Mon AlloCiné
Tout ce qu'il me reste de la révolution
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Tout ce qu'il me reste de la révolution" et de son tournage !

Du spectacle au film

Le film est une sorte d'extension au spectacle créé par Judith Davis et sa troupe, L'Avantage du doute, en 2008 : "Même si la plupart des acteurs sont communs aux deux, Tout ce qu’il me reste de la révolution n’est pas une adaptation du spectacle, mais il en prolonge l’esprit. Avec la compagnie, nous aimons nous emparer de sujets au croisement de sujets personnels et de sujets de société. Tout ce qu’il nous reste de la révolution, c’est Simon… était notre premier spectacle, un geste inaugural pour une compagnie préoccupée par la notion d’engagement. Nous étions partis de la réalité de cette troupe, constituée de gens de générations et de parcours différents, et un trait s’était tiré entre l’héritage des luttes des années 60-70 et le « que faire ? » d’aujourd’hui. Le spectacle était aussi le résultat d’un méticuleux travail d’enquête pour s’échapper de l’histoire officielle et raconter une histoire plus intime. Pourtant, ayant grandi dans une famille militante, avec une vraie culture de gauche, j’étais très réticente à parler de cette époque, de 68 et de son folklore. Tout s’est libéré quand j’ai compris que je pouvais me saisir de ce ras-le-bol. À tel point qu’après le spectacle, j’ai gardé la sensation de ne pas en avoir fini avec cette histoire", confie Judith Davis.

Devant et derrière la caméra

Judith Davis n'arrivait pas à écrire le personnage d’Angèle tant qu’il ne s’agissait pas d’un « double de fiction ». "Une fois le film écrit, j’aurais pu choisir de travailler avec une actrice pour me concentrer sur la réalisation, mais tous les acteurs qui participaient au projet, et qui pour la plupart font partie de la compagnie, m’ont dit que ce personnage était trop proche de moi pour qu’il soit interprété par quelqu’un d’autre. Il faut avouer que le jouer moi même a permis un gain de temps énorme. J’ai beaucoup travaillé le découpage en amont avec la chef opératrice du film, et sur le tournage, Claire Dumas, qui joue le rôle de Léonor, a été mon binôme. Elle était là tous les jours et m’aidait à avoir un regard sur mon jeu. Elle fait aussi partie de la compagnie, nous nous connaissons par coeur. Sans ce collectif, le film n’aurait aucun sens et n’aurait tout simplement pas pu se faire."

Critique du monde du travail ?

Les personnages créés par Judith Davis font une expérience douloureuse du monde du travail, soit il est aliénant, soit il est précaire. "Je me suis beaucoup intéressée à la question du travail, avec la compagnie ou seule. Le management, l’obsession de la rentabilité et le modèle de l’entreprise sont en train de contaminer toutes les sphères de l’activité humaine, même les lieux de culture ou l’hôpital, et notre imaginaire aussi. C’est pour moi l’un des constats politiques les plus alarmants d’aujourd’hui. Le travail est malade et tout le monde en souffre, comme tous mes personnages", analyse la cinéaste.

Mireille Perrier sinon rien

Judith Davis n'a jamais envisagé que Diane soit interprétée par quelqu’un d’autre que Mireille Perrier. "C’est une magnifique actrice, dont la pure présence m’impressionne. Elle incarne pour moi à la fois le souvenir d’une époque et un souvenir de cinéma. Sa jeunesse dans les films de Carax ou de Garrel, en surimpression dans nos mémoires de spectateurs de la fin de la Nouvelle Vague, donnait pour moi un souffle romanesque, presque romantique même, à l’évocation du personnage. J’ai ainsi décliné les moyens du cinéma pour approcher avec émotion ce personnage, dont la présence est uniquement fantomatique pendant les deux tiers du film. Une image d’archive de Mireille à 28 ans, sa voix, si reconnaissable, dans la tête d’Angèle qui se souvient, une photo en noir et blanc de son regard à l’arrière du livre qu’elle a écrit, exhumé des cartons… Si le film est souvent volontairement prosaïque, ou même terre-à-terre, j’aimais beaucoup l’idée d’incarner un fantasme à travers toutes les facettes d’un personnage et d’une actrice."
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Alita : Battle Angel (2019)
  • Ralph 2.0 (2018)
  • Le Chant du loup (2018)
  • Nicky Larson et le parfum de Cupidon (2018)
  • Grâce à Dieu (2019)
  • Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ? (2018)
  • All Inclusive (2018)
  • Green Book : Sur les routes du sud (2018)
  • Dragons 3 : Le monde caché (2019)
  • La Grande Aventure Lego 2 (2018)
  • La Favorite (2018)
  • La Mule (2018)
  • Vice (2018)
  • Black Snake, la légende du serpent noir (2017)
  • Happy Birthdead 2 You (2019)
  • Paradise Beach (2018)
  • Une intime conviction (2017)
  • Destroyer (2018)
  • La Chute de l’Empire américain (2018)
  • Minuscule 2 - Les Mandibules du Bout du Monde (2019)
Back to Top