Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Carbone
note moyenne
3,9
2782 notes dont 343 critiques
17% (59 critiques)
36% (125 critiques)
25% (85 critiques)
13% (45 critiques)
6% (20 critiques)
3% (9 critiques)
Votre avis sur Carbone ?

343 critiques spectateurs

benoitG80
benoitG80

Suivre son activité 913 abonnés Lire ses 1 364 critiques

4,0
Publiée le 07/11/2017
« Carbone » reflète à fond le style d’Olivier Marchal, avec ce polar sombre, véritable descente aux enfers d’un chef d’entreprise acculé au dépôt de bilan, dont rien que le titre évoque toute cette noirceur, mais surtout la célèbre affaire des quotas de carbone ! Et donc deux directions possibles pour le cinéaste qui va privilégier ici l’histoire de cet homme Antoine Roca... Ceci au détriment des dessous et des enjeux de cette escroquerie monumentale, plutôt prétexte au film en étant du reste assez romancée, par rapport aux véritables faits relatés dans un article du Monde assez édifiant paru cet été ! Soit, et donc ce casse du siècle et ses tours de passe-passe virtuels ne seront pas le véritable sujet, et on pense à ce propos au très bon « The Big Short » qui lui prenait le parti-pris totalement inverse avec une démonstration excellente ! Il n’en demeure pas moins qu’avec sa troupe de comédiens efficaces, ce « Carbone » tient assez bien la route et en tous cas mieux que tous ces flambeurs, qui se sabordent d’emblée par leur manque de discrétion évident ! Le processus d’autodestruction de cette bande d’escrocs est extrêmement bien mis en œuvre par tous ces paramètres que chacun ne prend pas en compte, par tous ces dérapages incontrôlés et toutes les faiblesses ou différences de caractère des uns et des autres ! À ce niveau, en plus de la tension qui accompagne cet étau qui se resserre infailliblement sur chacun, on ne peut être que surpris par la complexité et la retombée des faits et actes des différents clans, que ce soit la belle-famille vipérine, les mafieux venus au départ prêter main forte ou la police corrompue ! C’est donc une véritable spirale infernale que va vivre cet homme de plus en plus gourmand, dont Benoît Magimel donne une certaine épaisseur et une crédibilité évidente... Pour l’accompagner (ou le contrecarrer !), de Gérard Depardieu à Dany, chacun assume sa position et son style, en dégageant un climat qui devient de plus en plus anxiogène et instable ! On sent ainsi la corde devenir de plus en plus fine, la panique poindre de minute en minute d’autant plus que les premiers instants du film nous mettent de suite au parfum ! Ce qui d’ailleurs n’était pas un des meilleurs choix... Ce polar de Olivier Marchal, par sa sobriété et sa mise en scène sèche et nerveuse, est donc en soi un bon cru en dépit d’une mise à la trappe du vrai casse du siècle attendu et espéré !
Marc T.
Marc T.

Suivre son activité 100 abonnés Lire ses 403 critiques

3,5
Publiée le 12/03/2018
Définitivement pas mon préféré de Marchal même si on reconnait sa (très bonne) patte. Déjà, le début qui commence par la fin, bof bof, ça n'apporte pas grand chose bien au contraire. Fort heureusement, la fin elle-même nous réserve une petite surprise qui balaye d'un simple geste ce que l'ont pensait savoir. Quant à l'intrigue, elle manque d'approfondissement, tant au niveau de son déroulement que de ses personnages, elle arrive même à s’essouffler par moment. Ça reste un bon polar, avec une bonne musique, une très belle photo et un excellent casting (même Michaël Youn est super à l'aise dans son rôle de comptable), mais venant de Marchal j'en attendais plus...
Patrick Chemla
Patrick Chemla

Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 12 critiques

5,0
Publiée le 30/10/2017
Un bon thriller largement inspiré de l affaire du CO2 Magimel et Depardieu après Marseille se retrouvent et se complètent parfaitement . A noter une BO excellente et une intrigue pleine de surprises
Barbe S.
Barbe S.

Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

2,5
Publiée le 05/11/2017
J'avais beaucoup aimé Gangsters, 36 Quai des Orfèvres, MR 73 et ce que j'avais vu de Braquo. Et bien que Michael Youn figure au casting, j'étais enthousiaste de voir ce film car avec Olivier Marchal à la réalisation, je pensais avancer en terrain sûr. J'ai apprécié les prestations, pour moi impeccables, de Benoît Magimel, Gérard Depardieu, Moussa Maaskri et Patrick Catalifo. L'ambiance générale du film également. Pour moi, là ou le bât blesse, c'est dans certains incohérences, invraisemblances. Quand le film s'est terminé, je suis resté sur ma fin. Non pas que ce soit un mauvais film, mais j'avais un sentiment d'inachevé. A chaque moment ou le film se déroulait et que j'essayais d'anticiper la suite et ses probabilités, j'étais déçu, non pas de ne pas les voir se réaliser, car quelque part le fait que ça aurait été prévisible n'aurait pas été foncièrement une bonne chose, mais déçu de voir que certaines voies n'étaient pas suffisamment exploitées. Sans spoiler, il y a certains personnages forts, charismatiques qui auraient mérité à être plus développés, mis en avant. Je pense aux personnages de Gérard Depardieu, Moussa Maaskri et Patrick Catalifo. Alors bien sûr les personnages sont au service de l'histoire et non l'inverse. Mais je ne peux pas m'empêcher de trouver ça dommage, avec un tel casting de ne pas avoir plus creuser l'histoire, et j'ai été aussi un peu décontenancé par la bêtise par moments de certains protagonistes, par le fait de voir se cotoyer des acteurs confirmés et d'autres pas mauvais mais pas tout aussi convaincants, j'ai l'impression que ce film avait pour but de rendre le cinéma d'Olivier Marchal plus accessible, du moins j'espère que ça le permettera, car je n'ai pas l'impression d'avoir gagner au change. J'aurai aimé facilement une heure de plus et plus de sang et d'action. Pour un polar, j'ai trouvé ça assez soft. Ne serait-ce que par rapport à certains faits divers quotidiens...Ce film pour moi manque de profondeur et c'est bien là son seul défaut, fondamentalement. Je pense qu'il faut en tout cas le voir ne serait ce que pour les acteurs et l'atmosphère du film, et évidemment parceque c'est un Olivier Marchal, mais ce n'est pas celui que je retiendrai de lui.
Wirley
Wirley

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Publiée le 04/11/2017
Magnifique, Benoît Magimel bien dans son rôle, Gringe frôle la perfection, Gérard Depardieu très bon, Michael Youn très juste et touchant. Un beau travail visuel, un scénario terrible et emballant, vraiment captivant. À voir immédiatement !
tony-76
tony-76

Suivre son activité 621 abonnés Lire ses 1 401 critiques

4,0
Publiée le 01/11/2017
« L'argent appelle l'argent. » Après une certaine déception envers Les Lyonnais, Olivier Marchal entame un nouveau polar appelé Carbone, dans lequel il retrouve plusieurs comédiens dont il a déjà joué auparavant et même diriger avec eux. Un scénario qui s'inspire d'un fait vécu, parlant de la fraude à la TVA axé sur les quotas de carbone. Marchal reprend ses ingrédients habituels auquel il avait séduit le public français : des truands, des flics ripoux, des règlements de compte, des belles femmes... Et avec ce Carbone, le réalisateur de 36 Quai des Orfèvres s'impose avec une caméra nerveuse où la tension y est quasi sur tous les plans ! Des scènes chocs auquel on s'y attend pas spoiler: - des affrontements physiques très violents - on est loin des Braqueurs ou d'un Gibraltar de Julien Lelercq ! Les rebondissements ne manquent pas à l'appel spoiler: - rien que pour la séquence finale - cela vaut le détour, Carbone sait être imprévisible au cœur de l’action, même si le schéma narratif peut être connu spoiler: (présentation du personnage et ses relations, sa quête, son succès et son ascension) mais il n'y a rien à envier. Un casting sur mesure où les acteurs sont tous gagnants dans l'affaire ! Avec en tête Benoît Magimel incarnant l'anti héros de cette histoire dépassé par ses ambitions. Il s'avère extra et est bien meilleur dans cette prestation que dans celle du Convoi de Frédéric Schoendoerffer... On est au courant de ses problèmes actuels que l'acteur endure mais cela n'y change rien pour ses fans. Sa partenaire, Laura Smet spoiler: n'est pas la bimbo clichée qu'on espérait, et c'est tant mieux ! Elle apporte une douceur et une fragilité qui lui va plutôt bien. Le rappeur Gringe se révèle surprenant, quoique un peu dérangé... Le comique Michaël Youn est à l'aise dans ce registre, il nous l'avait prouvé dans le thriller La Traversée. Et Gérard Depardieu est vraiment un acteur de qualité ! Les décors sont pertinents accompagné d'une atmosphère très sombre qui permet de voir la ville de Paris sous un autre angle, plus particulièrement la nuit. Une bande son honorable, très actuelle spoiler: - Bigflo & Oli, Orelsan - qui capte notre attention et qui apparaît lors des moments les plus tragiques... Malgré un démarrage timide, le rythme de Carbone se veut trépidant surtout dans sa seconde partie spoiler: où la loi n'existe plus ! Le cinéaste aborde également le thème des tradeurs, rappelant le long-métrage passé - l'Outsider - sur l'affaire Jérôme Kerviel sur comment fonctionne le marché financier à travers la bourse mais du carbone, qui permet l’échange de droits (ou quotas) d’émission de CO2, le principal gaz à effet de serre. En clair, Carbone est un polar noir haletant, violent, et souvent imprévisible ! Olivier Marchal sait réaliser des films de voyou, on l'en félicite avec celui-ci. Probablement, le polar français de l'année et de loin !
Philippe G.
Philippe G.

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 82 critiques

4,0
Publiée le 02/11/2017
Voilà encore du Marchal de bon cru, avec cette fois ci une petite nouveauté. Ses personnages principaux ne sont pour une fois ni des voyous taille XXL ni des flics, ripoux ou pas. Donc notre homme apporte une petite variante, une petite déclinaison à son répertoire déjà bien rempli. Pour moi, Olivier Marchal est le Melville moderne. Peut-être pas sur la forme, mais en tous cas sur le fond. Ses personnages suivent un parcours vers une destinée, celle de l'inéluctable, offrant au spectateur un mécanisme de l'implacable que seul l'homme au Stetson et aux lunettes noires de la rue Jenner savait si bien nous montrer. Pour ce qui est des détails de l'arnaque en question, dont parle ce film, je ne saurai vous expliquer, un peu trop compliquée pour mes petites neurones. C'est aussi un hommage aux deux chef d'œuvres de Brian De Palma que sont SCARFACE et L'IMPASSE - CARLITO'S WAY. Scarface en raison de l'affiche du film ainsi que de la destinée des personnages spoiler: dont nous suivons ici l'ascension et la chute. Et aussi L'IMPASSE en raison du fait que le film commence par la fin. Donc un conseil, tâchez d'arriver deux trois minutes APRES le début du film, ainsi vous aurez la surprise de la fin. c'est quand même plus sympa. Pour ceux qui diront qu'il y a des clichés dans ce film, je répondrai que dans un polar, il y aura TOUJOURS des clichés. Sinon ce ne serait plus du polar. Un peu comme des westerns sans chevaux ou un romance sans guimauve. Il faut savoir ce que l'on veut.
Sylvie Lelli
Sylvie Lelli

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 3 critiques

4,0
Publiée le 01/11/2017
Vu en avant première, nous avons adore... très bons acteurs.. histoire palpitante .... nous avons envie de le revoir
margauxperso
margauxperso

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 46 critiques

5,0
Publiée le 06/11/2017
Un bijou de polar comme on les aime tant. Marshall réussit une fois de plus, à nous embarquer sans retenue dans ce fait-divers à la fois machiavélique et sordide, avec des rebondissements en chaîne, un jeu d’acteurs parfait le tout agrémenté de scènes d’action bien violentes comme il faut. Le cocktail parfait pour un super polar. Et avec en bonus, un panel d’acteurs qui maitrise ces thèmes, mention particulière à Magimel, qui incarne à la perfection ces bons gros voyous et à Michael Youn, dont je me méfiais dans un film comme celui-ci et qui m’a tout bonnement épatée. Seul hic, on en redemande à la fin, et on aurait presque envie d’enchaîner avec la suite comme une bonne série policière sauf que non, dommage :-)
dominique P.
dominique P.

Suivre son activité 403 abonnés Lire ses 1 920 critiques

4,5
Publiée le 06/11/2017
Cette histoire est inspirée d'une arnaque véridique à la taxe carbone en 2008/2009. J'aime pas trop les polars en général mais là il faut reconnaître que c'est un excellent film bien troussé, bien ficelé et qui tient bien en haleine. C'est bien rythmé et le spectacle est bien divertissant.
Yetcha
Yetcha

Suivre son activité 112 abonnés Lire ses 3 462 critiques

4,0
Publiée le 20/04/2018
Comme souvent avec Marschal, on se prend une grosse claque. Du noir à la française, violent et pur, avec un twist final vraiment inattendu. Quand on apprend qu'il s'agit d'une histoire basée sur des faits réels, on se demande comment il est possible que des arnaques si grosses puissent se monter. Un film fort et noir à voir avec un Magimel magistral et très très à l'aise dans son rôle d'escroc.
stephane D.
stephane D.

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 87 critiques

4,0
Publiée le 18/03/2018
un film puissant qui continue à prouver le talent d'Olivier Marchal et qui révèle 2 talents : Gringe et Mickael Youn que l'on découvre dans un nouveau registre. pas de temps mort, le film marche bien du début à la fin, bien servi par une bande son juste dans le ton!
Amau920
Amau920

Suivre son activité 11 abonnés Lire sa critique

5,0
Publiée le 27/09/2017
Marchal revient très fort. Un excellent polar noir. Marchal parvient à rendre intelligible l arnaque à la taxe carbone et ses mécanismes tout en nous emportant avec ses personnages. Depardieu est détestable. Magimel provoque l empathie ben homme acculé. Les seconds rôles sont au cordeau pour les accompagner dans cette mécanique bien réglée...
montecristo59
montecristo59

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 178 critiques

4,0
Publiée le 02/11/2017
Olivier Marchal sait y faire, pas à dire. Il signe encore un polar à la française haut de gamme, avec tous les ingrédients pour que la mayonnaise prenne. Le scénar tient la route, même si le montage financier de l'embrouille à la taxe carbone n'est pas si évident à comprendre (après tout il s'appuie sur des faits réels, si on en croit le glacial entrefilet juste avant le générique de fin). La montée en puissance de la tension est efficace, bienvenue après une petite baisse de régime aux 2/3 du film, quand tout semble rouler pour l'équipe de rusés carambouilleurs. Des gueules, la distribution n'en manque pas et les seconds rôles ont de l'épaisseur (quand je dis épaisseur je ne parle pas que de Depardieu, qui ne s'est pas mis au régime mais tient son rôle de beau père tyrannique, sans se forcer dans le genre ignoble). Dani, en maîtresse femme pas si rangée des voitures que ça et qui n'a pas froid aux yeux, a tout bon jusqu'au final. P.Catafilo, en flic plutôt ambivalent, est bien crédible. M.Youn, en comptable dégourdi qui sent venir la misère, fait le job. Les malfrats prêteurs de cash sont méchants bien comme il faut, mais je suppose que des gonzes de cet acabit existent bel et bien. Et vraiment, derrière ses kilos de mauvaise graisse et ses lunettes fumées, Magimel est parfait en looser qui s'accroche, grimpe en flèche et perd le contrôle de son légo malin gonflé.... Le Paris borderline, extérieur nuit et petit matin, luxe et glauque mêlé, passe bien à l'écran et la bande son fait son boulot, avec notamment un rap qui prend grave la tête . A la fin de cette drôle de marelle, on saute sur la case enfer et on tente de digérer la triste vision de l'homo-urbanis que nous a balancée Marchal, en se disant qu'elle ressemble bien à de la clairvoyance malheureusement. Mais si on a bourlingué loin des bisounours, on n'a pas pour autant plongé deux heures dans le manichéisme pur jus : chez Marchal, au coeur de la noirceur se loge toujours beaucoup d'humanité.
dejihem
dejihem

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 475 critiques

2,5
Publiée le 01/11/2017
Niveau polar, l'affaire de la fraude à la taxe carbone est un bon prétexte de scénario béton pour raconter une histoire. Par rapport à la réalité, seul le personnage de flic à tendance ripoux relève de la fiction. Bon point, il permet une bonne compréhension de l'intrigue. Niveau mise en scène, c'est correct sans être super-bandant. Olivier Marchal n'est pas Nicolas Boukrief. Niveau personnages, c'est la cata ! Zéro psychologie, des caricatures de malfrats. Avoir été flic ne fait d'Olivier Marchal un bon cinéaste. Ses films sont perpétuellement bourrés de clichés, heureusement qu'il s'est calmé questions situations dramatiques outrancières. Le casting plaqué or lui aura fait du bien...
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top