Notez des films
Mon AlloCiné
    Petit Pays
    note moyenne
    4,1
    856 notes dont 112 critiques
    répartition des 112 critiques par note
    20 critiques
    52 critiques
    26 critiques
    13 critiques
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur Petit Pays ?

    112 critiques spectateurs

    CinÉmotion
    CinÉmotion

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 133 critiques

    3,5
    Publiée le 30 août 2020
    Très beau film. Je ne connais que trop peu l'histoire du génocide au Rwanda, il faut dire que très peu de films existent autour de cette thématique. Je me suis donc laissé porté par l'histoire, qui je dois dire est magnifiquement filmé, avec de très beaux plans, entre moments touchants et beaucoup plus brutaux, mais le plus souvent à hauteur d'enfant puisque le film tourne surtout autour du personnage de Gaby, le jeune enfant, dont le jeune acteur livre une prestation très bonne et convaincante. Surpris aussi par Jean-Paul Rouve, qui réussit à faire oublier son profil "comédie" et parvient à être parfaitement juste tout au long du film dans le rôle du père français installé au Burundi. Il faut savoir que 90 % des personnes que l'on voit dans Petit pays n’avaient jamais joué de leur vie et sont donc non-professionnels. C'est un peu le défaut du film, qui, à mon sens, créer un déséquilibre en termes de jeu pour certains personnages (surtout l'oncle...). Mais paradoxalement, c'est aussi une force pour une autre partie du cast, puisque par exemple les hommes qui jouent les voyous des gangs de Bujumbura sont des jeunes que le réalisateur et sa directrice de casting ont trouvé dans le camp de réfugiés burundais de Mahama... Ces jeunes connaissent donc parfaitement et au plus près la violence de la rue, la violence des manifestations et ont donc pu participer à créer un certains réalisme dans les scènes de violences. Et c'est d'ailleurs ces scènes de guerre civile, de violences qui sont les plus marquantes, les plus brutales. D'autant plus que le film, contrairement au livre à partir duquel il est adapté, par sa contrainte de durée, était obligé de condenser la narration de tous ces moments dramatiques dans un temps très court, ce qui renforce indéniablement la force de l'histoire et du message. Film à voir donc, pour l'histoire et sensibiliser davantage sur ce qu'ont vécu les populations lors du génocide du Rwanda.
    Olivier Barlet
    Olivier Barlet

    Suivre son activité 178 abonnés Lire ses 248 critiques

    3,0
    Publiée le 2 septembre 2020
    (...) Une adaptation littéraire au cinéma est toujours casse-gueule. (...) Ce que peut le film, c'est retranscrire la pudeur avec laquelle Gaël Faye dépeint ce qu'il a vécu. (...) La grande Histoire complique immensément ce que Gaby peine à saisir dans sa propre maison et au sein de ses amis, mais cette distance porte notre sidération face à la violence et ouvre au désir d'en savoir plus. La mise en scène utilise avec subtilité les espaces de la maison, notamment la véranda d'où l'on voit et entend la salle à manger. Elle reste un refuge mais il faut parfois en sortir, traverser les blocages de routes, accomplir l'impensable… (..) Pour en rendre compte, le film se fait plus tendu. Poursuivant d'abord la subtile distance qui lui permettait d'appréhender les choses en profondeur, et de respecter celle du livre, il finit par jouer sur le rythme, user de ralentis, forcer la musique, aller chercher le gros plan. (...) On ne peut pas filmer des événements aussi graves comme un film d'action. De même qu'il est grave d'annoncer pour simplifier dans un insert en début de film qu'il s'agissait de combats entre deux ethnies. (...) Ceci étant dit, le film comme le livre évitent autant que possible les scènes frontales et retranscrit de façon presque documentaire (comme le mariage) ce qui fait ce pays à ce moment. . Cette exigence transfigure le film et fonde sa nécessité. Pour aller plus loin dans la compréhension de la déflagration qui a meurtri le Burundi comme le Rwanda, il faut voir Petit pays, non sans lire ou relire le livre après. (lire l'intégralité de la critique d'Olivier Barlet sur le site d'Africultures)
    Gabriel S.
    Gabriel S.

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 12 critiques

    4,0
    Publiée le 19 février 2020
    Excellente adaptation, bouleversante ! Un film qui nous éclaire sur la situation que ce petit pays à pu traverser ! On ne peut en sortir que grandit
    margauxdb
    margauxdb

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 6 critiques

    5,0
    Publiée le 27 août 2020
    L'adaptation superbe d'Eric Barbier du livre de Gaël Faye m'a bouleversée. Le film réussit à nous plonger dans la famille de Gabriel au Burundi, pays voisin du Rwanda au moment du genocide et nous mène à travers l'Histoire par le prisme de l'enfance et du paradis perdu. Le film devait sortir le 18 mars, le confinement a reporté sa sortie ce vendredi 28 août, à voir absolument en salle ! C'est politique, poétique, du vrai cinéma quoi!
    fesse_loquace
    fesse_loquace

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 57 critiques

    5,0
    Publiée le 29 août 2020
    Ce film paraît assez banal au début. Puis on comprend que l'œuvre nous conduit dans les abysses de l'horreur, d'autant plus marquée dans ce tableau de fond paradisiaque que constituent les Grands Lacs Les jeunes acteurs sont tout simplement incroyables. Et la scène de la mère imposant son chant à la fillette restera à coup sûr dans les annales du cinéma
    tupper
    tupper

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 897 critiques

    2,5
    Publiée le 30 août 2020
    Film réussi sur le plan historique. Il permet de toucher du doigt l’ambiance incertaine, pesante, menaçante cette période. Par contre je le trouve raté sur le plan du rythme. C’est long et brouillon. Des scènes contemplatives débarquent sans crier gare. Elles sont certes belles mais totalement déconnectées de l’esthétique et du ton du reste du film. Raté aussi sur le plan de l’émotion. L’explication tient surtout au fait que personnages, enfants comme adultes, se montrent très détachés et insouciants face à une situation clairement dramatique et dangereuse. S’en est même énervant à force. A noter au crédit, les prestations réussies des enfants, Djibril Vancoppenolle en tête.
    lionelb30
    lionelb30

    Suivre son activité 110 abonnés Lire ses 1 984 critiques

    3,0
    Publiée le 31 août 2020
    La guerre civile vu a travers un jeune adolescent au burundi et rwanda. Dommage que cette rivalité entre ethnie ne soit pas très clair a la vision de ce film. Film inégal mais sujet fort.
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 1023 abonnés Lire ses 3 325 critiques

    3,0
    Publiée le 3 septembre 2020
    Comme devant chaque adaptation littéraire, le ressenti devant Petit pays sera différent selon que l'on a lu ou non le roman d'origine. Le livre de Gaël Gaye, publié en 2016, valait tout autant que par ce qu'il racontait que par son style; tendre, chatoyant et velouté. Le Burundi ne fait pas vraiment partie des pays africains qu'il est assez aisé de situer étant donné sa taille réduite, équivalente à 1/20e de la France, ou encore de 1/80e de celle de la République démocratique du Congo, l'un de ses voisins avec la Tanzanie et le Rwanda. Quant à la guerre civile, qui a ensanglanté le Burundi de 1993 à 2001, et dont les cendres sont loin d'être froides, elle n'est connue que par ceux qui s'intéressent de près à l'actualité de cet ancien protectorat belge. Alors oui, le film est fidèle au livre, dans ses grandes lignes, rendant plutôt bien ce temps de l'innocence enfantine à Bujumbura, avant la violence, avec le chapardage de mangues, les moments d'amitié et la découverte de la littérature. Mais la mise en scène, sage et illustrative, se révèle moins efficace dès lors que la tension monte et que le danger rôde. Comme dans La promesse de l'aube, son précédent long-métrage, Eric Barbier ne démérite pas mais ne parvient pas à se hisser au niveau de l'ouvrage qu'il retranscrit à l'écran. Rien de honteux là-dedans, surtout si le public du film qui ne connaît pas encore la prose de Gaël Faye se décide à la découvrir après la projection. Plaisir garanti.
    Jorik V
    Jorik V

    Suivre son activité 632 abonnés Lire ses 1 207 critiques

    4,5
    Publiée le 10 septembre 2020
    Beaucoup se souviennent de ces années 90 où plusieurs génocides ont eu lieu. Des génocides que les médias relayaient constamment à la télévision, images terribles et choquantes à l’appui. Il y a eu celui dans les Balkans mais également le génocide Rwandais qui avait également des conséquences similaires sur le petit pays voisin, le Burundi. En adaptant le roman éponyme et autobiographique de Gaël Faye, qui a vécu ces événements durant son enfance, Éric Barbier frappe fort et dans le mille. Mais surtout il offre de la lumière à un pan de l’histoire rarement vu au cinéma. Il part donc d’un matériau en or qu’il adapte avec une grande réussite. Loin de son très décevant et ennuyant précédent film, « La Promesse de l’aube », il nous cueille dès les premières images avec ce récit à hauteur d’enfant (et qui le restera tout le long du film, respectant le point de vue du roman). « Petit pays » est à la fois magnifique de beauté et déchirant de douleur et constitue une expérience cinématographique forte et intense. Si au début du film on est plus dans un récit initiatique qui narre l’enfance d’un petit garçon métis dans un pays africain en période de post-colonisation, une partie que Barbier sait rendre à la fois intéressante et touchante, la suite bascule crescendo dans l’horreur. Mais le cinéaste parvient à nous retourner le bide en suggérant plus qu’en montrant hormis une scène sur la fin très dure (peut-être trop en rapport au reste du film mais elle a le mérite d’interpeller et d’avoir été vécue). La tension monte subrepticement et nous empoigne durablement à tel point qu’on sort de la salle complètement retourné. Le film tient sur un fil ténu mélangeant la grande Histoire à la petite. L’équilibre est parfois limite mais il se tient et le film ne bascule jamais dans un problème de cohérence narrative. « Petit pays » reste un film fort et maîtrisé de bout en bout, un film qui a le mérite de nous rappeler aux horreurs déjà oubliées pour la plupart qui ont tué des millions de gens dans l’indifférence totale pour rien d’autre qu’une différence d’ethnie. La fin se repose sur une ellipse un peu brutale mais cela n’enlève rien au brio de ce drame bouleversant. Barbier et ses scénaristes ont le bon goût de rendre le contexte politique compréhensible par tous et de vulgariser les tensions entre les deux ethnies sans être trop vague mais pas trop explicite non plus, préférant se concentrer sur les conséquences qu’ont ces bouleversements au Burundi sur l’enfance de Gaby. Jean-Paul Rouve est très présent mais reste à l’écart le point de vue de l’enfant restant toujours prédominant. A ce propos, le jeune Djibril Vancoppenolle est parfait dans ce rôle, prouvant encore que les enfants acteurs peuvent parfois être meilleurs que leurs collègues adultes et c’est la même chose pour les autres enfants du casting. Plusieurs moments du long-métrage sont particulièrement émouvants quand d’autres se révèlent plus attachants. La mise en scène de Barbier est sublime sans être trop voyante. En tout cas elle respire le cinéma à chaque plan et il nous gratifie de quelques images somptueuses, certes gratuites mais agréables à l’œil. « Petit pays » est une claque qui nous interpelle et nous touche. Du bon et du grand cinéma qui fait du mal et du bien à la fois et qui ne laisse pas indifférent. Bravo! Plus de critiques cinéma sur ma page Facebook ou Instagram Ciné Ma Passion.
    PLR
    PLR

    Suivre son activité 115 abonnés Lire ses 951 critiques

    2,5
    Publiée le 28 août 2020
    Le fil conducteur de ce film n’est pas dans la reconstitution historique globale mais dans le regard d’un enfant, témoin des événements vus de sa cellule familiale, ne les comprenant évidemment pas et découvrant au fil du scénario seulement quelques bribes des éléments de cause à effet. Le spectateur est dans la même situation. Sauf à avoir une connaissance du sujet historique, de la région, des conflits récurrents qui la tiraillent, il n’aura pas grand-chose à quoi se raccrocher. C’est périlleux et c’est sans doute un manque car cela ne peut que conduire le spectateur peu informé à compatir certainement mais aussi peut-être se dire qu’après tout si deux ethnies du même pays, de la même langue, de la même religion, en arrivent à vouloir tour à tour s’éliminer, on n’y peut pas grand-chose. La réalité est bien plus complexe bien entendu. On notera la recherche d’un équilibre macabre en montrant les images des massacres et exactions des uns puis des autres. Et on se remémorera peut-être que près de 30 ans après, on ne sait pas trop ici en Europe ce qui s’est passé. Ou on ne veut pas trop savoir. Ce film ne permettra pas de combler.
    Damien Vabre
    Damien Vabre

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 21 critiques

    2,5
    Publiée le 5 septembre 2020
    L'exposition est très longue avec des dialogues assez didactiques, le génocide au Rwanda est réglé par des JT et un monologue, la dernière partie la plus émouvante porte sur ses traumatismes avec la déchéance terrible d'Yvonne, la mère (Isabelle Kabano).
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 1869 abonnés Lire ses 5 036 critiques

    3,0
    Publiée le 3 septembre 2020
    Adaptation du roman biographique, "Petit Pays" (2016) de Gaël Faye. L'histoire dans cette Histoire est raconté du point de vue de l'enfant (Gaby), à hauteur d'enfant et de son point de vue. Certe l'enfant qu'était Gaël Faye a sans aucun doute souffert mais en tant que spectateur le film ne montre pas grand chose à tel point que la crise conjugale des parents prend le pas sur la guerre et le génocide. Niveau émotion on est donc bridé par le regard d'un enfant qui ne voit pas grand chose et qui ne risque pas grand chose (enfant français bourgeois) comparé à ses compatriotes. Un film à conseiller toutefois. Site : Selenie
    Cinemadourg
    Cinemadourg

    Suivre son activité 166 abonnés Lire ses 808 critiques

    3,0
    Publiée le 1 septembre 2020
    Le réalisateur Eric Barbier ("Le Dernier Diamant", "La Promesse de l'aube"...) s'attaque ici à un sujet dur et fort : la guerre civile burundaise de 1993 suivie du génocide des Tutsis au Rwanda en 1994. Pour retracer cette période terrible du continent africain, nous allons revivre les événements à travers le destin d'une famille installée au Burundi : le papa est français (un Jean-Paul Rouve toujours aussi bon), la maman est rwandaise d'origine Tutsi, et les enfants Gabriel et Ana vivent une enfance heureuse avant la guerre. J'ai trouvé ce film instructif concernant ce drame atroce des années 1990, je n'ai malheureusement pas été si bouleversé que cela au final, la faute à une mise en scène un peu imprécise et à une réalisation manquant totalement de piquant. Enrichissant mais un peu fade. Site CINEMADOURG.free.fr
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 391 abonnés Lire ses 3 138 critiques

    3,0
    Publiée le 23 mars 2020
    “Petit Pays” est l’adaptation du roman de Gaël Faye, chanteur, compositeur et écrivain franco-rwandais qui a dû fuir son pays natal à l’âge de treize ans à cause de la guerre civile et du génocide des Tutsis au Rwanda. Outre la présence de Jean-Paule Rouve et des jeunes comédiens au casting, Eric Barbier a souhaité réaliser un film authentique en recrutant de véritables rescapés du génocide pour interpréter les protagonistes de l’histoire. “Petit Pays” suit le quotidien de Gabriel, un garçon de dix ans au début des années 90 à Bujumbura. Nous découvrons son enfance heureuse et insouciante jusqu’au basculement du pays dans la guerre civile de 1993 qui va ainsi marquer la fin de son innocence. Malheureusement, le film tombe souvent dans le piège de l’émotion facile et la mise en scène accumule les bonnes intentions avec maladresse. “Petit Pays” vaut malgré tout pour son témoignage de l’Histoire. D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
    tisma
    tisma

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 1 051 critiques

    4,5
    Publiée le 12 septembre 2020
    Je trouve toujours les films parlant d'un évènement tragique par le point de vue d'un enfant toujours très beau et très intéressant (comme Persepolis ou le garçon au pyjama rayé)! Il y a de très beau moments comme des moments assez choquant et c'est cet ensemble qui nous montre que nous sommes face à un beau film. Certains acteurs jouent moins bien, mais dans l'ensemble on y croit, et la mise en scène est très belle
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top