dixième adaptation en dessin animée de la b.d " Astérix " . Le film est réaliser par Alexandre Astier et Louis Clichy . Alors que vaut cette nouvelle adaptation de " Astérix " sur grand écran ? Et ben elle est très sympa et divertissante . On est dans la pur lignée du film précédent ( " Astérix , Le domaine des dieux " ) qui était déjà réalisé par Alexandre Astier et Louis Clichy et qui avait apporter une bonne bouffer d’air frais à l’univers d’Asterix sur grand écran en y apportant leurs patte et leur humour tout en restant fidèle à l’univers de " Astérix " . L’un des points positifs c’est d’avoir écrit une histoire totalement originale pour le film qui n’est donc pas l’adaptation d’une des nombreuses bande dessinée " Astérix " . Et c’est cool car on se laisse emporter dans une histoire totalement inédite où l’on ne connaît pas les différentes péripéties et qui nous réservent bien des surprises . Et puis surtout on a pas la déception de voir l’une de nos b.d préférées être mal adapter à l’écran . L’histoire est donc très sympa avec Panoramix qui va donc tenter de trouver un successeur pour le remplacer comme druide en compagnie de ses fidèles acolytes Astérix et Obélix et pour cela ils vont parcourir toute la Gaule pour trouver son remplaçant ce qui va donc les embarquer dans une succesions de péripéties où vont se mêler habilement humour , action et rebondissement pour notre plus grand plaisir . L’humour du film fonctionne très bien et est parfaitement dans l’esprit des b.d " Astérix " avec des répliques très amusantes et des scènes drôles Spoiler: ( les différents druides à qui Panoramix rend visite qui sont aussi nul les uns que les autres , les romains qui attaquent le village et qui se prennent une succesions de volés , Ordralfabetix qui veut succéder à Panoramix et qui se met à concocter des potions , Le Barde qui devient le chef du village au grand desarois des habitantes du village , Agecanonix qui prend la succesion de Astérix comme guerrier du village ... ) . Alexandre Astier , comme pour le film précédent , a été très fidèle à l’esprit de la b.d en y reprenant tout les codes ( les combats contre les romains , la chasse au sanglier , les bagarres entre villageois , le naufrage des pirates etc ... ) tout en intégrant habilement sa patte et son humour ainsi que des clins d’œil très sympathiques à d’autre films ( " Star Wars " ) où séries ( " Kaamelott " ) . Je trouve sympa que le personnage de Panoramix soit vraiment mis en avant dans cette opus . D’ailleurs tout les autres personnages de l’univers de " Astérix " sont plutôt bien mis en avant tout au long du film et pas seulement le duo Astérix et Obélix et c’est vraiment sympa de les voir tous . L’animation du film qui donne vie à l’univers de Astérix sur grand écran est très réussit . Même si j’aurais toujour une pointe de nostalgie avec l’animation traditionnelle des premiers " Astérix " il faut reconnaître que l’animation en image de synthèse donne superbement vie à l’univers de " Astérix " sur grand écran ( village gaulois , forêts ... ) et donne vraiment de l’ampleur à cette univers en étant plus grandiose et détailler comme c’était déjà le cas dans le film précédent . On s’évade avec grand plaisir dans l’univers de " Astérix " . Le doublage du film est réussit même si j’ai eu un peu de mal au début avec la nouvelle voix de " Astérix " qui n’est plus celle de Roger Carel qui avait doubler le personnage de " Astérix " dans tout les dessins animées de " Astérix " . C’est donc Christian Clavier qui prend le relais pour doubler " Astérix " lui qui avait déjà interpréter le rôle de " Astérix " dans les films live . Ce changement de voix est un peu déroutant au début car on était tellement habituer à la voix de Roger Carel qui doublait le personnage divinement bien et la voix de Christian Clavier est très reconnaissable mais on fini par s’y faire . La musique est très sympathique avec quelques morceaux fun ( Daft Punk ... ) qui donnent un ton très décalé et sympathique au film et qui colle à merveille avec l’ambiance du film . Pour résumer cette nouvelle adaptation animée de " Astérix " est très sympa et divertissante et devrait plaire aux petits comme aux grands . En tout cas on est pas contre un nouvelle opus signé Alexandre Astier .

Rêves-Animés

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 42 critiques

3,5Bien
Publiée le 04/12/2018

En cette fin d’année au contexte difficile, voici un peu de légèreté bienvenue avec « Astérix et le secret de la potion magique », film très attendu de cette période d’avant-fêtes. Le précédent opus réalisé également par Alexandre Astier qu’on ne présente plus, et son acolyte Louis Clichy, « Astérix et le domaine des Dieux », sorti en 2014, a réuni près de 3 millions de spectateurs en salles, en France. Chaque projet d’Alexandre Astier, très populaire grâce à sa série « Kaamelott », à l’écriture incisive et aux répliques percutantes, crée une attente incommensurable. Quant à Louis Clichy, ancien élève de la célèbre école d’animation des Gobelins à Paris, certes moins connu mais tout aussi talentueux, il fut il y a quelques années animateur pour les studios Pixar, et peut se vanter d’avoir collaboré aux chefs-d’œuvre que sont « Wall-E » (voir mon article sur le film ICI), et « Là-Haut » ! Et en ce qui concerne l’animation justement, elle se révèle être de très bonne facture, avec des couleurs flamboyantes, des teintes chaudes, telles l’orangé des couchers de soleil. Spoiler: Fait nouveau dans cet opus, nous remarquons en effet que plus de place a été accordée aux décors naturels mis en retraits dans de précédentes aventures : la mer (par exemple la scène où l’on voit Astérix sur la plage au début), mais également depuis la hutte de Panoramix, qui jouit d’une vue imprenable sur la mer ; nous pouvons, à ce propos, voir « l’envers du décor » de la chaumière de ce dernier. Panoramix est mis en avant dans ce volet, comme il l’était en quelque sorte à l’époque du « Coup du Menhir » (1989). De nouveaux personnages font leur apparition : Sulfurix, le druide aux mauvaises intentions, les autres druides gaulois, l’aspirant druide helvète (Teleferix). Aussi, nous étions peu habitués à voir des enfants dans les aventures d’Astérix : ce volet étant axé sur la transmission générationnelle des savoirs, et sur le fait de passer le flambeau, la jeune génération se devait d’être présente dans « Le secret de la potion magique ». Spoiler: Pectine, pleine d’assurance et d’aplomb, jeune inventrice très prometteuse dont le talent n’a pas attendu le nombre des années, risque bien de bousculer un règlement druidique très protocolaire… L’influence d’Alexandre Astier sur l’écriture se ressent, et ce notamment grâce à certaines répliques percutantes, comme celles du guerrier romain Cubitus, doublé avec talent par Élie Semoun. Spoiler: Fans de « Kaamelott », tendez l’oreille, puisqu’un clin d’œil à la série se fera entendre pour votre plus grand plaisir. Spoiler: Mais même si les péripéties s’enchainent souvent à toute vitesse et que le plaisir de retrouver nos protagonistes gaulois est toujours présent et égal à lui-même, il faut cependant avouer que quelques baisses de régime surviennent de temps à autre. La comparaison avec son « grand frère » est hélas inévitable. L’attente est si grande, la barre si haute, que l’on en attend toujours plus… Mon analyse complète du film sur mon blog: reves-animes.com

Alexis Seny

Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 30 critiques

4,5Excellent
Publiée le 01/12/2018

Pour qui aime la BD et le cinéma d'animation, quand le chaudron de potion magique est plein à ras-bord et dévoile dans ses fumées une nouvelle aventure irréductible d'Astérix et Obélix, c'est un événement. Après quelques années de disette cinématographique et des films live globalement décevants, Alexandre Astier et Louis Clichy ont ravivé la flamme et retrouvé la serpe d'or avec un Domaine des dieux... divin. Plus abouti visuellement et encore plus délirant, Le secret de la potion magique enfonce le clou avec plus de grâce que Cétautomatix et retrouve l'Hommequitombeàpix, les Quatrefantastix, Derrix et même des Kaijus. Un festival dans une histoire originale mais toujours très inspirée, réparant le fiasco du Ciel lui tombe sur la tête et se servant on ne peut mieux de quelques arcs scénaristix du premier film de Claude Zidi qui a très mal vieilli. À lire de manière plus agréable sur Branchés Culture : http://branchesculture.com/2018/12/01/asterix-le-secret-de-la-potion-magique-film-animation-astier-clichy-humour-tendresse-hommage-jubilatoire-kaijus-critique/ Tout allait bien jusque-là. Nous étions en 50 avant Jésus-Christ (quoique, il a peut-être pris de l'avance par rapport à ce que disent les hagiographies). Toute la Gaule était toujours occupée par les Romains... Toutes? Non! Un petit village d'irréductibles Gaulois résistait encore et toujours à l'envahisseur. Jusqu'à ce jour noir de leur histoire qu'Astérix et Obélix ont compté. Jusque-là, tout allait pourtant bien, Panoramix se prenait pour Tarzan, super-héros de la forêt, surfant les branches sans se prendre les pieds dans sa longue barbe blanche. Puis, l'imprévu, un oisillon en péril et une chute vertigineuse pour le druide mythique. Panoramix résiste au crash test mais se retrouve avec une patte folle, trouvant ses limites et résolu à passer le relais. Mais encore faut-il trouver un habile successeur, maniant éthique et alchimie méthodique. Rien qu'avec cette scène d'introduction aérienne et dramatique, Astier et Clichy nous en mettent plein les yeux avec un univers graphique encore plus affûté. Sur ces quelques dizaines de secondes, on sent tout le pouvoir d'adaptation et d'adoption intelligentes des deux cinéastes : parce que l'identité et la fluidité cinéma font de ce gag un bijou qui aurait été incapable à intégrer avec tant de richesses en BD (là où on s'en souvient Au service secret de sa majesté étant sans doute la meilleure transposition de la BD au cinéma live mais l'un des pires films du petit gaulois, paradoxalement).  C'est de bon augure pour la suite qui se déhanche déjà sur une improbable pépite sortie tout droit des années 80 : You spin me round. Ambiance disco au village de (perpétuelles) vacances mais de très courte durée : Panoramix étant incapable de préparer la potion magique, l'arrêt de mort est signé, c'est la fin pur et simple des irréductibles. Et ça ne tarde pas à arriver aux oreilles de César qui charge Tomcruz (puisqu'on vous disait qu'il était partout) d'une mission impossible désormais possible : anéantir le village gaulois et ramener le secret de la potion magique. Jusque-là tapis dans l'ombre, un ennemi intime de Panoramix croit son heure venue et n'a rien à envier à Voldemort. Magie blanche contre magie noir vont s'opposer et ça va barder (même Assurancetourix va avoir un rôle déterminant)! Dans ce deuxième film au pays de Goscinny et Uderzo, Alexandre Astier et Louis Clichy envoient Astérix, Obélix, Panoramix et Pectine (nouveau personnage qui fait la part belle à l'enfance et aux yeux qui pétillent), comme souvent, en road movie, dans une variation télé-ciné-réalité entre "La Gaule a un incroyable talent" et "Qui sera le meilleur sorcier". Même si les prétendants (Astier s'en donne à coeur-joie pour les nommer avec plus de références que de révérence, de Climatoseptix à Tectonix) à la succession du druide s'en tirent plus souvent avec un kloug qu'avec le clou du spectacle. Y compris de Jésus qui devra encore s'entraîner s'il veut arriver à la dernière scène. Soyons clairs, pareille odyssée aurait pu être risquée, monotone et répétitive (dont des running gags tirent la force), il n'en est rien. Entre des fake news et des mises en scène façon le Média, une petite fille qui doit cacher qu'elle en est une et un combat de femmes libérées (et c'est pas si facile), un monologue d'Ordralfabétix (qui n'a rien à envier à Edouard Baer) et des bourre-pifs nez-contre-nez, des sangliers messagers et un Idéfix beaucoup mieux designé que sur le premier opus, des pirates qui tentent la reconversion, c'est tout un esprit parodique frondeur et salvateur qui s'empare de nous et fonctionne à pleine marmite. C'est jubilatoire mais aussi tendre et bien vu avec quelques magnifiques messages à tirer en-dessous des couches de rires et de délires. Il y en a partout, il ne s'agit pas d'avoir une seconde d'inattention. Conscient de ses racines, ce dessin animé n'est pas l'arbre qui cache la forêt des Carnutes (ne laissez pas trainer vos mégots, elles prennent vite feu, ces choses-là) et prouve sa conscience des oeuvres qui sont passées avant lui. Et les plus étonnantes. À commencer par Astérix et Obélix contre César, premier film en prises de vue réelles de la saga au cinéma, réalisé par Claude Zidi. La musique de l'excellent Philippe Rombi fait penser à celle de Goldman dans les airs celtiques qu'il a trouvé, Christian Clavier est de retour et prête sa voix à Astérix (avec tact et sans en faire des caisses), à la tête d'un casting vocal aux petits oignons (Gérard Hernandez, Elie Semoun, François Morel, Alex Lutz...). Puis, il y a ce méchant druide qui pourrait être le frère du Devin et ces Romains qui n'ont jamais été aussi proche de réduire à néant le village irréductible. Autre référence, encore plus inimaginable : Le ciel lui tombe sur la tête. Sans doute l'album le plus décrié de la série revu et corrigé par le cinéma pour un grand final Big in Japan, calé entre Dragonball et Goldorak. Un fulgurant et fracassant passage ovniesque qui nous en met plein la figure. Astier et Clichy auraient-ils tenté ce tour de force si le 33e tome d'Astérix avait été plus consensuel et moins aventureux ? Pas sûr. Albert, tout est pardonné, désormais. D'autant plus que pour raconter une histoire ancestrale, l'origin-story de Panoramix, Astier et Clichy reviennent à la base : au dessin d'Uderzo. Celui sur lequel le cinéma souffle et qui s'anime pour faire du spectateur le privilégié témoin de la naissance d'une oeuvre culte. Que d'émotions. Pour faire bref mais aussi large, l'année nouvelle approchant et le dicton disant qu'il faut s'embrasser sous le gui, on a envie de couvrir Astier et Clichy de bisous, de les serrer fort comme des menhirs. En effet, le duo de réalisateurs et leurs équipes prouvent que la magie existe, livrent un formidable hommage à la culture populaire et s'en tirent avec brio (et Briat qui fait la voix d'Obélix), les honneurs et les lauriers, mais aussi le sentiment d'être face au meilleur Astérix qu'on ait vu et lu depuis longtemps ! Par Bélénos, c'est Fest Noz.

Traxxxx62

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 2 critiques

2,5Moyen
Publiée le 25/11/2018

Sympa sans plus... Je me suis ennuyé alors que la durée du film est assez courte. Le pseudo jeune druide est insupportable avec son accent. La réalisation est bonne mais on sourit sans jamais vraiment rire. Dommage !

Guillaume J.

Suivre son activité Lire ses 2 critiques

3,5Bien
Publiée le 02/12/2018

Vu en avant première à Amnéville. Comme souvent avec Astier aux commandes, on rigole bien, avec plusieurs niveaux de lecture , aussi bien pour les enfants que les adultes. Par contre, mon piot de 4 ans qui adore "le domaine des dieux" a eu un peu plus de mal avec celui-ci, clairement plus noir (décors, meteo, méchant vraiment méchant). La bande annonce le laissait présager mais c'est confirmé. On passe quand même un super moment et on attend avec impatience le prochain. Les doublages sont top (Lionnel Astier, Foresti...).

dragoyo

Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 289 critiques

3,5Bien
Publiée le 02/12/2018

3,5/5 bien. C’est un bon film qui passe vite, on ne s’ennuie pas, il y a des clins d’œil sympas (mention spéciale pour les trompettes de Kaamelott). Les voix collent plutôt bien aux personnages et on prend plaisir à les reconnaître. Le scénario original est une réussite, on sent la patte d’Astier et la modernité proche des jeux vidéos (une sorte de « boss final »). Bien.

Benjamin B.

Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 02/12/2018

Si vous avez aimé le précédent, celui la ne peut que vous plaire. Drôle et subtil, avec un sens du rythme hors norme, mais sans en faire trop, servi par un casting vocal de rêve au fort goût de Kaamelott, il n’y a rien à jeter dans cet Astérix la. On perd l’effet de surprise du premier qui filait un sacré coup de neuf à la licence, et pourtant ça fonctionne aussi bien. Chapeau bas monsieur Astier (et à toute votre équipe), pari réussi.

Aurélien F.

Suivre son activité Lire sa critique

3,0Pas mal
Publiée le 02/12/2018

assez sympha, j'avais beaucoup aimé le premier on y retrouve ici une animation ambitieuse et impeccable et un humour qui fonctionne toujours autant. Par contre l'inconvenient de sortir un scénario original c'est de laisser passer quelques ficelles de scénarios trèèèèèès visibles et grossières et une fin totalement hors-sujet (le combat de transformers sur la plage... franchement non)

Florian D.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 86 critiques

4,0Très bien
Publiée le 27/11/2018

Délirant des les premières minutes, il n'y a pas de raison de critiquer cette excellente aventure totalement inédite, bourrée de personnages particulièrement amusants (Spoiler: ou attachant dans le cas de la petite fille Pectine). Doté de dialogues et de gags parfois irrésistibles, d'un méchant assez charismatique et d'une enfant attachante pour compenser les personnages que l'on connait tous par cœur, un "Astérix" de premier choix malgré une grosse bataille finale pas tout à fait conforme à l'esprit de la BD. Mais qu'importe ! Le résultat est emballant et cet épisode se démarque comme l'un des meilleurs de la saga. Un bon moment à passer !

L'Info Tout Court

Suivre son activité 193 abonnés Lire ses 630 critiques

2,5Moyen
Publiée le 05/12/2018

Cet Astérix – Le secret de la potion magique a peut-être une belle animation – à quelques exceptions près -, mais côté blagounette, on reste un peu sur notre faim. Évidemment, on ne s’attendait pas à rire tout du long, le scénario ne s’y prêtant de toute manière aucunement, mais il y a un tel manque de calibrage, de timing, et surtout de panache dans l’écriture qu’on ne sourira finalement qu’à de rares occasions. Les idées y sont, c’est de l’exécution que vient le problème.

Karocenial

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 46 critiques

2,5Moyen
Publiée le 10/12/2018

Que c'est triste une salle qui ne rit pas, surtout sur un dessin animé issu d'une bande dessinée géniale. Et aujourd'hui la salle n'a pas rit ! Et moi, qui aime bien rire, j'ai à peine esquissé deux sourire, l'un pour le druide Jésus et sa multiplication des pains et pour la tortue transformiste du combat final. Ce qui est bien peu. Pour le reste, le graphisme de la BD est bien oublié, le scénario est confus, poussif durant la première partie du film. Ni les quelques évocations de Kaamelot, ni la reconnaissance des voix familières des acteurs doublant les personnages n'y ont rien pu, je me suis ennuyé !

bolt

Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 762 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 10/12/2018

Astérix et le secret de la possion magique est vraiment un excellent film d'animation. Je me suis beaucoup marées. Le film est très bien réaliser. Alexandre Astier réussi son pari au la main. un sans faute.

SRSL

Suivre son activité 69 abonnés Lire ses 512 critiques

4,0Très bien
Publiée le 09/12/2018

Après voir signé le premier film en animation 3D des aventures d'Astérix, Alexandre Astier revient pour un deuxième épisode. Et on peut dire qu'il a très bien fait. On se trouve à la rencontre de l'ambiance des Asterix et de l'univers d'Astier avec des références à Kaamelott. Autant dire que c'est très drôle. Même si on est un peu surpris par Spoiler: le combat final avec ces super-pouvoirs on reste complètement conquis par le travail d'Astier pour garder l'esprit de la BD. Tout le casting voix est génial. On ne se lasse pas des intonations des célébrités qui nous font bien rire. Pour passer un bon moment à rire, aller voir Asterix, le Secret de la Potion Magique.

Chris58640

Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 487 critiques

4,0Très bien
Publiée le 09/12/2018

Pour la première fois dans l’histoire d’Astérix, Louis Clichy et Alexandre Astier commettent un petit sacrilège : ne pas adapter une bande dessinée mais offrir au héros casqué une histoire originale. Même si elle lorgne quand même pas mal du côté de deux vieux albums que sont « Le Devin » et « La Serpe d’or », le scénario d’ « Astérix et la secret de la potion magique » est donc sorti de l’imagination fertile du créateur de Kaamelott . A la direction artistique, Louis Clichy livre une copie trépidante, qui va à 100 à l’heure et qui ne laisse pas une minute de répit au spectateur, à l’image de la scène d’ouverture. Les 90 minutes du film filent à toute vitesse et l’on voit arriver le générique de fin avant d’avoir eu le temps de dire « Ouf ! ». Rythmé par une musique sautillante mais aussi par une reprise tonique « You speed me round » (que les gens de ma génération, et donc celle d’Alexandre Astier connaissent bien), le long-métrage tient très bien la route, embarquant à son bord les grands comme les petits qui, comme à chaque fois, y trouvent chacun leur compte, même si ce n’est ni aux mêmes gags, ni aux mêmes moments. On retrouve dans « Astérix et le secret de la potion magique » des tas de petites références pour les grands enfants que nous sommes, de « Kaameloot » bien-entendu au « Seigneur des Anneaux », en passant par « Transformers » ou « Superman ». C’est cela qui fait d’un film d’animation aujourd’hui une réussite et qui draine le public au-delà de 10 ans, et le film Clichy-Astier le fait aussi bien qu’avec « Le Domaine des Dieux ». Le dessin est net, il parait même un peu artificiel comme tous ces films d’animation très propres, très produits en numérique. Heureusement, deux séquences viennent apporter une vraie plus value au film. La première est à base de pérégrinations sur une carte, de la 2D par excellence à l’ancienne. La seconde, un flash back uniquement au crayon, à base d’esquisses et de traits rageurs de fusains, est plus poétique, et renvoi à la BD dans ce qu’elle a de plus fort : le trait de crayon ! On retrouve du coté du casting voix, les mêmes acteurs ou presque : Christian Clavier remplace Roger Carel (qui a raccroché) et Alex Lutz incarne Teleferix, le jeune druide fougueux et prometteur qui tape dans l’œil de Panoramix. L’idée géniale, c’est d’affubler Teleferix d’un accent alsacien à couper au couteau qui a bien fait rire le public. On offrira une mention spéciale à François Morel en Ordraphabétix, toujours truculent et à Serge Papagalli en Abraracourcix, parfait comme dans l’opus précédent. Côté scénario, on laisse plus ou moins tomber les romains pour ce concentrer sur le personnage de Panoramix, sa psychologie, son histoire, son obsession de la transmission (qui vient quand même sur le tard !) et son foutu caractère de sanglier. J’ai trouvé, pour ma part, le scénario moins subtil que celui du « Domaine des Dieux » qui offrait une lecture à plusieurs niveau, avec une critique sociale, économique et même, osons les grands mots, sociologique en toile de fond. Ici, le scénario est plus brut, plus simple, plus binaire aussi. Encore que… le personnage du méchant, Sulfurix, est bien entendu vénal et machiavélique mais il pose une bonne question qui reste plus ou moins sans réponse : Pourquoi réserver la potion magique au seul village breton et ne pas s’en servir à grande échelle pour chasser les romains de toute la Gaulle ? En voulant subtiliser la recette, Sulfurix veut bien sur se faire du sesterce, c’est entendu, mais il veut également la vendre à César pour que cesse les affrontements. Sulfurix, mine de rien et sous ses airs de Saroumane (il lui ressemble beaucoup !), ne tente-t-il pas d’instaurer une sorte de « paix atomique » digne de la Guerre Froide, une sorte d’équilibre de la terreur afin de mettre fins aux combats ? Après tout, si tout le monde à la potion, il ne sert plus à rien de s’en servir pour se battre ? Sulfurix se proclame « pacifiste » avant de se faire pulvériser, ce qui en fait un méchant un peu atypique, quand même… La transmission du savoir est donc au centre du scénario, mais l’égalité des sexes n’est pas en reste. Que ce soit avec le rôle de Pectine ou bien le « girl power » des femmes restées seules au village, les femmes, qui n’ont jamais été vraiment mise à l’honneur chez Astérix (question de contexte), commencent à montrer le bout de leur nez et à mettre les pieds dans le chaudron de potion magique, signe des temps…

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top