Mon AlloCiné
Assassination Nation
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Assassination Nation" et de son tournage !

Un film choquant

Le réalisateur déclare au sujet d'Assassination Nation : "Je sais que mon film est choquant, effrayant, et débordant de haine, mais tel est aussi l’état du monde actuel. Ce film parle de notre identité américaine ; il décrit la façon dont notre soif de divertissements, d’humiliation et de violence a fini par dépasser notre instinct de survie".

Une peur intime

Sam Levinson a nourri le script du film de ses peurs alors qu'il s'apprêtait à devenir père : "Je me suis demandé : dans quel genre de monde mon enfant va-t-il naître ? Il est tellement dur de nos jours d’être jeune, quand la moindre de vos erreurs peut être immortalisée. Chaque coup d’un soir maladroit, chaque cliché peu flatteur, chaque texto intime peut devenir un outil d’humiliation".

Salem

Si Assassination Nation se situe dans la ville de Salem, ce n'est pas un hasard. Il s'agit bien sûr d'un clin d'oeil au procès des sorcières de Salem (Massachussetts, 1692) qui aboutit aux meurtres de 20 personnes. Sam Levinson s'exprime sur le parallèle qu'il a conçu : "voici de nouveau une ville qui a perdu la tête et qui s’attaque à des innocents, mais Salem est avant tout pour moi une banlieue perdue dans l’Amérique profonde. Des Salem, il y en a partout en Amérique".

#MeToo

Bien qu’écrit avant l'apparition des mouvements #MeToo et #TimesUp, le film s'y inscrit en donnant du pouvoir à ses personnages féminins et en les traitant avec respect. Le réalisateur a tenu dès l'écriture à ne pas objectifier la femme, à ne pas exposer ses actrices nues et à filmer très peu de scènes de sexe : "Puisque l’un des thèmes du film est celui de l’exploitation, je voulais vraiment éviter de donner au public cet angle de visionnage. Je souhaitais montrer comment le Net a modifié notre manière d’aborder la sexualité en rendant les choses plus crues, plus grossières. Cela dit, si l’on remplaçait ces quatre filles par quatre garçons, personne ne s’offusquerait de leur façon de parler ; personne ne trouverait ça tabou".

Un look tout droit sorti d'Internet

La costumière Rachel Dainer-Best s'est inspirée de la mode véhiculée par Tumblr, les blogs et les forums. Chaque personnage a une tenue bien à elle avec des variantes, qui soit abordable (un vêtement ne devait pas excéder 30 dollars) et facilement réalisable. À l'exception de leurs tenues à la fin du film (le trench rouge), les filles portent des couleurs pastels. Il en est de même pour le maquillage : l'équipe s'est inspirée de tutoriels YouTube, de K-Pop et de dessins animés.

Des références cinématographiques éclectiques

Assassination Nation se revendique d'une multitude de références cinématographiques aussi variées que La Vallée des poupées, le cinéma de Wong Kar-Wai mais aussi celui de John CarpenterLe Mépris de Godard pour ses couleurs changeantes, Napoléon d'Abel Gance pour l'usage du triptyque, Comme un torrent de Vincente Minnelli ou encore Carrie. Le réalisateur a revu trois films qui abordent le changement dans notre façon de gérer nos vies depuis l'avènement des communications de masse : Le Gouffre aux chimères de Billy Wilder, Un homme dans la foule d'Elia Kazan et Network de Sidney Lumet. 
Sam Levinson souligne également l'influence sur son travail des "Subekan", sous-genre du cinéma japonais qui met en scène des gangs de jeunes délinquantes. Parmi cette vague de films, il cite La Femme Scorpion, la série Stray Cat Boss et Delinquent Girl Boss : Worthless to Confess. "Ce que j’adore dans ces films, c’est leur représentation de la fureur et de la colère adolescentes. Mais en même temps, ils font preuve d’une certaine théâtralité, ce qui est rare et que je voulais à mon tour explorer à travers ces quatre personnages, les raisons tangibles de leur fureur et l’univers imaginaire où elles l’entraînent".

Susan Sontag

Les influences d'Assassination Nation ne s'arrêtent pas au cinéma. Lorsque le personnage de Lily déclare : "Dix pour cent des gens sont cruels, dix pour cent sont charitables et les quatre-vingt pour cent restants peuvent balancer dans un sens comme dans l’autre", elle cite l'essayiste, romancière et militante américaine Susan Sontag. Sam Levinson avait en tête sa collection d'essais On Photography lors de l'écriture du script : "Cette idée m’intéressait beaucoup, selon laquelle nous sommes devenus un monde de voyeurs, qui observent passivement les tragédies et les situations d’urgence. Cette citation des dix pour cent, je l’ai écrite sur un papier il y a des années. J'ai toujours espéré que le véritable montant de ces pourcentages était quelque peu erroné et pas aussi monstrueux, mais honnêtement, qui suis-je pour contredire Susan Sontag ?"

La mise en scène de l'invasion

La scène de l'invasion de domicile devait à l'origine être un incendie mais le réalisateur a changé ses plans pour des raisons budgétaires. Il a décidé de filmer de l'extérieur et de se positionner comme une sorte de voyeur. L'équipe a utilisé pour cela un bras de grue monté sur des rails de travelling et permettant de passer d’une fenêtre à l’autre. Cette scène a nécessité six semaines de répétition, d'abord avec un iPhone, puis avec les caméras et enfin avec les acteurs. Le tournage de la scène extérieure a duré un jour, tout comme celui à l'intérieur de la maison.
Sam Levinson revient en détail sur la conception : "Dès le début de la production, notre chef décorateur, Michael Grasley, a construit une maquette 3D miniature de la maison, puis le directeur de la photographie, Marcell Rév, et moi-même sommes restés au bureau pendant des heures à faire ses essais avec la maquette et à chercher des idées afin de filmer une séquence d'invasion de domicile telle que personne ne l'aurait jamais vue auparavant".

La parade finale

La parade que l'on voit à la fin du film a failli ne jamais voir le jour car il ne restait plus que 25 minutes de lumière à l'équipe. Le réalisateur se souvient : "Nous avions recruté cette incroyable fanfare dans un lycée de Louisiane, mais nous n'avions pas eu le temps de répéter et n'avons pu faire que quelques prises. Pourtant, j’ai senti qu’il y avait quelque chose de beau dans ces images, la façon dont cette majorette continue d’avancer à travers le chaos".
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Casse-noisette et les quatre royaumes (2018)
  • Astérix - Le Secret de la Potion Magique (2018)
  • Pupille (2018)
  • L'Empereur de Paris (2018)
  • Sauver ou périr (2017)
  • Les Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald (2018)
  • Bohemian Rhapsody (2018)
  • Les Veuves (2018)
  • Le Grinch (2018)
  • Leto (2018)
  • Robin des Bois (2018)
  • Spider-Man : New Generation (2018)
  • L'Exorcisme de Hannah Grace (2018)
  • Le Grand Bain (2018)
  • Mauvaises herbes (2017)
  • A Star Is Born (2018)
  • Lola et ses frères (2017)
  • Ma mère est folle (2018)
  • Under The Silver Lake (2018)
  • Rémi sans famille (2018)
Back to Top